EN SOUVENIR DE PATRICK BOEZ

Mon cher Patrick,

Tu sais, c’est la dernière fois que je t’écris. Point final de près d’un quart de siècle d’échanges de courriels, lettres, cartes postales De conversations téléphoniques en direct de Saint-Pierre ou d’une de tes escales en métropole, dans ta famille dans le Nord ou chez ta sœur en région parisienne.

Désolé de n’avoir pas réagi plus tôt, je n’en avais pas envie. Fallait d’abord encaisser le choc de ta disparition, accepter ou tenter d’accepter l’inacceptable.

 

Numériser 2

74345742_2404095419701742_6137424484056956928_n
Ci-dessus et ci-dessous : photos collections Patrick Boez

75388172_2404097256368225_1632283431578632192_n

Je sais bien qu’on est dans une époque où tout va vite, trop vite même. “L’actualité n’attend pas”, comme je l’ai souvent lancé à mes collègues des Dernières Nouvelles d’Alsace.

Donc, pour être dans les clous, il aurait fallu que je m’exprime sans tarder. A chaud, à temps, dans l’urgence quoi, à l’instar des centaines de réactions que j’ai pris le temps de découvrir sur internet, notamment sur Facebook. Messages, commentaires, photos, smileys tristes … démultipliés à l’extrême, partagés et encore et encore.

Tu vois, je n’avais absolument pas le cœur à “témoigner”, tu me comprends j’espère. Ne m’en veux pas, je n’ai pas envie d’évoquer ta mémoire à la télé, au journal de Saint-Pierre et Miquelon la 1ère. 

J’ai décliné l’invitation d’un de tes amis, le journaliste Aldric Lahiton qui m’a écrit : “Notre communauté a perdu l’un de ses amoureux de la chanson française, et personnellement, un collègue en or. Nous allons produire un sujet hommage dans notre édition du JT de ce soir, et nous souhaitons recueillir des témoignages de ses proches dans l’archipel et en dehors… Je me tourne naturellement vers vous, savoir si vous seriez d’accord pour participer à un entretien sur Zoom”.

Capture d’écran 2021-05-09 à 13.29.13

Au lendemain de ton suicide, le journal de 20 h a été présenté par Claudio Arthur.

Lui aussi, on le sentait ému. Il a parlé de toi comme tu le méritais, et le reportage était à la hauteur de ce que tu as vécu et mené à bien depuis plus de 30 ans sur l’archipel. S’y sont ajoutés les témoignages de Michel Le Carduner et Roselle Billy, émus tous les deux.

Autant de précieuses minutes d’un journal télévisé enraciné dans tes passions : curling, sports de glace, faune et flore, photo, et bien sûr la chanson. “Érudition, humour, impertinence” comme ça a été dit dans le reportage qui a bien mis en valeur ton engagement en faveur de la chanson française et francophone.

BOEZ TV SPM Capture d’écran 2021-05-05 à 14.17.34

BOEZ TV SPM Capture d’écran 2021-05-05 à 14.17.35

Capture d’écran 2021-05-05 à 14.17.32

siegfriedt BOEZ article-curling-93
Écho des Caps, 1993. La 1ère équipe de curling de l’archipel. Claude Siegfriedt a créé le club et Patrick Boez était parmi ceux qui l’ont aidé. Collection Anne-Marie Siegfriedt.

 

Cet inoubliable journal télé m’a donné envie de revoir, encore une fois, la vidéo d’une émission radio. Celle où tu as parlé en direct au micro de ta station, lundi 11 janvier 2016. Tu y avais été l’invité de  10h30 de “Brume de Capelans”.  A un moment tu y lances un souhait : gagner au loto et ainsi pouvoir organiser un “Festival Jambon Beurre” avec les artistes et groupes de ton choix…

Cette émission , elle a été diffusée pour les dix ans de ton cher “Jambon Beurre” totalement dédié à cette chanson qui nous fait vibrer. Celle qui a des tripes, du cœur, du bon sens. Et beaucoup d’humour aussi comme en témoignent tant de fous-rires partagés à l’antenne avec Roselle Billy, Myriam  Lelorieux et Hélène Pannier.

Au fil des saisons, elles ont co-animé ce programme avec toi. D’où cette photo prise le 16 janvier 2016. Elle a été publiée dans le 1er numéro du trimestriel Hexagone avec la légende suivante : “Pour les 10 ans de “Jambon Beurre”, Patrick Boez est entouré des trois co-animatrices successives de l’émission. Au centre Roselle Billy  de la 1ère émission le 19 janvier 2006 à février 2007; à droite Myriam Lelorieux de février 2007 à juin 2010; à gauche Hélène Pannier depuis septembre 2010″.

.180904080_10161031829062627_6500238053174597048_n

 Capture d’écran 2021-05-09 à 17.53.27

Oui Patrick tu te rends compte ! Près de 600  “Jambon-Beurre” toujours disponibles sur ce site.

Tout y est depuis 2005 et jusqu’à la dernière émission, celle diffusée le 30 janvier 2021   avec comme “album de la semaine”  Léonor Bolcatto et ses “Allumeuses d’étoile”. Et ton ultime “Jambon Beurre” s’est terminé par une série de chansons célébrant  toutes un mot : Merci.  Il y a eu Coko, Céline Brémond, le groupe Fenouil et les fines herbes, Marc Vincent,  Lareplik et enfin une dernière chanson : Bill Deraime pour un titre qui prend aujourd’hui une résonance toute particulière évidemment : “Merci pour tout”.

HEXAGONE N°1 - 4 AUTOMNE 2016 - FORMAT WEBJe me souviens combien tu avais été surpris que le  premier numéro de Hexagone, le trimestriel te consacrent autant de place pour les 10 ans de “Jambon Beurre” : un entretien de 7 pages signé Michel Gallas avec des photos de David Desremeaux.

HEXAGONE N°1 - AUTOMNE 2016 - FORMAT WEBHEXAGONE N°1 -3 AUTOMNE 2016 - FORMAT WEB

 “Un entretien alerte avec le sympathique Patrick Boez, animateur de l’émission « Jambon-Beurre », sur Radio Saint-Pierre-et-Miquelon, entretien qu’on espère être le premier d’une série consacrée à ces émissions chanson, plus nombreuses qu’on le pense, que les publications de naguère comme les blogs d’aujourd’hui ont toujours superbement ignorées” avait écrit Floréal Melgar sur le site Crapauds et rossignols

NOGENT 3 149 PATRICK BOEZ AVEC LIVRE SUR RAOUL
Heureux d’avoir retrouvé Raoul de Godewarsvelde durant la visite des archives Dimey durant le festival de Nogent.

Numériser 1

 

Tu te souviens de notre première rencontre ?

C’était en juillet 1997, au Centre culturel et sportif de Saint-Pierre.

J’y suis pour l’inauguration des Franco-Marines, formidable festival monté par Henri et Marie-Andrée Lafitte. Un des nombreux festivals vécus ensemble sur l’archipel.

Cette année-là, ce n’est pas mon premier séjour sur l’archipel. Mais j’y suis revenu avec le soutien de l’Agence régionale du Tourisme alors dirigé par Jean-Hugues Detcheverry. Avec en vue en vue d’un article pour  “Chorus les Cahiers de la Chanson”, le trimestriel de Fred et Mauricette Hidalgo.

IMG_4449
Septembre 1997, Chorus 21 avec des dossiers sur Robert Charlebois, Serge Reggiani, Jacques Canetti, Colette Magtny, Yves Duteil, … et 3 pages sur les Franco-Marines.

 IMG_4451

Les discours sont terminés, et voilà qu’un gars souriant et frisé s’approche de moi, me dit qu’il est un des abonnés de Chorus sur l’archipel et on se met à discuter.

Et c’est parti pour près d’un quart de siècle de complicité sans orages. Je me souviens combien tu as été surpris par la rapidité de publication du dossier de trois pages dans le numéro d’automne de Chorus : “Franco-Marines, 1ère Un festival brise-glace”. Le titre avait d’ailleurs fait grincer quelques dents à Saint-Pierre et à Miquelon, il faisait allusion au groupe Brise Glace Orchestra …

Depuis juillet 1997, on en fait des milliers de kilomètres pour nous retrouver au gré des événements : Saint-Pierre, et évidemment aussi Miquelon; Paris; Montréal; Nogent en Haute-Marne; Strasbourg aussi …

a TILLY BOEZ chez_moi

BOEZ 13 7 2007 IMG_7476 a SPM AW BOEZ jambon-beurre 2

PF BOEZ JB-Rue de la muette3

PF BOEZ apero(1)

PF-BOEZ-jambon-beurre-le-groupe-500x333

PF BOEZ avec Patrick Boez
Avec Patrick Ochs
Patrick Boez
Septembre 2020. Photo Henri Lafitte
ALBERT A ST PIERRE ET MIQUELON EMISSION JAMBON BEURRE SUR LA CHANSON FRANCAISE AVEC MYRIAM ET PATRICK BOEZ 2
19 février 2009, au micro de Jambon Beurre avec Patrick Boez et Myriam Lelorieux

Henri Lafitte aura été un des premiers à réagir à ton décès, Patrick.

“Je suis là, soudain, devant mon clavier et je pense à la tristesse qui étreint d’ores et déjà tous ceux qui ont pu mesurer tout ce qu’il apportait à l’archipel, par sa gentillesse, son implication dans ce qui permet de nous dépasser, par la beauté de la musique, d’un oiseau passereau, d’un paysage de plénitude, tant il aimait à la partager” confie l’auteur-compositeur-interprète de l’archipel sur son blog mathurin.com  sous le titre “Hommage à toi, Patrick Boez”.

Ton suicide survenu quelques jours après ses 60 ans, nous a ébranlés …. Henri et moi avons aussitôt pensé à un autre compagnon de route, le musicien Jean-Guy Pannier . Lui aussi, avait décidé de s’en aller, à 54 ans en avril 2005.

Tu sais Patrick, un autre ami de l’archipel m’a dit de toi : “Il ne doit pas avoir un Miquelonnais ou Saint-Pierrais qui ne connaissait pas le météorologue, le président de la ligue des sports de glace, le président du curling club, le photographe hors pair et…. l’animateur de l’émission “Jambon beurre”. La population, dans son ensemble a été choquée d’apprendre sa disparition, dans des conditions qui nous laissent sans voix. J’avais de temps à autre l’occasion de le consulter pour lui demander une information sur un oiseau photographié, il répondait toujours rapidement passionné qu’il était par tout ce qui touchait à l’ornithologie”.

 

BOEZ 13 12 2018 IMG_4367

 Et puis, dans le flot de souvenirs dont je n’évoque que quelques facettes ici, il y a évidemment ton séjour en Alsace, avec Sophie. Avec notamment ce fraternel repas organisé dans un resto alsacien, “Aux Armes de Strasbourg”, Place Gutenberg, à deux pas de la cathédrale.

Quelles belles retrouvailles avec Guy Zwinger, animateur de “Je viens vous voir” sur RNC Nancy, et l’auteur-compositeur-interprète et Jean-Luc Kockler, tous deux venus spécialement de Lorraine  pour cette rencontre à laquelle participa aussi Isabelle Sire (chargée de diffusion/ production, Rose Macadam).

 Et puis il y a eu la Choucrouterie ! Depuis le temps que je t’en avais parlé ! On y a diné, puis on a passé une soirée inoubliable avec la revue satirique de Roger Siffer et ses complices.

On était en premier rang tous les trois, toi, Sophie et moi. Et le comédien-humoriste Guy Riss a vite remarqué que Sophie n’en pouvait plus de rire quand elle le regardait en train de parodier le maire de Colmar dans son personnage de “Chilibébert” . Durant le spectacle, Guy s’est adressé à Sophie en lui demandait si elle tenait le coup et, évidemment, elle riait encore plus, et toi aussi.

Quelques mois plus tard, en parlant de vous deux à Guy, il m’a dédicacé un mot en alsacien que je vous ai envoyé. On s’était évidemment promis tous les trois de retourner à la Chouc à votre prochain passage à Strasbourg. D’ailleurs à chaque fois que je postais sur Facebook une info sur la Chouc tu y réagissais, et Sophie aussi.

BOEZ AVEC SOPHIE BRY CHOUCROUTERIE 12 12 2018 IMG_4352

BOEZ DEDICACE EN ALSACIEN DE GUY RISS COMÉDIEN DE LA CHOUCROUTERIE "Grosses bises de Giuy à Patrick et Sophie" scan0004
Dédicace de Guy Riss pour Patrick et Sophie

 

Strasbourg aura été une étape inoubliable pour toi. Pas seulement pour la Choucrouterie mais aussi la soirée des attentats de Strasbourg, le 11 décembre 2018.

Ce jour-là, en fin d’après-midi, je suis d’abord allé à la Brasserie Saint-Michel, pour une rencontre poésie animée par Sido Gal. Puis nous nous sommes retrouvés au 1er étage de la Brasserie Kohler Rhem (à présent hélas fermée définitivement), au cœur de la ville, à la place Kleber et son sapin. On dinait tranquillement, et tout à coup l’ambiance a changé. Sophie voulait sortir fumer une cigarette, mais le serveur lui a refusé d’aller prendre l’air.

Et on s’est retrouvé tous les trois, à attendre la fin de la soirée, suspendus aux sites d’infos de nos portables, avant de pouvoir quitter les lieux, via un circuit indiqué par les forces de l’ordre.

Le lendemain, c’en était fini du Marché de Noël que vous vouliez tant prendre le temps de découvrir … 

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bien sûr quand je pense à toi et à l’archipel surgissent également tant de souvenirs avec nos amis d’Alcaz, Jean-Yves et Viviane Cayol. On en a vécu des choses ensemble à Saint-Pierre, et aussi à Miquelon.

Tu te souviens de ta surprise faite à Jean-Yves lors d’un diner chez toi ?

Dans ton incroyable collection d’enregistrements se trouvait un des premiers 45 Tours de Jean-Yves. Je crois bien celui de “Neige neige tombe” sorti en 1973,  avec sur la pochette la tête d’un jeune chanteur chevelu aux allures de Francis Lalanne débutant. Tu me montres le disque en précisant à voix basse :  “On va le mettre sans rien dire, et on va regarder la réaction de Jean-Yves” … Stupéfaction totale évidemment de l’intéressé et toi .. un large sourire, heureux comme si tu lui avais joué une bonne farce. “Ça alors, c’est pas possible ! Je retrouve un de mes premiers 45 Tours à Saint-Pierre et Miquelon ! J’y crois pas ! Moi même je n’ai plus ce disque” nous avait confié  Jean-Yves.

Avec Jean-Yves et Viviane, nous avons aussi été à Miquelon pour un concert prévu chez Péco je crois bien. Là aussi tu étais heureux de nous emmener dans la nature, de nous expliquer la faune, de prendre des photos, de nous parler faune et flore aussi.

BOEZ LIEVAUX 13 7 2007 IMG_7621 - copie

BOEZ 13 7 2007 IMG_7488

BOEZ 13 7 2007 IMG_7477
Miquelon. le verre de l’amitié
BOEZ 13 07 2007 IMG_7492
Quelques achats avant de revenir à Saint-Pierre

 Tu sais, j’ai aussi décliné la proposition de Michel Kemper. Pas envie de réagir par écrit en écrivant un texte sur toi. J’ai préféré lui parler de toi avec émotion au téléphone et lui envoyer quelques photos.

Il en a publié deux dont l’une prise devant un des panneaux de Miquelon avec nos amis Viviane Cayol et Jean-Yves Liévaux. Michel Kemper t’a rendu hommage, dans  un beau texte sobrement intitulé Patrick Boez : 1961-2021.

Et d’y préciser notamment ; “Recevoir un paquet orné de timbres de la Poste miquelonaise avec des photos d’oiseaux prises par lui, ça donnait de suite une once de plus-value à l’envoi… Il savait tout des oiseaux migrateurs, autant que des oiseaux rares de la chanson française, du dernier Michèle Bernard, du prochain Frasiak… tout ! La chanson – et les chanteurs – le connaissaient, tous l’appréciaient. Notre diable d’homme animait depuis des lustres une formidable émission radiophonique sur la chanson, Jambon-Beurre : il est à la hauteur de près de six cents émissions !” y écrit notamment Michel Kemper.

BOEZ AVEC LE DUO ALSAC ALCAZ SPM AW 2007 MIQUELON BOEZ ALCAZ 2

Bon mon ami, il est bientôt temps de te laisser, en espérant que ton irremplaçable site réunissant près de 600 émissions ne soit pas jeté aux oubliettes.

Ah oui, j’espère que ton site  “Jambon-Beurre” tellement bien détaillé – sommaire, artistes, chansons, pochettes d’albums – va te survivre. De temps en temps, au gré des émissions, tu aimais bien m’y faire un clin d’oeil, saluant un “auditeur alsacien faisant des bulles dans son bain“. Je t’avais dit un jour que j’écoutais souvent “Jambon Beurre” en train de prendre un bain en Alsace. Merci pour tous les talents que je t’ai recommandés et que tu as programmés dans une de tes émissions.

J’espère aussi qu’un des innombrables artistes et groupes diffusés dans “Jambon Beurre” pensera à toi en composant une chanson …

J’espère enfin – et ce serait rendre honneur à son engagement sans failles au service de la chanson – qu’un jour il existera un Prix Patrick Boez. Et pourquoi pas ?

 

NOGENT 14 011 steve jp laurant et patrick boez entrée médiathèque démonstrations

J’ai pris un peu de temps avant de pouvoir t’écrire. Impossible de t’écrire “Puteaux” : c’était une de nos blagues récurrentes, depuis des années. Et ça nous incitait à parler de Jean-Pierre Laurent, chanteur et joueur de Barbarie. On passait du bon temps avec lui lors d’un festival Bernard Dimey à Nogent. Et voilà qu’un matin, il nous dit devoir s’absenter un jour, le temps d’un aller-retour pour chanter à Puteaux, en région parisienne.

Depuis, entre nous, quand on se parlait ou quand on s’écrivait, on ne disait pas “plutôt” mais “Puteaux”.  Oui, on savait bien que c’était idiot mais ça nous faisait rire. Tu sais, Jean-Pierre était ému en ce mardi 4 mai quand nous nous avons parlé de toi, et de ses chansons, dont des reprises de Mouloudji programmées dans “Jambon-Beurre”.

