La clairière de la forêt d’Ohlungen a bien retrouvé sa tranquillité depuis la fin du 12ème Festival Summerlied organisé du 17 au 19 août 2018.

Coup de projecteur sur un des événements majeurs de la vie artistique et culturelle d’Alsace en partie enraciné dans la création régionale. 

AMBIANCE IMG_2996

AMBIANCE IMG_5301

Soyons francs : lundi 9 avril, durant la conférence de presse de  Summerlied 2018, je me suis posé bien des questions sur l’édition présentée sous le label «La parole aux cultures d’ici et d’ailleurs» et récupérée par le Grand Est.

NUMÉRO D’ÉQUILIBRISTE AU CLUB DE LA PRESSE

Oui, il y avait de quoi être troublé par les paroles de Pascal Mangin, président de la commission Culture de la région Grand Est. Ses propos ne m’ont pas étonné mais mis mal à l’aise. Notamment quand il se dédoublait, en insistant sur le soutien du Grand Est tout en jouant la carte de l’identité alsacienne du festival.

Ce numéro d’équilibriste réalisé au Club de la Presse de Strasbourg m’a laissé songeur et je me demandais comment le Grand Est allait s’afficher à Ohlungen.

Pour l’inauguration du 16 août, je n’ai pas été déçu en découvrant mon badge professionnel à porter avec un tour de cou répétant 8 fois (!) le logo du Grand Est également reproduit sur divers panneaux placés sur le site du festival.

Et sur les élogieuses vidéos sur écran géant à l’entrée de la forêt qui n’ont pas suscité d’attroupement, les visiteurs préférant savourer des tartes flambées sous les arbres.

AMBIANCE IMG_5090

« UNE FACETTE VIVANTE ET NON PASSÉISTE DE NOTRE CULTURE »

Ironie de cette récupération : Summerlied est fondé en 1997 par Jacques Schleef qui quitte la direction en 2015, avant de créer le «Club Perspectives Alsaciennes» !

En décembre 1998, dans le bulletin municipal d’Ohlungen, Jacques Schleef raconte : «Près de deux années se sont écoulées depuis nos premières démarches auprès de la municipalité pour mettre sur pied Les Nuits de la Chanson d’Alsace.

En 1998, la 2ème édition s’est vue enrichir d’un axe formation, offrant à un large public la possibilité de rencontrer des artistes, d’assister à des conférences et de participer à des ateliers de formation littéraire et musicale, souhaitant présenter une facette vivante et non passéiste de notre culture».

Dès la 1ère édition de Summerlied il reconnaît que «dans une région où l’identité culturelle est très affirmée, il est tout de même singulier de constater qu’aucun festival n’assure la promotion de la chanson en langue régionale. Il faudra très rapidement intégrer dans notre programme d’autres cultures» (DNA, 31 juillet 1997).

ELBACH FESTIVAL 1975

1975 : 1ER FESTIVAL DE LA NOUVELLE CHANSON ALSACIENNE À ELBACH

Pas étonnant : cela a toujours été le cas des festivals d’Alsace axés sur les talents régionaux. Nombre d’exemples en témoignent dont le 1er «festival de la nouvelle chanson alsacienne» en juin 1975 à Elbach dans le Sundgau.

On est alors en pleine explosion de la chanson alsacienne grâce à tant d’artistes et groupes qui, depuis les années 70, emboitent au précurseur Jean Dentinger, à l’origine du 1er disque enregistré par un auteur-compositeur-interprète alsacien.

Il le fera sous le pseudonyme de Jann Delsdorf avant d’être révélé au grand public par l’efficace pionnier Roger Siffer. Pas évident d’affirmer son identité alors que l’on est enfin sorti des années de culpabilisation via le slogan «c’est chic de parler français» !

DENTINGER 45 T DENTINGER scan0065

Venus de toute l’Alsace, du Territoire de Belfort, d’Allemagne et de Paris des milliers de personnes affluent à Elbach (DNA 10 juin 1975) !

La chanson alsacienne s’y affirme avec éclat grâce à tant de voix dont plusieurs ont été révélées aux soirées alsaciennes organisés à la Faculté de Lettres de Strasbourg par Richard Weiss.

Et pourtant ce festival d’Elbach ne se résume pas à des talents alsaciens. Y interviennent aussi des ambassadeurs d’autres identités : Occitanie (Marti) Bretagne (Gilles Servat) et Pays de Bade (Walter Mossmann).

