On l’attendait depuis un moment déjà ce nouvel opus. Et on se demandait bien ce que Vyviann Cayol et Jean-Yves Liévaux nous mijotaient avec leur 5ème album.

Ce CD qui arrive à point, à un moment des plus charnières de la trajectoire de ces ambassadeurs d’une chanson vivante résolument audacieuse. Avec à la clé 13 titres qui retiennent l’attention tant sur le fond que la forme.

PF ALCAZ ALCAZ NOUVEAU CD 2013 POCHETTE

52 minutes et 59 secondes enregistrées à Marseille et Montréal

Et s’il est vrai qu’Alcaz retient l’attention des passionnés de chanson vivante, d’un bord comme de l’autre de l’Atlantique, une évidence s’impose cependant.

Trop de professionnels du milieu artistique et autres décideurs de l’industrie musicale française et québécoise croient  “connaître” Alcaz et s’en font par conséquent une opinion qui ne correspond pas/plus au répertoire de ce duo.

 En cette période où les grands médias font preuve de plus en plus frilosité face aux talents s’affirmant hors des sentiers battus, Alcaz fait preuve d’imagination “Là sous la lune”. Ou plus exactement dans un univers synonymes de remises en questions et d’innovations qui ne peuvent que retenir l’attention de ceux qui suivent de près l’évolution de cet attachant duo.

PF ALCAZ PETITE VALLEE

Festival de Petite-Vallée, en Gaspésie, au Québec

Cœur de rocker et chansons à textes

Premier constat : cet album existe. Hé oui, en ces temps plutôt problématiques pour les artistes et les groupes qui prennent (encore) le risque d’enregistrer un CD, la sortie de ces 13 chansons représente un bel exploit mené à bien entre la France et le Québec, terre d’adoption d’Alcaz qui s’y produit régulièrement à l’initiative de Nicole Giguère et Alain Bourget (123 Go Productions).

Un album synonyme d’autoproduction ? Oui, et le résultat n’en est que plus percutant car Alcaz sait ce qu’il en coûte – à tous les sens du terme – pour produire et réaliser un album le plus fidèle possible à leurs exigences. 

Avec ses refrains qui donnent le frisson et ses guitares électriques qui font décoller les textes, cet opus fait la part belle à un ton, une ambiance sans aucun doute différente des enregistrements précédents.

Le nouveau CD alcazien ? De quoi donner des idées pour le “cadeau-le-plus-magnifique-trop beau-poétique-rock-pop-délicieux-déjanté-osé” selon l’expression de Vyviann Cayol.

Ici et là le cœur de rocker de Jean-Yves – de l’époque du groupe “Liévaux Transfo”, réapparaît d’ailleurs dans le phrasé, les intonations, la couleur de certains titres.

Les amateurs de cette formation – partie intégrante de l’histoire du rock français – ne peuvent que s’en donner à cœur joie. Et les fans de chansons françaises qui ont du sens seront eux aussi satisfaits. 

Entre répertoire alcazien et sonorités inattendues

Vyviann Cayol et Jean-Yves Liévaux s’aventurent avec brio sur de nouvelles voies musicales entre répertoire alcazien et sonorités inattendues où leurs voix prennent un relief particulier.

Autant de chansons qui sont toutes uniques … entre refrains d’amour (“T’es mon bijou”)  et séjour chez les Inuits (“Les 3 soleils”), escapades aventureuses à deux (“Reprendre la route”) et phrases murmurées dans l’intimité (“Les mots doux”), utopies réalistes (“L’humanité”) et tranches de vie quotidienne (“Les petites choses”) ; .. et la liste n’est pas exhaustive !

Et aussi gouffre entre des modes de vie à des années-lumière les uns des autres, entre liberté et dictature :

“Il neige au centre-ville

Dans nos mains inutiles

Tandis qu’à quelques heures d’aéroplane

Sous le regard d’une autre femme

Il y a des blindés qui défilent”

Pas facile de résumer en quelques mots le “genre musical” de cet album ! Car sans renier ses couleurs d’origine, le duo a sensiblement enrichi la palette alcazienne de nouveaux sons. A la fois tendre et rock, voire électro, ces chansons ne peuvent vous laisser indifférent si vous aimez la chanson française qui vous prend au cœur et aux tripes.

Des chansons qui vous donnent également des ailes comme dans le surprenant “Temps et tant” ponctué de sacrés riffs de guitares qui m’ont fait penser … mais oui … au groupe Scorpion. Vous souriez ? Tant mieux, c’est bon signe. Votre curiosité est piquée au vif.

PF ALCAZ FRANCOS

Francos de Montréal, face au public québécois

Du Lac Clair à Limoilou

Évidemment, le Québec – seconde patrie d’Alcaz -est aussi au rendez-vous dans cet opus qui débute sur les chapeaux de roues avec “Reprendre la route” avec allusion au Lac Clair.