C’est vrai qu’on aimait bien les blagues idiotes. Comme cette revue de l’Équipement d’avril 2007 reçue un jour vu qu’elle contenait un article sur l’archipel. Quelques semaines plus tard,  je te l’ai renvoyé accompagné d’un post-it :”Pas question de priver de la revue de la DDE, tu y tiens trop”. Pas étonnant que quelques mois plus tard  je la retrouve dans ma boite aux lettres accompagné d’un post-it de toi : “Les best-sellers faut les relire de temps en temps !” et ça continuait de la sorte …  Et voilà comment cette publication de l’Équipement aura effectué nombre de voyages entre l’Alsace et l’archipel, surchargée de post-it…

Numériser 4

Numériser 1 Patrick, tu sais, depuis que tu as été retrouvé au pied de la falaise, une chanson de Henri Lafitte prend un sens très particulier.

Je te parle évidemment de “Rêverie au Cap à l’Aigle”, le 22 octobre 1996. C’est un des 10 titres de l’album “Je suis né Outre-Mer” et Henri y chante notamment :

“Des roches ciselées d’un burin subarctique

Sur un fond bleu de vie qu’on voudrait le fixer

Un havre imaginé aux rives atlantiques

Par des mains maions transposées par la divinité

(…)

Du haut de la falaise je guette les moraines

Vont-elles s’animer comme le fit l’oiseau

Je suis au Cap à l’Aigle mon cœur est en haleine

J’aspire à être pierre dans ce coin de tableau”

BOEZ CHANSON AVEC MARC ROBINE CHEZ HENRI LAFITTE (À DROITE) ROBINE BOEZ LAFFITE Email0001
St-Pierre. Après-midi chanson chez Henri Lafitte avec Patrick Boez, Marc Robine, Hélène Triomphe, Patrice Lacaud, Steve Normandin… 

Voilà mon cher Patrick, je vais bientôt prendre congé de toi. Tu as retrouvé l’ami Marc Robine avec qui nous avons passé des soirées mémorables, jusqu’au cœur de la nuit, avec une poignée d’ami(e)s passionné(e)s de chansons, de bon vin. Et tant de fous-rires aussi jusque sur les dunes entre Miquelon et Langlade, avec Roger Etcheberry … Formidable passionné d’ornithologie comme toi, il nous donnait spontanément en latin le nom de tel oiseau rare qu’il venait d’apercevoir, faisant piler net sa voiture et secouant ses passagers.

Salues Marc de ma part et de Fred Hidalgo, on pense toujours à lui. Et tu donneras le bonjour à ces compagnons de chansons et de musique partis trop tôt : Maurice Segall, Jean-Guy Pannier, Hervé Chevallier, Gerry Boudreau Joseph Moalic, Edouard Bauer/ Fok de la Rue des Dentelles, et d’autres encore.

Il est à présent temps de reprendre “ma place dans le trafic”. Agir comme celles et ceux qui ont réagi à ton suicide sur Facebook avant de reprendre l’inévitable cours de la vie. Va donc falloir recommencer à m’intéresser aux artistes et aux groupes d’Alsace, progresser dans le livre sur la chanson en Alsace dont nous avons parlé plus d’une fois et qui te sera dédié.

Tu ne parlais pas l’alsacien, mais je me rappelle ton émotion, perceptible au micro de “Jambon Beurre”. Hélène Panier t’en avait fait la remarque, et ta réaction l’avait touchée. C’était le 2 juin 2018, juste après la diffusion du Conte alsacien d’Abd Al Malik.

Ce titre, tu l’avais présenté avec enthousiasme :  “Un de mes énormes coups de cœur, franchement c’est que du bonheur, j’adore. 3 mn 30 de bonheur avec Gérard Jouannest au piano et Marcel Azzola à l’accordéon  C’est que bonheur. Il faut savoir qu’Abd Al Malik est né à Paris et il a grandi en Alsace. Donc on a avoir même un petit peu d’alsacien dans la chanson”.

Texte Albert Weber

Photos et documents David Desremaux, Claude Juliette Fèvre, Patrick Ochs, Henry Tilly, Anne-Marie Siegfriedt,  Albert Weber

 

Numériser 2
1993, :”D’ombres et de Lumières”. 1er CD solo d’Alain Lafitte,. L’artiste de Saint-Pierre et Miquelon associe à sa musique des photographies de l’archipel signées Patrick Boez.

Numériser 3

MONTMARTRE : PATRICK BOEZ SUR LES TRACES DE L’HISTOIRE DE LA CHANSON AVEC JEAN LAPIERRE

BOEZ 12 5 2016 VISITE GUIDÉÉ AVEC JEAN LAPIERRE PHOTO DE GROUPE DEVANT LE LUX BAR thumb_IMG_1249_1024
Devant le Luc Bar cher à Bernard Dimey
BOEZ VISITE MONTMARTRE AVEC JEAN LAPIERRE DEVANT LAPIN AGILE thumb_IMG_1416_1024
Devant le Lapin Agile

  thumb_IMG_1243_1024

BOEZ VISITE GUIDEE MONTMARTRE thumb_IMG_1314_1024

BOEZ VISITE GUIDÉE MONTMARTRE JEAN LAPIERRE thumb_IMG_1269_1024

thumb_IMG_1219_1024

BOEZ VISITE MONTMARTRE AVED JEAN LAPIERRE DEVANT MAISON DALIDA thumb_IMG_1305_1024
Devant la maison de Dalida
BOEZ VISITE MONTMARTRE DEVANT PLAQUE PATACHOU thumb_IMG_1448_1024
Sur les traces de Patachou

thumb_IMG_1230_1024 

thumb_IMG_1314_1024

thumb_IMG_1268_1024

thumb_IMG_1332_1024
Place Marcel Aymé : devant le “Passe-Muraille”

thumb_IMG_1315_1024

thumb_IMG_1493_1024

LAPIERRE BOEZL OUELLET Capture d’écran 2020-06-16 à 17.24.00

FESTIVAL DE NOGENT : EN SOUVENIR DE BERNARD DIMEY

BOEZ FESTIVAL DIMEY NOGENT 13 117

BOEZ NOGENT 1 082
Avec Eric Frasiak
ALBERT NOGENT VALMORY FRASIAK BOEZ PF-NOGENT-BEATLES-551704_3976547295089_1322796933_3723075_1095556902_n-500x325
Avec Christian Valmory et Eric Frasiak
PF-NOGENT-2-007-500x356
Eric Frasiak, Patrick Boez, Robin Rigaut,Chrisqtian Valmory, Philippe Savouret

 

BOEZ FESTIVAL B DIMEY CHRISTIAN VALMORY STEVE NORMANDIN PHILIPPE SVOURET PATRICI BOEZ ROBIN RIGAUT ALBERT BOEZ VALMORY NORMANDIN SAVOURET ROBIN RIGAUT ALBERT GROUPE NOGENT 4
Christian Valmory, Steve Normandin, Philippe Savouret, Patrick Boez, Robin Rigaut

 

BOEZ FESTIVAL DIMEY AVEC FRASIAK a SPM AW 2010 NOGENT FRASIAK BOEZ WEBER
Eric Frasiak, Patrick Boez
NOGENT 13 145
Micheline Bouzigon,Steve Normandin. et Patrick Boez et Fred Castel au second plan.

 

NOGENT 13 062

NOGENT 13 066
Inauguration de l’Espace Dimey en présence de Francis Lai à gauche
BOEZ FEVRE 182788755_10226241226840140_2845185038999662828_n
Patrick Boez, Sophie Bry, Christian Valmory, Eric Frasiak, Guy Zwinger et les autres …
ALBERT FRASIAK YVE SAMOUR FEVRE BOEZ FRASIAK EX PRESIDENTE GROUPE NOGENT 14 FB FB IMG_6718
Patrick Boez, Eric Frasiak,  Yves Amour, Claude Juliette Fèvre, Annie Roquis-Millet
ALBERT FRASIAK BRY BOEZ FEVRE PAROLIÈRE CHAUMONT10272493_639269616154196_1339200153114416783_o
Eric Frasiak, Sophie Bry, Patrick Boez, Claude Juliette Fèvre chez la parolière Sandrine Roy

 

182188783_4127367450617891_2482377505767614584_n
Avec Steve Normandin
NOGENT 6 106 STEVE DANS LA SALLE PHOTOS ZWINGER BOEZ
L’œil sur l’objectif durant un concert de Steve Normandin

 

HENRY TILLY : “IL AVAIT UNE CAPACITÉ EXCEPTIONNELLE A SENTIR LE TALENT ET L’AUTHENTICITÉ”

Ce texte de Henry Tilly, originaire de Saint-Pierre et Miquelon, était destiné au mensuel L’Écho des Caps. Mais la publication de la mairie de Saint-Pierre a cessé de paraître en mars après 39 ans d’existence.

“C’est ce matin 4  mai qu’un coup de fil de l’ami Eric Frasiak m’a annoncé l’horrible nouvelle, suivi à quelques minutes par un autre ami commun : Albert WeberR.

Assommés tous trois par cette annonce catastrophique, nous avons fait le même constat qui peut apparaître égoïste, certes, mais qui traduit bien notre désarroi et notre peine profonde : notre esprit s’est soudain vidé de toute autre préoccupation, de toute autre interrogation aussi, de toute autre pensée nécessaire à nos travaux en cours ou nos occupations du moment.

Il faut dire que Patrick, discret comme un chat et parfois même taiseux, n’aurait jamais pu illustrer ce poème de Dimey (un de ses auteurs favoris) : « Quand on n’a rien à dire…et du mal à se taire ». Et pourtant il avait tant de choses à dire mais ne les distillait qu’à bon escient, qu’il s’agisse de photo, domaine dans lequel il excellait : de photo artistique, d’instantané paysager ou d’ambiance ou  photo animalière ; d’ornithologie où son point de vue, toujours bien documenté, était écouté et respecté ; et bien sûr de chanson francophone, domaine particulier où s’était forgée notre amitié et où il était reconnu comme « connaisseur ».

Longtemps absent du Territoire, j’ai fait sa connaissance aux « Déferlantes Atlantiques » de 2011 que j’ai eu le plaisir de « chroniquer » pour Albert Weber, découvrant alors, en même temps que Patrick, déjà St-Pierrais adopté, intégré et impliqué, les artistes qui étaient au programme : Eric Frasiak, Govrache, « Les Imposteures », Steve Normandin et quelques autres plus les artistes locaux : Henri Lafitte, D’gé, Dode, Cox &Co, pour les plus réputés, que je connaissais déjà.

Certains de ces artistes « importés », c’était le cas d’Eric Frasiak, peut-être de Govrache, avaient été repérés par Patrick qui, par son excellente émission « Jambon Beurre », connue d’un nombre étonnant d’artistes métropolitains et les tournées de festivals, découvrait et faisait découvrir au public des talents qui pouvaient bien parfois désigner les véritables héritiers de nos « Géants » disparus ; c’est déjà sûr pour certains comme Frasiak.

Mais ça n’est pas le fait du hasard. Patrick avait une capacité exceptionnelle à sentir le talent et l’authenticité parce qu’il avait une très grande capacité d’écoute et de concentration dans l’écoute, et du texte, et de la mélodie, ce qui facilite grandement l’analyse….

Et corollairement, la conclusion. Je ne saurais dire si cette disposition était naturelle ou liée à sa formation mais on a pu constater que dans les différents domaines où il s’est plongé, il n’est jamais resté en superficie. En fait, il était servi en toutes ces activités par un même sens et amour de la poésie et quand il consentait à donner son avis, celui-ci était documenté… Mais pas uniquement technique.

C’était Patrick, tel qu’on l’estimait et qu’on l’aimait et avec ça naturel, souriant, franchement agréable. Il nous manque déjà …Et ce n’est que le début…

Toutes mes condoléances attristées à ses proches et ses amis”

BOEZ 11 2 2016 thumb_IMG_2285_1024
Retrouvailles à l’aéroport de Montréal

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Retour de Miquelon vers Saint-Pierre. Photos Viviane Cayol

 

MARCEL SOULODRE : RÉSIDENCE AVANT CONCERTS ET NOUVEL ALBUM

Jusqu’à quand serons-nous privés de concerts ? De festivals ? Bonnes questions auxquelles il n’y pas de réponse en ce mois de mars 2021.
Heureusement que certaines salles ne sont pas totalement fermées. Elles ouvrent le temps d’une répétition, voire d’une résidence artistique celle que j’ai eu la chance de vivre fin février. C’était dans une des salles de l’Illiade, à Illkirch.
Une expérience d’autant plus intéressante que cela faisait plus d’un an que je n’avais plus pris de photos à l’Illiade.

 

IMG_1203

 Ce n’est pas la première fois que je consacre un article à Marcel Soulodre sur ce site d’infos.

Cliquez donc sur  MARCEL SOULODRE : LA VOIX DE JOHNNY CASH ? OUI MAIS PAS SEULEMENT …   pour en savoir plus et si en voulez encore davantage, alors plongez dans “BLUE SUEDE SHOES” : LE BON VIEUX TEMPS DU ROCK AVEC M. SOUL .

 

IMG_1059

Bon, refermons la parenthèse sur ce qui a déjà été écrit sur www.planetefrancophone.fr et revenons-en à ce qui s’est passé récemment à l’Illiade.

“On y était en résidence du  lundi le 22 février jusqu’à lundi le 1 mars” précise Marcel Soulodre qui a travaillé avec des musiciens dont je ne connaissais pas certains visages.

La résidence artistique s’est en effet déroulée avec Jean-Michel Eschbach (accordéon) Yvan Keller (batterie) et Gilou Haggen  (basse)  présents le jour de ma venue.

D’autres musiciens étaient, eux aussi, de la partie à d’autres moments : Emmanuel Boch (piano); Pascal Kempf (saxophones);  Lionel Ehrhart  (basse).      

 

IMG_1012
Jean-Michel Eschbach
IMG_1002
Gilou Haggen
IMG_1000
Yvan Keller

 

QUATRE PROJETS ARTISTIQUES

Cette résidence s’enracinait dans pas moins de quatre projets.

A commencer par le spectacle “Blue Suede Shoes” qui a été enregistré avec en prime une interaction entre Marcel Soulodre  Jupiter, oui le fameux jukebox qui faisait partie du spectacle présenté dans une salle comble à l’Illiade.

“La  voix de Jupiter est assurée par Joan Ott qui fait un travail remarquable” souligne le chanteur en parlant de ce spectacle enraciné dans les origines du du Rock ’n Roll

Et c’est pas tout puisqu’en plus de ces quatre clips, le chanteur er les musiciens ont enregistrés “quatre chansons en version raccourcie” en vue de la promotion.

IMG_1048

 

RÉPERTOIRE PERSONNEL

Le 2eme axe de travail, c’est  un spectacle intitulé  “Giddy Up ! ” : le répertoire de Marcel Soulodre.

Donc les chansons dont il est l’auteur et le compositeur, parfois avec la complicité de Bernard Bocquel … pas revu depuis près de 45 ans !  Nous nous sommes connus dans une vie antérieure, étudiants au CUEJ, le Centre universitaire d’enseignement du journalisme alors situé au 10 rue Schiller à Strasbourg. A l’automne 1977, au terme de nos études, Bernard s’envolait pour le Canada, et précisément pour le Manitoba, alors que – toujours dans le cadre de la coopération, j’atterrissais à l’autre bout du monde, à l’Ile Maurice. Nous nous sommes perdus de vue, et c’est grâce à Marcel Soloudre – à qui Bernard a écrit plusieurs textes de chansons – que j’ai eu de ses nouvelles voici plusieurs années.

Les répétitions à l’Iliade ont permis de répéter une vingtaine de titres, en français et égaiement en  anglais.

Le concert était prévu pour fin mars, dans le cadre du Printemps des Bretelles, annulé pour la 2me année de suite.

Le concert de Marcel et ses musiciens y aura donc lieu pour l’édition 2022. Je l’espère vivement !

 

IMG_0997 

DUO AVEC TARA ESTHER

Et le 3eme projet alors ? C’est le duo avec Tara Esther, que les spectateurs de l’Illiade ont apprécié dans le concert Johnny Cash où elle assurait le rôle de June Carter.

“Je suis en train de préparer quelques nouvelles chansons avec ma guitare pour notre collaboration” souligne le chanteur.

C’est précisément cet aspect de la résidence artistique que j’ai suivi lors des heures passées à l’Illiade. 

En témoignent les deux chansons répétées avec Tara Esther mises récemment en ligne sur ma page Facebook. “Quand le soleil dit bonjour aux montagnes” et “All I Have to Do Is Dream” 

Elles y sont toujours visibles sur ma chaine Youtube  où vous pouvez découvrir 90 autres vidéos consacrées à des événements artistiques et culturelles d’Alsace. Voici une des nombreuses chansons répétées par le plus alsacien des chanteurs du Manitoba, avec ses musiciens.

 

IMG_1039

IMG_1091

 

IMG_1101

 

NOUVEL ALBUM À L’HORIZON

Quant au dernier projet de cette résidence artistique, il concerne … mais oui … le nouvel album !

“L’enregistrement de six nouveaux titres que j’ai composé depuis janvier.  Je souhaite sortir beaucoup de nouvelles chansons cette année notamment mon album “Hello Out There“. confie Marcel Soloudre.

 

IMG_1069

En somme une semaine bien remplie pour cette résidence artistique menée à bien sous l’égide de l’équipe de l’Illiade (Sebastien Bauer, Éric & Matthieu, Élodie Morlaes)

Sans parler des vidéos filmées par Patricia Cully , et qui ont été montées les semaines suivantes.

Bref un efficace travail entre sonorisateur et régisseur (Julien Burke), éclairage (Loïc Hollender), monteur vidéo (Sylvain Drouilly), cadreur (David Heitzmann),

 SOULODRE IMG_8225

 TEXTE ET PHOTOS ALBERT WEBER

IMG_1218

TIBERT : “TRANCHE DÉSIR” A SAVOURER … ENCORE ET ENCORE

Pas de doute, la vie va parfois trop vite, et le tourbillon du quotidien nous incite à décaler telle “bonne résolution” pourtant prise avec enthousiasme. C’est ce que je me dis en rédigeant ce texte consacré au 6ème album de Tibert sorti au dernier trimestre 2020. Hé oui, à force de retarder plus d’une fois le moment de vous en parler, le temps a filé plus intensément que prévu.

Bon je vous rassure, il n’est évidemment jamais trop tard pour parler de l’album de Tibert qui mérite d’être connu et surtout reconnu auprès d’un public en quête d’une chanson sans maquillage ni baratin ni effets spéciaux.