ARMAND PETER SALLE CONRATH 034

« SCHELIGE SINGT IMMER NOCH » AVEC MORY KANTÉ

Même constat pour «Schelige singt immer noch». «La ville de Schiltigheim réunit les chanteurs d’Alsace» titre le dossier de presse de la 1ère édition d’avril 1980.

Au programme trois jours de festival avec François Brumbt, Jean Dentinger ; la troupe des Drapiers ; René Eglès ; Roland Engel ; le groupe Est ; le Folk de la Rue des Dentelles, le groupe Géranium ; Christian Hiéronimus ; Ginette Kleinmann ; Jean-Marie Koltès et Nicole Mouton ; D’Luchtiga Malker ; La Manivelle ; Germain Muller et Dinah Faust, Sylvie Reff ; Em Remes sini Band ; D’Scheligemer ; Roger Siffer ; Luc Schillinger ; le groupe D’Sonnebluem ; le groupe Torpédo ; Gérard Walter.

Quelle énumération synonyme de talents !

Et si nombre d’entre eux ne font plus de scène, certains de ces artistes ont chanté à Summerlied 2018. Après avoir été un efficace tremplin pour la chanson alsacienne, ce festival s’est de plus en plus ouvert à d’autres cultures dont Mory Kanté au 1987, lors de son ultime édition.

LIEDERBRUNNE JEAN MARIE LORBER ET JACQUES SCHLEEF IMG_5370
Jean-Marie Lorber et Jacques Schleef

 

 «LE BONHEUR D’ÊTRE ALSACIEN»

«Qu’est-ce qui fait courir Jacques Schleef et tous les autres  ?». C’est la question posée dans un entretien de 2 pages (Land un Sproch n° 175 été 2010) : «L’envie de m’engager, pour essayer de rendre à l’Alsace un peu de la joie que me donne le bonheur d’être alsacien».

A ceux qui lui reprochent de «réduire Summerlied à un festival de  chansons alsaciennes», il répond : «Je n’aime pas le mot réduire. Notre festival est d’abord et avant tout dédié à la chanson alsacienne, en alsacien, en français, en allemand et pourquoi pas en italien ou en kurde d’ailleurs ? Il est ouvert à ceux qui qui veulent exprimer leur  hymne à l’Alsace». 

Cet été encore, l’association Liederbrunne fondée par Jean-Marie Lorber et animée par Paul Grussenmeyer, père de la chanteuse, y proposait les albums des voix d’Alsace programmées au festival.

LIEDERBRUNNE ISABELLE GRUSSENMEYER ET JEAN MARIE LORBER IMG_5362
Isabelle Grussenmeyer et Jean-Marie Lorber

 

LIEDERBEUNNE PAUL GRUSSENMEYER IMG_3719
CD alsaciens à volonté au stand Liederbrunne animé par Paul Grussenmeyer

LIEDERBRUNNE JEAN MARIE LORBER ET PAUL GRUSSENMEYER IMG_5358

Ce «bonheur d’être alsacien» n’est pas synonyme de repli identitaire comme l’a développé Pierre Kretz dans «Le Nouveau malaise alsacien» en 2015. Une évidence affirmée avec éclat à chaque édition loin du concept de «festival alsaco-alsacien».

En témoignent les concerts de Tri Yann, I Muvrini, Stéphane Eicher, Émir Kusturica, et tant d’autres prestigieuses têtes d’affiches de précédentes éditions.

AURÉLIE DIEMER ET ANTOINE JACOB FREQUENCE VERTE 39609989_1844697685611377_6488177369151438848_n
Aurélie Diemer (Cadillac Lilou) et Antoine Jacob, animateur d’une émission dominicale sur la chanson et la culture alsacienne sur Fréquence Verte

 

« UN ESPACE DE DÉCOUVERTE ET REDÉCOUVERTE DE LA SCÈNE ALSACIENNE »

117 000 spectateurs et 2000 artistes programmés depuis la 1ère édition …

Au-delà de ces chiffres fournis avant l’édition 2018, Agnès Lohr précise : «Summerlied est désormais reconnu pour sa qualité par les tourneurs, les producteurs et les artistes.

Preuve en est la présence cette année de Grupo Compagny Segundo, Angelo Delebarre Gipsy Unity et Thomas Dutronc mais aussi les Fatals Picards, Sanseverino, Chico et The Gypsies qui en sont les têtes d’affiche. Summerlied est aussi un espace de découverte ou de redécouverte de la scène alsacienne. Thomas Schoeffler Jr, Lionel Grob ou Matskat sont aujourd’hui reconnus hors du territoire alsacien».

