3ème ALBUM : PASCAL VECCA (EN) CHANTE NOËL

Patience et talent vont de pair chez Pascal Vecca, chanteur d’origine italienne, allemande et polonaise.

Coup de projecteur sur un artiste d’Alsace qui prend assurément un nouveau virage avec cet album de 61 minutes : 18 titres à ne pas réduire aux traditionnels refrains de Noël.

VECCA TITRES scan 

Cet album, c’est le 3ème enregistré par Vecca après « Vu de Haut » aux couleurs swing en 2009, et puis les « Crooners à l’honneur » en 2014 avec des refrains de Ray Charles et Franck Sinatra

 Deux voix américaines qu’il célèbrera avec succès lors de la sortie de cet album via plusieurs concerts suivis de près par un public de fidèles. Au rendez-vous Dean Martin, Sammy Davis Jr, Tom Jones, Nat King Cole, Sacha Distel et Michael Bublé, Paolo Conté, etc.

Évidemment – et nombre de médias écrits et audio-visuels mettent en valeur ce registre – Vecca sera désormais souvent réduit à ses indéniables performances vocales de crooner.

Et cette étiquette lui colle aussi à la peau avec cet opus où l’Alsacien jongle avec une grande aisance dans divers genres musicaux et aussi plusieurs langues : anglais, français, anglais, allemand, italien, espagnol, etc. Mais (hélas) pas en alsacien et c’est bien dommage mais bon, rien ne dit qu’il ne se lancera pas sur cette voie un de ces jours.

Sans aucun doute, le “ton crooner” surgit et s’impose avec brio quand Vecca met sa voix chaude au service de chants de Noël aux accents jazzy.

C’est un des atouts de cet album mastérisé par Jean-François Untrau … enregistré à Gimbrett au studio de Michel Ott qu’on retrouve également au mixage, à la prise de son et aux percussions. S’y ajoutent Christian Ott (guitares et chœurs), la pianiste Laura Strubel (également aux choeurs) et du contrebassiste Roland Grob.

VECCA 2019-02-13_16.03.31-1024x1024

 Cet album, c’est l’aventure d’une poignée de complices aussi talentueux que décontractés, qui jongle entre les langues et les cultures, dont la chanson espagnole El burrito de Belen, le fameux Hallelujah de l’inoubliable Léonard Cohen et évidemment bien des standards de Noël.

S’y glisse aussi une belle surprise avec le Noël interdit enregistré en 1973 par Johnny Hallyday sur des paroles de Michel Mallory.

Très à l’aise sur scène, il a su apprendre en chantant encore et encore à l’Europa-Park, à Rust en Allemagne. Le genre d’expérience qui vous donne insuffle une confiance en toutes circonstances, dans des lieux fort variés.

Aujourd’hui cet auteur-compositeur français partage son temps entre Strasbourg Paris et l’Allemagne.

79323302_10156494593726816_6483281557405564928_n

Texte Albert WEBER

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

E

 

 

 

 

“BLUE SUEDE SHOES” : LE BON VIEUX TEMPS DU ROCK AVEC M. SOUL

“Blue Suede Shoes” est une chanson écrite et enregistrée par Carl Perkins en 1955 et devenue un succès international l’année suivante avec Elvis Presley. C’est aussi le titre du nouveau spectacle de M. Soul consacré aux origines du rock.

IMG_4926
M. Soul chantant Elvis Presley

Vendredi 20 novembre, 20h30.

Plus une seule place de libre dans la grande salle de l’Illiade pour un public venu, toutes générations confondues, savourer sans modération « Blue Suede Shoes ».

Retour sur un formidable concert enraciné dans les racines du rock et présenté par le chanteur Marcel Soulodre alias M. Soul.

IMG_4979

Lors de la précédente saison de l’Illiade, M. Soul avait déjà enthousiasmé le public en faisant salle comble avec son hommage à Johnny Cash.

IMG_4969

Rebelote cette année avec autant d’impact populaire pour remonter aux sources du rock, précisément aux années 46 à 59.

Durant près d’une heure et demie, on (re)découvre les refrains et les voix qui ont forgé l’image, la réalité, le mythe aussi d’un genre que les nouvelles modes musicales n’ont pas pu enterrer.

IMG_4974

Et c’est tant mieux car avec le spectacle “Blue Suede Shoes”, on comprend mieux comment et pourquoi tout a commencé.

IMG_4968

M. Soul ne se contente pas d’enchainer les tubes.

En effet, la plupart des chansons sont situées en quelques mots dans leur contexte historique, social, culturel … entre autres sur fond de racisme et d’envie/besoin d’une jeunesse en quête de rythmes et de joie de vivre.

IMG_4993
The Everly Brothers

Pas de longue présentation, pas de baratin, pas de phrases superflues dans ce spectacle : juste quelques anecdotes et repères, quelques évocations d’artistes et de groupes.

C’est simple, direct, précis. Une efficacité nord-américaine chère à cet artiste canadien originaire du Manitoba établi en Alsace depuis pas mal d’années.

IMG_5029
Elvis Presley

 

 ELVIS, BILL, CHUCK ET LES AUTRES

Autre atout du spectacle : M. Soul ne s’en tient pas aux titres les plus connus.

Évidemment, on retrouve (avec grand plaisir !) Elvis Presley, Chuck Berry, Bill Halley, Little Richard, Jerry Lee Lewis, Fats Domina, The Everly Brother, Little Richard et autres légendes du rock … 

mais aussi – et c’est une des forces du spectacle – nombre de talents retombés dans l’anonymat après une brève et percutante apparition.

Voilà pourquoi “Blue Suede Shoes” est assurément un shows autant distrayant que pédagogique … qui mérite d’être présenté aussi bien à des scolaires que le “grand public” comme ce sera le cas en mars 2020 à Colmar.

IMG_4953
Pochettes des disques ornant le juke-box Jupiter

 La mise en scène du spectacle accorde une place de première importance à un interlocuteur qui intervient tout au long de la soirée avec un accent bien français …

… ce qui donne lieu à quelques mises au point linguistiques plein d’humour échangées entre M. Soul et Jupiter. En l’occurrence le juke-box dont la culture est aussi encyclopédique qu’efficace !

IMG_4860
Jean-Paul Distel

 

IMG_4878
Pascal Kempf et Emmanuel Boch

 Un tel spectacle n’est évidemment pas l’œuvre d’un homme seul, et le chanteur originaire de Winnipeg s’est une fois de plus entouré de sacrés complices : Olivier Aslan (batterie), Emmanuel Boch (claviers), Jean-Paul Distel (guitares), et Lionel Ehrhart (basse) et Pascal Kempf (saxo).

IMG_4869
Olivier Aslan

 

IMG_4874
Lionel Ehrhart

Bref un spectacle que je vous recommande vivement.

IMG_5101

A noter que Marcel Soulodre sera de retour à l’Illiade en février 2020 dans la petite salle pour son projet solo avec ses compositions personnelles,  “Hello Out There, Le Manitoba vous répond”.

SOULODRE scan0003

 

 

 SOULODRE scan0004

 Texte et photos Albert WEBER

 

CHANSON ALSACIENNE : QUEL AVENIR AVEC LA GÉNÉRATION D’STIMME ?

La 4ème édition du concours D’Stìmme débutera le 12 novembre 2019. Les chanteurs amateurs seront invités à participer au concours à travers une campagne de communication commune menée par France Bleu Elsass, l’OLCA, France 3 Grand Est, SR3 Saarlandwelle et SWR.

Pour participer, chaque candidat devra envoyer sa maquette à France Bleu Elsass avant le 20 janvier et la finale aura lieu le 6 juin 2020 à la Cité de la Musique et de la Danse à Strasbourg.

On en saura plus lors de la conférence de presse prévue mardi 12 novembre à 11h30 au Club de la Presse de Strasbourg.

Elle sera animée par à l’invitation de Justin Vogel, président de l’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle, en présence de Matskat et Charlotte Vix, gagnante de l’édition 2019.

STIMME 2020 Dossier_presse_lancement_concours_2020_BD

STIMME 2020 partenaires Dossier_presse_lancement_concours_2020_BDMais nous n’en sommes pas encore là.

Avant d’en savoir plus sur les modalités de l’édition 2020, il me semble important de faire le point sur l’édition 2019 remportée par Charlotte Vix vendredi 31 mai 2019 aux Tanzmatten à Sélestat.

A 28 ans, la chanteuse de Kurtzenhouse a ainsi succédé à Gaël Sieffert et Serge Rieger, lauréats en 2017 et 2018.

STIMME FLYER scan

Rappelons que le 3ème concours de chanson en alsacien et platt a été lancé en 2018 par l’OLCA et France-Bleu Elsass. Cet événement a été médiatisé dans la presse régionale écrite et audiovisuelle. 

Bien, et puis ? Car il faut bien se poser quelques questions de fond.

Quel reflet cet événement donne-t-il de la créativité de la chanson en Alsace ?

Et quel est vraiment son impact sur la promotion de la langue alsacienne ?

Deux interrogations parmi d’autres, sachant que deux des trois chansons arrivées en finale sont des adaptations alsaciennes de tubes internationaux.

 S’y ajoute une 3ème interrogation : est-il plus facile d’écrire un texte en alsacien sur un tube plutôt que de composer paroles et musique d’une chanson originale ?

Autant de questions que je me suis posé après la finale 2019 présentée par Bénédicte Keck (OLCA) et Clément Dorffer (France Bleu Elsass).

STIMME 19 3 FINALISTES 61348522_10219837446674458_6688297964399493120_n
D’Stimme 32019 : les 3 finalistes

 IMG_0556

STEVIE WONDER, SOPRANO, LIONEL RITCHIE ET ANTONIA AUS TIROL EN VERSION ALSACIENNE

Charlotte Vix y a remporté le 1er prix avec une reprise de « Isn’t she lovely » de Stevie Wonder adaptée en alsacien sous le titre « ‘s Lëwe isch scheener mit Lieb ».

Seconde place à Julien Hachemi pour « Min Herzschritt Maker », chanson inédite dont il a composé la musique sur un texte de Bénédicte Keck. Et 3ème place pour Christine Wambst qui a adapté la chanson « Cosmo » de Soprano devenue « Min Ziel ».

A cette finale chacun de ces artistes a également interprété une seconde chanson en alsacien : « All nigth long » de Lionel Ritchie est devenu « D’gànz Nacht làng » avec Charlotte Vix.

Julien Hachemi a offert une nouvelle version de «’s Elsass unser Landel » sur des paroles de Christian Hahn et des arrangements des Bredelers. Et Christine Wambst a chanté « E Owe mit eich », adaptation alsacienne de « Auf die Banke » d’Antonia aus Tirol.

Certes, des artistes tels Robert-Franck Jacobi ou Armand Geber – deux noms parmi d’autres – se sont fait connaître avec des versions alsaciennes de tubes français ou anglo-saxons. Et François Brumbt a chanté en alsacien Brassens, Moustaki, Léo Ferré ou Woody Guthrie.

 Mais ils ne se sont pas contentés d’exploiter encore et encore ce « filon des adaptations » qui fait chaque année le bonheur des spectateurs des tournées d’été de la Choucrouterie. Ce fut encore le cas cet été 2019 marqué par une 33ème édition où Roger Siffer et ses amis offraient des versions alsaciennes de nombreux succès français ou anglo-saxons

Et le 31 mai, invité à chanter une chanson en qualité de lauréat 2018, Serge Rieger a offert « Baggersee », adaptation des « Champs-Elysées » de Jo Dassin. Mais rappelons que sa victoire à D’Stimme 2018 s’enracine dans « Nit um’s verrecke », titre dont il l’auteur, le compositeur et l’interprète.

IMG_0633

STIMME-19-DNA-KOEBEL-Capture-d’écran-2019-06-03-à-11.58.31-329x500

UNE LANGUE SI RICHE CÉLÉBRÉE PAR TANT DE CHANSONS

 La création n’aura pas été l’atout majeur de cette finale 2019. Plutôt inquiétant pour une langue alsacienne censée être célébrée via ce concours. D’autant plus que chaque année, nombre des 10 finalistes ne maitrisent pas la langue alsacienne et s’expriment donc en français dans les entretiens réalisés par France Bleu Elsass.