 Capture d’écran 2021-01-19 à 20.07.50

AVEC LA COMPLICITÉ DE DENIS FAVRICHON

En 2014, son précédent album, Sortir a retenu l’attention de l’excellent “Trad Magazine hélas disparu trois ans plus tard. Cet album sera synonyme de nombreuses tournées françaises et canadiennes.

Et six ans plus yard, voici Tranche désir : 41 minutes et 42 secondes aux accents folk et rock mixés à Saint Etienne par Tony Bakk chez Studio Mag, mastérisé par Alexis Bardinet chez Globe Audio (Noir Désir, Benabar, etc.) : « une production est léchée et délaisse les réalisations hyper compressées pour garder ampleur et dynamique. En ces temps de claustrophobie, de visages masqués et d’humeurs autocentrées, écouter cet album est une belle évasion, aérienne et vivante, comme une longue course le long de la mer ».

Au menu 11 titres signés par l’artiste originaire de Saint-Étienne  : paroles et musique, guitares, mandoline, banjo, programmation, tin whistle (une variété de flûte)  et basse sur “Le mur” et “Vois” …  et , bien sûr, l’incontournable complicité avec Denis Favrichon (basse, contrebasse, cellobasse) présenté comme un « compagnon de voyage et de galère, de répétitions sans fin et de retrouvailles sans qui cet album n’aurait pas la même saveur ». 

Trois autres musiciens sont au rendez-vous :  Corinne Lamure (violon alto), Michel Turco (programmation batterie, percussions) et Véronique Guinet (flûte pour “Sur ce caillou). C’est vous dire combien la diversité des instruments à cordes utilisés pour cet album ô combien soigné, entre autres via des arrangements à vous donner … oui …des frissons.

Pas étonnant, connaissant le sensibilité, la prédilection de Tibert en faveur des orchestrations de cordes tant en studio que sur scène.

Capture d’écran 2021-01-19 à 20.06.20

PASSERELLES MUSICALES ET FRATERNELLES AVEC L’ACADIE

A cette liste de musiciens français s’ajoutent plusieurs complices d’Amérique francophone : Sylvain Doucet (pedal steel);  Justin Doucet (violon) ainsi que deux artistes que j’ai si souvent apprécié en concert des deux côté de l’Atlantique et que j’estime autant pour leur talent que leur personnalité : Danny Boudreau (choeurs), également une des figures marquantes de la chanson acadienne (parfois surnommé “le Cabrel acadien” dont il assura la première partie au Capitol de Moncton) et Jesse Mea (piano, accordéon).

Bref une sacrée brochette de talents français et francophones réunis au-delà des distances pour cet album  bénéficiant du soutien d’Inouïe Distribution. 

Surtout ne vous étonnez pas de cette passerelle internationale. Ce n’est pas la première fois que l’Acadie est présente sur des enregistrements de Tibert, tant pour des paroles que des musiques. Il faut vous dire que le parcours de cet auteur-compositeur-interprète s’enracine depuis longtemps entre France et Acadie.

« Une histoire d’amitié et de musique, de défense de notre culture commune aussi, souligne l’artiste. Depuis je me suis fait piquer par les maringouins de Beresford, j’ai bu des Moosehead dans les soirées de la FrancoFête, j’ai dégringolé les rapides de la Restigouche et j’ai dévoré pétoncles et homards à Shediac … J’aime l’Acadie, il m’arrive même de la chanter des deux côtés de la grande mare et j’y reviens chaque fois comme on revient visiter ses proches, avec un attachement et un bonheur sincère. » confiait-il voici une dizaine d’années à un journal acadien.

Hé oui, c’est au début des années 2000 que débute l’histoire de Tibert avec l’Acadie et j’en parle ici en connaissance de cause – et avec d’autant plus d’enthousiasme – que j’ai été témoin de ses premiers pas dans le vaste espace francophone canadien. Plus d’une fois j’ai eu la chance de vivre des événements musicaux avec lui en Acadie, notamment dans le cadre de inoubliable FrancoFête : Tibert est sans doute un des artistes français qui connait le mieux cet événement international annuel réunissant chaque année en novembre nombre de professionnels essentiellement d’Amérique. du Nord, d’Europe : diffuseurs, artistes, professionnels du secteur  .. d’où nombre de vitrines musicales qui permettent rencontres amicales et relations d’affaires durables.

Autant de souvenirs enracinés d’initiatives bien connues de Tibert qui a pris part comme artiste évidemment … et également comme créateur et directeur du Festival Les Oreiles en Pointe  Fidèle au rendez-vous annuel de la FrancoFête durant une dizaine d’années, j’y ai vécu quelques-uns des moments les plus intenses d’un “journalisme musical” entre concerts, débats, tables rondes et autres soirées musicales et fraternelles.

Sans oublier les fameuses retrouvailles de la délégation internationale (France, Suisse, Belgique, etc.) près de Moncton, localité francophone mitoyenne de Moncton. C’était dans la grande maison de l’ami Denis LaPlante, alors directeur de la SNA, la Société nationale de l’Acadie : des instants de bonheur, de fraternité, de chansons, de fous-rires aussi… Et si je vous en parle ici, ce n’est pas pour vous raconter ma vie mais pour insister sur l’importance de l’Acadie dans le répertoire et la vie de Tibert.

Capture d’écran 2021-01-20 à 16.48.33

“UNE CHANSON D’ACCUEIL ET D’AMITIÉ POUR CEUX QUI LAISSENT LA PORTE OUVERTE”

Pas étonnant que “Tu es chez toi” – première chanson du CD – soit dédiée à Denis La Plante dont les problèmes de santé ont été médiatisés – évidemment avec le consentement de sa famille – dans les médias acadiens et entre autres dans un émouvant reportage télévisé sur Radio Canada. 

Ce matin, il a reçu le nouveau CD de Tibert Rocher et laissez-moi vous dire, il n’a pas oublié ses meilleurs amis !” confie Sophie Mylène, la fille de Denis, le 15 octobre 2020 sur Facebook en précisant :

” Les derniers jours, j’ai réalisé beaucoup de choses au sujet de la maladie d’Alzheimer Précoce. Aussi difficile que c’est à partager, j’ai eu un sentiment d’impuissance même de honte en compagnie de mon père en public. Il est de plus en plus difficile pour lui d’être ” dans notre monde”. Je réalise maintenant, qu’il faut simplement s’adapter à sa réalité. Pis que dans l’fond, sa réalité, sa vision du monde je devrais dire, est probablement la chose la plus précieuse. Il aime la vie!”

Donc je vous dirai, en toute subjectivité, que cet album fait partie de ceux qui m’ont le plus touché de tout ce que j’ai écouté et entendu depuis pas mal de mois.
 
Car avec ses mots entre poésie et bon sens, Tibert va droit au but.  Et le clip “Tu es chez toi” mis en ligne voici quelques jours témoigne de l’amitié de Tibert pour Denis La Plante, et cette relation incitant le chanteur à préciser : “Une chanson d’accueil et d’amitié pour tous ceux qui laissent leur porte ouverte. Tourné dans les ateliers de l’entreprise Bonnavion Industrie à Firminy par Frédéric Giroudon. Personne, jamais, n’est illégal”.
 
Vous comprendrez donc que je ne peux pas être “objectif” en présentant cet album, d’autant plus que la fameuse objectivité si souvent invoquée s’enracine en fait dans l’expérience, la culture, les centres d’intérêt de celles et ceux qui donnent leur avis sur un album, un film, une pièce de théâtre, etc. Ce qui me m’empêche pas de vous dire : n’hésitez pas à vous procurer cet opus, c’est parce que le talent de Tibert s’y affirme avec une rare intensité.
 
Tibert, c’est “d’abord une voix, on aime le timbre et la chaleur de celle de Tibert que ce soit dans de bouleversantes balades folks (Sur ce caillou, Mon cœur vacarme) ou des titres enlevés et puissants (Le manège, Mais la mer”. 
 
Bien dit, mais au-delà de cet extrait d’un texte destiné à la presse, une évidence s’impose : ce globe-trotteur aussi inspiré qu’infatigable est sans conteste un drôle d’oiseau migrateur, dont les voyages et les escales en terre étrangère nourrissent son inspiration et lui ont permis de forger un répertoire aux couleurs, ambiances  accents tellement diversifiés.
 
Ne tentez surtout pas d’enfermer dans une catégorie bien précise cet artiste de Saint-Etienne , établi au Grau-du-Roi et plus que jamais en quête d’horizons lointains, de rencontres artistiques et (aussi/surtout) humaines débarrassées des aprioris et des non-dits. 
 
Prenez donc le temps de découvrir le clip de la chanson TEL LE MANÈGE et vous comprendrez un peu mieux l’univers de ce créateur aux textes subtils et aux mélodies qui vous donnent envie de taper dans les mains, de fredonner, de reprendre en chœur … d’être heureux quoi !

 Capture d’écran 2021-01-19 à 20.03.47

 

TALENTUEUSE SENSUALITÉ

Et s’il vous reste encore un zeste ‘(ou plus) de curiosité, offrez vous donc le bonheur de flâner sur la chaine Youtube de Tibert.
 
Embarquement immédiat pour un étonnant et détonnant tour d’horizon d’un artiste non formaté, non sclérosé dans un plan de carrière, insensible aux modes et à la futilité musicale !
 
Alors franchement, comment voulez vous qu’il retienne l’attention des “grands médias”  et du petit écran ?
 
Et j’adhère totalement et vous partage sans hésitation l’expression “le son Tibert” employé par Michel Kempert sur son site Nos enchanteurs, le quotidien de la chanson, au sujet de “Tibert, l’élégant faiseur de chansons”, juste avant de préciser : “La mer, le vent, le voyage, la brume pacifique, la nature, l’amour, l’amitié, la fraternité, la pitié, le pardon, les batailles perdues, celles restant à mener, Tibert est parolier habille, élégant faiseur de chansons, qui ne pétrit ses textes que d’ingrédients simples « à la douce saveur des mondes que l’on rêve et la force de ceux que l’on habite ». Ça donne des chansons que ne peuvent que s’inscrire dans la durée, sans obsolescence possible. Si les mélodies bercées tantôt de celte, tantôt de bayous ou d’ailleurs, savent capter votre écoute, alors vous pouvez facilement entrer dans sa poésie, vous y lover”.
 
Alors franchement, avec autant de qualités, d’atouts, et de respect du public comment voulez vous que Tibert “passe à la télé” à une heure de grande écoute ?
Vous rêvez !
 
Alors un conseil d’ami : agissez et passez pas et plus à côté de cet auteur-compositeur-interprète.
Notamment pour son  sens de la mélodie, du mot qui fait mouche et sin aisance à jouer avec les mots et les images  comme dans  “Tranche désir”, titre éponyme de cet album assurément teinté d’une talentueuse sensualité.
 
“Tandis qu’on s’invente des mots
Tes cheveux tanguent sur ton dos
Mes jambes flanchent on roule ensemble
 
Je tiens ta taille entre mes mains
Couché dans l’ombre assassin
C’est beau et chaud, tu as un cri”
 
TEXTE ALBERT WEBER
PHOTOS EXTRAITES DU CLIP “TU ES CHEZ TOI”

FRANÇOIS ULRICH : “UNE DES GRANDES ACTRICES DE L’EFFERVESCENCE CULTURELLE ALSACIENNE DES ANNÉES 70 ET 80″

Cette photo prise en juillet dernier a été remise à la vingtaine de personnes venues rendre un dernier hommage à la chanteuse, actrice et comédienne François Ulrich.  C’était ce mardi 22 septembre, à La Roberstau, dans la grande salle du centre funéraire de Strasbourg.

Plusieurs prises de paroles et lectures de messages –  entre autres par Benjamin Walter – ont ponctué cette cérémonie. Grâce aux enregistrements de Christian Bedez la voix de Françoise Ulrich – et même le message de son répondeur téléphonique – aura résonné en français et aussi en alsacien.

Parmi ces chansons, on a évidemment entendu “Les amants de Saint-Jean”, qu’elle aimait tant interpréter. Et aussi “J’ai la mémoire qui flanche”, immortalisé par Jeanne Moreau et repris a capella par Astrid Ruff au centre funéraire.

Un projet de soirée en l’honneur de Françoise Ulrich a été évoqué dans le prolongement de la cérémonie d’adieu. Toutes les suggestions seront les bienvenues auprès de Richard Sancho Andréo.

Le 15 septembre – jour de son décès à 80 ans  -, l’association PasSages de Bischheim saluait sa mémoire sur Facebook :

“Fidèle à PasSages. Elle nous a accompagné sur de nombreux projets de lectures et de soirées. Membre de conseil d’administration elle était toujours pleine d’idées et de propositions. Nous étions un peu sa seconde famille à Bischheim où elle avait ses habitudes dans les commerces.

Adieu Françoise. Nous ne t’oublierons pas”.

ULRICH 119736161_10221325098570400_330835801468093533_n
Photo Jean-Louis Hess

 Et l’association de Bischheim reproduisait le texte de Richard Sancho Andréo illustré par cette photo de Jean-Louis Hess :

“Françoise Ulrich, comédienne, chanteuse, grande amie s’en est allée, soulagée. Ma Francesca, ma diva, m’ a fait rire, pleurer, taper des pieds et des mains. Elle a eu une vie marquée par la guerre et son accueil dans une famille de paysans dans le Jura Suisse.

Institutrice, elle est une des actrices de l’effervescence culturelle alsacienne des années 70 et 80 à l’attrouppement, au TNS… .

Nous allons lui rendre un hommage le plus gai possible. Tes grandes embrassades vont me manquer”.

ULRICH 120105616_10221325231333719_2329509689828127902_o

Avec émotion, Richard Sancho Andréo s’est égaiement exprimé durant la cérémonie :

 “Adios Francesca !
Il y a dans ma tête et mon cœur, aujourd’hui, deux sentiments. La joie de voir tes ami.es réuni.es, la peine de te dire au revoir.

Nous nous sommes souvent séparés, tous les deux, de nos têtes à têtes, avec ces deux sentiments partagés. Après un repas, une belle fête, un spectacle, nous étions enjoués, comblés de nos histoires partagées. Et quand nous nous séparions dans tes moments de crise, nous étions tristes, parfois désemparés. Tu l’étais très souvent plus que moi. Tu aurais tant voulu faire fuir tes démons et donner de la voix, de la vie, de la présence chaleureuse.

Tu adorais nous prendre dans tes bras et nous serrer très fort. Un peu, beaucoup pour te souvenir de cette séparation, de cet arrachement quand toute petite, pendant la guerre, tu fus mis à l’abri dans une famille du Jura. Serrer, écrire des petits mots doux, donner tout de toi…

Comme un enfant. Institutrice, formée à l’école normale des filles de Guebwiller, avant de prendre le large de l’aventure artistique, tu reviendras dans tes dernières années faire du soutien scolaire pour les enfants du Centre Social et Familial Victor Hugo à Bischheim ! Tu voulais être utile à la société.

Oui, tu avais toujours cette obligation, cette rectitude. Donner, tout donner à nous faire rire, parfois grincer des dents….en tout cas tu n’étais pas invisible. Flamboyante dans ta chevelure, dans ton élégance bohême, tes foulards, ton parfum que je t’offrais chaque année avec ton agenda.

Nous avons passé des moments magnifiques à PasSages.

Pour le 8 mars, tu étais présente pour dire haut et fort tes engagements de femme libre, généreuse, frondeuse, aimante.
Tu étais ma Diva, Francesca”

CHANSON, THÉÂTRE ET CINÉMA

 Je n’ai pas du tout la prétention de retracer ici le destin artistique de cette Alsacienne si souvent applaudie aussi bien à Paris que dans sa région natale, dont la fameuse Saga des Rohan à Saverne dans les années 1987, 1988 et 1989.

D’autres évoqueront bien mieux que moi son destin artistique, dont Liselotte Hamm qui m’a appris sa disparition.

ULRICH MANIVELLE aff_olympiades

Parmi les nombreuses créations auxquelles aura participé Françoise Ulrich, coup de projecteur sur l’évocation des ” Olympiades de musique ouvrière /Die erste Arbeiter und Musik Olympiade” organisées à Strasbourg du  8 au 10 juin 1935.

De quoi inspirer un spectacle présenté en février 1986 au Chebal Blanc à Schiltigheim, sous l’égide de La Manivelle avec Maurice Jully, Francis Freyburger, Bernard Hummel, Françoise Ulrich, Liselotte Hamm et Jean-Marie Hummel

 

ULRICH MANIVELLE olympiades
“Oui, nous chantons Brecht, Weill, Eisler… avec Françoise Ulrich, Francis Freyburger, Eva-Maria Hagen, Bernard Hummel” – Site de La Manivelle

“Première en juin 1985 à l’Ange d’or avec — au fil des représentations — une équipe de chanteurs et de comédiens : Maurice Jully, Francis Freyburger, Bernard Hummel, Françoise Ulrich, Liselotte Hamm et Jean-Marie Hummel. Ce répertoire est toujours à notre programme. Nous l’avons présenté lors de manifestations anti-fascistes, de commémorations de la Guerre civile espagnole ou de récitals autour de Brecht. Depuis cette date et aujourd’hui encore, quand nous présentons l’Alsace à travers son histoire, ces Olympiades sont évoquées avec les trois chansons chantées par Busch avec Eisler au piano ! Une version filmée a été captée en studio par FR3 Alsace.” (Site de la Manivelle)

Capture d’écran 2020-09-23 à 00.20.20

 

Parmi ses expériences artistiques en Alsace, notons aussi son rôle d’Emilie dans la série Hopla Trio.

On peut revoir Françoise Ulrich sur diverses séquences de cette série télévisé ICI .

