Avec ses chansons aigres-douces teintées d’humour, voire d’auto-dérision l’excellent Benoît Dorémus a assuré la première partie du concert de Francis Cabrel ce mercredi 2 décembre 2015.

11231925_911487898932365_647120319701340055_o

12314652_911487955599026_6388901057751213436_o

Et il suscité de vifs applaudissements après chacune de ses chansons. Soit près d’une demie-douzaine de titres offerts avec une sacrée aisance, devant les 6 000 personnes venues pour Cabrel.

Le public a été conquis par cet auteur-compositeur-interprète-guitariste qui s’est livré avec audace et bonne humeur. L’assistance n’a pas boudé son plaisir face à celui qui est (encore) un illustre inconnu pour la plupart des passionnés de l’homme d’Astaffort.

12304435_911487988932356_6840335471388136813_o

SANS BARATIN ET AVEC PASSION

Puis place à un Cabrel en (très) grande forme, toujours aussi peu bavard entre deux chansons.

Ici pas de baration, pas de temps mort, mais un dosage à la fois subtil et efficace entre tubes d’antan (toutes revisitées avec de nouveaux arrangements) et chansons du dernier album.

Soit plus de deux heures de concert débuté par “La voix du crooner” et marqué par deux rappels. Et aussi par l’interprétation a capella de “Rosie” sans guitare : juste un homme, un micro et une voix.

Évidemment le public ne s’est pas gêné pour chanter … ce qui incité Cabrel a se taire plus d’une fois, laissant le public chanter à sa place.

Et une partie de l’assistance s’est même pressée devant la scène histoire d’être encore plus proche de cet artiste totalement indémodable et plus que jamais d’actualité.

12322853_911488235598998_4392774540758365727_o

COSTUME ALSACIEN POUR FREDDY KOELLA

Coup de chapeau aux trois choristes qui offrent une nouvelle couleur musicale à nombre de refrains de Cabrel, aussi bien les anciennes que les nouvelles.

Coup de chapeau aussi aux très efficaces musiciens, tel l’accordéoniste-pianiste Alexandre Léauthaud ou le guitariste-magicien Freddy Koella. Lequel s’est taillé un franc succès en arrivant sur scène – pour les rappels – vêtu d’un costume alsacien traditionnel !

De quoi faire sourire (mais oui ) Cabrel qui a précisé que Freddy est Alsacien ! Applaudissements garantis !

12309482_911490332265455_7783875034144499875_o

“IN EXTREMIS” : PERCUTANT DERNIER TITRE

Et c’était reparti pour une nouvelle série de chansons devant un public enthousiaste : terme sans doute trop faible pour qualifier l’ambiance à la fois survoltée et bonne enfant du Zénith.

Et pour finir, place à la chanson-titre du dernier album avec un “In extremis” offert avec fougue et … conviction.

Un titre-choc aux paroles si percutantes au sujet des langues et cultures régionales bafouées, entrées en clandestinité avant de renaître avec obstination. Des paroles qui ont visiblement touché Jacques Schleef, créateur du festival Summerlied assis à ma gauche.

Un peu plus tard, décontracté, bouteille d’eau à la main, et poignée de main franche et solide, Francis Cabrel s’est entretenu en coulisses avec diverses personnes dont les 12 jeunes artistes venus avec Jean-pierre Schlagg sous l’égide de Voix du Nord/ Voix du Sud comme en témoignent ces photos.

‪#‎VoixduSud‬

Albert Weber

12339258_911490418932113_5792138546190121711_o

12304435_911487988932356_6840335471388136813_o

12303916_911487855599036_6209970439875194906_o

Categories: Actualités
Mots-clés : ,

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>