Cette abondance d’adaptations alsaciennes n’est pas une grande première pour D’Stimme !

En 2017, la finale remportée par Gaël Sieffert a été marquée par des chansons alsaciennes sur des airs de de Claude Nougaro, Léonard Cohen, Claude François, Creedence Clearwater Revival, etc interprétés par trois de quatre finalistes : Lucie et Valentin Zaepffel (2ème) ; Tatiana Henius (3ème) et Maxime Kuhm (4ème).

Étonnant non ? Frustrant aussi …  

IMG_8224
Strasbourg, René Eglès à la Cité de la Musique et de la Danse
IMG_0375
François Brumbt, Gaël Sieffert, Christophe Voltz et Jean-Marie Hummel : retrouvailles à Strasbourg

 

Car l’alsacien est une langue si riche !

Et assurément teintée de force nuances dans les chansons enregistrées par Jean Dentinger, Germain Muller, Dinah Faust, Liselotte Hamm, Jean-Marie Hummel, Daniel Muringer, Sylvie Reff, Roger Siffer, Bernard Biechel, Pierre Specker, Jean-Marie Friedrich, Bernard Guntz, François Brumbt, Dany Dollinger, Cathy Bernecker, Roland Engel, René Eglès, Jean-Pierre Albrecht, Alain Martz, Robert-Franck Jacobi, Armand Geber, Jean-Pierre Schlagg,

et ÉVIDEMMENT tant d’autres encore …

GRUSSENMEYER Capture d’écran 2019-06-14 à 15.41.11

DU CÔTÉ D’ISABELLE GRUSSENMEYER ET STÉPHANE JOST

Bon me direz-vous cette énumération concerne des artistes disparus ou ayant dépassé la soixantaine !

Oui vous avez raison et j’y ajoute donc Isabelle Grussenmeyer, une des (très) rares voix de la nouvelle génération maitrisant vraiment l’alsacien.

Cette chanteuse pour petits et grands a fait ses premiers pas à 12 ans sur scène et en studio avec René Eglès. Et au fil des albums et des scènes, elle s’est affranchie de son talentueux mentor grâce à un répertoire inédit pour publics de tous âges, “de la crèche à l’EPHAD” selon son expression.

 

IMG_4019
Festival Summerlied 2018. “Henner chez les Yennisch” avec Stéphane Jost

A suivre aussi de près Stéphane Jost, remarqué pour “Henner chez les Yennisch”, son spectacle solo mis en scène par Jean-Pierre Schlagg sur un texte de Roger Siffer. Bien connu dans le nord de l’Alsace, notamment dans la région de Lembach (théâtre alsacien, revue satirique, etc), c’est aussi un artiste inspiré qui aurait toute sa place au sein d’une nouvelle chanson en alsacien, langue qu’il maîtrise parfaitement …

Et ce ne sont pas les chansons inédites qui manquent.

Mais à quoi bon comment se lancer dans l’enregistrement d’un album à l’heure où les CD se vendent de moins en mois ?

Reste la perspective d’un financement participatif : encore faut-il parvenir à boucler son budget alors que cette formule suscite de plus en plus de courriels d’artistes et groupes en quête d’argent !

 

FISCHER 2 Capture d’écran 2019-10-30 à 18.01.20

NICOLAS FISCHER : “CE N’EST PAS DE LA MUSIQUE ALSACIENNE”

Et pourquoi pas la dématérialisation des chansons ? Une solution dans l’air du temps …

En témoigne le triple album récemment enregistré en alsacien et allemand (Krock”) et français (“Crock”) par Nicolas Fischer. “Il est est diffusé sous forme de PDF avec tous les liens vers les chansons mises à disposition gratuitement suite au financement du Rectorat de Strasbourg. Pas de diffusion physique prévue dans l’immédiat” précise l’auteur-compositeur-interprète, avant d’évoquer la mise en ligne de clips sur sa chaine Youtube et les chansons disponibles via  www.nicolasfischer.bandcamp.com

Son précédent album, “E nejes Lied” sorti en 2016 est toujours disponible en version physique et via son site http://nicolasfischer.net/e-nejes-lied.

“Un album sans bretzels, sans cigognes ni colombages… Ce n’est pas de la musique alsacienne” mentionne la pochette de cet enregistrement : des chansons originales créées avec l’auteur et poète Yves Rudio, connu pour ses textes mis en valeur sur un recueil de chants de Jean-Marie Friedrich et les fameuses “Alsa’Comptines” enregistrées par Isabelle Grussenmeyer, Jean-Pierre Albrecht, Daniel Muringer et Gérard Dalton.

 Les 19 titres de “E nejes Lied” mixés par Jean-François Untrau confirment tout simplement que la chanson alsacienne a encore de beaux jours devant elle … du moment que l’innovation est préférée à la “version alsacienne” de tubes internationaux. Cet album résulte d’un efficace travail d’équipe auquel ont participé Matskat au violon pour la chanson “E altes Lied” et Dinah Faust dans “D’Letschde 2015 ” qui offre une nouvelle jeunesse au célèbre texte de Germain Muller.

“Cet album  été réalisé grâce au soutien  de l’association Liederbrunne, des Editions SALDE, de la Fondation Joseph David, du Rotary Club de Wissembourg, de l’Eurodistrict Pamina, de la commune de Sebach et de France Bleu”  ajoute Nicolas Fischer à l’aise aussi bien devant le micro qu’en coulisses (direction artistique, arrangements, identité visuelle du CD, prise de son avec Denis Bildstein, etc)

Assurément le genre de chanson que tout(e) candidat(e) de S’timme 2020 devrait écouter avant de se lancer dans l’écriture d’un texte alsacien à plaquer sur un titre à succès …

 

71008507_500556274100373_1133797797649186816_n
Nicolas Fischer et Dinah Faust

 

Nul doute que Nicolas Fischer aurait toute sa place lors du spectacle de la finale du 6 juin 2020 à la Cité de la Musique de Strasbourg : une évidente légitimité à l’instar de celle de Christophe Voltz vivement applaudi le 26 octobre à la soirée des Holpl’Awards pour ses trois titres. Soit deux chansons en alsacien (dont une qui n’avait pas franchi le cap des trois finalistes de D’Stimme !) et une superbe reprise du “Corridor” de Germain Muller.

FISCHER E NEJES LIED scan
“Ce n’est pas de la musique alsacienne” précise la pochette de ce CD de 19 titres

 

 

IMG_0462
Suzanne Wachs avec Félicien Muffler (France Bleu Elsass)

 

 EN PARTENARIAT AVEC SR3 SAARLANDWELLE ET SWR EN 2020

Isabelle Grussenmeyer a été membre du jury aux Tanzmatten.

Elle qui manie avec brio sa langue maternelle s’est retrouvée à délibérer sur les trois finalistes avec plusieurs autres personnes, dont une autre passionnée de chanson en langue régionale : Suzanne Wachs du Saarländischer Rundfunk (Radio de Sarre). Laquelle avoue sa perplexité quant à la diffusion de ces adaptations alsaciennes :  comment en assurer la médiatisation ? 

La question vous semble bizarre ?

Non puisque les enregistrements de ces candidats retenus seront diffusés sur les ondes de France Bleu Elsass et France Bleu Alsace, SR3 Saarlandwelle et SWR durant toute la durée du vote (du 20 mars au 20 avril 2020).

L’édition 2020 sera-t-elle marquée par une « compétition » entre voix d’Alsace- Moselle et d’Allemage ? Espérons que l’imagination sera au rendez-vous avec des chansons inédites et non pas/plus des paroles alsaciennes posées sur des tubes.

D’où l’intérêt de la démarche de Julien Hachemi, ayant grandi comme Abd al Malik dans le quartier du Neuhof sans y parler l’alsacien.

Aux finales de D’Stimme 2018 et 2019, il s’est retrouvé chaque fois en 2ème place avec des textes de Christophe Voltz puis Bénédicte Keck. Et il a pris des cours d’alsacien lui permettant petit à petit de se familiariser avec la langue de sa grand-mère. Laquelle a inspiré Christophe Voltz à écrire paroles et musiques de la chanson « Mamama ».

Hélas, ce titre ne figure pas sur « Elsässich Poet », titre du EP de 4 titres en français plus « Mitnander Lewe », chanson interprétée par Hachemi en finale de D’Stimme 2018. Les puristes diront sans doute que le titre de cet album devrait plutôt être « Elsässicher Poet » mais tel est le choix de l’artiste.

IMG_1914

 IMG_0580

MATSKAT CHANTE ALBERT MATTHIS

La finale de D’Stimme 2019 aura mis en relief trois autres talents d’Alsace aux parcours musicaux très différents : Matskat, Serge Rieger, et Robin Léon.

Le chanteur-violoniste Mathias Hecklen-Obernesser alias Matskat participe depuis longtemps à la vie artistique de sa région et pas seulement en alsacien !

Il est vrai que son expérience de coach pour les 30 finalistes de D’Stimme depuis 2017 l’a confronté à des chansons alsaciennes extrêmement différentes.

Comme indiqué dans le dossier de presse de l’édition 2020, “Matskat offre aux candidats sélectionnés, un coaching vocal personnalisé et travaille avec eux les arrangements musicaux. Il accompagne également, avec ses musiciens professionnels, les participants lors des enregistrements en studio et de la soirée concert”.

IMG_8253.jpg CITÉ MUSIQUE MATSKAT EGLES 30 3 19
30 mars 2019. «L’Ill aux trésors/D’Wunderinsel» avec Matskat

Et c’est avec bonheur que la finale du 31 mai a résonné aux entraînants accents de « Wilde Stimme » : une création de Matskat présentée au Festival Summerlied 2014 suite à un appel à la création lancé par Jacques Schleef, alors directeur du festival.  

 Ce soir-là – en plus de cette chanson il signe le texte et avec Jean-François Untrau la musique – Matskat a interprété deux autres titres enracinés dans l’histoire d’Alsace :  un hommage au peintre et illustrateur Léo Schnug (« Crazy Léo ») avec texte de Christian Hahn et musique du tube « Crazy » de Seal.  Il a aussi célébré la cathédrale de Strasbourg avec « Hitt grattle mir uff d’Schnecke nuff » : un texte d’Albert Matthis extrait de « Bissali ».

Ces deux titres sont extraits du formidable spectacle « L’Ill aux trésors/D’Wunderinsel » présenté en mars 2019 avec René Eglès et Cathy Bernecker dans le cadre de « E Friehjohr fer unseri Sproch / Un printemps pour notre langue » à la Cité de la Musique, Strasbourg. Une représentation hélas unique …

 

IMG_8441
«L’Ill aux trésors/D’Wunderinsel» : une seule représentation hélas … 
IMG_8037
Serge Rieger avec Suzanne Wachs (Radio de la Sare) et Bénédicte Keck (OLCA)

 

IMG_0510

SERGE RIEGER ENTRE CHANSON ALSACIENNE ET BLUEGRASS

 Cet auteur-compositeur-interprète de Surbourg aime se présenter, à juste titre, comme Lìedermàcher.

Il bénéficie d’une belle expérience dans la chanson alsacienne. En témoigne entre autres son portrait par Antoine Wicker (Nouvel Alsacien, 10 décembre 1981) qui annonce sa participation à la soirée « Ecolofolk » de Bischwiller organisée par le REM. Il s’agissait du Rassemblement écologique de Moder l’ayant invité avec Sylvie Reff et Roland Engel pour un concert retransmis par Radio Dreyeckland. En l’occurrence la station qui était alors la digne héritière de Radio Verte Fessenheim et pas encore le réseau commercial désormais connu sous ce nom.

Chez Serge Rieger, la maitrise de l’alsacien tranche radicalement avec la majorité des participants des trois éditions de D’Stimme. Une maitrise partagée avec le comédien-humoriste-chanteur Christophe Voltz, un des 10 finalistes de D’Stimme 2018 et 2019 qui ne s’est hélas jamais retrouvé parmi les 3 lauréats.