 

ULRICH FRANÇOISE HOLATRIO Capture d’écran 2020-09-21 à 01.06.50

 

On retrouve trace du parcours de Françoise Ulrich entre théâtre et cinéma sur divers sites artistiques nationaux  :

 

ULRICH FRANÇOISE Capture d’écran 2020-09-21 à 00.48.28 

ULRICH FRANÇOISE CV FILMS Capture d’écran 2020-09-21 à 01.00.33

 

ULRICH FRANÇOISE COMÉDIENNE Capture d’écran 2020-09-21 à 00.57.22

 

ULRICH Capture d’écran 2020-09-22 à 23.11.01
Une des réactions suscitées par son décès …

 

 ULRICH DNA DECES

 

FOREST’IVAL SUMMERLIED : ENTRE HIER ET DEMAIN AVEC FRANCIS HIRN, PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION

“En dehors d’artistes dont nous ne pouvons pas payer les cachets et qui remplissent n’importe quelle jauge, tout choix artistique reste délicat et complexe … 
Nous faisons donc confiance à ceux qui ont cette pratique et ces compétences, tout en étant ouvert à toutes les propositions raisonnables ou pistes. C’est la raison pour laquelle la direction s’appuie sur une experte en la matière. Là où je me sens plus compétent, c’est en matière de prudence pour ne pas prendre de risques qui nous mettraient à terre.
Je crois beaucoup à la cohérence tel que je l’évoque plus haut : c’est ça l’avenir de Summerlied, un positionnement clairement identifié, et à la hauteur de nos moyens. Une ambition, mais légitime, une offre attractive, mais sans négliger nos talents locaux et régionaux.
Nous devons aussi gagner en indépendance financière, par exemple en séduisant plus de partenaires privés”.
Ce sont quelques-unes des affirmations de cette longue interview.
Sans langue de bois et avec bon sens, Francis Hirn s’exprime dans cet entretien mis en ligne le 5 mai sur la page Facebook Ohlungen entraide Covid-19 … et plus que jamais d’actualité.
Entre bilan et perspectives, le président de l’association SummerLied aborde nombre de sujets liés au passé, au présent et à l’avenir de cet événement enraciné enraciné dans la clairière d’Ohlungen et désormais appelé Forest’ival SummerLied.  Agnès Lohr en assure la direction, Isabelle Sire la programmation et l’agence Lao Cai  la communication.

 

SUMMERLIED HIRN 95932363_134802574829190_7701694295299850240_n
Francis Hirn, président de l’association SummerLied

  SUMMERLIED 2020 87685675_3387057051309816_6639147385161252864_o

Il y a quelques jours SummerLied a annoncé l’annulation de l’édition 2020. Un crève-cœur pour son président ?

C’est évidemment une très grande déception et une tristesse, car cela faisait des mois que les équipes travaillaient avec la direction sur l’édition 2020.

Il y a deux mois personne ne soupçonnait, ni l’importance, ni les conséquences du traumatisme et l’espoir était encore permis. Et d’ailleurs personne ne sait aujourd’hui comment nous allons nous en sortir et ce que sera l’après.

Certes nous étions restés très sereins et lucides, alors que depuis deux mois, la préparation s’était poursuivie sur tous les aspects où personne ne se mettait en danger par rapport à ce fléau qui a bouleversé nos vies. Parce que nous voulions être prêts « si jamais », nous avons fait « comme si ». Et la très grande partie de ce travail préparatoire ne sera pas perdue.

Mais progressivement nous avions pris conscience que la mission devenait impossible ; dès le début du mois d’avril nous avons donc réfléchi à différentes options alternatives que nous avons affinées et évaluées, avant de les valider financièrement. Car tous ceux qui connaissent Summerlied de près savent que l’équilibre financier est très fragile, et soumis à de nombreuses incertitudes, y compris en temps normal, alors a fortiori dans le contexte de la crise.

Tout en prenant en compte également nos partenaires financiers, mais aussi nos mécènes et sponsors, ainsi que la formidable armée des bénévoles qui sont le moteur indispensable de notre festival, nous souhaitions présenter nos réflexions et propositions aux instances dirigeantes, bureau et conseil d’administration, début mai, afin qu’ils décident avec nous.

Mais il y a dix jours, l’intervention du Premier ministre suivie du débat à l’Assemblée nationale, nous a contraints à bousculer le calendrier et à annoncer publiquement, par un communiqué à la presse, ce dont nous étions convaincus entre temps, que SummerLied ne pouvait pas se tenir en août 2020.

SUMMERLIED CABREL Capture d’écran 2020-06-07 à 17.50.12
Astaffort. Francis Cabrel présente le dessin de Tomi Ungerer créé pour la 1ère édition
SUMMERLIED ZELLER
12 août 2006. Adrien Zeller, président du Conseil régional d’Alsace

 

Cette décision peut-elle remettre en cause l’avenir du festival ?

Toutes les esquisses et réflexions que nous avons menées, dans des conditions pas faciles, ce que chacun peut imaginer (et même si je n’ai pas pu empêcher quelques attaques désagréables à mon égard notamment), étaient précisément faites avec la volonté farouche de ne pas compromettre l’avenir de SummerLied auquel nous tenons tous.

Nous le devons à ceux qui ont voulu, imaginé et créé Summerlied. Et nous le devons au public qui a adhéré à notre concept unique. Ce qui compromettrait l’avenir de SummerLied, ce serait le manque de courage et la lâcheté face aux difficultés, ou encore la mauvaise compréhension et l’incompétence face aux réalités économiques qui régissent toute activité quel qu’elle soit.

Même si nous avons été obligés de modérer nos ambitions pour 2020, ce que certains ont du mal à comprendre, le budget de Summerlied reste conséquent et chaque édition du festival est exposée à de gros risques, climatiques notamment, qui peuvent être une grande menace sur l’exploitation.

De plus les coûts artistiques sont galopants et l’argent ne tombe pas du ciel. Nous avons une lourde responsabilité vis-à-vis de nos partenaires publics et privés. SummerLied est très dépendant du financement, sous forme de subventions, de la part des collectivités (Région et département, mais aussi des communes, hier du SIVOM, désormais de la CAH). Pour assurer notre avenir nous devons l’avoir en tête et gérer notre affaire au mieux.

Nous devons aussi gagner en indépendance financière, par exemple en séduisant plus de partenaires privés. C’est un point de faiblesse de SummerLied ; j’en appelle à tous ceux qui peuvent nous aider dans ce sens. En résumé : nous n’avons droit ni à l’erreur, ni à l’insouciance. Par ailleurs, c’est l’occasion aussi de faire travailler nos imaginations quant à l’avenir. Si dans la Société rien ne sera probablement plus comme avant, cela devra s’appliquer aussi à notre événement.

Je dois dire que la volonté affichée de travailler davantage en réseau, avec les autres opérateurs du territoire, et le rapprochement opéré avec le Relais culturel de Haguenau s’avèrent comme étant de bons choix et allant dans la bonne direction. Avec le recul et malgré les réticentes perçues je ne peux que m’en féliciter.

SUMMERLIED 4 202
Bénévolat : un pilier majeur du festival

WP SUMMERLIED TARLES FLAMBEES GRILLADES 14 181

 

Trois années sans festival : les bénévoles resteront-ils mobilisés ?

SummerLied n’est pas simplement un festival d’été, tous les deux ans dans la merveilleuse forêt d’Ohlungen, c’est un concept beaucoup plus large et plus vaste, pour ne pas dire une philosophie : celle de la valorisation d’un patrimoine culturel et du farouche attachement à un patrimoine inestimable et à des valeurs caractéristiques de l’Alsace du Nord et de ses habitants. N’oublions pas nos actions auprès des écoles et du jeune public.

Ceux qui se réjouissent de la magie des journées de festival sont profondément imprégnés de cette globalité. Leur foi et leur enthousiasme sont trop forts pour être menacés par un simple décalage calendaire auquel chacun de nous est étranger. Il s’agit désormais de préparer la suite, avec toutes les parties prenantes et notamment les bénévoles. Nous y travaillons et dès que nous en saurons plus, à la fois sur l’évolution de la pandémie et des conséquences, mais aussi quant à l’attitude de nos partenaires, nous en débattrons avec les bénévoles et leurs responsables.

L’hypothèse sur laquelle nous travaillons est de reporter le festival qui aurait dû avoir lieu cet été, sur l’année prochaine, 2021, à des dates qui seront décidées ensemble. Et à titre de « rattrapage » – mais ce serait aussi la bonne solution pour assurer la pérennité de Summerlied – nous pourrions en même temps préparer une édition suivante qui pourrait donc se tenir dès 2022.

Une première évaluation avec la directrice et l’équipe de direction du festival nous laisse penser que c’est jouable, mais il faut aussi des assurances du côté des partenaires au sens large et donc tout spécialement des bénévoles qui seraient mobilisés deux années de suite. Trois années « sans » festival – pour reprendre votre question – seraient donc suivies de deux années « avec » festival. Une belle consolation, non ?

 WP SUMMERLIED IMPOSSIBLE DE SE PERDRE 7 112

Faudra-t-il une programmation ambitieuse pour la prochaine édition afin que Summerlied retrouve son public ?

Bien évidemment il le faut !

Comme toute offre, notre festival est quelque chose de global. Pour que ça marche, il faut que tous les éléments soient en phase et que l’ensemble soit cohérent.

Dans une offre culturelle et artistique comme la nôtre (et parmi les éléments qui nous maitrisons, ce qui n’est pas le cas d’une météo ou d’événements extérieurs), il y a tout particulièrement le plateau ou la programmation, qui est à l’évidence un élément central et déterminant. Il faut qu’il y ait « résonance » entre notre concept, tel que je l’ai rappelé plus haut, mais aussi notre public et last but not least le modèle économique.

Ce dernier point étant l’élément le plus incertain. En dehors d’artistes dont nous ne pouvons pas payer les cachets et qui remplissent n’importe quelle jauge, tout choix artistique reste délicat et complexe. On n’a pas forcément la chance de piocher tous les ans un Hugues Auffray ou des I Muvrini qui étaient à la fois cohérents avec notre concept, les attentes du public et nos ressources. Je ne suis pas compétent dans ce domaine ; c’est un métier difficile qui nécessite un véritable savoir-faire et l’expérience d’un marché difficile.

WP SUMMERLIED HUGUES AUFRAY ET JACQUES SCHLEEF 4 146
Hugues Aufray et Jacques Schleef

 

SUMMERLIED Capture d’écran 2020-06-07 à 17.50.22
Duo Hugues Aufray et Jean-Pierre Schlaag
SUMMERLIED I MUVRINI JACQUES ALBERT
I Muvrini en compagnie de Jacques Schleef et Albert Weber

 Nous faisons donc confiance à ceux qui ont cette pratique et ces compétences, tout en étant ouvert à toutes les propositions raisonnables ou pistes. C’est la raison pour laquelle la direction s’appuie sur une experte en la matière.

Là où je me sens plus compétent, c’est en matière de prudence pour ne pas prendre de risques qui nous mettraient à terre.

Je crois beaucoup à la cohérence tel que je l’évoque plus haut : c’est ça l’avenir de SummerLied, un positionnement clairement identifié, et à la hauteur de nos moyens. Une ambition, mais légitime, une offre attractive, mais sans négliger nos talents locaux et régionaux.

SUMMERLIED POTEAUX 

Un message particulier pour les artistes et les métiers du spectacle durement frappés par la crise ?

Pour exercer des responsabilité dans d’autres lieux culturels, tels le Festival international de musique de Colmar ou la Choucrouterie à Strasbourg, je suis parfaitement conscient de la tragédie qui frappe les professions culturelles : artistes, comédiens, auteurs, interprètes, musiciens.

Ces activités sont sinistrées au même titre que les professions touristiques et de la restauration, l’événementiel ou d’autres. Les dispositions et mesurettes à court terme qui s’appliquent à eux ne régleront pas le problème à moyen et long terme. Que ce sera l’après pour le monde culturel ?

D’abord au niveau du « mode de consommation » ? Certes la frustration actuelle de ne pouvoir sortir ni assister à quelque spectacle que ce soit, est une immense frustration et crée des manques qui chercheront à se satisfaire dès que ce sera possible.

Mais est-ce que les habitudes qui se sont créées à domicile pendant le confinement vont rester ou le public va-t-il revenir aux pratiques antérieures ?

Et les gens auront-ils suffisamment de moyens disponibles à consacrer au monde du spectacle, des loisirs et de la culture ?

Il serait tout à fait paradoxal que la culture devienne non prioritaire les jours d’après, car au contraire le besoin sera plus grand que jamais. Il faut espérer que la redistribution de nos valeurs lui laisse une place majeure.

Chacun, là où il se trouve et avec les moyens dont il dispose, doit faire en sorte que le « plus de culture », sous toutes les formes, s’impose et que les activités de création, de réalisation et de production triomphent.

A notre modeste niveau, les efforts que nous déployons pour faire vivre et perdurer Summerlied va dans ce sens, d’abord pour tout le monde artistique local, de proximité, mais aussi de manière plus large pour notre forme d’événement.

Propos recueillis par JACQUES SCHLEEF, créateur du Festival Summerlied et directeur jusqu’en 2015.

Entretien illustré par des photos d’artistes d’Alsace, Lorraine et Allemagne prises lors de diverses éditions. Il se termine par le dossier de 4 pages parus en septembre 2018 dans la revue Land un Sproch.

Photos ALBERT WEBER

SUMMERLIED LOHR STIMME 12 11 19 Capture d’écran 2020-06-07 à 19.13.03
2 11 19  Strasbourg, Club de la Presse, Conférence de presse du concours Stimme. Intervention d’Agnès Lohr

 

SUMMERLIED OSTER ISABELLE SIRE IMG_4429
Josef Oster et Isabelle Sire, chargée de la programmation
DSCN0405
Pierre Specker Band. (Photos collection Specker)
IMG_3601 avec Hugues Aufray
Summerlied 2012. Jeune musicien de Pierre Specker, Valentin Rieth participe à la balance de Hugues Aufray, grâce à Christian Séguret
SUMMERLIED SUMMERTOUR 2001
Création alsacienne avec Liselottte Hamm, Jean-Marie Hummel, René Eglès, Les Rhinwagges
SUMMERLIED STAGIAIRES SCHWEIGHOUSE 080
Isabelle Grussenmeyer et Serge Rieger
SUMMERLIED LORBER
Jean-Marie Lorber, créateur de association Liederbrunne
SUMMERLIED JACOBI bis HANNES WADER
Robert-Franck Jacobi et Hannes Wader
SUMMERLIED HOFFMANN KLEE
Olivier-Félix Hoffmann et Jean-Paul Klee
SUMMERLIED EXPO CONSEIL REGIONAL 101
Sylvain Piron. Expo Summerlied au Conseil Régional d’Alsace
SUMMERLIED ENGEL EGLES
Roland Engel et René Eglès
SUMMERLIED ADAM SCHLEEF
Marcel Adam et Jacques Schleef
SUMMERLIED 16 FIN 058
Summerlied 2012. “Wurzle”, spectacle de clôture de Roland Engel avec Martial Muller, Vincent Bir, François Dreno, Rezika Djoudi, Jean-Luc Lamps, Engé Helmsterrer, Isabelle Loeffler, Sylvain et Cathereine Piron
SUMMERLIED 14 157
Daniel Muringer
IMG_4840
Serge Rieger et les Rhinwagges
IMG_4724
Guillaume Deininger
IMG_3828
Thomas Schoeffler Jr
IMG_3335
Remise du Prix Jean Dentinger à Elvis Stengel
IMG_5279
Nicolas Fischer
IMG_5162
Eric Kajia Guerrier
IMG_5069
Pierre Hoppé dirigeant Éléments 4
IMG_5021
Matskat interviewé par Judith Jung/ France 3 Alsace
IMG_4928
Cadillac Lilou et Antoine Jacob /”Chanson et poésie alsacienne”, chaque dimanche de 10 à 11 h sur Fréquence Verte
IMG_3781
Matskat et Francky Reinhart
IMG_3719
Le kiosque du Liedebrunne tenu par le père d’Isabelle Grussnmeyer
WP SUMMERLIED TANDEM SCHLEEF ALBRECHT 8 184
Jacques Schleef et Jean-Pierre Albrecht
WP SUMMERLIED SYLVAIN PÏRON ET SES AMIS IMPROVISATION
Improvisation par Sylvain Piron et ses amis
WP SUMMERLIED QUELQUES MINUTES AVANT ... ROLAND ENGEL ET GROUPE
Création Wurzle de Ronald Engel avant de monter sur la Scène de la Clairière
WP SUMMERLIED PATRICK BREITEL 9 BIS 034
Tartes flambées à volonté
WP SUMMERLIED ISABELLE GRUSSENMEYER HOPLA GUYS
Isabelle Grussenmeyer et les Hopla Guys
SUMMERLIED Capture d’écran 2020-06-07 à 17.49.57
L’affluence des grands jours
SUMMERLIED Capture d’écran 2020-06-07 à 17.47.16
Ambiance assurée au Witzbrunne

SUMMERLIED 8 039

summerlied 4 photographes Capture d’écran 2020-06-07 à 18.09.46
Un festival suivi par le GRAPH, Groupe de Recherche et d’Actions Photographiques basé à Schweighouse/Moder et président par Jean-Georges Ott
RENÉ EGLES ET JEAN PAUL DISTEL IMG_5146
René Eglès et Jean-Paul Distel
MATSKAT HOMMAGE JACQUES HIGELIN IMG_4423
Hommage à  Higelin : (superbe) initiative d’Isabelle Sire, programmatrice du festival
IMG_3848 2
Ambiance à la Scène de la Clairière
GAEL SIEFFERT ET JULIEN HACHEMIN IMG_4881
Gael Sieffert et Julien Hachemi
AMBIANCE IMG_5219
Bal folk sur la Scène de la Forêt
IMG_4960
Sylvie Reff
WP JACOBI YES
Robert-Franck Jacobi
WP SUMMERLIED HAMM HUMMEL
Jean-Marie Hummel et Liselotte Hamm
IMG_3817
Les Assoiffés
SUMMERLIED BRUMBT EGLES
François Brumbt et René Eglès

 

SUMMERLIED 7 095
Elsass Akademie avec Jean-Marie Lorber
SUMMERLIED 9 BIS 034
Patrick Breitel : de la Vallée de Munster à la Scène de la Forêt
SUMMERLIED 11 110
Em Remes sini Band : rock alsacien
SUMMERLIED 14 018
Armand Geber
SUMMERLIED 15 025
François Brumbt
SUMMERLIED BUHL OK
Buhl en Allemagne. Dany Muringer et les stagiaires de Voix du Sud/ Voix du Nird

 

SUMMERLIED 4 213
Scène de la Clairière : ça va commencer !