IMG_4043
Lionel Grob
IMG_3828 (1)
Thomas Schoeffler Jr

 Bien dit … mais que retenir de cette 12ème édition ?

Et comment s’y sont affirmés les talents d’Alsace ?

 Selon Agnès Lohr «plus de 4000 personnes sont venues assister aux concerts payants de la scène de la Clairière (+ 5%).Au total, 16 000 visiteurs ont déambulé sur l’ensemble du site durant les trois jours de festival (+ 12%). Summerlied 2018 est donc un véritable succès, puisque les chiffres de fréquentation sont supérieurs à ceux de 2016, alors que cette année le festival a été resserré sur trois jours, contre 5 lors de l’édition précédente. Summerlied est aussi un succès côté artistes, lesquels ont plébiscité la qualité d’accueil par les quelque 600 bénévoles».

Et le budget ? «Il s’élève à 400 000 €. Les subventions représentent la moitié du budget, la billetterie un gros quart et le mécénat/sponsoring un petit quart».

 

IMG_4430
Isabelle Sire et Josef Oster après le concert hommage à Jacques Higelin

 

 FEU D’ARTIFICE MUSICAL

La réduction à trois jours n’a pas empêché Isabelle Sire, co-programmatrice avec Agnès Lohr, de préparer un feu d’artifice musical entre chanson, rock, country, pop, musique symphonique, jazz, etc.

Selon Agnès Lohr, «le pourcentage de créations régionales représente 15% de spectacles présentés pour la 1ère fois au public, dont l’hommage à Higelin, l’opéra symphonique d’Elément 4 avec les écoles de musique et « Alsacia Mythica » d’Éric Kajia Guerrier».

«Un festival comme Summerlied ne doit pas rester adossé au Rhin» avait affirmé un jour le président du festival, Jean Lelin, emporté par le cancer en 2017.

Hommage lui a été rendu, en présence de sa veuve, lors de l’inauguration par son successeur Francis Hirn dans l’Espace portant son nom. De quoi émouvoir plus d’un invité …

IMG_3029
Un espace en hommage au 1er président de Summerlied

 

ESPACE JEAN LELIN IMG_3216
Madame Lelin et Francis Hirn, président de Summerlied

Pas question de détailler chaque prestation artistique de chacune des  Scènes – Clairière, Forêt, Champs, Contes, Poésie – sans oublier les animations dans la forêt décorée par la Compagnie Tohu Bohu, dont le «witzbrunne» cher aux amateurs de blagues ou le lieu de mémoire créé par Gilbert Meyer via des enregistrements de témoignages d’Alsaciens confrontés à l’évacuation de 1939.

AMBIANCE IMG_3052
Visite guidée de la forêt de Summerlied avec Gilbert Meyer, Sylvain et Catherine Piron

 

AMBIANCE IMG_3073
Gilbert Meyer entouré par Sylvain et Catherine Piron
AMBIANCE IMG_4658
Ambiance cubaine sur la Scène de la Clairière
AMBIANCE JULIEN HACHEMI IMG_5159
Julien Hachemi

AMBIANCE IMG_5098

ELEMENTS 4 SYMPHONIQUE 39443063_1844697925611353_8562337017646546944_n
Concert d’après-midi pour la création “Éléments 4 Symphonique” dirigée par Pierre Hoppé

 

SCÈNE DE LA CLAIRIÈRE : ET LES TALENTS RÉGIONAUX ?

Vagabondons au gré de Summerlied 2018, au-delà des têtes d’affiche occupant chaque soir la Scène de la Clairière.

Il est regrettable qu’aucune des soirées n’y aura été consacrée à des talents d’Alsace… à l’instar du spectacle « Wilde Stimme » de Matskat en 2014.

MATSKAT WILDE STIMME IMG_3806
Salut final de Matskat et ses musiciens après leur concert

 C’est en journée, face à un public plus réduit qu’en soirée, que se sont produits les Rhinwagges et Serge Rieger, lauréat du concours D’Stimme 2018.

Idem pour «Éléments 4 Symphonique» réunissant sous la houlette du chef d’orchestre Pierre Hoppé, 4 jeunes de Haguenau aux sonorités électro-pop et aux accents anglais accompagnés des élèves des écoles de musique et de danse de Haguenau et de Schweighouse-sur-Moder.