IMG_0455
Serge Rieger avec Mélanie Marzolf (OLCA) et Suzanne Wachs (Radio de la Sarre)

Chaque année, Serge Rieger organise le rassemblement de bluegrass à la Maison Rurale de l’Outre-Foret à Kutzenhausen : une passion musicale partagée par Aurélie Diemer alias Cadillac Lilou, finaliste de D’Stimme 2018 avec Julien Hachemi.

Connu pour ses interventions dans les écoles d’Alsace du Nord et divers festivals Summerlied, il est membre du cercle alsaco-badois d’écrivains et chanteurs.

En tant que finaliste en 2018, Serge Rieger a gagné une étoile en cristal de Baccarat, l’enregistrement d’un clip destiné aux réseaux sociaux, et un ticket pour Summerlied.

Il y a chanté le 19 août 2018 sur la grande scène avec l’orchestre des Rhinwagges, et à l’Espace Poésie Patrick Peter avec les chanteuses française Élise Fraih et allemande Cindy Blum.

RIEGER scan0003

IMG_0419
31 mai 2019. Robin Léon en direct sur France Bleu Alsace avant la finale de D’Stimme

 

 ROBIN LÉON, VEDETTE DE SCHLAGERMUSIK

 Aisance scénique et professionnalisme sont évidents chez Robin Léon, inconnu dans la chanson alsacienne et vedette de « Schlagermusik ».

En août 2016, en direct d’Europa-Park, il remporte à 19 ans le concours «Immer wieder Sonntags» (“Encore et toujours dimanche”) de la chaîne allemande ARD : une émission consacrée à la chanson populaire entre Schlager et Volksmusik.

Depuis plusieurs années, le chanteur de « Mein Sommertraum” (« Mon rêve d’été ») attire la foule dans les soirées aussi dansantes que chantantes d’Alsace, dont les Fêtes de la Bière de Schiltigheim.

IMG_0792
Finale D’Stimme 2019. Robin Léon avec les trois finalistes et Matskat

Robin Léon est un artiste aussi décontracté que performant sur scène dont la présence dans le jury pour la sélection des 10 finalistes) et sur la scène de la finale 2019 a surpris les amateurs de chansons en alsacien et en platt.

Pourquoi avoir programmé un chanteur de Schlager et non un talent reconnu dans la chanson alsacienne ? La question m’a été posée plus d’une fois avant et après la finale 2019.

Bonne question … N’empêche que lors de la finale D’Stimme 2019 Robin Léon a repris en duo avec Matskat l’inusable “Hans im Schnokeloch » dans une convaincante version arrangée par le groupe manouche Di Mauro Swing.

IMG_0673

Cette version aux accents jazzy manouche, Matskat la reprendra d’ailleurs en guise de rappel à la salle comble du Cercle de Bischheim, vendredi 18 octobre 2019 au terme de 2h30 de concert assuré avec Francky Reinhardt, Grégory Ott, Matthieu Zirn, Jean-François Untrau, Christian Clua, Guillaume Nuss et Franck Wolf.

72479129_2522488864498919_8553323483315044352_n
Salle du Cercle, vendredi 18 octobre 2019

 

STIMME 3 FINALISTES 2019 57936006_2183213531759789_23615843317317632_o

ENTRE ADAPTATIONS ET TITRES INÉDITS

 « Il est dangereux de donner des espoirs à de jeunes artistes, et ensuite de les laisser se débrouiller » commente un artiste alsacien reconnu qui estime que « D’Stimme est un alibi pour les organisateurs ».

Sans aller jusque-là, notons que D’Stimme incite chaque année une bonne trentaine d’artistes d’Alsace à envoyer une chanson avec l’espoir d’être sélectionné parmi les 10 finalistes.

Ayant été à deux reprises membre du jury pour la sélection des 10 finalistes, j’y ai découvert une indéniable diversité des chansons écoutées intégralement. De quoi se réjouir de l’intérêt suscité par ce concours, en regrettant cependant l’absence de titres en platt mosellan.

Au vu de la finale de la 1ère édition, j’avais interpellé sur mon site www.planetefrancophone.fr les organisateurs : pourquoi ne pas envisager une catégorie création et une autre de reprise/ adaptation ?  

IMG_0529
Hervé de Haro à la finale de D’Stimme 2019

Suggestion non retenue …  vu que France Bleu Elsass ne reçoit pas suffisamment de chansons alsaciennes inédites pour envisager deux catégories bien distinctes.  

J’en déduis que soit D’Stimme ne donne pas suffisamment envie de créer en alsacien ou en platt … soit l’Alsace ne compte plus suffisamment d’auteurs et compositeurs capables de créer en alsacien.

 « Pour qu’une langue soit parlée, il faut qu’elle soit utile. Et pour qu’elle soit utile, il faut qu’elle soit pratiquée tous les jours. Ça sert à quoi qu’un jeune chante en alsacien si personne ne le diffuse ? » : durant ses 3 ans en Alsace, Hervé de Haro a souvent insisté sur la langue régionale.

Et en juin 2019, c’est d’ailleurs pour D’Stimme en partenariat avec l’OLCA qu’il a reçu un prix décerné par la Fondation Aquatique Show … dont la directrice Isabelle Formhals présidera le jury de D’Stimme 2020.

 

OK IMG_1085
Conférence de presse de D’Stimme 2019

L’organisation de la 4ème édition sera assurée à France Bleu Elsass, par celui ou celle qui succédera à Hervé de Haro. Lequel a préféré quitter Radio France plutôt que de devoir appliquer la nouvelle stratégie nationale et régionale décidée à Paris.

Donc nul ne sait si le/la futur(e) responsable sera aussi sensible à la langue alsacienne que celui qui a lancé D’Stimme avec le soutien d’Isabelle Schoepfer Dietrich, directrice de l’OLCA. On en saura sans doute plus lors de la conférence de presse du 12 novembre située dans un nouveau contexte avec l’arrivée de nouveaux partenaires et l’internationalisation du concours

L’avenir de D’Stimme aura été une des priorités de celui qui est désormais directeur délégué du groupe Radio Caraïbes International.

Évoquant sa démission le 31 mai aux Tanzmatten, il a lancé un appel en faveur de la langue et de l’avenir de France Bleu Elsass en s’adressant directement à Brigitte Klinkert et Frédéric Bierry, présidents des conseils départementaux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin présents dans la salle.

IMG_1662
Place Kleber, Julien Hachemi, Jean-Pierre Schlagg et Gaël Sieffert

 

 CONCERTS INTER-GÉNÉRATIONELS

 L’envie des finalistes de D’Stimme de chanter en alsacien suscite en certaines circonstances des rencontres très symboliques.

 Deux exemples parmi d’autres …

A commencer par Gaël Sieffert et Julien Hachemi entourant Jean-Pierre Schlagg face à la foule de la place Kleber pour chanter « E stickel Barabli » durant la tournée 2018 des Voix de la Liberté. Enregistré sur le CD des 20 ans de chansons, ce titre rend hommage à Germain Muller au Barabli sur la musique de “Quelque chose de Tennessee” de Michel Berger composé pour Johnny Hallyday.

IMG_6407
Concert à Andlau

A souligner aussi la 1ère partie assurée par Charlotte Vix, Julien Hachemi et Gaël Sieffert au Festival Clair de Nuit à Andlau début août avant les concerts de Selia et Dick Annegarn !

Les trois finalistes de D’Stimme y ont chanté en alsacien mais aussi en français, anglais et italien : ce concert vivement applaudi par la foule a bénéficié de l’accompagnement de Di Mauro Swing et de l’accordéoniste Jeannot Vix, père de la chanteuse.

IMG_1908
Strasbourg, Place Kleber. Vitrine musicale chez Orange avec Charlotte Vix et Jeannot, son père musicien

 

EFFICACE TREMPLIN POUR CHARLOTTE VIX

 « Je chante depuis toujours. Je suis en train de faite valider mes titres auprès de la SACEM et d’écrire pour un EP de 6 titres, dont deux en alsacien » confie Charlotte Vix, à l’approche de sa trentaine.

Au compteur 10 ans de conservatoire en chant, sous la houlette de Catherine Fender (technique vocale) et Catherine Bolzinger (chœur d’enfants du conservatoire) … une longue expérience avec Familly Project, groupe créé avec son père (mariage, fêtes de comités d‘entreprises, Nouvel An, Saint Valentin, restaurants, soirées privées, etc).

Employée au sein d’un foyer d’hébergement pour personne en situation de handicap, elle affirme « vivre un rêve éveillé » grâce à son 1er prix de D’Stimme 2019. Ce qui a suscité divers nouveaux contacts chez celle qui est heureuse de jouer depuis peu sur scène avec Di Mauro Swing : un groupe où joue aussi Matskat selon sa disponibilité.

 Charlotte Vix participe également à « un magnifique projet : la création de « Être Ange », une troupe de comédie musicale composée de personnes en situation de handicap ». 

VIX IMG_0551
Charlotte Vix accompagnée par Matskat

RIEGER scan0001

IMG_5037
A quand des textes d’auteurs alsaciens repris par Julien Hachemi et Gaël Sieffert ?

 CHANTER WECKMANN, KATZ, VIGÉE ET LES AUTRES

Comment donner à D’Stimme un nouveau souffle ? 

Car il y aurait tant à faire en faveur d’un concours enraciné dans une vraie chanson alsacienne synonyme de créativité et non pas/plus de reprise….

A commencer par mettre au centre de D’Stimme un vrai travail : écrire une chanson, maitriser la langue, développer le sens de la musique, de la ligne mélodique, des accents toniques …

Et puis créer des spectacles, des récitals construits et bien mis en scène à l’instar de « L’Ill aux trésors/D’Wunderinsel ».

Et aussi inciter Summerlied 2020 à jouer la carte d’une création régionale encore plus enracinée dans la … ou plutôt dans les langues parlées en Alsace !

Autre piste de réflexion : proposer aux candidats de mettre en musique des textes d’André Weckmann, Nathan Katz, Gaston Jung. Des noms pris au hasard ? Pas du tout, c’est la démarche de la chanteuse Isaka qui a célébré ces auteurs début août au Festival Music’In Music’Août.

A vrai dire, rien de nouveau sous le soleil !

François Brumbt chante Marie Hart, André Weckmann, Conrad Winter, Henri Mertz, etc.  Nombre de chansons alsaciennes mettent en valeur des textes de Conrad Winter (Jean-Philippe Winter et le groupe D’Sonnebluem ; Isabelle Grussenmeyer), Albert et Adolphe Matthis (Liselotte Hamm et Jean-Marie Hummel), André Weckmann (René Eglès), Henri Mertz (Roland Engel, Isabelle Grussenmeyer) … et la liste est évidemment très loin d‘être exhaustive !

La littérature d’Alsace compte tant de textes à mettre en musique chez les classiques d’hier ou les auteurs actuels tels Jean-Christophe Meyer, Albert Strickler, Jean-Paul Klee, etc.

 3 ALSACE B IDEALES 19 scan0004

Le 11 septembre 2019, grâce aux Bibliothèques Idéales créées par la Librairie Kleber, Claude Vigée, Hans Arp et Tomi Ungerer étaient au coeur de la soirée « Du génie alsacien /Vum elsässische Geischt » … à l’initiative de l’association “A livre ouvert…wie ein offenes Buch” qui a porté à bout de bras ce concert-lecture aux Bibliothèques idéales à l’instar des trois années précédentes !

Entre musique, lecture et conférence, La Cité de la Musique de Strasbourg a accueilli Matskat, Bénédicte Keck, Aline Martin, Charles Fichter, Jean Lorrain, Fabrice Kieffer, Mathieu Zirn, Romain Pivard, Jean-François Untrau, la chorale Collège Baldung-Grien de Hoerdt et le Neuhof Orchestra, etc.