 

SUMMERLIED SCHLEFF EN BLANC SUR SCENE
Jean-Paul Distel, Lisa Doby, Isabelle Grussenmeyer, René Eglès et Jacques Schleef
SUMMERLIED JACQUES TEE SHIRT VERT
Jacques Schleef, Rodolphe Burger, et Erik Marchant
WP SUMMERLIED OFH ET MAURICE LAUGNER 1 110
Olivier-Félix Hoffmann et Maurice Laugner
WP SUMMERLIED STAGIAIRES SCHWEIGHOUSE 047
Stagiaires Voix du Sud/Voix du Nord à Schweighouse/Moder
SUMMERLIED 8 072
Sylvie Reff
SUMMERLIED GEGER KLEE
Armand Geber et Jean-Paul Klee
IMG_3681 3
Christian Mary, Olivier-Félix Hoffmann, Elvis Stengel, Michel Fuchs et les autres … sous l’objectif d’un membre du GRAPH
summerlied 4 photographes Capture d’écran 2020-06-07 à 18.09.46
Un festival suivi par le GRAPH, Groupe de Recherche et d’Actions Photographiques basé à Schweighouse/Moder et président par Jean-Georges Ott
WP SUMMERLIED EXPO GRAPH MAISON DE LA REGION
Conseil régional d’Alsace. Exposition du GRAPH
SUMMERLIED 8 072
Sylvie Reff
Capture d’écran 2017-08-03 à 23.37.35
Jean-Pierre Albrecht, René Eglès, Roland Engel et Isabelle Grussenmeyer

  summerlied site Capture d’écran 2020-06-07 à 21.06.24

 

 

 LUS SUMMERLIED COUV1

LUS•207•Der A LUS•207•Der B LUS•207•Der C LUS•207•Der D 

EC(H)O DE STRASBOURG : POÉSIE ET MUSIQUE POUR LE PARCOURS SONORE SUR LA PRESQU’ILE MALRAUX !

 

 

Ça y est, la fin du déconfinement permet de découvrir ou de retrouver des réalisations artistiques et culturelles dans un rayon de 100 km de chez vous.

Alors si le quartier Malraux à Strasbourg se situe à vol d’oiseau à cette distance de chez vous, pas d’hésitation !

Rendez-vous sur le parcours sonore EC(H)O, sur la presqu’ile Malraux pour joindre l’utile et l’agréable. Vous dégourdir les jambes tout en savourant de la poésie … hé oui ! Explications.

 Bon commençons par le début, surtout si vous n’êtes pas familier de Strasbourg et encore moins du quartier Malraux.

 

echo plan HAEFFELE Dossier de presse EC(H)O 280120

QUATRE ATELIERS ENTRE NOVEMBRE ET DÉCEMBRE 2019

Histoire de vous donner quelques points de repères, voire d’envie de flâner dans le coin à votre guise, voici d’abord une  “carte sensible » du quartier !

Elle est composée des balades imaginées par les participants du 1er des quatre ateliers tenus sous l’égide du Laboratoire artistique d’Innovation Territoriale organisé par l’agence CAPAC. En l’occurrence quatre rencontres qui ont permis la collecte d’informations sur le quartier : de quoi alimenter la création des artistes embarqués dans cette aventure !

Cette 1ère réunion a eu lieu au Shadok, lieu de découverte, d’expérimentation et de partage dédié aux industries culturelles et créatives. Art, design, technologie, projets innovants, toutes les idées s’expriment ici dans un cadre convivial où petits et grands, amateurs comme professionnels, se rencontrent et inventent de nouvelles formes de pratiques. En somme un espace tout à fait indiqué pour les premiers pas de ce  “processus collaboratif pour une commande d’œuvre d’art“ selon l’expression de celle qui est à l’origine de ce projet , la co-fondatrice de l’agence d’ingénierie culturelle CAPAC.

Et Cécile Haeffelé de préciser : “ Les habitants, entreprises et collectivités du quartier ont participé à des réunions de créativité et de découverte du processus de création artistique entre novembre et décembre 2019. Ces ateliers ont permis la collecte d’informations et de données « sensibles » sur le quartier, qui ont alimenté la création des artistes.  Se rencontrer autour de l’art permet de faire émerger des intérêts communs (ici valoriser un territoire), de créer une dynamique collective et de découvrir le processus de création qui alimente notre capacité à innover”.

 

echo HAEFFELE Dossier de presse EC(H)O 280120
Rencontre avec les poètes Claudine Bohi et Germain Roesz, (Photo dossier de presse CAPAC)

 

HABILLAGE MUSICAL DE GAËTAN GROMER POUR LES POÈTES CLAUDINE BOHI ET GERMAIN ROESZ

Après le Shadok, c’est l’Hôtel OKKO qui a accueilli la 2eme réunion, puis direction le CNFPT-INET (Centre National de la Fonction Publique Territoriale/ L’institut national des études territoriales (INET), dans l’imposante bâtisse qui jouxte le complexe UGC Ciné Cité et les tours Blacks Swan.

C’est là, à cette 3eme réunion, qu’a eu lieu la rencontre avec les poètes Claudine Bohi et Germain Roesz, entre lectures d’extrait de poèmes et travail en groupe sur la mise en mots des photos prises lors de l’atelier précédent.

Puis retour au Shadok pour le 4eme et dernier atelier co-animé, comme les précédents avec le directeur artistique du laboratoire, Gaëtan Gromer, et ACCRO , association fédérant les industries culturelles et créatives du territoire.

Notons que Gaëtan Gromer, directeur artistique et compositeur, mène une activité de création aux confluents de la composition, de la performance et de l’installation multimédia. Et il s’est plus particulièrement inspiré des histoires rédigées par les participants pour ses compositions sonores.

Une  VIDÉO de 3 mn et 30 secondes  résume le processus de création du parcours sonore EC(H)O enraciné dans les quatre ateliers ayant mobilisé une vingtaine de personnes aux diverses origines : association d’habitants du quartier AREM ; Hôtel OKKO ; CNFPT-INET ; Médiathèque Malraux ; Festival Musica ; association ACCRO et Direction de territoire Neudorf, Deux Rives

 

HAEFFELÉ CECILE ECHO_Invitation_30janvier2020_CAPAC - copie

Ces quatre ateliers ont donné quel résultat ?

C’est simple, il suffit de se promener sur le parcours sonore Malraux « EC(H)O » en vous laissant guider par votre envie de découverte : ce parcours relie en effet 34 points. Autant d’œuvres créées par les poètes Claudine Bohi et Germain Roesz : ils ont écrit chacun un poème pour chaque photo sélectionnée par les participants du laboratoire. Et leurs textes bénéficient d’un habillage musical signé Gaëtan Gromer dans le cadre co-production CAPAC et Les Ensembles 2.2. Ce studio de création spécialisé dans les arts sonores et technologiques conçoit, produit et diffuse des concerts multimédias, des œuvres et installations sonores.

echo appli 1

 

“Vous pensez bien connaître le quartier Malraux ? Mais l’avez-vous déjà regardé avec vos oreilles ? ”.

Bonnes questions lancées par Cécile Haeffelé !  D’où son invitation à  “découvrez les capsules sonores (poèmes et compositions sonores) créées pour le quartier et laissez-vous emporter dans un voyage contemplatif et onirique, une parenthèse hors du temps”.

Plusieurs autres soutiens sont intervenus dans le processus de création et la commande artistique :  SERS (Société d’Aménagement et d’Équipement de la Région de Strasbourg) ; Ville de Strasbourg ; Centre commercial Rivétoile. Et la Région Grand Est qui soutient le projet dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt Création numérique.

Précisons que le parcours sonore est accessible gratuitement via l’application G.O.H et pour une durée d’au moins un an. GOH est une application mobile dédiée à l’exploration itinérante de l’espace public, sous le prisme de la création artistique.

Elle se base sur le principe de la géolocalisation (GPS) et propose des parcours sonores guidés pour découvrir la ville via une expérience sensible.

IMG_6572

Dernier point et non des moindres ! 

La conférence de presse suivie de la visite guidée par Gaëtan Gromer aura été synonyme d’une chaleureuse rencontre avec le poète, peintre et théoricien de l’art Germain Roesz.

Un sacré parcours entre pratique des arts plastiques, poésie et de recherche théorique pour celui qui a enseigné en théorie, pratique et sciences des arts à l’Université de Strasbourg.

Et depuis 1994 il réalise nombre de performances poétiques : lecture poésie action avec des musiciens contemporains ou en solo.

ECHO BROUSSAILLES REFLET 1

ECHO ROESZ LIVRE CD 1

De nombreuses publications personnelles ou en collaboration avec des ami(e)s poètes et philosophes, dans des revues et chez différents éditeurs jalonnent son parcours. Dont “Broussailles/ Reflets” réalisé avec Gaëtan Gromer et paru en 2015.

“Broussailles”, “Krisis”, “Rhin par-dessus le ciel”, “Tehran”, “Je sais ma langue”, “J’ai rêvé”, “Commencer” : j’ai beaucoup apprécié ce livre-CD reçu quelques jours après la conférence de presse … et accompagné du catalogue de son exposition à la Galerie de Nicole Buck à Schiltigheim.

Voir ma vidéo de l’intervention de Germain Roesz durant la conférence de presse du 30 janvier 2020.

ECHO JAUJE 1

echo roesz cit(ation 1

 Texte et photos Albert WEBER

Album photo de la conférence de presse et de la visite guidée du parcours sonore EC(H)O sur la presqu’ile Malraux

 

IMG_6539 IMG_6543 IMG_6578 IMG_6600 IMG_6607 IMG_6615 IMG_6626 IMG_6648 IMG_6630 IMG_6651 IMG_6653 IMG_6660 IMG_6662

echo dna 1
31 janvier 2020, Dernières Nouvelles d’Alsace
HAEFFELE scan0189
Janvier-février 2020, Strasbourg-Magazine

 

LAURENT BAYART : “IMPRESSIONS DU PETIT PARADIS AJOLAIS”

J’ai envie de vous dire un mot ou deux (voire même plusieurs) sur un livre que j’ai dévoré en deux ou trois soirs ici chez moi, ici à Strasbourg.

Franchement avant de le lire, le je ne savais rien de ce “petit paradis des Vosges Méridionales” pour reprendre l’expression de Laurent Bayart. Bien sûr, il y a le style efficace et direct, avec des jeux de mots et des clins d’oeil permanents vers une langue maîtrisée avec talent et humour.

Un sacré feu d’artifice qui engendre sourires et rires.

seal bayart 2 1

Mais bon, ça c’est la forme, l’emballage, l’apparence … car au-delà d’une évidente virtuosité linguistique, j’ai encore bien plus adoré le fond … du Val d’Ajol ! Et précisément l’approche de cet auteur qui raconte la vie d’hier et d’aujourd’hui, les événements historiques, les traditions et la vie quotidienne.

Avec Laurent Bayart, les gens et les paysages prennent assurément un relief particulier.

bayart munier 94312920_1100941353619726_5984478370774122496_o
Préface du  journaliste-écrivain Bertrand Munier.

Et sans hésitation, je me suis mis à sa place quand il écrit : “Lorsque j’arrive au Val, après presque deux heures trente de route, un sentiment de paix et de sérénité m’étreint. Je me sens tout de suite en symbiose avec ce lieu”

J’imagine qu’en ces temps de confinement un auteur qui ne peut pas rencontrer ses lecteurs, leur dédicacer son nouveau livre, c’est un auteur triste, malheureux. 

C’est ce que je me suis dit en me promenant avec Laurent Bayart dans ce livre préfacé par le journaliste-écrivain Bertrand Munier : “Laurent Bayart ne rentrera jamais bredouille sur ses terres alsaciennes. D’autant plus que la divine andouille lui a donné bonne bouille. ‘…) Il fait quand même attention à cet mets épique qui lui permit de ceindre le cordon de la docte confrérie des Taste-Andouilles et Gandoyaux”.

Chaque page de ce livre est teintée d’une contagieuse passion : comprend mieux l’intense attachement de l’auteur envers un Val d’Ajol si important dans son parcours personnel et littéraire.

Raison de plus pour l’auteur de se sentir en total décalage, partagé entre enthousiasme  de cet “hymne à l’amour version ajolaise” et l’inévitable   frustration subie  en ces temps de confinement. Pas facile de demeurer ainsi loin des lecteurs qui ne se limitent évidemment pas à son cher Val d’Ajol.

BAYART IMG_7295-768x577
En attendant de retrouver les lecteurs …

 

EXIT MES VOYAGES LITTÉRAIRES, IL ME FAUDRA PATIENTER”

Et effectivement, Laurent Bayart en a gros sur le cœur. On le croit d’autant mieux qu’il n’hésite pas à en parler sans langue de bois sur son site, accompagnant ses propos d’une expressive photo synonyme de confinement.

Écrivain, j’étais tellement heureux et enthousiaste d’avoir mis en place un certain nombre de dédicaces, rencontres, lectures musicales, d’être invité à des salons du livre et autres joyeusetés en mars, avril, mai, juin…et plouf…, une saleté de virus, sortie de l’infinitésimale, à la sale tronche, vient encrasser mon stylo et me confiner à la maison.

O sweet home ! Ainsi, je devais aller Chez Narcisse au Val d’Ajol, à la médiathèque de Brumath, au Musée Wurth à Erstein, à la Bibliothèque de Preuschdorf, dans les jardins de la Bibliothèque de Mundolsheim avec l’emblématique « Apéro littéraire », Soultz-les-bains, à la Médiathèque de Remiremont…  Exit mes voyages littéraires, il me faudra patienter. Aussi, je vous donne rendez-vous, amis lecteurs avides de rencontres et de découvertes, en des jours meilleurs. Je vous tiendrai au courant de mes futures pérégrinations lorsque les « bons de sortie » seront enfin délivrés et que nous pourrons nous rencontrer en toute sécurité ! L’essentiel étant que notre santé soit préservée”.

bayart ajol IMG_6971-scaled

Encore un mot, au sujet du photographe Florent Gury qui signe la couverture du livre.

Pour l’auteur, c’est un “pur produit du Val d’Ajol, tombé sur le tard dans la bouillonnante marmite de la photographie, après avoir mijoté lentement dans celle qui est utilisée pour cuire la célèbre charcuterie ajolaise, son anniversaire tombant, de manière périodique, le jour de la foire aux Andouilles !”

Alors voilà, il n’y a plus qu’à attendre le retour à la vie en société.

Ou alors, plutôt de subir cet indispensable période de repli chez soi, on peut aussi agir. Et donc se procurer le livre via le site de l’auteur ou de l’éditeur.

En tout cas pour moi pas doute. J’ai aimé me “laisser cAjolais” par ce livre, parole d’Alsacien.

Albert WEBER

Site des EDITIONS ORIZONS

Site de  LAURENT BAYART

Site de la SOCIÉTÉ DES ÉCRIVAINS D’ALSACE ET DE LORRAINE, ET DU TERRITOIRE DE BELFORT

bayart debriffe 89722043_2853936348020834_7953457985336901632_o
Dimanche 8 mars 2020. Salon du Livre de organisé par la Bibliothèque de La Wantzenau avec la Société des Écrivains d’Alsace et de Lorraine, et du Territoire de Belfort présidée par Martial Debriffe, ici avec Laurent Bayart.

 

    seal bayart 2 1

 

JEAN-PHILIPPE WINTER : CHANSON, JAZZ ET POÉSIE ENTRE ALSACE ET PARIS

La disparition de Claude Abadie vous a sans doute échappé. Son décès n’a pas été autant médiatisé que d’autres récents décès du monde de la chanson et de la musique. Il aura pourtant été un artiste incontournable pour ceux qui aiment le jazz. C’est Jean-Philippe Winter qui m’en a parlé. Mieux il m’a même transmis un texte dans lequel il rend hommage à ce clarinettiste de jazz et chef d’orchestre.

 

Capture d’écran 2020-04-04 à 19.14.37

Premier réflexe pour en savoir plus sur Claude Abadie c’est de découvrir sa page wikipédia, histoire d’avoir quelques repères sur ce musicien né le 16 janvier 1920 et décédé le 29 mars 2020. Oui centenaire !

Mais bon, cette page manque d’émotion, de vécu et c’est vers Claude Carrière que je vais d’abord vous mener.

Producteur d’émissions de Jazz sur France Musique de 1974 à 2008, auteur de nombreuses éditions phonographiques, journaliste, conférencier, pianiste amateur, il est aujourd’hui Président d’Honneur de l’Académie du Jazz et Président de la Maison du Duke. En l’occurrence Duke Ellington …

Capture d’écran 2020-04-04 à 19.11.54

Et c’est sur la page Facebook de l’Académie du Jazz que Claude Carrière évoque Claude Abadie dans un texte débutant ainsi :

Une belle personne vient de nous quitter, un personnage fascinant que le monde du jazz doit saluer avec respect. Claude Abadie, 100 ans et 2 mois, a rejoint Boris Vian de deux mois son cadet mais 60 ans plus tard. On se doit de citer Vian car c’est surtout à travers lui que le nom de Claude est dans nos mémoires : il jouait de la trompette/ trompinette dans son orchestre dès les années de guerre, des disques en témoignent en 1943. Cependant, tous deux fouettaient ailleurs d’autres chats et musiquaient au sens le plus noble du mot amateur”.

Capture d’écran 2020-04-04 à 19.10.12

A noter que ce témoignage de Claude Carrière est illustré par des photos des photos signées Alexandra Green et Robert Doisneau dont celle-ci prise en 1944.

“L’orchestre Abadie-Vian avec Boris à la trompette, ses frères Lélio à la guitare et Alain à la batterie. Et Claude Abadie à la clarinette” comme indiqué dans le hors-série Télérama consacré à Boris Vian. J’y ai découvert bien des aspects que j’ignorais de “Bison Ravi” dans ce numéro spécial que je vous recommande vivement.

WINTER ABADIE 91777449_2810130315883027_4386058772049559552_n

Bien, venons-en à présent à Jean-Philippe Winter, l’ainé des cinq enfants de Conrad Winter (1931-2007) assurément une des figures majeures de la poésie alsacienne.

Installé à Paris depuis nombre d’années, il a été un des musiciens du tentette de Claude Abadie. Il existe nombre de vidéos de cette formation sur Youtube dont ce concert donné en février 2020 au Festival Jazz à VianEt notamment cette vidéo d’une heure où Jean-Philippe Winter et Claude Abadie apparaissent régulièrement.

WINTER ABADIE 91605101_2810130522549673_7099615665098588160_o

Cette photo de Claude Abadie et Jean-Philippe Winter a été prise  l’occasion d’une manifestation appelée ” Fêtes de la Seine”, durant le week-end  4 et 5 septembre 1999.

Diverses animations étaient réparties en plusieurs lieux, au bord de la Seine : “Je crois me rappeler que nous avions joué le samedi du côté de Bercy, et le dimanche, sur le pont entre l’Ile Saint-Louis et l’Ile de la Cité, face au quai aux Fleurs, c’est là qu’a été prise cette  photo”.

 winter abadie Scan0360-1

 

J’ai donc appris le décès de Claude Abadie par un courriel de Jean-Philippe Winter.