D'RHINWAGGES ET SERGE RIEGER IMG_4840
Serge Rieger et les Rhinwagges
ELEMENTS 4 SYMPHONIQUE IMG_5066
Éléments 4 Symphonique sous la direction de Pierre Hoppé

Et la seule fois où le drapeau alsacien a été mis en valeur sur la Scène de la Clairière, c’est grâce au chanteur cubain qui a brandi celui que venait de lui lancer Gaby Hartmann, d’Unser Land !

DRAPEAU ALSACIEN GROUP CUBAIN IMG_4496
Drapeau alsacien mis en valeur par un chanteur cubain

A côté des drapeaux breton et de la confédération des nations iroquoises regroupant six tribus natives, le drapeau alsacien ornait la scène de l’Espace Patrick Peter.

Y ont été mis en relief nombre de talents tels Serge Rieger qui a partagé la scène avec Cindy Blum et Elise Fraih. On y aussi applaudi Gaël Sieffert, lauréat du concours D’Stimme 2017, et Julien Hachemi, finaliste de cette année.

DSC_6378-1
Gaël Sieffert Julien Hachemi (Photo Roland Asimus)
SERGE RIEGER CINDY BLUM ELISE FRAIH IMG_5200
Serge Rieger entouré par Cindy Blum et Elise Fraih

Pas de concert solo pour la 3ème finaliste de D’Stimme 2018, Aurélie Diemer (Cadillac Lilou) par ailleurs efficace musicienne aux côtés d’Éric Kajia Guerrier dans “Alsatia Mythica », récital en français et alsacien inspiré des contes et légendes d’Alsace du Moyen-Age.

ERIC KAJIA GUERRIER IMG_3558
“Alsatia Mythica” par Éric Kajia Guerrier

IMG_3186

JEAN DENTINGER ESPACE PATRICK PETER IMG_3658

Nombre de photos et poèmes d’auteurs alsaciens étaient à l’honneur à l’Espace Patrick Peter dont André Weckmann, Jean Dentinger et Conrad Winter : une initiative d’Olivier-Félix Hoffmann, responsable de la programmation de la Scène Poésie.

OLIVIER FÉLIX HOFFMANN AVEC PIERRE NUSS MICGEL FUCHS GREGORY HUCK BARBARA STERN ET SYVIE REFF IMG_3306
Pierre Nuss, Olivier-Félix Hoffmann, Grégory Huck, Barbara Stern et Sylvie Reff

C’est lui qui, avec Pierre Nuss (France Bleu Elsass) a présenté les prix du Festival Summerlied sélectionnés par un jury réunissant notamment les auteurs Michel Fuchs, Grégory Huck et Barbara Stern et Sylvie Reff.

Le Prix Jean Dentinger y a été remis à Elvis Stengel. «De Fresche wille e Kinich», titre de son 3ème album en français et en platt fait allusion à la fable de La Fontaine «Les grenouilles qui demandent un roi».

ELVIS STENGEL SYLVIE REFF IMG_3321
Pierre Nuss remet le Prix Jean Dentinger à Elvis Stengel

 Cet espace poétique a accueilli nombre d’auteurs dont Michel Fuchs et Yves Rudio, qui s’est produit sur la scène ouverte : c’est là que Fabien Spehler a été applaudi et que Guillaume Deininger a ému le public avec sa chanson consacrée à Marcel, son arrière-grand-père au destin de Malgré-Nous. 

ESPACE PATRICK PETER IMG_3701

GUILLAUME DEININGER CHANSON MALGRÉ NOUS IMG_4724
Guillaume Deininger

 

IMG_4740
Fabien Spehler
MICHEL FUCHS ELLVIS STENGEL YVES RUDIO IMG_3663
Michel Fuchs, Elvis Stengel et Yves Rudio

 

YVES RUDIO IMG_3695
Yves Rudio

 

IMG_4104
Spectacle poétique de Grégory Huck

 

 

RENÉ EGLES IMG_5154
René Eglès et Jean-Paul Distel

Autre émotion, celle du public et de Jacques Schleef, lorsque René Eglès, accompagné par Jean-Paul Distel, a célébré le festival et rendu hommage au  créateur du festival sur l’air de «Let it Be» des Beatles !

ROLAND ENGEL IMG_4784
Roland Engel et ses musiciens

ROBERT FRANCK JACOBI ET ANITA PIRMAN IMG_4799

REFF, GRUSSENMEYER, ENGEL, EGLES, JACOBI …

Roland Engel, René Eglès et Robert-Franck Jacobi ont suscité un vif intérêt du public de la Scène des Champs : Summerlied 2018 aura été leur 13ème participation au festival dont ils auront été de toutes les éditions !