 IMG_8858

Les auteurs – en alsacien et en français – ne manquent pas ! Et chaque Dichterwaj” d’Alsace est une sacrée mine pour qui cherche des textes.  

On ne peut qu’encourager les artistes de la génération D’Stimme à s’aventurer sur ces sentiers des poètes qui mettent en valeur tant d’auteurs dont nombre de chanteurs et chanteuses.

IMG_9390
26 avril 2019. Dédicace de Gaël Sieffert et Christophe Voltz pour le lancement du CD

 

 DES ARTISTES EN QUÊTE DE SALLES

 Certes, D’Stimme suscite des contacts et échanges entre talents de générations différentes. Mais l’avenir de la chanson alsacienne ne se limite évidemment pas aux lauréats de D’Stimme.

Le concours a fait sortir de l’anonymat plusieurs voix et elle peut donc servir de carte de visite : un constat à relativiser car D’Stimme n’a pas valeur de sésame auprès des salles de concerts d’Alsace.

 Pas facile pour Gaël Sieffert, 39 ans, à trouver des dates de concerts comme lauréat de la 1ère édition de D’Stimme. Ce concours lui a permis d’enregistrer un EP de six titres en alsacien sous l’étiquette « Vostok Project » avec la parolier Christophe Voltz, son complice dans « Ich bekum a Aff », spectacle de monologues et chansons synonymes de réjouissante maitrise de l’alsacien.

Ce CD a été mis en valeur grâce au concert de la salle du Cercle de Bischheim le 26 avril 2019, soit près de deux ans après la finale.  Bien, mais à part cette soirée synonyme de dédicaces pour Gaël Sieffert et Christophe Voltz, quoi de plus ?

Hélas, trois fois hélas … Aucun autre concert n’a médiatisé cet album résultant du concours lancé par France Bleu Elsass et l’OLCA.  C’est dire l’impact relatif de D’Stimme sur les programmateurs en Alsace, à de rares exceptions telles la Foire Européenne de Strasbourg ou bien le Festival Clair de Lune grâce à la chanteuse-programmatrice Christel Kern.

IMG_2514
Juillet 2017. Christel Kern programme Léopoldine HH au Festival Clair de Nuit

On peut aussi citer Olivia Lams qui programme chaque année un talent d’Alsace au Cercle le de Bischheim, et évidemment Roland Engel qui organise chaque mois un concert à Hoerdt. Depuis nombre d’années, tant d’artistes d’Alsace ont été invités à chanter à l’Espace Heyler, dont Julien Hachemi en octobre 2019.

 La conférence de presse du mardi 12 novembre permettra d’en savoir plus sur l’édition 2020 de ce concours ayant “pour ambition de faire découvrir au public les nouveaux talents de la chanson en alsacien et en platt” selon l’expression de l’invitation à cet événement.

LUS HACHEMI ENGEL 67274919_2613587705341994_7327073224674508800_n
Julien Hachemi, Roland Engel : 2 générations, une passion de la langue alsacienne

  Texte et photos ALBERT WEBER

 

 

LUS-211
Cet article est la version intégrale et réactualisée du texte de 3 pages paru dans LAND UN SPROCH, revue du Centre culturel alsacien

 

 

 

MARIE-ANNE ALIZON OU LA TALENTUEUSE RAGE DE CHANTER

Quand Marie-Anne Alizon chante, elle ne fait pas semblant.

Elle chante comme si sa vie en dépendait.

Coup de projecteur sur une voix originale qui s’exprime (trop peu) en Alsace.

 

IMG_3505

IMG_3499

 
Cette rage de chanter, je l’ai vivement ressentie au soir du 27 juin, au terme d’une nouvelle journée caniculaire. Alors plus que jamais bienvenue au caveau (heureusement climatisé) du Local, un bar concert du quartier de la Krutenau, rue de l’Abreuvoir à Strasbourg. 
 
Le genre de lieu qui donne carte blanche à ces artistes indépendants qui s’affirment comme ils veulent et comme ils peuvent, loin des “grandes salles” et proche de spectateurs qu’on peut saluer, presque les yeux dans les yeux vu la proximité entre le spectateur et l’artiste.
 
Et ce soir-là ils seront quatre à se donner à fond entre paroles et musiques. Marie-Anne Alizon est accompagnée par trois efficaces musiciens : Mathilde Quartucci, Martin Spannagel et Foes Von Ameisedorfer.
 
Et c’est parti pour un concert d’un peu plus d’une heure enraciné dans une gestuelle extravertie.
 
Marie-Anne Alizon s’empare du micro avec détermination, le fait jongler d’une main à l’autre entre deux chansons, quand elle s’adresse au public. Quand avec du sourire dans la voix, elle donne quelques précisions – sur telle ou telle chanson qui reflète (un peu/beaucoup/passionnément) sa vie d’hier ou d’aujourd’hui entre coups de blues et coups de cœur.
 
IMG_3560
IMG_3369
 
Ce concert met en valeur les titres de son dernier enregistrement de quatre titres “Le joug”, “Nos corps”, “Sale temps pour les pélicans”.
 
Et ÉVIDEMMENT sa chanson-fétiche, cette fameuse “Reine Marteau” à laquelle elle s’identifie entre cris et murmures.
 
ASSURÉMENT une de ces chansons à fleur de peau qui vous secoue. C’est comme si Marie-Anne Alizon allait chercher au fond de soi des zones d’ombres qu’on a envie et besoin d’éclairer un peu. Histoire d’en atténuer un peu l’impact en la racontant.
 
IMG_3351
 
IMG_3547
Avec Martin Spannagel
 
 En la voyant chanter, bouger, se démener ainsi dans le Local de Strasbourg, on sent bien qu’on ‘na pas seulement affaire à une femme qui chante. 
 
Elle a besoin de dire haut et fort (et avec talent) ce qu’elle a sur le cœur. D’accord, et elle a aussi envie de ne pas attirer toute la couverture à elle.
 
Et la voilà qui passe le flambeau à Mathilde Quartucci pour qu’à son tour, la musicienne devienne chanteuse et offre une chanson de son nouvel album de 7 titres aux accents rock. Encore un album qui a pu sortir grâce au financement participatif et qui gagne à être connu…

 

IMG_3393
Mathilde Quartucci
 
 
MATHILDE QUA scan0004 - copie
 
MATHILDE QUA scan0005 - copie
Et puis ça continue de plus belle. Marie-Anne Alizon ne se contente pas de saluer chaleureusement deux amies artistes présentes dans l’assistance.
 
Elle va les inviter, à tour de rôle, à venir au micro.
 
Et voilà comment la soirée s’enrichit des interventions d’Anne Huber et d’Alexia Walter.
 
 
IMG_3609
Alexia Walter
IMG_3596
Alexia Walter
IMG_3619
Anne Huber
 
IMG_3624
Anne Huber
 
Et c’est pas fini !
 
Le temps de quelques chansons, son batteur droitier se lève pour céder la place à un autre batteur, gaucher celui-ci.
 
Et Marie-Anne Alizon le connait (très) bien, c’est son fils Geoffroy Sourp … par ailleurs découvert en pleine action dans la salle de réception de l’Hôtel de Ville de Strasbourg et entendu en même temps en direct sur France-Inter dans l’émission “Par Jupiter”. C’était le 8 décembre 2018 avec ses deux compères Victor Sbrovazzo (chant, harmonica, guitare) et le bassiste Adam Lanfrey à la basse. du trio de “heavy bues” Dirty Deep. 
 
IMG_3560
Geoffroy Sourp à la batterie

CHANSONS FRANÇAISES SURVITAMINÉES

Reste le souvenir d’une énergique soirée musicale et d’une complicité féminine dépassant le cadre de la chanson : un concert regorgeant de chansons survitaminées interprétées dans une langue française synonyme de frissons, d’émotion.
 
De nostalgie aussi quand l’auteure-compositrice-interprète s’embarque avec douceur et conviction dans la vie de “Garance”, dans l’évocation du Quai des Brumes, dans le souvenir de son inoubliable “atmosphère” immortalisée par Arletty.
 
IMG_3416
Foes Von Ameisedorfer
 
IMG_3417
Martin Spannagel
 

ARTISTE DE TERRAIN DÉTERMINÉE ET INDÉPENDANTE

Les mots, elle connait bien …
Il est vrai que Marie-Anne Alizon n’est pas seulement une artiste au répertoire évoluant entre chanson française, pop, jazz et évidemment rock. Elle est aussi également comédienne, poète et romancière.
 
Et on aimerait bien que cet EP de quatre titres annonce la préparation d’un “vrai” album.
 
Oui, je sais bien, pas évident question finances surtout quand on est une “artiste de terrain” comme elle aime à se définir. Elle en a d’ailleurs parlé en quelques mots et en toute décontraction au Local : cette existence de “chanteuse indépendante” – loin des majors et d’une médiatisation d’envergure nationale  – c’est … comme dire ? Sans doute une leçon de vie et de remise en question permanente.
 
Pas question de se couler dans un moule, de chanter des textes qui ne font pas vibrer. En témoigne sa rencontre, sa conversation avec Maurane décédée à 48 ans. Et dont elle reprend “Tout pour un seul homme”   comme si ce titre avait toujours fait partie de son répertoire.
 
IMG_3424
 
IMG_3585
Mathilde Quartucci, Marie-Anne Alizon, Martin Spannagel et Foes Von Ameisedorfer.
 
Marie-Anne Alizon chantera dimanche 7 juillet à 18 heures à Paris.
 
Rendez-vous au Bateau El Alamein, sous l’égide des  apéros concerts organisés par la Ville de Paris. Ce sera non loin de la Bibliothèque François Mitterrand, dans le 13ème arrondissement.
 
ALIZON scan0002
 
 
 
ALIZON scan0003
 
 

STRASBOURG : “BASHUNG COMME UN ÉCHO “QUI FAIT DU BIEN …

Expositions, émission de France Bleu Alsace en direct, projection de reportages au Cinéma Star, performances dansées, création de “street art”, rencontre à la Librairie Kléber avec le parolier Jean Fauque et Chloé Mons, veuve du chanteur, visite guidée (im)pertinente avec Mademoiselle Maria K, …

Le temps d’un week-end, Alain Bashung a été célébré avec talent et bonne humeur par la Ville de Strasbourg et l’Institut National de l’Audiovisuel (INA)

Retour en images sur cette formidable immersion qui a attiré la foule samedi 22 et dimanche 23 juin dans la rue du Jeu des Enfants baptisée “Rue Alain Bashung” … hélas seulement durant deux jours !

 

bashung scan0091

bashung scan0092

IMG_8488

BIENVENUE DANS LA (TROP) ÉPHÉMÈRE RUE ALAIN BASHUNG !

 IMG_2767

Inaugurée par Alain Fontanel, 1er adjoint de la Ville de Strasbourg, la rue Alain Bashung est redevenue la rue du Jeu des Enfants à la fin de l’événement.

Serait-ce le premier pas vers une VRAIE rue consacrée à cet artiste ?

Et si la Ville de Strasbourg prenait exemple sur Mulhouse qui dispose, elle, d’une rue Alain Bashung ?

Elle y a été inaugurée le 3 décembre 2017 en présence du Mulhousien Arnaud Dieterlen (batteur de Bashung, Jacques Higelin, Miossec, CharlElie Couture, Françoise Hardy, etc.) et de trois autres personnes également présentes à l’inauguration de l’éphémère rue Bashung à Strasbourg : le Sélestadien Pascal Jacquemin (écriture de l’album “Figure imposée”), le parolier Jean Fauque et la veuve du chanteur, Chloé Mons.