“Quand j’ai connu Claude Abadie, j’étais très impressionné de jouer en duo (pendant une vingtaine d’années, je crois) avec l’homme qui avait connu et joué avec Boris Vian ! Claude appréciait mes interprétations des chansons de Trenet et autres, il m’avait invité à animer une soirée chez lui, il y a quelques années” me disait-il dans ce ce message accompagné d’un texte intitulé : “Témoignage de Jean-Philippe WINTER, 66 ans, saxophoniste baryton du tentette de Claude Abadie depuis 2010″.

Son texte débute par une citation de Victor Hugo :

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Maître Yvon soufflait dans son biniou” (Victor Hugo)

Ce devait être dans les années 90, comme je faisais des animations dans des hôpitaux et maisons de retraite en tant que guitariste de jazz et chanteur, qu’il me fut proposé de faire un “bœuf” avec un clarinettiste que je ne connaissais pas mais dont le nom ne m’était pas inconnu : Claude ABADIE lui- même, l’ami et partenaire de Boris VIAN, auteur dont j’étais féru.

Cette association impromptue nous plut, et nous allions par la suite donner de nombreux concerts en duo. Un duo à deux volets : tantôt j’accompagnais à la guitare Claude qui jouait et parfois même chantait des standards de jazz et de bossa-nova, tantôt Claude ajoutait d’agréables contre-chants et des solos de clarinette à mes interprétations des chansons de TRENET, MOULOUDJI, LEMARQUE, etc.

Ceci dura jusqu’en 2015, crois.

Connaissant bien sûr l’existence du tentette, je lui demandais parfois s’il n’aurait pas besoin d’un saxophoniste (je joue de l’alto). Il se trouva qu’en 2010, il fallut remplacer François GALLET au poste de baryton ; j’avais tâté un peu du gros biniou autrefois, mais n’en possédais pas.

Malgré cela, je dis OK sans hésiter quand Claude m’a proposé le “job”. J’ai dû acheter l’instrument 15 jours avant la première répétition avec le tentette …!

Au sein de l’orchestre, j’ai découvert une belle famille, sous l’égide d’un chef pétri de bienveillance autant que d’exigence.

La musique du tentette n’est pas des plus faciles, les arrangements de Claude et de Paul VERNON sont de haut vol (Claude TISSENDIER, qui fit quelques prestations avec nous me l’a confirmé).

Je trouve particulièrement bouleversante la rencontre des harmonies très modernes qu’affectionne Claude (venant d’Ellington-Strayhorn, certes, mais aussi de Monk et de Mingus…) avec le son de cette clarinette qui vient de la tradition, comme un cri des origines !

C’est pourquoi je pense que cet orchestre est unique, et j’espère que nous saurons poursuivre dignement l’œuvre de son fondateur.

Les dernières années, comme Claude avait fini par renoncer – à 95 ans, je crois ! – à se rendre aux répétitions en scooter, c’est moi qui allais le chercher. Et nous avions, chemin faisant, d’agréables conversations sur la musique, la chanson, la poésie, la science, la politique…

Quelle chance d’avoir été le partenaire et l’ami de cet homme exceptionnel !”.

A ce témoignage rendant hommage à Claude Abadie, notons que la passion de Jean-Philippe Winter pour le jazz se manifeste aussi par l’association Jazzolithe.

Objectif ? “Promouvoir la pratique musicale, en particulier dans les domaines du jazz et de la chanson française, en proposant les services de professionnels capables d’enseigner et de diriger des ateliers et des stages musicaux, et en apportant à ces artistes-animateurs une aide administrative dans le cadre de ces activités”

aw IMG_2730 - copie

WINTER POÉSIE SUNNEBLUEM 1

  scan

 L’AVENTURE DU GROUPE D’SONNEBLUEM

Et à présent quelques autres repères sur Jean-Philippe Winter avec pour commencer la photo ci-dessus.

Hé oui, sa vie d’artiste ne se résume pas au tentette de Claude d’Abadie.

Dans les années 70, il a été un des membres du groupe D’Sunnebluem” connu pour son répertoire célébrant les textes de Conrad Winter. Une allusion à “Lieder vunn de Sunnebluem” , recueil de poèmes paru du 1977 avec un expressif dessin de couverture signé Alain Kauss.

WINTER LUS 1977 3scan0115 - copie 2

Le groupe D’Sunnebluem participera à l’effervescente histoire du renouveau de la chanson alsacienne des années 70-80. Un formidable mouvement artistique et culturel enraciné dans une langue et une identité alsacienne … à retrouver dans nombre d’articles de la presse régionale de l’époque : concerts, festivals, animations scolaires, etc

D’où ces quelques documents extraits du PRÉCIEUX dossier de presse confié par Jean-Philippe en vue du livre que je prépare sur la chanson en Alsace.

 

aw scan0134

scan0129 - copie

scan0109 - copie

scan0108 - copie

scan0153 - copie

winter sonnebluem 1980 1
S’Sunnebluem, Festival Schelige singt immer noch en 1980

  scan0105 - copie

Jean-Philippe Winter finira par s’installer à Paris, continuant de plus belle dans la voie artistique, ENTRE CHANSON, POÉSIE ET MUSIQUE, multipliant rencontres et expériences, séances de studio et concerts.

WINTER 1
1983, Festival Schelige singt immer noch

 

Il n’oubliera pas autant l’Alsace où vivent alors ses parents. 

On le retrouve à nouveau sur scène pour “Schelige singt immer noch” en 1984. A nouveau, puisqu’il y avait chanté en 1980 en tant que membre de D’Sunnebluem. Le voici donc programmé sous son nom et des musiciens de jazz à Schiltigheim.

Winter tableau 84 1 (1)

Au fil

 

Au fil des décennies,; Jean-Philippe Winter se lancera dans nombre d’aventures musicales.

Sans être prétendre à l’exhaustivité, il y a des chanteurs et chanteuse : Bernadette Delchambre, Syla De Rawsky, Henri Lequien, José-Anne Micha, le groupe Les Paparasites, etc. Et sans vouloir être exhaustif, citons aussi Jean Populus (un CD en 1996, et un autre dont la sortie avait été repoussée  pour cause de confinement …

 … des auteurs outre Conrad Winter évidemment : Pierre Birambeau, Joseph Moalic …

… des musiciens : Jacques Bolognesi, Ioan Streba, Patrick Gorce, Marc-Antoine Schmitt, Samuel Klein … 

des preneurs de son: Dany Mahler, François Vix, Philippe Abadie, Yves Uzureau … 

WINTER IMG_20190225_210636 - copie
Catherine Havel et Jean-Philippe Winter

 

WI!NTER BIRAMBEAU Capture d’écran 2020-04-23 à 18.58.59 1

WINTER BIRAMBEAU TEXTE 1

WINTER BIRAMBEAU 11200967_467980443357537_5443789430388099239_o scan0010 - copie

Juillet 2017. Fanzine RécréAction : concert de Bernadette Delchambre accompagnée par Jean-Philippe Winter. A gauche texte sur Vanina Michel d’origine alsacienne

Winter Capture d’écran 2020-04-23 à 18.01.14

aw scan0009 - copie
Revue LAND UN SPROCH, 1985

 

scan0014 - copie 2
Dessin de Camille Clauss

 ISABELLE GRUSSENMEYER CHANTE LES TEXTES DE CONRAD SUR DES MUSIQUES DE JEAN-PHILIPPE 

Bien sûr, on trouve aussi Jean-Philippe fils de Conrad Winter dans plusieurs enregistrements mettant en valeur les textes de son père.

Parlons d’abord de l’album d’Isabelle Grussenmeyer.

Ce CD de 20 titres met en valeur des textes de Conrad sur des musiques de Jean-Philippe ET AUSSI des textes dits par le poète. Un album enregistré et mixé en avril 2004 par Dany Mahler assisté par François Vix. La pochette est illustrée par un dessin du peintre et graveur Camille Clauss qui s’est suicidé l’année suivante à 85 ans.

winter concert gruss1

WINTER CG ISA GRUSS 1

Outre l’album d’Isabelle Grussenmeyer, Jean-Philippe Winter a aussi mis en musique d’autres textes. 

WINTER LIVRE CAILLOU X BLANCS 1
2007, réédition avec aquarelle d’Aliette Winter en couverture

 

Il y a évidemment son album 18 titres consacrés au recueil LES CAILLOUX BLANCS.

Le livre paru en 2007 chez BF Éditions, d’Armand Peter, est en fait une réédition augmentée avec une illustration de Camille Clauss et cinq aquarelles d’Aliette Winter qui signe la couverture.

Quant au CD du même titre, t sorti en 2011, il est sorti sur le label Ctenboite de Laurent Jarry.

awinter verso 1

Et n’oublions pas “Jean-Philippe Winter chante Conrad Winter” enregistré en juillet 2006, et encore une fois par Dany Malher assisté de François Vix. Et toujours sur le label EMA, comme le CD d’Isabelle Grussenmeyer.

Arrangements, direction musicale, guitares et saxophones sont assurés par Jean-Philippe Winter pour ce CD hélas trop peu connu…

scan0014 - copie

winter copie pochettes albums et compils Isabelle Grussenmeyer - copie

A

 

WINTER JP CD MOALIC scan

Terminons cette discographie de Jean-Philippe Winter par “DEMAIN, LES HIRONDELLES ?”, un album qui m’est cher à plus d’un titre.
 

aWINTER MOALIC scan0001 - copie 2
Janvier 2019. Extrait de la chronique du CD dans la revue Vinyl,

Une chronique de ce CD a paru début 2019 dans Vinyl, Une “revue totalement indépendante spécialisée dans la musique hors bizness” et lancée fondée en 1994 par Xavier Barrère, Alain Rived et Robin Rigaut qui en est le rédacteur en chef.

Les textes sont tous signés Joseph Moalic, auteur de la seule biographie consacrée à Maurice Fanon.

Deux chansons y sont interprétées par Catherine Havel sur des musiques d’Oswald d’Andréa, compositeur pour la radio, la télévision et le cinéma. Les 11 autres titres sont chantés par Jean-Philippe Winter qui en est aussi le compositeur, à l’exception de “Étoiles dans les yeux” et “La petite valse du bonhomme de neige” du québécois, dux musiques de  Jean Custeau (1948-2014).

aPF-JEAN-CUSTEAU-412-500x333
L’ami Jean Custeau dans son Bleuciel à Stanstead

 L’occasion est trop belle pour ne pas vous parler de cet auteur-compositeur-interprète emporté par un infarctus le 9 août 2014 à 66 ans.

Un artiste très attachant, au franc-parler souvent teinté d’expressions québécois très fleuries, et un regard des plus lucides sur les coulisses du milieu de la chanson québécoise ! Voir la tribune libre de Jean Custeau rédigée pour le site www.planetefrancophone.fr en mars 2013.

Impossible d’oublier le séjour effectué chez lui à Stanstead, localité québécoise située carrément sur la frontière avec les États-Unis. En effet,  bibliothèque et salle de concert  se trouvent à cheval sur la frontière canado-américaine ! Idem pour la rue Canusa avec d’un côté les maisons dans le Vermont et de l’autre au Québec. Le nom de la rue résulte et de la fusion de Can (ada) et USA ! Un matin, Jean suggéra de prendre le petit déjeuner de l’autre côté de la frontière … ce qui me valut de passer près d’une heure à la douane américaine entre interrogatoire et prise de photo, face au portrait du président Obama.

Jean et Johanne prenaient leur mal en patience à l’extérieur sr l’aire de stationnement. De quoi alimenter notre p’tit dej américain savouré dans la bonne humeur, à quelques kilomètres de la maison des Custeau. Bon refermons cette parenthèse sur l’ami Jean, en précisant que l’album “Demain les hirondelles ?” a été enregistré en septembre 2018 par Yves Uzureau : il en assuré le mixage avec la complicité de Jean-Philippe Winter

 

WINTER Studio Uzureau le 18 septembre 2018 016
Catherine Havel, Jean-Philippe Winter, Joseph Moalic et Yves Uzureau

 Ces dernières années, Jean-Philippe Winter est revenu en Alsace pour des événements culturels comme en novembre 2011, pour le 80ème anniversaire de sa naissance de son père.

Haguenau rend alors hommage à Conrad Winter avec une exposition au Musée Historique :  manuscrits de l’auteur, accompagnés de dessins, gravures et aquarelles de Camille Claus, Tomi Ungerer, Raymond Piela et Aliette Winter.

Leurs œuvres ont illustré les recueils de poèmes de Conrad Winter qui a d’ailleurs légué nombre de documents aux Archives Municipales de cette cité alsacienne. Né à Strasbourg, Conrad Winter vivra jusqu’à 40 ans à Haguenau où il enseignera durant presque toute sa carrière.

Sido Gall, Isabelle Grussenmeyer, Catherine Havel, Jean-Philippe Winter,  … divers artistes participeront en novembre 2011 à cette soirée entre poésie et chanson au Théâtre municipal de Haguenau.

AUBETTE BF 35 ANS SUITE 105

 Autre souvenir marquant pour Jean-Philippe Winter : novembre 2011 à l’Aubette, à Strasbourg pour les 35 ans de BF Editions.

“Les Bibliothèques Idéales avait donné carte blanche à Armand Peter le créateur et animateur de Bf éditions. Bf, c’est à dire Budderflade (tartine de beurre) du nom d’une revue alternative des années 70 à Strasbourg. Pour l’occasion, Armand Peter avait invité tout ce qu’il compte comme ami(e)s sur scène et dans la salle où les amis de l’Alsace et de l’édition avaient répondu présent. (…) Les musiciens, les poètes, les écrivains, les chanteurs se succédèrent sur la scène. ”  raconte le site d’informations LA FEUILLE DE CHOU  de Jean-Claude Meyer en publiant plusieurs photos.

C’était un samedi soir, en septembre 2011, dans le cadre des Bibliothèques Idéales de François Wolfermann/ Librairie Kléber , et les invités d’Armand Peter étaient Jean-Philippe Winter,  Edouard Bauer / Folk de la Rue des Dentelles, Liselotte Hamm et Jean-Marie Hummel, Jean-Marie Koltès, Jean-Paul Klee, Francis Keck, Jean-Paul Sorg, Sido Gall, Sylvie Reff, Jean-Paul Gunsett, etc.

D’où ces deux photos du final avec Jean-Philippe Winter entouré par Sylvie Reff, Liselotte Hamm, Sido Gall et Francis Keck.

AUBETTE BF 35 ANS SUITE 124

 Puis, en décembre 2015, le voici au Centre Culturel Alsacien lors du vernissage d’une exposition célébrant Conrad Winter..

WINTER scan0011

2021 : UNE ANNÉE POUR CÉLÉBRER CONRAD WINTER ?

Nous voici presqu’au terme de cette ballade du côté d’un des fils de Conrad Winter.

Les années ont passé mais l’envie de mettre en valeur l’œuvre de son père est toujours d’actualité. Et cela depuis un bon moment !

D’où son courriel envoyé le 26 avril 2018 à l‘OLCA, l’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle présidé par Justin Vogel et dirigé par Isabelle Dietrich Schoepfer.

 “Bonjour, je suis Jean-Philippe Winter, chanteur-compositeur-guitariste, et fils du poète Conrad Winter, dont j’ai mis en musique nombre de poèmes en français et en alsacien, que l’on peut trouver sur trois CD, interprétés par Isabelle Grussenmeyer pour le versant alsacien, et par moi pour le français. Je me permets de prendre contact avec vous sur le conseil d’Albert Weber.

J’aurais plusieurs projets concernant l’œuvre de mon père; l’anniversaire des 90 ans de sa naissance (il est décédé en 2007) en 2021 pourrait servir de prétexte à différents évènements.

  Mon projet principal serait l’enregistrement et la publication d’un CD constitué de l’intégralité des textes du recueil Chanson pour un métier (paru en 1973) que j’ai mis en musique. Je verrais bien cela sous la forme d’un livre-CD contenant le texte, éventuellement en fac-similé de la version originale (publiée par l’éditeur-imprimeur artisanal Jean Vodaine). D’autres projets seraient la réédition de recueils de poésie en français et en alsacien, plus aucun n’étant à ce jour disponible. J’espère avoir l’occasion de parler de tout cela avec vous; je réside à Paris mais pourrais facilement venir vous rencontrer à Strasbourg”.

 

scan0012

Ce message aura suscité une rencontre entre Jean-Philippe Winter et deux personnes de l’OLCA à Strasbourg. Ce qui l’incitera à préciser ses projets dans un message envoyé à l’OLCA le 30 août 2018.

En premier lieu, il s’agirait de produire, en 2021 (90ème anniversaire de la naissance de mon père) un CD constitué des textes mis en musique du recueil Chanson pour un métier , accompagné d’une réédition du recueil en question, peut-être sous la forme d’un livre-CD. Je suis disposé à enregistrer en Alsace, avec le concours de musiciens locaux. Et j’envisage d’ajouter sur le CD une chanson en dialecte, sur un texte extrait du recueil “Leeder vumm roode Haan” paru à la même époque, du reste.

Parmi d’autres projets, il avait justement été évoqué une réédition de ce recueil, que Dominique Huck se proposait de préfacer, dans une orthographe moins atypique que celle utilisée à l’époque. Bien sûr, la sortie du CD pourrait être accompagnée de concerts, à Strasbourg, Haguenau ou ailleurs, dans lesquels quelques amis de la scène alsacienne seraient invités à rendre hommage à l’auteur … comme nous l’avions fait au Théâtre de Haguenau en 2011 pour la sortie du CD Cailloux blancs “.

A ce jour rien de nouveau sous le soleil.

L’année 2021 sera-t-elle marqué par des initiatives honorant la mémoire de Conrad Winter ?

Quel(s) autre(s) structure(s) d’Alsace serai(en)t en mesure de réagir ?

Qui qu’il en soit, une évidence s’impose.

Il serait ÉVIDEMMENT dommage que rien ne soit organisé en Alsace pour célébrer Conrad Winter en 2021.

Et à cette évidence s’en ajoute une autre : le parcours de Jean-Philippe Winter entre chanson, jazz et poésie est assurément peu, trop peu connu en Alsace. Et j’espère que ce texte aura permis de réparer (un peu) cette regrettable méconnaissance.

ALBERT WEBER

jphwinter@hotmail.fr

 

WINTER haguenau_conrad_winter01-8dc84
Jean-Philippe et Conrad Winter

 

L’ADIEU À GRAEME

Bien sûr, nous nous y attentions. Nous savions qu’il avait cessé de chanter et que sa santé déclinait. N’empêche que l’annonce du décès de Graeme Allwright aura été d’une intense violence.