AMBIANCE 39504552_1844714025609743_2763392029944709120_n

ISABELLE GRUSSENMEYER IMG_5002
Isabelle Grussenmeyer

Grâce à ce trio, et à Isabelle Grussenmeyer, le public a applaudi quatre des figures majeures de la chanson régionale dans de bonnes conditions techniques. Lesquelles ont hélas fait grand défaut à l’auteure-compositrice-interprète Sylvie Reff sur la Scène des Contes où elle a chanté avec une sono indigne de sa place dans l’Histoire de la chanson d’Alsace.

SYLVIE REFF IMG_4960
Sylvie Reff
LIEDERBRUNNE PAUL GRUSSENEYER ET MARCO SCHMITT (BREDELERS) IMG_3647
Paul Grussenmeyer (Liederbrunne) et Marco Schmitt des Bredelers

 

A noter qu’à l’exception des Bredelers annoncés comme « rock alsacien», les artistes et groupes chantant en alsacien ont été présentés dans le programme sous le label «Chanson/France» !

Rejet de l’étiquette alsacienne ?

Rien à voir avec des talents annoncés comme musique cubaine, musique andalouse, jazz manouche…

Autre regret, le peu de place accordée aux chansons d’enfants présentées par un groupe d’écoliers animé par Isabelle Grussenmeyer et Jean-Pierre Abrecht.

ENFANTS JP ALBRECHT ISABELLE GRUSSENMEYER IMG_3542
Chansons d’enfants avec Isabelle Grussenmeyer et Jean-Pierre Albrecht

 Coup de chapeau à Isabelle Sire pour avoir suggéré à Matskat de préparer un hommage à Jacques Higelin.

D’où le spectacle « Tombés du ciel » : une dizaine de chansons réunissant Grégory Ott, Christian Clua, Jean-François Untrau, Matthieu Zirn, Claire Faravarjo, Lionel Grob, Josef Oster, Rym (Lyre le temps) et Christian Fougeron.

 

 

Hommage à Jacques Higelin
IMG_4019
Stéphane Jost

Autre belle surprise : “Henner chez les Yennisch”, spectacle multilingue mis en scène par Jean-Pierre Schlagg sur un texte de Roger Siffer.

Stéphane Jost est excellent dans cette évocation des «gitans blonds, entre monologues, chansons et blagues en français, alsacien et yennisch».

NICOLAS FISCHER IMG_5272
Nicolas Fischer

 LES ASSOIFFÉS IMG_3813

 INNOVATION ET IMPACT POPULAIRE

Les directions empruntées par Les Assoiffés, Les Bredelers, Nicolas Fischer et Thomas Schoeffler Jr sont réjouissantes.

Car synonymes d’innovation et d’impact populaire de ce festival bénéficiant de 500 bénévoles : 200 pour l’organisation Summerlied et 300 des associations sports et loisirs de 5 villages pour la restauration : Ohlungen, Schweighouse-sur-Moder, Huttendorf, Morschwiller et Uhlwiller.

«Les bénévoles de l’organisation sont organisés par groupe d’activité (espace VIP, gestion des scènes, éco-festival, photo, chauffeurs, logistique, communication etc…) : 14 au total sous la houlette d’un responsable qui prépare le sujet depuis environ 6 mois voire un an pour certains domaines comme la technique et la communication» conclut Agnès Lohr.   

MATSKAT IMG_5021
Matskat interviewé pour l’émission “Rund Um” de France 3 Alsace

 

Espérons que d’ici l’édition prévue le week-end du 15 août 2020 de nouveaux talents régionaux se seront affirmés … notamment stimulés par D’Stimme, concours organisé par l’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle et France Bleu Elsass.

Une station hélas devenue web radio ce qui handicape son impact.

Mais ceci est une autre histoire.

OLCA IMG_3725
Stand de l’OLCA

Texte et photos ALBERT WEBER

 

YVES RUDIO IMG_3690 

RENÉ EGLES IMG_5242
Concert de René Eglès

 

JACQUES SCHLEEF : « SUMMERLIED DOIT VEILLER À CONSERVER SES FONDAMENAUX »

Que pensez-vous de cette 12ème édition de Summerlied ?

Ce fut un festival bien agréable à vivre !  Un temps splendide, des soirées chaudes, une ambiance chaleureuse, une programmation qui a ravi les très nombreux festivaliers.