 

IMG_2814

IMG_2845

IMG_2863
Durant l’inauguration, projection de clips de Bashung dont “Elsass Blues”

 ALAIN BASHUNG CÉLÉBRÉ EN PAROLES ET MUSIQUES ET DANSE

IMG_3019
Performances dansées par Cécile Adamow et Fanny Georges sur des musiques de Bashung

 IMG_2932

IMG_2921

IMG_2613

 

IMG_3267
Dimanche 23 juin, 23 heures. La rue Alain Bashung a retrouvé son calme, elle est sur le point de redevenir la rue du Jeu des Enfants …

 

 LE CONCERT DE SAINTE-MARIE AUX MINES AU CINÉMA STAR

Immersion radiophonique avec diffusion de nombreux entretiens du chanteur, exposition de portraits et de partitions manuscrites, projection de reportages et d’extraits de films dans lesquels a tourné le chanteur, diffusion du concert de Sainte-Marie-aux-Mines en 2006 …

Pas de doute, le cinéma Star aura été un des efficaces repères de “Bashung comme un écho” en lui consacrant trois salles durant plusieurs heures dimanche 23 juin.

bashung scan0088 IMG_3172

IMG_8527  IMG_2618

EN DIRECT SUR FRANCE BLEU ALSACE

 L’émission délocalisée de France Bleu Alsace était animée par Maxime Veyrier.

Au micro divers invités dont Stéphane Deschamps, pour son livre “Alain Bashung, sa belle entreprise” , le parolier Pascal Jacquemin, Stéphane Libs (gérant des cinémas Stars), Mélina Napoli, déléguée régionale de l’INA…

 

IMG_2607

VIDÉO : Pascal Jacquemin raconte ICI   rencontre avec Alain Bashung

bashung livre 60801753_2242116479202827_507706804159905792_n

VISITE GUIDÉE (IM)PERTINENTE AVEC MADEMOISELLE MARIA K

Décontractée et sûre d’elle, Mademoiselle Maria K, clown et “tragédienne de rue” (Compagnie Les Oreilles et la Queue) a animé plusieurs visites en commentant avec force détails les  panneaux de l’INA.

De quoi plonger dans le destin et le répertoire du chanteur en prenant le public à témoin, en l’apostrophant, en suscitant sa réaction, par exemple pour déposer des objets symboliques à extraire d’un sac qu’elle présentait au public.

Parmi les participants de la première visite, Vincent Kayser, passionné du répertoire de l’artiste. Voici des années qu’il découvre nombre de références, de clins d’oeil, d’allusions à l’Alsace dans les chansons de Bashung, bien au-delà de l’incontournable “Elsass Blues” …

 

IMG_2635

 IMG_2717

IMG_2671
Vincent Kayser, auditeur attentif des propos de Mademoiselle Maria K …

 

IMG_2678

EXPOSITIONS DE MICHELLE RUFFENACH ET DU CENTRE JACQUES BREL D’OUTREAU

Succès populaire : l’expression qui définit le mieux l’affluence aussi bien samedi que dimanche rue Hannong, où étaient présentées deux expositions :

celle des si expressives peintures de  José Correa présentées en septembre 2017 par Michelle Ruffenach dans sa librairie-galerie Art&l’être du boulevard de la Victoire hélas fermée …

et celle du Centre Jacques Brel  montrée en mars 2019 durant 10 jours à Outreau pour le 10ème anniversaire de son décès. Ces 10 tableaux enracinés dans la vie et dans l’œuvre de Bashung ont été apportés à Strasbourg par Christophe Ringot et Bernard Bocquet, à l’origine de cette expo.

IMG_2519
Samedi 22 juin. Visite des deux expos par Chloé Mons avec Michelle Ruffenach,  Christophe Ringot, directeur du Centre Jacques Brel d’Outreau et un de ses bénévoles, Bernard Bocquet

IMG_3157

IMG_3156 

 IMG_3033  IMG_3153

IMG_3131 

  IMG_3152 

BASHUNG DEMEUSY IMG_3168
Dans l’exposition de Michelle Ruffenach, témoignage de Jean-Paul Demeusy … qui vient de publier un livre sur l’histoire du Chalet, la boite mythique de Strasbourg

 

IMG_2553

IMG_3159

IMG_2538
Bernard Bocquet et Christophe Ringot

IMG_2918

IMG_3049

IMG_2534
L’enfance dans le village alsacien de Wingersheim …

 

 ARCHIVES SONORES ET IMAGES A VOLONTÉ AVEC L’INA

Autre repère de l’opération “Bahung comme un écho” : les enregistrements sonores que le public a pu découvrir en toute quiétude, tranquillement assis dans des transats de l’Institut National de l’Audiovisuel !

IMG_8514

 IMG_8520

 IMG_3046

IMG_3043

IMG_2567

IMG_2578

Plus d’une personne a attentivement fixé les photos du chanteur collées sur les écrans des vieux téléviseurs, en pensant que l’image y était restée bloquée !

Plusieurs magnétoscopes proposaient non loin de là, dans la rue Alain Bashung, des reportages qu’on pouvait, là aussi, savourer sur des transats …

A IMG_2906

LIBRAIRIE KLÉBER : SALLE COMBLE POUR CHLOÉ MONS ET “MONSIEUR JEANNOT”

BASHUNG KLEBER scan0033

Plus une place assise dans la longue Salle Blanche de la Librairie Kléber. Et nombre d’auditeurs sont restés debout …

Une heure 45 minutes à bâtons rompus animée par l’auteur de “Bashung, sa petite entreprise” entre anecdotes et confidences évoquées par la veuve du chanteur et son parolier et ami de (très)longue date qu’il appelait Jeannot, comme le raconte Jean Fauque. Lequel sera, lors des questions de l’assistance, interpellé par une personne qui lui donnera du  “Monsieur Jeannot” !

 

IMG_3283

IMG_3009

IMG_2982

  QUAND BASHUNG INSPIRE L’ART DE LA RUE …

IMG_2621

IMG_2704

IMG_2929

IMG_8522

IMG_2697

IMG_3197

 

IMG_8540

IMG_3198

AVEC LES ARCHIVES DE LA SACEM

Plusieurs panneaux de la SACEM ont présenté des partitions et autres documents sur les chansons d’Alain Bashung dans la rue du Jeu des Enfants et aussi dans les couloirs du Cinéma Star.

IMG_8490

IMG_3228

IMG_2624

“BASHUNG COMME UN ÉCHO” EN COMPAGNIE DE CHLOÉ MONS

 

IMG_2527
Avec Michelle Ruffenach

bashung Let-go

Chloé Mons a été pendant douze ans la compagne d’Alain Bashung.

En 2012, elle publie un court texte, “Let Go”, qu’elle définit comme un journal de deuil. Dans ce livre débordant d’amour, elle dévoile avec beaucoup de réserve et d’élégance les derniers jours du chanteur, décédé le 14 mars 2009.

C’est une version augmentée de ce récit, accompagnée de photographies, qui a été republiée en mars 2019 à l’occasion des dix ans de la mort du chanteur. 

IMG_2814
Avec Alain Fontanel et Mademoiselle Maria K pour l’inauguration de la rue

IMG_2512

LE TEMPS DES ÉCHANGES AVEC JEAN FAUQUE 

 

IMG_2881
Avec Stéphane Deschamps et Pascal Jacquemin
IMG_3117
Avec Mélina Napoli et Michelle et Patrick Ruffenach
IMG_3151
Avec un des pionniers du rock alsacien, Raymond Schlegel du groupe EM REMES SINI BAND
IMG_3180
Avec la programmatrice du Festival Summerlied Isabelle Sire (Agence Rose Macadam)

 Parolier, écrivain, chanteur … il est évidemment impossible de résumer Jean Fauque en quelques mots !

Et on pense aussitôt à certaines chansons d’Alain Bashung dont “Osez Joséphine”, “Ma petite entreprise” ou “La nuit je mens” pour ne citer que les plus connues … ou encore l’album “Fantaisie militaire” …

Peut-être le reverra-t-on cet automne à Strasbourg à l’occasion des Bibliothèques Idéales …

IMG_3094

IMG_3122
Entouré par Michelle et Patrick Ruffenach, et Mélina Napoli
IMG_3081
Avec le chanteur-musicien Daniel Abecassis

 ALBERT 65029535_2301883929892748_4860451636608237568_n

DANS LES “DERNIÈRES NOUVELLES D’ALSACE

Trois des articles publiés dans les DNA. Dommage que l’unique compte-rendu paru dimanche ne mette pas en valeur davantage de facettes de l’opération “Bashung comme un écho”.

Et on reste assurément sur sa faim en lisant : “De grands panneaux explicatifs et des peintures du bonhomme attirent quelques curieux”…

BASHUNG DNA 60637082_2242116092536199_467130646091792384_n

bashung scan0090

bashung scan0089

IMG_3204

 

IMG_2933

IMG_2860
A QUAND UNE VRAIE RUE ALAIN BASHUNG A STRASBOURG ?

 TEXTE ET PHOTOS ALBERT WEBER

 

 

CORINNE GUTH : ALBUM EN VUE

Attention ! C’est la dernière ligne droite pour soutenir Corinne Guth dans son projet d’album. Je veux dire soutenir concrètement cette chanteuse – également comédienne – en réagissant au financement participatif de cet enregistrement qui lui tient à juste titre tant à cœur. Les mots d’encouragement, les pouces levés et autres petits cœurs sur sa page Facebook ou/et sur celle de Corinne et les Voyageurs, c’est bien… Mais bon, franchement ça ne suffit évidemment pas. Explications.

 

AAAA GUTH 37254307_1786434501437696_5202811206418563072_o
Strasbourg, Place Kléber, été 2018, avec Les Voix de la Liberté

 D’abord une évidence.

Ou plutôt un malentendu car vous avez sans doute l’impression de bien connaître cette chanteuse si souvent applaudie au sein de nombres d’aventures musicales collectives. Et cela dans des registres fort variés !

IMG_0219
Mai 2019, Bischheim, Cour des Boecklin, avec Mathilde Quartucci

 

Cette belle poluyvalence, elle en parle d’ailleurs à celles et ceux qui viennent la retrouver sur le site de l’album en projet :

Je chante avec les harmonies Alsatia de Drusenheim, Vogesia de Krautergersheim et le B.B.B: Big band de Bischheim. Je fais partie du collectif « Pour ne pas oublier Charlie », participe au clip diffusé sur France 3, au concert au Zénith « Liberté de penser » et aux tournées d’été « Des voix de la liberté ».

IMG_3548 - copie
Les Voix de la Liberté entre Jean-Pierre Schlagg et Léopoldine HH

UNE ÉVIDENTE INTENSITÉ VOCALE

Certes, on peut être séduit par une voix qui s’affirme dans un contexte collectif, comme ce fut le cas lors du concert de janvier 2018 avec le Big Band Bischheim.

Dans un article consacré à ce concert, j’avais parlé d’une “évidente intensité vocale entre énergie et douceur” en précisant : “La participation de Corinne Guth a mis en évidence son talent de chanteuse. Et ici en l’occurrence celui d’interprète d’incontournables standards tels que “The best is yet to come”, “Me ans Mrs Jones” et “New-York, New-York” : trois titres qui évoquent immédiatement Franck Sinatra, Billie Paul et Liza Minnelli. Reprendre de tels refrains peut se révéler problématique si on ne dispose pas d’une voix adaptée à la puissance mais aussi à l’émotion qui en découlent. Il faut à la fois du coffre, du souffle, … en somme une évidente intensité vocale tout en s’aventurant dans un univers plus nuancé avec la reprise du tube de Billie Paul”.

Mais me direz-vous, c’est bien beau de rappeler les qualités vocales et la présence scénique de Corinne Guth au sein du BBB …  mais n’est-il pas ici plutôt question de son imminent album ?

IMG_0222

 “MES CHANSONS SONT LE FRUIT DE COLLABORATION AVEC DES COMPOSITEURS”

Oui, c’est vrai mais comme il existe toujours des personnes qui ne connaissent pas cette chanteuse, il me semblait judicieux de la situer dans un certain contexte musical.

Histoire de vous inciter, ou plutôt de vous persuader à agir en faveur de son album…ou plutôt cet EP comme on dit aujourd’hui ! Bref un enregistrement qui mettra en valeur une voix à vous donner des frissons comme ICI dans cet extrait du CD en préparation. On y découvrira huit chansons dont une reprise en anglais: “Shout” de Tears for Fears. 