Un ami, un proche, un membre de la famille s’en est allé dimanche 16 février dans sa 94ème année, à la Maison de retraite des Artistes de Pont-aux-Dames fondée en 1903 à  Couilly-Pont-aux-Dames, en Seine-et-Marne.

L’annonce de sa disparition sera à jamais liée à la cathédrale de Strasbourg. Avec mon amie, nous nous trouvions juste en face dans une brasserie, en attendant de nous rendre à Bischwiller pour le dernier hommage à Ahmed Ferhati, comédien, metteur en scène, musicien et chanteur.

J’y ai retrouvé Liselotte Hamm et Jean-Marie Hummel à qui j’ai appris le décès .. et il s’est aussitôt souvenu d’une mémorable soirée d’après-concert en Corse avec Graeme.

En fait, c’est un coup d’oeil sur le site des Dernières Nouvelles d’Alsace que j’ai découvert l’info, ce dimanche là, peu après 17 heures. Et sans une seconde d’hésitation, j’ai téléphoné à l’ami Fred Hidalgo, créateur avec sa femme Mauricette des revues “Paroles et Musique” et “Chorus, les Cahiers de la chanson”.

GRAEME ob_0428ca_couv-pm20
Mai 1982. Photo prise sur le vif par et chez Fred Hidalgo : “Graeme apparaît tel qu’en lui-même, méditatif”. 

 

scan0024
Chorus les Cahiers de la Chanson

 Notre échange téléphonique enraciné dans près de 36 ans d’amitié m’a fait penser à un autre appel … une autre conversation quand, en août 2003, j’ai appris le décès de notre ami Marc Robine, figure incontournable de la chanson française et signature majeure de Chorus.

 

GRAEME ob_56cbbd_lettre-afrique

Fred Hidalgo, compagnon de route de Graeme depuis tant d’années. Ou plutôt de décennies comme il l’a si bien raconté dans un témoignage paru lors de la sortie du livre de Jacques Vassal écrit sur et avec Graeme.

Une complicité de (très) longue date … avant le lancement mi-juin 1980 de Paroles et Musique, le mensuel de la chanson vivante : Graeme aura été un des premiers artistes au courant de ce projet de presse écrite.

scan0022

scan0023Prenez donc le temps de (re)lire le texte de Fred Hidalgo sur son blog Si ça vous chante.

“Aujourd’hui, on veut définitivement y croire encore moins. Salut l’Artiste, adieu l’Ami, tu emportes avec toi le meilleur de nous-mêmes...” écrira le 16 février Fred Hidalgo sur sa page Facebook “La mémoire qui chante, journal d’un échanson”, “en pensée et en affection avec ses proches“.

De quoi susciter tant de réactions de personnes sincèrement bouleversées par son décès …

 

graeme fred 87848168_22431985 769429259750_5829191504609935360_o
Graeme et Fred chez les Hidalgo. Photo de Jean-Pierre Leloir/ Page Facebook de Fred Hidalgo

La photo ci-dessus a été prise en juin 1985, du temps de Paroles et Musique.

Il est vrai que chez Fred et Mauricette Hidalgo, le mois de juin aura si souvent été synonyme de rencontres amicales chez eux, avec nombre d’artistes : une formidable tradition si souvent vécu du temps de Chorus…

Quelques mois plus tard, en novembre 1985, Graeme (re)venait à la Réunion pour chanter.

L’occasion pour une poignée de passionnées de chanson – Noël Gros, Bobby Antoir, Bernard Vitry, Gilbert Hardy - de lancer l’association Mascareignes parrainée par Graeme.

Il s’agissait de créer sur place un festival de chanson qui permette à la fois de promouvoir les musiques de l’océan Indien et d’accueillir à la Réunion des chanteurs francophones. J’étais moi-même, au nom de PAROLES ET MUSIQUE, l’un des membres fondateurs de cette association… Ben oui ! Beau souvenir, en tout cas” précise Fred Hidalgo au sujet de la photo parue dans le .mensuel Paroles et Musique.

graeme jir article coùpley 87790364_3156007651089932_2709054676401127424_n
Journal de l’Ile de la Réunion, 12 décembre 1985, article de Marine Dusigne
FESTIVAL LIMOILOU 069
Septembre 2010, devant la salle Sylvain-Lelièvre à Limoilou

 

AVEC GRAEME, VIVIANE ET JEAN-YVES …

A JOBIN GRAEME FINAL ALCAZ A 5
Graeme Allwright et Alcaz réunis en concert à Besançon

Ma première rencontre avec Graeme date de cette fin 1985, et je n’imaginais alors pas que nos routes allaient se croiser si souvent.

Ile de la Réunion, Strasbourg, Saverne, Sarrebourg, Paris, Québec … sans oublier l’inoubliable soirée à Vernouillet où nous avons célébré en 2002 les dix ans du trimestriel Chorus ont été célébrés en chanson avec Graeme et nombre d’invités, dont Marc Robine, Allain Leprest, Jean Corti … 

Pas de doute ! Graeme aura sans doute été l’artiste le plus vu sur scène et dans un contexte plus privé aussi … un “record de retrouvailles” partagé avec mes amis Jean-Yves Liévaux et Viviane Cayol (Alcaz) avec lesquels j’ai d’ailleurs revu Graeme à Besançon à l’occasion d’une soirée organisée par Christophe Régnier : Alcaz y assura la première partie avant de rejoindre Graeme durant son concert

A JOBIN GRAEME FINAL ALCAZ A 3
Viviane Cayol, Jean-Yves Liévaux, Graeme Allwright

 

GRAEME PETIT JOURNAL CONCERT 076

 Concert au Petit Journal, à Montparnasse : salle archibondée …

GRAEME PETIT JOURNAL 207

1967 : PREMIER ENTRETIEN DE GRAEME DANS LA PRESSE NATIONALE AVEC JACQUES VASSAL POUR ROCK & FOLK 

Notons, avec la complicité de Fred Hidalgo, que le premier coup de projecteur d’une publication nationale sur Graeme date de 1967.

C’est à Jacques Vassal, par exemple, qu’on doit la toute première interview de Graeme chanteur dans la presse nationale. Par la même occasion, c’était le tout premier article qu’il réalisait pour le mensuel Rock & Folk à peine né : les historiens le retrouveront dans le n° 3 de janvier 1967 et les lecteurs de Graeme Allwright par lui-même en pages 98-101. Cela se passait à l’automne 1966, rue de la Gaîté, dans les coulisses de Bobino.

En réalité, c’était la seconde fois que le journaliste en herbe voyait le chanteur débutant en scène. Trois ou quatre semaines plus tôt, il l’avait découvert par hasard dans un de ces cabarets de la rive gauche qui faisaient florès et le bonheur des amateurs de chanson. C’était à la Contrescarpe. Vassal s’en souvient bien“.

Il aura donc fallu le décès de Graeme pour que “les grands médias” se souviennent de lui.

Un hommage posthume qui en dit long sur l’impact de cet artiste si et trip souvent ignoré des radios et des télés, à quelques rares exceptions près comme en témoigne cette photo parue sur le blog de Fred Hidalgo dans son article du 2 septembre 2018.

graeme Capture d’écran 2020-02-19 à 00.40.27Pour connaitre tout ou presque sur la vie et le répertoire de cet auteur-compositeur-interprète né le 7 novembre 1923 à Wellington en Nouvelle-Zélande, pas de problème !

Il suffit de lire sa longue biographie ICI sur wikipédia …

Autant d’informations détaillées avec force références. De quoi alimenter plus d’un article paru au lendemain de son décès dans la presse francophone, nationale et régionale comme ce papier des Dernières Nouvelles d’Alsace annoncé à la une.

GRAEME UNE DNA scan0014

graeme pdf dna 3-20200217854948505154535257555149497411069-pdfGRAEME Capture d’écran 2020-02-20 à 10.16.44

NATHALIE LEGROS, PIERRE-YVES VERSINI ET JULES BÉNARD RACONTENT LA VIE DE GRAEME A LA RÉUNION

La vie de Graeme ne s’est évidemment pas limitée au “monde de la chanson”, comme le raconte la journaliste réunionnaise Nathalie Legros dans “GRAEME ALLWRIGHT, LES YEUX FERMÉS” , article très détaillé paru sur le site 7 lames la mer :
 
Avant de devenir chanteur, il sera mousse, jardinier, garçon de bureau pour une concession automobile, ouvrier dans une usine, professeur d’anglais, surveillant en hôpital psychiatrique, apiculteur, ouvrier du bâtiment, plâtrier, homme à tout faire, garçon de café, comédien, vendangeur, machiniste, menuisier…

Sacrée existence si bien remplie puisque, comme le précise la journaliste réunionnaise, “ son goût pour la découverte d’horizons nouveaux le mène en Asie, en Inde, en Amérique Latine, aux États-Unis, au Maghreb, au Népal, en Égypte, en Éthiopie, au Soudan, à Djibouti, à Madagascar… Et à La Réunion !”.

Oui, Graeme a vécu à la Réunion et plusieurs médias locaux – tel Pierre-Yves Versini dans sa superbe double page du “Quotidien de la Réunion” – lui ont rendu un hommage à la hauteur des liens unissant l’homme à son “île d’adoption”.

Graeme ok

Graeme 2 QUOTIDIEN

Le journaliste et romancier Jules Bénard a eu la chance de fréquenter Graeme durant son séjour à la Réunion.

Et il en parle avec émotion et réalisme dans un long témoignage qui conclut l’article de Nathalie Legros : “

“Un jour, on m’a dit que Graeme construisait un voilier en ferro-ciment sur la jetée du port de plaisance de la Pointe-des-Galets. Ici ? Chez moi ? Fallait que je voie ça ! (…)

Cette ambiance était amicale, douce, chaleureuse. On se sentait bien là, avec ce mec vraiment pas comme les autres, qui savait si bien tisser des relations d’amitié, d’amour pourquoi pas ! entre de parfaits inconnus.

Je suis retourné plusieurs fois chez Graeme au Port.

Une auberge espagnole. Un caravansérail. Il laissait chacun entrer. Claire servait à boire à chacun ; Graeme écoutait chanter qui voulait chanter ; s’imprégnait de cette culture créole qu’il semblait ravi de découvrir au fil du temps et des rasades”.

Et l’ami Jules de préciser : “S’il est permis à chacun d’être nostalgique, voire larmoyant, je vous dirais que cet homme nous surpasse par sa générosité et son immense capacité à être à l’écoute des autres, de tous les autres.

Graeme se servait de son argent pour recevoir ses amis, ce que Claire avait compris. Il voulait voir les autres, les entendre, les découvrir. Je ne sais s’il m’a découvert.

Moi, j’ai rencontré un humaniste envahissant”.

aaaa GRAEME K7 RÉUNION capture_d_e_cran_2020-02-16_a_21.24.06_resultat-ec1c2

En effet, “P’TITE FLEUR FANÉE” a inspiré à Graeme une version ÉVIDEMMENT en créole réunionnais … et d’autant plus intéressante qu’elle bénéficie de la complicité de ses amis malgaches.

L’ile de la Réunion lui aura également inspiré une chanson à savourer ICI .

Il existe aussi une superbe version de LA RIVIERE TANIÉ, incontournable chanson mauricienne, enregistrée ÉVIDEMMENT en créole mauricien par Graeme :  un refrain qui me donne des frissons chaque fois que je la réécoute.

Précisons que parmi les chansons diffusées le 22 février en hommage à Graeme dans son émission “Jambon Beurre” Patrick Boez a notamment retenu l’inoubliable fleur fanée …

IIRREDUCTIBLES 086
Québec, Festival de Limoilou. Ambiance malgache avec Erick et Dina

 

MADAGASCAR : DINA, ERICK, ET LES AUTRES

GRAEME DINA TELERAMA 87396875_1461742090649001_1067152489469444096_n
Télérama : l’hommage de Dina à Graeme

 GRAEME STELE MALGACHE 87261264_1462406830582527_6121970787999023104_o

“Dans les années 80, il revient d’un voyage à Madagascar avec des musiciens qui donnent une nouvelle tonalité à sa musique “ raconte Fred Hidalgo. 

Madagascar, autre île si chère à Graeme …

à commencer par sa complicité en studio, sur scène et dans la vie avec plusieurs musiciens hors-pair tels Erik Manana et Dina Rakotomanga.

En témoigne entre autres la stèle érigée après le décès de Graeme ainsi présentée par Dina sur Facebook :

Une stèle de la part des Lolo SY NY TARINY, pour remercier Graeme ALLWRIGHT, d’avoir cru, produit, protégé, bref fait vivre le groupe Lolo sy ny TARINY (Bebey, Sammy, Goda, Passy, Lolo, Benny, Erik, Raplay et Dina). Sans lui, beaucoup d’entre nous ne serions pas là où on est, en ce moment ….”

 

GRAEME MADA 87871524_1464252130397997_5810400365559939072_n

scan0025
Mensuel Paroles et Musique

 

GRAEME MADA Capture d’écran 2020-03-03 à 16.05.55

A écouter l’émission de Priscat Rakotomalala “Les empreintes de Graeme Allwright” sur Alliance 92 FM :   assurément une belle passerelle avec l’attachement de Graeme à Madagascar …

GRAEME ERICK DINA Capture d’écran 2020-03-03 à 16.02.35
Erick Manana, Graeme et Dina Rakotomanga
scan0001
Paroles et Musique, entretien avec Jacques Vassal au sujet de Léonard Cohen

 scan0002

“PETIT GARÇON” PAR NANA MOUSKOURI, GAROU, NILDA FERNANDEZ, HENRI DÈS, SERGE RIEGER ET TANT  D’AUTRES !

Bien des journalistes ont mis en évidence avec force exemples l’importance majeure de Graeme qui a adapté nombre d’artistes.

A commencer par  Leonard Cohen (Suzanne, L’étranger, Demain sera bien), et bien sûr  Woody Guthrie, Pete Seeger ou Tom Paxton sans parler de ses adaptations de Georges Brassens en anglais en collaboration avec Andrew KELLY comme Les Passantes.

Il existe une superbe version publique de Suzanne par Graeme et Maurane accompagnés par Jean-Félix Lalanne …

Sans parler, évidemment, de ses nombreuses compositions et son opus d’inspiration jazzy, enregistré en 2 000 avec The Glenn Ferris Quartet (« Tant de joies ») : un album hélas trop méconnu à mon sens …

Nombre de titres ont été repris par tant de groupes et artistes … dont “Petit garçon” chanté entre autres par Nana Mouskouri, Garou, Henri Dès, Nilda Fernandez,

et Serge Rieger en alsacien dans l’émission “Salut l’artiste”  animée par Jacky Kuhn et diffusée sur Fréquence Verte, dimanche 23.

 

 

scan0021
Chorus :  Graeme Allwright et Christian Fougeron
scan0020
Chorus : Bernard Dimey et Graeme Allwright.

 

 GRAEME 33 T JAUNE 42830037-35561130

MICHEL KEMPER : “IL EST, IL FUT LE CHAINON ENTRE DEUX MONDES”

Sur son site Noschanteurs, le quotidien de la chanson, le journaliste Michel Kemper précise : “

“Il est, il fut, le chaînon entre deux mondes, le traducteur avisé et talentueux tant de Leonard Cohen (“Suzanne”, “L’étranger”, “Demain sera bien”…), de Woody Guthrie (“Le clochard américain”), de Tom Paxton (“Qu’as-tu appris à l’école ?”), de Pete Seeger (“Jusqu’à la ceinture” …

Même, le savez-vous, le chanteur de Georges Brassens, mais dans l’autre sens, du français à l’anglais. Il fut aussi auteur (“Lumière”, “Il faut que je m’en aille” …).

En 2009 est sorti “Pacific Blues”, documentaire de 52 minutes tourné en France et en Nouvelle-Zélande par Chantal Perrin et Arnaud Deplagne.

“Ses chansons appartiennent au patrimoine de la chanson française. Devenues des classiques, elles sont fredonnées par plusieurs générations. Il en est ainsi de certaines chansons vouées à se perpétuer dans le temps. tSes dix-huit albums se sont vendus à des centaines de milliers d’exemplaires en France et dans tous les pays francophones. À 84 ans, et à son propre étonnement, il continue de remplir les salles de concert”  indique le synopsis de ce DVD en ajoutant :

“Son public français ignore bien souvent ses racines néo-zélandaises. On le croit Canadien, Hollandais, comme Dick Annegarn, ou bien on ne se pose pas la question. Il fait partie de notre culture. C’est notre Bob Dylan à nous”.

Il est tout de même INCROYABLE ET HONTEUX qu’aucune chaine de télé n’ait eu l’idée de diffuser ce document après le décès de Graeme …aussitôt retombé dans dans l’oubli des “grands médias” après leurs “hommages de circonstance”.

En 2010, l’Académie Charles Cros lui décernera un “Grand Prix in honorem” pour l’ensemble de sa carrière.

scan0009

 

scan0011

scan0012

 ANECDOTES ET CONFIDENCES  “A VOIE NUE” SUR FRANCE-CULTURE EN 2015

En février 2015, à 88 ans, Graeme Allwright se raconte dans l’émission A VOIE NUE sur France-Culture … par Victor Macé de Lépinay

Notons aussi la semaine d’entretiens sur France Culture diffusée e 2015 : 5 épisodes de 28 mn intitulées “: Il faut que je m’en aille”, ” Le trimardeur” , L’étranger“, “Le jour de clarté et “De passage”.

Toute personne intéressée par Graeme aura GRAND plaisir à savourer  ces cinq émissions sans langue de bois entre confidences et souvenirs !

Un formidable document sonore sur l’enfance, la jeunesse et la vie publique et privée d’un DESTIN INCROYABLE à découvrir en prenant tout son temps évidemment.

“CONTRE TOUTES LES HAINES ET LES GUERRES L’ÉTENDARD D’ESPOIR EST LEVÉ”

 

scan0010
Ah la fameuse Marseillaise entonnée pieds nus au début des concerts …

Fred Hidalgo se souvient : “ Depuis 2005, les concerts du chanteur aux pieds nus, qui continuait de sillonner l’Hexagone malgré son âge avancé, commençaient par un rituel immuable : une vibrante Marseillaise qu’il avait “adaptée” avec des paroles pacifistes.

“Pour tous les enfants de la Terre, Chantons amour et liberté”, entonnait-il…”

Une MARSEILLAISE PACIFISTE à retrouver ICI

GRAEME BEAUCOURT grPF-HB-B-IMG_7654-355x500
Espace Georges Brassens, Beaucourt, Territoire de Belfort

GRAEME DVD

QUAND FRANCIS VERNHET IMMORTALISE GRAEME

Pas de doute !