Et il fallait cela, après 2016 aux résultats mitigés  : remonter le moral des « troupes » et retrouver les saveurs du succès pour donner goût aux nouveaux bénévoles venant  de rejoindre l’organisation. Nul doute que leur investissement s’inscrira dans la durée au cœur de cette magnifique aventure qu’est Summerlied !.

Et la place de l’alsacien dans la programmation ?

Les concerts, notamment ceux de la grande scène de la clairière furent au niveau des éditions précédentes. On ne peut que s’en réjouir !

L’occasion de savoureuses rencontres aux colorations musicales très chaudes … et sur des rythmes souvent endiablés ! Certes la langue alsacienne et les grandes créations furent plus discrètes mais cela ne peut –devrait – être que « conjoncturel » …

Summerlied est toujours un marqueur pour la culture alsacienne et l’identité de notre région historique ?

Il y a 20 ans les Alsaciens avaient besoin d’affirmer individuellement leur identité.

Aujourd’hui l’identité alsacienne est tellement dégradée qu’il y a besoin d’une affirmation commune car notre société est devenue communautaire… Summerlied est un festival de promotion de l’identité culturelle mais pas de la culture identitaire. 

D’ailleurs pourquoi l’identité des uns serait-elle formidable, très défendable, appelant notre soutien moral et matériel alors que d’autres identités seraient des menaces, des postures politiquement incorrectes ? Summerlied doit veiller à conserver ses « fondamentaux ».

Quel avenir pour ce festival unique en Alsace ?

Le travail de réflexion que très certainement Agnès Lohr, la directrice depuis 4 ans, conduira, nécessitera de se pencher sur certains aspects du projet.  Summerlied s’est forgé au fil des éditions à travers   de multiples rencontres, des échanges, des questionnements…

Cette démarche devra se poursuivre en réfléchissant à son modèle économique, en reprécisant la ligne artistique, en consolidant son ancrage dans le territoire …

Des ïch awer ales zue ernscht, lon uns einfach widersch draïme mït unserem liewe Summerlied ! 

 

 

ROLAND ENGEL IMG_4772
Roland Engel
ROBERT FRANCK JACOBIN ET ANITA PIRMAN IMG_4797
Robert Franck-Jacobi

 AMBIANCEIMG_3003

“L’HIVER DE SUMMERLIED ?   ”   

 L’événement « Ohlungen » est d’importance, en témoigne la foultitude d’articles de presse relatifs à la manifestation. Les DNA et Rue 89 y ont consacré des articles dont le message mérite d’être analysé.   Les DNA ont rendu compte de l’importance du festival en soulignant l’intense déploiement d’énergies associatives qui s’y tient. L’article de Franck Buchy daté du 18 août relève aussi que ” l’alsacianité ” originaire du festival, voulue par les fondateurs, est réduite à sa portion congrue.

 La manifestation serait moins ” militante “. Rue 89 ironise sur la prétendue ” disparition de l’Alsace ” qui est, volens nolens , effective et exhorte les Alsaciens à se retrouver au festival pour remarquer que l’Alsace n’avait pas disparu .

 Qu’en est-il réellement ?    

En dépit de la programmation de nombreux artistes régionaux, le dialecte est de moins en moins usité sous les frondaisons de la forêt d’Ohlungen.

 La marque de fabrique alsacienne du festival ne semble plus être le mobile déterminant de la venue des jeunes et moins jeunes. Les discussions avec les spectateurs dénotent du caractère désabusé et résigné des Alsaciens lesquels, s’ils sont attachés de manière instinctive à leur langue, pensent qu’il est trop tard pour relever son défi.

 Alors, Summerlied, un symptôme parmi d’autres du long hiver que s’apprête à traverser notre langue régionale ?”

Jean Faivre , 24 ans , étudiant en master 1 de droit public à l’Université de Strasbourg , est intéressé par les questions touchant à l’Alsace , du point de vue politique , linguistique , culturel etc

 

RENÉ EGLES ET JEAN PAUL DISTEL IMG_5146
René Eglès et Jean-Paul Distel
ISABELLE GRUSSENMEYER ET PIERRE NUSS IMG_3522
Isabelle Grussenmeyer et Pierre Nuss
ERIC KAJIA GUERRIER IMG_5162
Eric Kajia Guerrier et ses musiciens

AMBIANCE IMG_5211 

MATSKAT ET FRANCKY REINHARDT
Matskat et Franck Reinhardt

 

Categories: Actualités
Mots-clés : ,

Write the message to Anonyme Cancel Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>