Je n’ai pas prévu de titre pour l’album. et suis principalement auteure. Et c’est pour cela que mes chansons sont le fruit de collaborations avec des compositeurs. Je leur confie mon texte mais je peux également coucher mes mots sur leur musique. Sur cet album j’ai eu le plaisir de travailler avec Nicolas Fischer, Séverine de Close, Mathilde Quartucci, Frank Jean Schmidt, Julien Grayer le chanteur de Ernest, Michael Derotus. … et il y aura aussi un morceau de ma composition”.

Julien Grayer a également composé un titre de cet album comptant au final trois chansons inédites ; les autres titres, Corinne Guth les chante déjà.

Les morceaux ont été arrangés e”n groupe, avec les belles idées et le talent de chacun”, ainsi que la bienveillance, le professionnalisme et la direction artistique de Patrick Wetterer, Julien Grayer et Mark Krauth.

 

 IMG_0219

UNE CHANTEUSE AUX INFLUENCES JAZZ, POP, BLUES ET FOLK

L’efficace équipe réunie s’enracine en partie dans le groupe Corinne et les Voyageurs qui aura marqué nombre de scènes dans des formules variables.

Ces derniers temps, c’est essentiellement avec Mathilde Quartucci qu’elle a retenu l’attention du public. Entre autres à Hoerdt lors d’une soirée organisée par Roland Engel et plus récemment à Bischheim à la Cour Boecklin dans le prolongement de son atelier intitulé “J’aimerais écrire des chansons”.

Aujourd’hui plus que jamais, impossible de coller une étiquette sur son répertoire ou d’enfermer Corinne Guth dans un registre unique. C’est dans ses influences jazz, blues, pop et folk qu’elle a puisé l’inspiration.

Et ces influences s’affirment avec talent dans cet album aux thèmes autant personnels, voire intimes, que sans frontières. Il y est en effet question de la reconnaissance et l’acceptation de soi, du refus du quotidien, d’écologie, de désir, d’engagement, …

Et la liste n’est évidemment pas exhaustive chez cette artiste qui avoue : “J’ai toujours jours aimé écrire et cela depuis mon adolescence. Très vite, je me suis servie des mots pour extérioriser ce que je n’arrivais pas à dire autrement. Tout d’abord sous forme de poèmes et ensuite en chansons, l’écriture m’a permis d’exprimer ce qui me touche, mes rêves, mes espoirs, mes peines, mes révoltes, mes prises de positions mais également ce que j’observe autour de moi.”.

ATTENTION, DATE LIMITE LE 29 JUIN

Voilà tout est dit, ou presque.

Ah oui, une dernière précision, et elle est de taille. Le financement participatif se termine samedi 29 juin.

Donc vous savez ce qui vous reste à faire si vous voulez soutenir cette chanteuse, également comédienne et formatrice “Affirmation de soi par le théâtre et le chant”.

Et pour se rendre sur ulule, franchement c’est pas du tout compliqué.

C’est par ICI TOUT SIMPLEMENT

Texte et photos Albert WEBER

IMG_0261

 

 

 

 

 

CHANSON ALSACIENNE / D’STIMME : FINALE LE 31 MAI … ET APRÈS ?

La finale de la 3ème édition du concours D’Stimme aura lieu vendredi 31 mai à 20h30 aux Tanzmatten à Sélestat.

Cet événement résulte d’un efficace partenariat entre L’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle (OLCA) et France-Bleu Elsass dont le directeur, Hervé de Haro, quitte ses fonctions fin mai.

 
IMG_1145
Conférence de presse du lancement de D’Stimme 3 avec Félicien Muffler et Hervé de Haro (directeur des programmes et directeur de France Bleu Alsace/Elsass) et Isabelle Dietrich Schoepfer et Justin Vogel (directrice et président de OLCA)

La troisième édition du concours d’Stìmme, lancé en novembre dernier, a pour objectif une nouvelle fois de faire découvrir les nouveaux talents de la chanson en alsacien et en platt.

Dix chanteurs amateurs ont ainsi pu enregistrer une chanson qui a été diffusée sur France Bleu Alsace et France Bleu Elsass, et soumise aux votes des auditeurs.

 Cette liste de dix artistes a été établie par un jury composé d’artistes et de professionnels de la scène et des médias alsaciens  : Matskat, auteur-compositeur-interprète et président du concours; Isabelle Schoepfer (directrice de l’OLCA), Sylvie Bagnuls (représentante d’Orange), Hervé De Haro (directeur de France Bleu Alsace et France Bleu Elsass); Laurent Genvo (chargé de la communication de France Bleu); Albert Weber (journaliste); le chanteur  Robin Leon;  Clément Dorffer, animateur de France Bleu Elsass, Agnès Lohr, directrice du Festival Summerlied, Cathy Bernecker, comédienne.

 

IMG_6144
Vue partielle du jury réuni le 31 janvier dans les locaux de France Bleu Alsace

 JULIEN HACHEMI, CHARLOTTE VIX ET CHRISTINE WAMBST

La réunion de ce jury a fait l’objet d’un reportage de la journaliste Régine Wilhelm du jury pour l’émission RUND UM.

32 chansons en alsacien (et aucune en platt)  ont été écoutées par les jurés, et l’âge des candidats y variait entre 11 et 93 ans. 

De quoi donner matière à des chansons en alsacien présentées dans des registres très différents …

Pour cette finale, trois artistes seront donc en lice : Julien Hachemi, Charlotte Vix et Christine Wambst  (photos en début d’article).  Ils seront accompagnés par Matskat et ses musiciens : Christian Clua, Grégory Ott, Jean-François Untrau et Matthieu Zirn – ainsi que Robin Léon et Serge Rieger, le gagnant de la deuxième édition du concours.
 
Le public et le jury s’accorderont ce soir-là aux Tanzmatten pour désigner le vainqueur de l’édition 2019, qui se verra offrir son album ou un clip vidéo.
 

MEDIAS HERVÉ DE HARO Capture d’écran 2019-05-09 à 13.11.26

FRANCE BLEU ELSASS – OLCA : UN PARTENARIAT FONDAMENTAL

Cette finale se déroulera dans un contexte qui mérite d’être souligné.

En effet, comme annoncé le 4 mai dans les Dernières Nouvelles d’Alsace, Hervé de Haro quittera la société Radio France fin mai. Et donc y cessera ses fonctions de directeur de France Bleu Alsace et France Bleu Elsass, station diffusée via internet.

Ce départ est-il de nature à remettre en cause l’existence du concours de chanson alsacienne ?

L’arrivée d’un nouveau directeur ou d’une nouvelle directrice sera-t-elle synonyme de poursuite du partenariat entre l’OLCA et France Bleu ? 

Autant de questions qui méritent d’être posées sans tarder même si les réponses n’en sont pas encore connues…

La complicité tissée entre la directrice de l’OLCA,  Isabelle Dietrich Schoepfer, et le directeur de la radio, Hervé de Haro,  aura ÉVIDEMMENT été essentielle dans la conception et la mise en route du concours D’Stimme.

Il est vrai que depuis son arrivée à la tête de France Bleu Alsace et France Bleu Elsass en septembre 2016, Hervé de Haro a lancé une série d’initiatives destinées à rendre plus visible … ou plutôt plus audible, la langue alsacienne sur ces ondes et cela ne s’est pas limité à la chanson en alsacien.

J’espère évidemment que la finale du 31 mai aux Tanzmatten de Sélestat ne soit pas synonyme de fin de parcours pour ce concours.

La “sensibilité envers les réalités alsaciennes” de celle ou celui qui va succéder à Hervé de Haro sera un facteur ESSENTIEL dans la poursuite – voire la modification – de ce concours mettant en valeur la chanson alsacienne. Et aussi celle en platt même si les candidatures ont été très rares dans ce domaine là …

En attendant d’y voir plus clair, ne boudons pas le plaisir de retrouver tous ces talents réunis pour la 3ème édition de ce concours remporté en 2017 par Gaël Sieffert et en 2018 par Serge Rieger.

OLCA CP_concert_final_stimme_2019

ALBERT WEBER

 Vendredi 31 mai à 20h30 aux Tanzmatten à Sélestat, quai de l’Ill.

Entrée gratuite sur réservation obligatoire sur la billetterie en ligne ICI 

 

NICOLAS PEYRAC ET DEBORAH ELINA : LE PARI (RÉUSSI) DE PASCAL

Il est toujours réducteur, voire déplacé, d’apposer une indécollable étiquette sur un artiste qui a eu la chance de toucher un très large public avec une poignée de chansons.

Comme si le temps et surtout la mémoire collective étaient définitivement et irrémédiablement figés dans un passé que l’on a évidemment tendance à embellir.

IMG_9531

“SOUVENIRS, ATTENTION DANGER”

Ce sont sans doute les premières réflexions venues à l’esprit dimanche 28 avril dans la belle salle de l’EcRhin à Gambsheim, cité alsacienne mitoyenne du Rhin.

Une demi-douzaine de titres surgit spontanément en pensant à Nicolas Peyrac et ces souvenirs sont indéniablement liées à deux repères : un concert en première partie de Serge Lama, en 1976 au Palais des Congrès et de la Musique à Strasbourg, durant mes années d’étudiant au Centre universitaire de journalisme, et puis une formidable émission de radio animée par Bernard Vitry durant une heure en direct, dans un studio de la Place du Barachois à Saint-Denis de la Réunion en 1981.

Et c’est là que réside évidemment le danger : celui de vouloir s’en tenir, voire se réfugier dans le plaisir que l’on éprouvera en retrouvant les premiers succès de Peyrac.

 “Souvenirs attention danger” chantait Serge Lama … D’où l’importance de ne surtout pas se complaire dans un registre passéiste du genre “ah la chanson française c’était mieux avant, et les chansons c’était autre chose que ce qu’on entend ou qu’on écoute la radio … “

Le double concert de Gambsheim entre jeune artiste et talent confirmé offre une percutante réponse aux grincheux bloqués sur leurs tubes d’antan. Et cela d’autant plus que Nicolas Peyrac s’affirme aujourd’hui comme un auteur-compositeur-interprète plus que jamais passionné par l’écriture, comme il l’a si bien évoqué – avec conviction, voire émotion – en paroles et en musiques.

IMG_9435

 Ah… je me disais bien que Nicolas Peyrac n’est pas homme à se complaire dans le passé. A s’accrocher sans cesser à ces paroles et ces musiques qui ont séduit la France, et la vaste francophonie qu’il connait d’autant mieux pour avoir vécu une quinzaine d’années à Montréal, jusqu’en 1986, avant de s’établir en Bretagne.

Le rendez-vous proposé par Fréquence Verte était clair, et pas de doute sur “a règle du jeu”.

Ici pas de concert rétro à l’instar des fameuses tournées remplissant les Zéniths avec un bataillon d’artistes passés à la postérité pour un seul tube qu’ils chanteront jusqu’à leur dernier souffle.

A l’EcRhin, pas de “cirque Barnum” avec Peyrac !

Et j’emploie cette expression à dessein car il s’agit précisément des termes utilisés par l’extraverti dCookie Dingler – créateur de “Femme Libérée” – lors de ses deux récentes soirées “Carte Blanche” offertes avec une dizaine de musiciens et dans des registres fort variés au PréO d’Oberhausbergen.

IMG_9441

“ACOUSTIQUES IMPROVISÉES” EN TOUTE DÉCONTRACTION

“Les Acoustiques Improvisées de Nicolas Peyrac” : c’est donc le concept dans leque est très à l’aise cet attachant auteur-compositeur-interprète qui a conquis près de 200 personnes enthousiastes, un dimanche en fin d’après-midi.

Assurément un sacré pari lancé par Pascal Frank, directeur des programmes d’une radio spécialisée dans la chanson d’expression française, qu’elle provienne de l’Hexagone, du Québec ou d’ailleurs. 

Une guitare, une voix, et une chaise pour offrir un concert de près d’une heure et demie marqué par de nombreuses, très nombreuses et si belles surprises … je veux dire des chansons inconnues du grand public.