On la retrouve partout … car elle aura accompagné Graeme durant une bonne partie de sa vie de chanteur et elle a été reprise encore et encore dans les hommages fleurissant sur les réseaux sociaux !

Je parle bien sûr de LA photo de Francis Vernhet, qui a entre autres été LE photographe de “Chorus les Cahiers de la Chanson”.

 

 

graeme Capture d’écran 2020-02-19 à 00.46.51

Cette photo, Fred Hidalgo en parlait ainsi lors de la sortie du livre de Jacques Vassal :

“La superbe image de couverture (excellent choix !) est une photo de Francis Vernhet réalisée à l’automne 1992 pour illustrer l’une de nos rencontres avec Graeme* ; en l’occurrence, une interview que j’avais mise en boîte, publiée dans le n° 2 de Chorus (hiver 1992-1993), à l’occasion de la sortie de son album Lumière et de sa « rentrée parisienne » au Passage du Nord-Ouest”.

scan0007

scan0008

 “C’est un livre de Jacques Vassal, éminent confrère de plume, mais c’est avant tout un livre sur Graeme Allwright par Graeme Allwright : Graeme Allwight par lui-même.

En fait en livre d’entretiens, entrecoupé parfois par des témoignages extérieurs : sa première épouse Catherine Dasté, les journalistes Fred Hidalgo et Jacques Gandeboeuf, son fils Christophe Allwright et d’autres encore” écrira Michel Kemper en présentant cet ouvrage aux lecteurs de Nosenchanteurs, le quotidien de la chanson.

graeme ob_7f5542_encadre-graeme1

scan0003
Pierre Jobin a invité Graeme à venir chanter au Québec à plusieurs reprises

 

QUEBEC 040

scan0004

QUÉBEC : FESTIVAL DE PIERRE JOBIN AVEC GRAEME, JEHAN ET GILLES VIGNEAULT 

 FESTIVAL LIMOILOU 012

De toutes les rencontres vécues avec Graeme une des plus marquantes aura été le Festival LIMOILOU M’EN CHANTE fondé par Pierre Jobin chez qui il logeait.

Catherine Marck, incontournable figure du Festival de Tadoussac dont elle fut la directrice artistique et responsable de la programmation et des relations internationales, se souvient :

“J’y étais ! assise à côté de Graeme à regarder chanter Gilles Vigneault !! Impressionnant. Il était nu pied dans ses sandales. Quand je l’ai revu quelques mois plus tard à Paris à l’espace Jemmapes, il m’a dit “je reconnais vos cheveux !!”. Il était encore nu pieds dans ses sandales”.

FESTIVAL LIMOILOU 100
Catherine Marck et Graeme après le concert de Gilles Vigneault en arrière-plan avec Paulette Dufour (relations presse, promotion, communication)
QUEBEC 062
Retrouvailles avec Paul Hébert, metteur en scène et directeur de théâtre québécois

 

“Limoilou m’en chante” ?

Assurément un événement d’une intense fraternité, marqué par plusieurs retrouvailles celle avec l’homme de théâtre Paul Hebert connu du temps où Graeme était, lui aussi, comédien ..

et également le souvenir d’un échange durant le trajet en voiture,  sous une pluie battante lorsque qu’après un concert j’ai reconduit Graeme chez Pierre Jobin où l’attendait “ma chambre”…  je veux celle où Pierre m’avait hébergé plus d’une fois.

LIMOILOU 110
Pierre Jobin

 

FESTIVAL LIMOILOU 023

 

FESTIVAL LIMOILOU 034 

Le concert de Graeme accompagné par ses musiciens malgaches aura été une sacrée” révélation pour l’auteur québécois Richard Baillargeon, passionné de chanson française.

“L’artiste a proposé, d’entrée de jeu, sa version d’une “Marseillaise” pacifique qu’il milite pour faire accepter des autorités françaises depuis 2005″ raconte-t-il sur le site QUEBEC INFO MUSIQUE :

“La révélation fut pour moi l’ampleur de la démarche du Néo-Zélandais, depuis longtemps francisé, Graeme Allwright. Je connaissais l’homme et sa voix pour avoir entendu ses adaptations de Léonard Cohen, notamment “L’étranger” que j’ai remarqué une première fois au générique de la version française du film McCabe and Mrs Miller, un des premiers films de Robert Altman. (…) 

scan0006

TRIO GRAEME SANS GUITARE
Concert à Limoilou

 J’y étais”  se souvient la québécoise Guylaine Saint-Pierre  à la vie enracinée dans tant de passions : enseignement du français et de la littérature; traduction, théâtre, écriture de textes de chansons, de poésie et de nouvelles : autant de centres d’intérêt qui l’ont menée “à la radio, où elle rencontre des artistes de jazz aussi fous qu’elle de création et de musique”.

Et de préciser : “Le départ de Graeme m’attriste beaucoup. C’est irréel que ça lui arrive, à lui. Je voyais sans doute Graeme comme une sorte de Jésus qui ressuscite après trois jours…”.

 

Capture d’écran 2020-03-03 à 18.12.32

AU GRÉ DES RETROUVAILLES 

Une des choses qui m’aura toujours le plus frappé chez Graeme, c’est la manière dont il vous regardait intensément en vous parlant. Comme si personne d’autre n’existait autour de vous.

FESTIVAL LIMOILOU 052  

 FESTIVAL LIMOILOU 053

FESTIVAL LIMOILOU 055

Quelques article parmi d’autres consacré à un concert de Graeme …

 scan0026

scan0031
Rencontre avec un boulanger lorrain passionné des chansons de Graeme …

scan0027

Chaque concert que j’ai eu la chance de vivre aura été synonyme d’intense satisfaction. Une joue partagée sans retenue par des salles enthousiastes … dont ce fameux concert de soutien à Emmaus-Strasbourg face à un public qui n’avait pas envie que Graeme cesse de chanter …

Je pense aussi à formidable soirée organisée par le pasteur de Saverne  en Alsace. Il avait envoyé un communiqué de presse aux allures de brève à publier dans les Dernières Nouvelles d’Alsace.

La brève a été transformée en article avec photo et … dès la publication du papier, les réservations se sont envolées tellement vite que le pasteur a regretté de ne pas avoir prévu une salle plus grande … et ce n’est pas ma consœur Simone Giedinger qui me dira le contraire ! 

D’ailleurs avant même que l’info ne soit publiée, plusieurs appels téléphoniques étaient arrivées à la rédaction, histoire d’avoir confirmation de la prochaine venue de Graeme à Saverne !

Et chaque fois j’ai vécu la même convivialité, la même émotion, le même échange entre Graeme et son public réunionnais, parisien, alsacien, québécois …

scan0028

 “JE CONNAIS BIEN PERNAND-VERGELESSES, EN CÔTE D’OR, OÙ J’AI TRAVAILLÉ COMME OUVRIER AGRICOLE DURANT TROIS ANS”

 

GRAEME 87828852_2739121619456368_1518607067571552256_o

Graeme était le père des acteurs Christophe Allwright, Jacques Allwright et Nicolas Allwright (de son union avec Catherine Dasté fille de Jean Dasté) et de Jeanne Allwright de son union avec Claire Bataille, qui fut aussi son agent artistique.

En février 2015, Le Journal de Saône et Loire demandait à Graeme : “Vous avez de nombreux souvenirs en Bourgogne ?” .

“Je connais bien Pernand-Vergelesses en Côte-d’or où j’ai travaillé trois ans comme ouvrier agricole. Je jouais déjà un peu de guitare mais juste pour les amis.

Et puis c’est aussi au milieu de ces grands crus que j’ai épousé Catherine Dasté, la petite fille de Jacques Copeau que j’avais rencontrée dans une école de théâtre à Londres.

Le vigneron qui nous a mariés avait toutes les peines du monde a prononcer mon nom. J’ai beaucoup de souvenirs liés à la maison Copeau même s’il y a bien longtemps que je n’y suis pas allé”.

“J’t’ai raconté mon mariage
À la mairie d’un p’tit village
Je rigolais dans mon plastron
Quand le maire essayait d’prononcer mon nom

Buvons encore ( Buvons encore)
Une dernière fois ( Une dernière fois)
À l’amitié, l’amour, la joie
On a fêté nos retrouvailles
Ça m’fait d’la peine
Mais il faut que je m’en aille”

Extrait de “Il faut que je m’en aille”

 GRAEME PETIT JOURNAL 186

Le décès de Graeme a été annoncé par un faire-part de ses enfants  Nicolas, Christophe, Jacques, Jeanne et les petits-enfants Alice, Adrien, Eliott, Axel, Gaia et Adam.

Les obsèques ont été célébrées  à l’église de Couilly-Pont-aux-Dames le jeudi 20 février à 15 heures et l’inhumation le lendemain  vendredi 21 février au petit cimetière de  Pernand-Vergelesses à 15 heures

“Voici un petit résumé de l’enterrement de Mr Allwright validé par la famille et filmé par Didier Buffet , merci à  lui …. Pour info , le nez rouge à la fin c’est celui de Graeme qu’il met quand il chante Jolie bouteille sur scène” précise Dina Rakotomanga au sujet de la  vidéo mise en ligne sur le groupe Graeme Allwright Le Jour de Clarté ouvert sur Facebook.

 

Aucune description de photo disponible.

 

“SES CHANSONS PROFONDES, LUMINEUSES S’ÉLEVAIENT SOUS LA VOÛTE DISANT L’AMOUR DE L’ÊTRE HUMAIN”

Pour finir, voici le témoignage de l’auteur-compositeur-interprète Jean Lapierre publié sur Facebook au lendemain des obsèques.

 “A GRAEME …

Une petite église de campagne… En Ile-de-France… Il fait froid, mais les cœurs sont chaleureux…

L’office d’enterrement de Graeme Allwright a été à l’image de sa carrière… plutôt de sa vie…

Graeme n’a pas fait « une carrière », mais a vécu sa vie d’artiste concerné, « montant sur la scène des p’tits patelins » comme il le chantait…

Et hier, avec sa famille, au sens large, ce n’était pas triste… Ses chansons, profondes, lumineuses, s’élevaient sous la voûte, disant l’Amour de l’être humain, de l’Autre… Quand on pense à Graeme, le mot « humilité » arrive, loin du show-business et ses frivolités « hit-paradesques »…

Toutes les réactions à son décès sont formidables, car elles montrent que ses chansons, venues de l’esprit de la Folk-Music (pour « le peuple »), étaient en suspension en chacun, en tous…

Un jour des années 60, quelqu’un de sa famille m’offre un disque… c’était son premier… Et là, révélation ! J’écoute des chansons… Et je les entends !

La première aura été donc son adaptation de Woody Guthrie « Hard traveling », « Le trimardeur »… Beaucoup de fraîcheur… On sent le voyage, les grands espaces… La Vie…

Je ne remercierais jamais assez ses cousins pour ce « partage »…  Je l’ai vu sur scène…

Et un soir, le samedi 10 février 1968 dans une ville minière du Dauphiné, je me suis dit en l’applaudissant : « Je veux faire ça ! »

Et je l’ai fait ! J’ai même aussi adapté en français des chansons de Léonard Cohen, à ma manière…

C’est comme si je reprenais un flambeau, tout en m’affranchissant de sa figure tutélaire… Il ne se voulait pas « un maître ». Il n’aimait pas ça… Mais il a donné énormément… On s’en rend compte ces jours…

Dans la petite église, André Chapelle, qui le fit signer chez « Philips-Mercury », s’était glissé, avec son épouse… Nana Mouskouri…

Ils étaient là, comme des anonymes, écoutant une voix du fond de l’âme… Sa première femme, Catherine Dasté, petite-fille de Jacques Copeau, le rénovateur du théâtre était présente…

L’esprit de la décentralisation culturelle, théâtrale, d’après-guerre, résonnait chez Graeme, loin du vedettariat, de la vaine « popularité », seulement tourné vers la transmission d’idées, avant tout, tout en cherchant à apporter de la joie…

Aujourd’hui, il sera mis en terre, à Pernand-Vergelesses, en Bourgogne, là où « le maire essayait de prononcer son nom… », village cher à Jacques Copeau…

A nous de continuer la route, essayant d’être à la hauteur de l’homme de paix, venu de Nouvelle-Zélande, pourfendeur de la consommation pathétique, rêveur d’un monde où on pourrait vivre, simplement, sans le pouvoir des uns sur les autres…

Créons, chantons !”

 graeme ob_db4dfa_temoignage

 Texte et photos Albert WEBER sauf mention particulière

AMICAL MERCI À FRED HIDALGO pour l’autorisation de reproduction des documents

FESTIVAL LIMOILOU 044

« Je m’envolerai »

Une belle journée, quand cette vie s’achève
J’ m’envolerai
Vers un merveilleux pays de rêve
J’ m’envolerai, volerai

J’ m’envolerai tout là-haut
J’ m’envolerai comme un oiseau
Quand je meurs, alléluia, tout à l’heure
J’ m’envolerai, volerai

Plus d’soucis, de peines dans ce monde
J’ m’envolerai
De cette prison, comme une colombe
J’ m’envolerai, volerai

Encore quelques journées de douleur et
J’ m’envolerai
Vers une terre où règne le bonheur
J’ m’envolerai, volerai

J’ m’envolerai au matin
J’ m’envolerai, sûr et certain
Quand je meurs, alléluia, tout à l’heure
J’ m’envolerai, volerai”

IMG_7959

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

THE CRACKED COOKIE’SHOW : LE VOYAGE MUSICAL ET THÉÂTRAL QUI ENFLAMME L’ILLIADE

 Bon, ça y est ! J’ai enfin découvert The Cracked Cookie’s. 
Ce trio féminin, j’en avais souvent entendu parler et j’avais lu nombre de commentaires élogieux. De quoi donner envie de les voir en pleine action,  au Centre culturel de l’Illiade d’Illkirch-Graffenstaden, dans la salle “Côté Cour” aussi comble que conquise.
Coup de projecteur sur Marie Dubus, Jika Sterbakova et Marie Ruby réunies dans un “trio vocal féminin délicieusement fêlé” selon leur expression. Ce qui ne les empêche pas – bien au contraire – de poursuivre en parallèle diverses aventures en solo ou collectives entre chanson, musique, comédie, cabaret et contes.

IMG_6111
Jeudi 23 janvier 2020 Mot de bienvenue de Jérôme Poties, directeur de l’Illiade qui a accueilli le trio en résidence artistique

IMG_6118

Embarquement immédiat pour plus d’une heure et quart avec ce spectacle sans temps mort offert par ces trois chanteuses et musiciennes.

Trois multi-instrumentistes : flûte traversière, ukulélé, basse, guitares percussions sont au rendez-vous … sans oublier un piano transformé en bar au gré du spectacle !

IMG_6240
Jika Sterbakova
IMG_6253
Marie Ruby
IMG_6256
Marie Dubus

IMG_6223

Le fameux “piano-bar” retiendra bien sûr l’attention de “Claude, intellectuelle française alcoolique” (Marie Dubus), mais aussi celle d’une “sulfureuse diva tchèque déjantée” (Jika Sterbakova) et une “noble british quelque peu pincée” (Marie Ruby).

Trois personnages aux contrastes bien tranchés … et dont la confrontation donne du piment à l’interprétation des chansons et évidemment aux dialogues entre deux titres.

IMG_6220

IMG_6246

Ambiance garantie entre les trois personnages au caractère bien trempé.

Et bien décidées à ne pas se laisser marcher sur les pieds.

D’où un savoureux cocktail qui transforme sans tarder le “Cracked Cookie’show” en un spectacle complet aux multiples rebondissements.

C’est-à-dire bien au-delà d’un “simple concert” aux accents des Andrews Sisters et autres trios féminins américains des années 30 !

IMG_6216

IMG_6148

Au gré des petites tranches de vies, des anecdotes et réflexions, le trio passe par toutes sortes de situations qui font sourire et rire. Et suscitent aussi ici et là une évidente émotion.

Dans ce “voyage musical et théâtral” – selon l’expression du trio – on chante ensemble ou bien seule ou à deux, on se parle tout sourire juste avant d’échanger des mots aigres-doux, on s’apostrophe, on se dispute, on sort de scène fâchée et … puis on revient dans une autre tenue … jusqu’à la prochaine prise de tête !

IMG_6267

Pas question de s’ennuyer une seconde dans ce feu d’artifices de paroles et de musiques, entre coup de sang, coup de cœur et même coup de blues.

Bref la vie avec ses chamailleries et ses réconciliations. Avec une bonne dose d’humour, de dérision aussi.

IMG_6266

Pas de doute, ces “Cracked Cookie’s” s’affirment en toute liberté tellement loin du cliché de la “gentille femme au foyer des années 40 (la « cookie »)”. 

Donc tout peut arriver – et tout arrive ! –  durant ce spectacle où les mélodies donnent envie de taper dans les mains.

Un répertoire plein d’énergie qui met en relief de sacrées harmonies vocales. 

IMG_6139

IMG_6170

Et voilà comment le trio s’affirme à l’aise dans des registres bien variés, entre “These boots are made for walkin”, “Lollipop ” Twist again” et bien d’autres standards entre swing, twist et rock … 

Et aussi chanson française avec leurs versions de l’inoubliable “Amstrong” de Claude Nougaro ou “Résiste de France Gall.

Les trois complices s’en donnent à cœur joie.

Et chacune s’impose à tour de rôle sur le devant d’une scène qu’elles occupent avec brio. Cette aisance ne résulte évidemment pas d’une joyeuse improvisation.

Jika Sterbakova, Marie Dubus et Marie Ruby et ont travaillé avec Marco Locci, inspiré metteur en scène qu’on retrouve aussi dans la mise en valeur des “Chroniques d’outre-tombe” du duo Firmin et Victor (Valentin Stoeffler et Guillaume Schleer).

IMG_6154

Le public de la salle “Côté Cour” de l’Iliade a réagi comme il se doit : avec enthousiasme. 

De quoi donner envie au trio fondé en 2016 à s’aventurer auprès d’autres publics. Vers d’autres salles et festivals d’Alsace et Lorraine, voire de bien plus loin comme la République Tchèque, terre natale de Jika Sterbakova.

TEXTE ET PHOTOS ALBERT WEBER

Concert vendredi 6 mars 2020, Le Caveau à Fegersheim ET AUTRES DATES

 

IMG_6286

IMG_1948
En attendant le prochain album …