On se promène aussi du côté de “Limoilou”, bel hommage à Pierre Jobin. Une  “toune” déjà proposée en concert qui prend ici une tournure différente. Une passerelle vers celui qui a tant œuvré en faveur d’une certaine chanson québécoise et française, de Sylvain Lelièvre à Félix Leclerc via Jacques Bertin et Pierre Calvé … et tant d’autres encore.

Alcaz y fait aussi allusion à la fameuse boîte à chanson lancée par Pierre Jobin et Renée Marcoux dans le quartier de Limoilou :

“A peine passées les bonnes manières

On est entrés au paradis

De la chanson chez l’ami Pierre

Là où tous les mots sont permis

On s’amuse même entre les notes

Tout comme les Oiseaux de passage

Qui jazzent sur les souvenirs qui flottent

Vers le grand large”

PF ALCAZ DUO

Un duo qui mérite assurément d’être mieux connu en France

Mission accomplie grâce à Eric Frasiak et aux Québécois Steve Normandin et Sébastien Lacombe

Cet album propose assurément de bonnes balades à faire “Là sous la lune”. A savourer également une surprenante et enjouée version du “P’tit Bonheur” cher à Félix Leclerc.

“Limoilou” et “Le P’tit Bonheur” ont été enregistrés à Montréal avec la complicité de Sébastien Lacombe à la réalisation, aux synthés et aux percussions : un auteur-compositeur-interprète québécois dont la vie d’artiste s’enracine également en France et au Sénégal où il a vécu.

 Autre atout de cet opus, la complicité de divers musiciens tant français que québécois qui interviennent entre basses, contrebasses, batterie, percussions, guitare, oud, dobro, harmonica, etc. S’y ajoutent aussi les guitares de Jean-Yves et Vyviann également des plus efficaces au cazou : tous deux signent les arrangements des  13 chansons.

Sans oublier l’accordéon de Steve Normandin présent grâce à Eric Frasiak ! En effet, la participation du musicien québécois sur “Les gens de” et “L’humanité” a été rendue possible par une prise de son au Studio Crocodile, à Bar-le-Duc !  Et voilà comment “L’accordéoniste voyageur” offre sa touche personnelle à cet album, discrètement et cependant très efficacement.

Un livret-concept aux peintures signées Vyviann Cayol

Cet album ne s’affirme pas seulement comme le résultat d’une intense collaboration musicale, avec des textes et des mélodies signées V. Cayol et/ou J.Y Liévaux …

C’est aussi la concrétisation d’une complicité entre deux univers artistiques : celui de la chanson et celui du pictural. Ce sont d’éclatantes peintures de Vyviann Cayol qui inspirent la conception graphique confiée à Karine Girault .

Les paroles des chansons, avec alternance régulière dans les couleurs des titres, sont mises en valeur avec efficacité. S’y glissent ici et là d’expressives photos de ce couple d’artistes dont les créations ne se limitent pas à la chanson. 

En têtes des remerciements – outre les indispensables souscripteurs – figure Christian Hee, ami d’enfance de Jean-Yves Liévaux et gérant d’Alcaz récemment disparu.

PF ALCAZ SPM JT

En direct au journal télévisé à Saint-Pierre et Miquelon

Des grandes scènes aux concerts à domicile

En somme 13 titres qui vous surprendront, même si vous en savez déjà apprécié certains en concert. De bonnes balades à vous offrir “Là sous la lune”… Avec pour terminer l’album “L’eau des larmes” où la claire fontaine n’est pas vraiment aussi limpide que dans la comptine d’antan.

Oui, 13 titres qui m’incitent tout simplement à m’adresser aux décideurs du monde de la chanson en France et au Québec : Osez écouter ce nouvel Alcaz … Et, pourquoi pas, ouvrir votre porte comme à un “grand groupe reconnu par les grands médias”. Osez prendre votre risque comme le public prend le sien depuis … oui déjà 12 ans … et 5 albums.

Alcaz c’est aussi la Francophonie : une sacrée aventure tant humaine qu’artistique pour Vyviann et Jean-Yves comme j’ai pu m’en rendre compte en diverses circonstances d’un bord comme de l’autre de l’Atlantique, entre France, Saint-Pierre et Miquelon, Québec et Acadie.

Habitué aux scènes de diverses dimensions, Alcaz excelle également dans des formules plus intimes qui privilégient le contact direct entre artiste et public. Des concerts à domicile d’une heure et demie suivis d’un échange en toute spontanéité avec ce couple  dont le slogan est plus que jamais d’actualité : “Un duo à voir pour s’entendre”.

PF ALCAZ GASPE

Escale gaspésienne devant le Rocher Percé

 

Texte Albert Weber

Photos Albert Weber et collection Alcaz

 

Contact Transformances Productions 06 60 55 76 92

Site d’Alcaz www.alcaz.net/

 

Difficile de ne retenir qu’une seule vidéo parmi toutes celles visibles sur internet. D’où cet extrait d’un inoubliable concert savouré en octobre 2012 au Théâtre de la Ville de Longueuil, au Québec. Accompagné par Steve Normandin à l’accordéon, voici « L’humanité, c’est beau comme un dimanche «  sur des images signées Pascal Gélinas et Nicole Giguère

 

 

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>