Pourquoi pareille ignorance ? Tout simplement car les nouvelles chansons de Peyrac sont oubliées, ignorées, rejetées par les désormais incontournables et dictatoriales play-lists de ceux qui font la pluie et le beau temps des radios commerciales et hélas également trop souvent de celles du service public.

 IMG_9438

“Suffit que tu oses” : c’est le titre du dernier album de Nicolas Peyrac qui n’a pas pu en assurer l’indispensable promotion, à cause de problèmes de santé qui l’ont obligé à fréquenter les blouses blanches et non pas les studios radios et les plateaux de télé.

C’était l’an dernier, et rien ne dit que ces chansons ne bénéficieront pas d’une seconde vie, d’une seconde chance dans le cadre d’un nouvel enregistrement, d’une nouvelle sortie.

C’est du moins une des perspectives évoquées par le chanteur durant ce concert guitare-voix entre refrains chantés et anecdotes partagées avec lucidité et bon sens. Et un regard teinté de recul face à son parcours artistique entre périodes de sur-médiatisation et années de silence.

IMG_9459

BIENVENUE CHEZ GUY BÉART ET HENRI SALVADOR

L’irrrésistible besoin de refuser les étiquettes, Nicolas Peyrac en a aussi parlé en évoquant la réductrice image publique de Guy Béart et Henri Salvador dont il a repris à chaque fois une chanson.

Qu’il est frustrant pour un artiste – et aussi pour un public en quête de nouveaux refrains  – de toujours s’en tenir à un ou deux tubes alors qu’un parcours est si souvent synonyme de création. En témoigne aussi le destin de Donovan, un artiste majeur pour Peyrac qui a parlé de son influence sur son inspiration ….

Ce (si compréhensible) refus de se laisser enfermer dans une seule chanson à succès me rappelle le concert de Michel Rivard à Capbreton, lors des inoubliables Déferlantes Francophones créées par Maurice et Françoise Segall. Le chanteur québécois est en effet connu en France pour “La complainte du phoque en Alaska” rendue célèbre par le groupe Beau Dommage dont il fut une des figures marquantes.

“Bon, je sais que vous l’attendez ! Alors je vais vous la chantez sans tarder, et puis ce sera fait. Et vous serez plus attentif aux autres chansons” avait lancé Rivard au public avant d’interpréter le fameux tube…

IMG_9437

BESOIN ET ENVIE D’ÉCRIRE

Le besoin et l’envie d’écrire aura été le fil rouge de ces Acoustiques offertes par Peyrac au gré de nombre de concerts, ici et là  à travers la France comme ce fut le cas en Lorraine à Boulange, lieu du concert précédant celui de Gambsheim.

Aujourd’hui, à quelques mois de ses 70 ans, Nicolas Peyrac cultive une évidente sagesse. Un art de vivre, de continuer à composer et à chanter pour les autres avec un unique souci : rendre heureux celles et ceux qui prennent le temps de le rencontrer et surtout de le (re)découvrir.

Car il s’agit bien de redécouverte quand on savoure chacune des chansons d’hier et d’aujourd’hui durant ces “acoustiques improvisées” semées d’anecdotes, de commentaires, de vérités lancées en toute décontraction. Parce que ça fait du bien d’écouter s’exprimer en toute liberté un artiste sur son parcours d’homme autant que sur sa trajectoire artistique.

UN SENS DE LA FORMULE QUI FAIT MOUCHE

Certes, comme il le raconte à Gambsheim, il ne boude pas son plaisir quand, durant son hospitalisation, Nolwen Leroy remet à la une de l’actualité artistique une de ses chansons les plus marquantes. Celle qui l’a fait sortir de l’anonymat en 1974 : : “So Far Away From L.A”.

A retrouver ICI dans une version en direct offerte dans l’émission Le Grand Studio de RTL et filmée en studio.

Ce concert, c’est tout simplement celui d’un ami que l’on retrouve en toute simplicité. Sans baratin, avec un timbre de voix que l’on reconnait d’emblée.

Reste un regret que je n’ai pas eu la présence d’esprit de partager à Nicolas Peyrac durant notre bref échange : celui de ne pas avoir mis à son répertoire la chanson sur Marylin Monroe, assurément un de mes titres préférés. Et aussi “Je pars” … que je pensais retrouver en fin de concert à Gambsheim…

Certes les années ont passé, mais l’artiste est demeuré égal à lui-même. Ni très extraverti ni très expressif, toujours un peu sur sa réserve. Avec un sens du détail, de la formule qui fait mouche. Un comportement sans doute motivé par l’envie de retenir l’attention des spectateurs bien plus par le verbe que la gestuelle.

IMG_9526

SURTOUT NE PAS LAISSER S’ENVOLER LA MÉLODIE DE “ET MON PÈRE”

Ici et là, comme pour “Le vin me soule”, Peyrac met le public à contribution. Histoire de ne pas se contenter de chanter mais aussi de susciter une certaine interaction.

En replaçant ses chansons – autant celles d’hier que ses plus récentes – dans le contexte de leur création, il offre un éclairage des plus instructifs à ceux qui ont envie d’en savoir plus sur la naissance de tel ou tel titre.

Et l’on imagine très facilement l’étudiant en médecine marchant d’un pas alerte dans la rue, avec en tête une mélodie qu’il ne fallait surtout pas laisser s’échapper. Donc surtout ne parler à personne et n’être interrompu par personne et rentrer précipitamment chez lui pour composer la musique de “Et mon père”, le 2ème tube sorti en 1975.

IMG_9544
Face au public debout et enthousiaste

 

RESTER DIGNE TOUT EN ÉTANT POPULAIRE

La dernière chanson du concert offre un superbe résumé de la carrière de Nicolas Peyrac, avec quantité d’allusions à ses chansons, à sa vie.

Si vous n’avez pas eu la chance de vous trouver à l’EcRhin, prenez donc le temps de retrouver l’artiste entre chansons et confidences sur France 3 Bretagne. 

C’était en décembre 2017, juste avant le lancement du nouvel album qui sera si compromis pour raisons de santé : une émission comme je les aime, quand on prend le temps de respecter son interlocuteur en lui donnant l’occasion de s’exprimer sur divers sujets liés ou non à ses chansons.

Près d’une heure entrecoupée de plusieurs séquences sur lesquelles il intervient, et toujours un repère qui aura toujours guidé son parcours depuis ses premiers pas de la célébrité :  “Rester digne tout en étant populaire”.

 

IMG_9422

DEBORAH ELINA – JONATHAN GOYVAERTZ : LA TALENTUEUSE COMPLICITÉ 

Impossible de parler de ce concert sans évoquer la première partie assurée avec brio par Deborah Elina.

En une demi-douzaine de titres, elle aura su retenir l’attention d’un public qui ne connaissait rien d’elle. Des spectateurs attentifs qui n’ont pas ménagé leurs applaudissements.

Autant de chansons à fleur de peau, sans esbroufe, teintées d’amour. Un répertoire qui en dit long sur une vie sans doute bien moins lisse que ne le laisse supposer son sourire … Des refrains pour (se) raconter via une poésie du quotidien et des sentiments qui font chaud au cœur et/ou qui obligent à se remettre en question.

Deborah Elina a séduit le public sans en rajouter, sans se forcer à plaire. Juste une talentueuse simplicité mise en relief avec sensibilité par celui qu’elle appellera après ce concert “mon fidèle pianiste très applaudi ” :  Jonathan Goyvaertz. 

Le  nom de cet efficace musicien aura été hélas noyé par les applaudissements saluant la chanteuse qui gagnerait sans doute à s’affirmer un peu plus sur scène. Pas grave, car cette auteure-compositrice-interprète a tout d’une grande : l’inspiration, le timbre de voix, et surtout l’inspiration pleine de nuances qui irrigue son répertoire.

Encore faut-il que les médias la suivent dans son évolution et ne la résument pas à sa collaboration avec Marc Lavoine … ou au clip “Les Bruits du coeur” inspiré du milieu médical et dans lequel apparait le médecin-animateur télé Michel Cymes.

IMG_9400

Capture d’écran 2019-05-01 à 09.58.54
Le 1er album a bénéficié d’une chronique détaillée sur le site de Claude Fèvre

 

“UN ALBUM PROFOND ET SÉDUISANT”

A Gambsheim, son tour de chant aura mis en relief les titres du CD “Les bruits du cœur”. Un premier album qui a incité Claude Fèvre au commentaire suivant sur son site “Chanter c’est lancer des balles”:

“Sans aucun doute Deborah Elina signe là un album profond, séduisant musicalement surtout si l’on songe à la plus jeune génération. Encore faudrait-il qu’il puisse l’atteindre ! Pour l’heure nous disons notre enthousiasme et notre impatience à découvrir ces chansons là en scène”.

 

PEYRAC FRANK DEBORAH 59407033_601928116956277_3907079195951366144_o
Photo parue sur la page Facebook de Pascal Frank

 

 “DEUX ARTISTES EN ADÉQUATION AVEC LA PROGRAMMATION DE FRÉQUENCE VERTE”

En somme mission accomplie pour cette grande première signée Pascal Frank, le directeur des programmes de Fréquence Verte : ” En proposant deux artistes sur scène avec Fréquence Verte, j’ai voulu être en adéquation avec notre programme radio. Créer la surprise avec des facettes parfois cachées d’un artiste reconnu Nicolas Peyrac Officiel, et proposer la découverte d’une jeune artiste pleine de talent Deborah Elina Perso .

Je suis ravi que dans l’article des Dernières Nouvelles d’Alsace tous deux soient mis en avant, que cette osmose ait été ressentie par P.K l’auteur de ce papier. Chacun dans ce spectacle a eu sa place, rien ne me pouvait me faire plus plaisir”.

Le prochain concert organisé par Pascal Frank sous l’éghide de Fréquence Verte est prévu le 19 octobre, tiujours à l’EcRhin de Gambsheim. Au programme la québécoise Diane Tell et … et une première partie assurée par un(e) artiste émergeant qui gagne assurément à être (re)connu.

PEYRAC DNA 58684794_10219481808019748_7989547989934800896_n
Dernières Nouvelles d’Alsace, 30 avril 2019

 

 TOUJOURS LE BESOIN D’ÊTRE ET NON DE PARAITRE

 

ALBERT PEYRAC 58755068_800562403661074_409747215842541568_n
Bref échange après le concert avec remise d’une copie de l’article paru en février dans Le Quotidien de la Réunion (Photo ANTOINE JACOB)

“Ah oui, j’avais vu cet article récemment paru sur Facebook” m’a-t-il lancé lors de notre bref échange, après le concert.

Cet article avait paru en février 1981 dans le supplément TV-Loisirs que j’avais alors créé au Quotidien de la Réunion. Et déjà à l’époque, au micro de Bernard Vitry et Claude Gruson, Nicolas Peyrac insistait sur cette pratique du matraquage d’une seule chanson au détriment des autres.

Un constat encore plus fracassant aujourd’hui … vu les nouvelles méthodes de médiatisation, l’importance des réseaux dit sociaux et l’incessante rotation d’une actualité qui se renouvelle sans cesse jour et nuit, notamment via les chaines d’infos permanentes.

Au fil des décennies, Nicolas Peyrac a vécu plusieurs vies entre plusieurs pays, plusieurs cultures. Reste une évidence : une authenticité nourrie du besoin d’être et non de paraître qui l’incite aujourd’hui plus que jamais à continuer à créer et à chanter alors que le système médiatique a totalement changé depuis les années 70.

Chapeau l’artiste !

ALBERT PEYRAC QUOTIDIEN DE LA RÉUNION FÉVRIER 1981 scan
Février 1981, Quotidien de la Réunion

 

ALBERT PEYRAC scan0003 IMG_9558

TEXTE ET PHOTOS ALBERT WEBER

CHRISTEL KERN : DE L’ED&N DE SAUSHEIM A M6 AVEC GAROU

Déterminée, convaincante, extravertie : Christel Kern est un personnage à part dans le milieu artistique d’Alsace.

Et à vrai dire il serait réducteur de résumer ses nombreuses initiatives à sa région d’adoption. En témoigne “Together, tous avec moi“, la nouvelle aventure dans laquelle elle s’est lancée : une émission diffusée sur M6 à partir du 30 avril 2019.

KERN GAROU 56956547_2138207896287358_7833867421298458624_o
En compagnie du chanteur québécois Garou

 Cette nouvelle étape de sa vie d’artiste, elle s’y engage avec deux autres créateurs connus en Alsace, voire bien au-delà.

De quoi s’agit-il au juste ?

“C’est avec grand plaisir que Morgan Spengler alias Champagne Mademoiselle,  Luc Arbogast et moi même avons le plaisir de vous annoncer notre participation au nouveau programme musical produit par EndemolShine et diffusé en prime time sur M6 pour 6 émissions à partir du 30 avril 2019″.

 KERN M6 57072600_2682595778433690_663258038446063616_n

AVEC MORGAN SPENGLER ET LUC ARBOGAST

Et l’auteure-compositrice-interprète de préciser :

“La production nous a sélectionnés pour devenir membre actif de ce jury éclectique: auteurs, compositeurs, chanteurs, comédiens, travestis, cabarettistes, coach vocaux, you-tubeurs, Djs, nombreuses célébrités, forment un jury hors normes, une première sur une chaîne française ! 

Nous sommes fiers de faire partie de ce programme et sommes heureux de vous communiquer notre enthousiasme, ressenti et avis au sujet de ce programme tout à fait sensationnel”.

KERN M6 IMG_0390
Christel Kern, Morgan Spengler et Luc Arbogast

Au-delà de ce communiqué de presse, quelques précisions s’imposent : il s’agit d’un concours de chant télévisé rassemblant 100 professionnels de la musique en France intitulé “Together, tous avec moi“.

Et Christel Kern en fait partie.

L’émission est enregistrée sous le parrainage du chanteur québécois Garou et présentée par le célèbre humoriste Eric Antoine.

Le gagnant de cette compétition haute en couleurs repartira avec 50 000 € pour développer son projet musical.

KERN M6 IMG_0389
En compagnie de Morgan Spengler et Luc Arbogast

 La participation de Christel Kern à cette émission d’envergure nationale va-t-elle lui offrir plus de visibilité ?

Comment va-t-elle se démarquer des autres artistes retenus pour ce fameux “Mur des 100″ ?

Drôles de questions ?

Pas vraiment à l’heure où les qualités artistiques d’un chanteur ou d’une chanteuse ne suffisent plus pour s’échapper de l’anonymat.

C’est le défi à relever en permanence pour cette créatrice dont le nouvel album, “A fleur d’âme” a été enregistré dans trois des plus grands studios d’Europe, entre Paris, Bruxelles et Londres.

KERN M6 Crédit photo - Lou Breton - M6
Les participants de l’émission Le mur des 100 prévue sur M6.

 

  “A FLEUR D’ÂME”, UN SUPERBE ALBUM DE 13 TITRES

Fin septembre 2017, je vous parlais ici, sur mon site d’informations, de ce que je qualifiais de “convaincante métamorphose” après avoir savouré un concert d’un peu plus d’une heure, sans temps mort, une quinzaine de titres.

Cette évidente métamorphose, elle résultait d’une belle collaboration entre la chanteuse et l’auteur/metteur en scène Lionel Courtot.

D’accord, il y a eu la satisfaction de découvrir Christel Kern sous un angle nouveau sur scène, le 29 septembre 2017 .

Et puis ?

Et puis il y a eu le superbe album de 13 titres dans lequel l’artiste s’est livrée au-delà de son personnage public. Avec ses doutes, ses envies, ses souvenirs … Au-delà de sa couleur fétiche qu’est le rose.

KERN 0014183345_10

Et Christel Kern a continuer sa vie d’artiste qui ne se résume pas, loin de là, à se produire sur scène. Mais c’est pourtant dans ce registre qu’elle est, à mon sens, le plus en accord avec elle-même.

Car sa passion, c’est évidemment de chanter. Encore et encore. Et si possible entourée d’une poignée de musiciens qui s’affirment parmi les pointures d’Alsace.

Voilà pourquoi – avec le recul nécessaire à prendre face à l’indispensable métamorphose de 2017 – il me semble important de vous parler ici d’une autre soirée marquante durant laquelle s’est affirmée avec encore pus d’impact le talent de cette artiste.

KERN EDEN 20190315-2130-DSC06832

SOUS LA DIRECTION MUSICALE DE GRÉGORY OTT

Oui, revenons au concert offert vendredi 15 mars dans la superbe salle de l’Espace Dollfus Et Noack couramment appelé ED&N ou EDEN à Sausheim. J’y étais et ce que j’ai vu ce soir-là a aussitôt suscité la réflexion suivante : un tel spectacle aurait du … ou plutôt  devrait être présenté dans d’autres villes en Alsace, voire ailleurs.

Il faut dire que ce soir là Christel Kern avait mis le paquet pour ce concert bénéficiant de prestigieux complices pour la direction vocale (Richard Cros), la mise en en scène (Thibaud Valérian), la direction musicale et les arrangements (Grégory Ott), la création lumières et la scénographie (Loïc Marafini) sans oublier celui qu’elle qualifie avec justesse de “magicien du son” :  Antony Bedez.

Ce concert a mis en évidence une chanteuse très à l’aise sur scène, et évoluant dans des registres très variés : une large palette entre refrain à fleur de peau et chansons entrainantes … textes enracinés dans un évident vécu et mélodies pour taper dans les mains et reprendre en choeur …

Les photos d’Alexander Sorokopud et les vidéos réalisées par Pierre Bacher et Mickaël Lefèvre confirment ce qui s’est produit ce soir-là durant cet événement co-produit avec L’EDEN avec le soutien de l’équipe de Côté artistiK. : assurément un moment magique.

KERN EDEN 20190315-2103-DSC08891-1

INNOVER ET SE REMETTRE EN QUESTION

Plaisir de chanter, de faire plaisir au public enthousiaste, de susciter des émotions (ah “La main de la mère” …)  de mettre de l’ambiance avec “Mon disque d’or” … dans une salle exprimant son bonheur … cela et d’autant plus que la chanteuse était entourée d’une poignée de musiciens aussi décontractés que talentueux  :  son complice de scène Jérôme Wolf (basse et contrebasse); Sylvain Troesch aux guitares; le batteur Jérôme Spieldenner et aussi  le pianiste Thibaud Lecluse, nouvelle recrue issue du conservatoire, repérée par Christel Kern.

Et comme si cette brochette de talents ne suffisait pas, le concert a également été marqué par l’intervention de plusieurs invités :  Grégory Ott (“mon frère de cœur“); le fabuleux guitariste Francky Reinhardt ; le saxophoniste Maxime Luck : (“pas assez sollicité à mon goût, un jeune qui a de l’avenir et une crème humainement“) ainsi que Lionel Galonnier (“dernier arrivé dans l’équipe magnifique percussionniste”).

Ce soir-là, Christel Kern a donné libre cours à tant de nuances de son inspiration d’auteur-compositrice-interprète en reprenant les chansons de son dernier album.

Mais ce n’est pas tout, car elle s’est aussi glissé dans la peau d’autres artistes en offrant au public trois reprises à vous donner le frisson : “Le prélude de Bach” cher à Maurane, la chanson “Ça ne tient pas debout” dont le vrai titre est “Christine” – une création de Christine and the Queens et “Une histoire d’amour” célébrée par nombre de voix féminines dont Dalida et Luz Casal.

C’est évident, le concert de Sausheim est loin.

Bien loin et cette soirée s’inscrit sans aucun doute parmi les temps forts du parcours artistique de Christel Kern.

Et c’est vrai que je la préfère dans ce registre de chanteuse plutôt que dans celle de jurée dans une émission de M6.

Mais bon,  le propre d’un artiste c’est d’innover, se remettre en question, avancer dans la vie, s’aventurer dans de nouvelles directions mais sans se renier, sans abandonner ce qui forge son authentique personnalité.

TEXTE ALBERT WEBER

PHOTOS LOU BRETON / M6 ET ALEXANDER SOROKOPUD (concert ED&N)

CHANSON EN ALSACIEN ET PLATT : 10 TALENTS POUR D’STIMME 3

Ca y est, les dix talents retenus pour l’édition 2019 du concours de chansons en alsacien ont  été révélés.

Coup de projecteur sur la 3ème édition mise sur pied comme les années précédentes par l’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle et France Bleu Elsass.

 

IMG_6154

50976859_10211780543343849_1264087211121311744_n

870x489_20190131_145651

L’annonce officielle des dix finalistes a eu lieu vendredi 1er février à 9h45 au micro de France Bleu Elsass par Félicien Muffler:

Cynthia COLOMBO

Frédérique GROER

Julien HACHEMI

Edouard HEILBRONN

Anne HERRSCHER

Lydie MITTELHAUSER

Jean-Luc ULRICH

Charlotte VIX

Christophe VOLTZ

Christine WAMBST  

 

scan

IMG_6167

IMG_6155

32 CHANSONS EN ALSACIEN ET PLATT

Le jury composé d’artistes et de professionnels de la scène et des médias alsaciens  : Matskat, auteur-compositeur-interprète et président du concours; Isabelle Schoepfer (directrice de l’OLCA), Sylvie Bagnuls (représentante d’Orange), Hervé De Haro (directeur de France Bleu Alsace et France Bleu Elsass); Laurent Genvo (chargé de la communication de France Bleu); Albert Weber (journaliste); le chanteur  Robin Leon;  Clément Dorffer, animateur de France Bleu Elsass, Agnès Lohr, directrice du Festival Summerlied, Cathy Bernecker, comédienne.

 

OLCA STIMME 3 50889782_10211780543423851_3661376550877528064_n

IMG_6167

860_20190131_145738

Dix candidats ont été retenus au terme de plus de deux heures et quart jeudi 31 janvier :  le temps de découvrir chaque chanson, de la noter sur divers critères (voir ci-dessus).

Puis chaque titre a été passé en revue et chaque juré a exprimé ses résultats lors d’un tour de table permettant de relever les notes de chaque juré.

32 chansons étaient annoncées au début de cette séance de travail à la fois studieuse et décontractée (mais oui c’est possible !).

L’âge des candidats varie entre 11 et 93 ans. et il y a vraiment eu des chansons dans des registres très différents, entre créations et reprises en alsacien et aussi en platt !

La journaliste Régine Wilhelm a réalisé un reportage sur cette rencontre du jury pour l’émission RUND UM.

IMG_6159

IMG_6160

OLCA STIMME 3 51318455_10211780543303848_3470210326786473984_n

ET MAINTENANT ? LE VOTE DU PUBLIC !

Les dix concurrents sélectionnés poursuivront l’aventure de d’Stimme par un enregistrement de leur chanson dans les studios de France Bleu Alsace début février, en présence de Matskat et de ses musiciens.

Ces chansons seront diffusées sur France Bleu Alsace ET AUSSI France Bleu Elsass et soumises au vote du public sur le site internet de France Bleu.

En effet, pour choisir leur chanteur préféré, les auditeurs devront voter sur LA PAGE D’STIMME DE  FRANCE BLEU ELSASS .fr

Ils y trouveront les dix chansons et une vidéo de chaque enregistrement. Ces vidéos seront aussi mises en ligne jour après jour sur ma page Facebook.

Les votes seront ouverts à compter de début mars. Et à l’issue de ce vote, les trois chanteurs ayant  reçu le plus de voix, se produiront sur la scène des Tanzmatten pour la finale à Sélestat, le vendredi 31 mai à 20h30.

Ce concours est organisé par France Bleu Elsass et l’OLCA avec le partenariat du Crédit Mutuel, d’Orange, la SACEM, les Tanzmatten, la ville de Sélestat et France 3 Alsace.

PHOTOS ISABELLE DIETRICH SCHOEPFER,  HERVÉ DE HARO , RÉGINE JESSEL et ALBERT WEBER 

 

IMG_6156

IMG_6138

 

 

IMG_6143