En se produisant un seul soir au Forum Léo Ferré à Ivry, Rue de la Muette a retrouvé l’ambiance d’une salle où une certaine chanson de qualité est célébrée avec une détermination à toute épreuve.
Retour en photos et vidéos sur un intense concert offert par Patrick Ochs efficacement secondé par ses trois complices de Rue de la Muette : Vincent Mondy (clarinettes, saxophone), Gilles Puyfagès (accordéon) et Eric Jacquard (batterie).

PO 10396297_1519592324966871_8337510280074846142_n
Vendredi 28 novembre, Forum Léo Ferré. Rue de la Muette

« Peut-être bien, ça ira mieux demain » : un des titres les plus entrainants

Rue de la Muette, ce n’est pas un quatuor de soixante-huitards nostalgiques, accrochés à des refrains d’antan chers à la rive gauche.

Ici il n’y a d’ailleurs pas de rive car Patrick Ochs se joue avec malice des références tant musicale. Un artiste imposant de par sa stature, sa voix, et sa gestuelle aussi, et cependant d’une sensibilité à fleur de peau – une expression si souvent galvaudée – colorée d’humour et de bon sens. Et d’observations qui font mouche à propos de ces choses de la vie qui nous font rire et réfléchir, taper dans les mains et chanter aussi.

Ce soir-là au Forum Léo Ferré, l’assistance s’en donnera à cœur joie pour manifester son attachement à un répertoire alternant entre titres connus et refrains encore inédits, du moins sur album : N’allez pas au bal de la marine ; La vache qu’un garçon était en train de traire (Le boucher) ; L’assassinat ; Malaïka, Mendiants ; Ombres chinoises ; Petilou, etc.

Sans oublier La valse de Ray et Marvin qui évoquent respectivement Ray Charles et Marvin Gaye aux accents entraînants d’une Rue de la Muette fidèle à ses fondamentaux : voix percutante et douce à la fois, gestuelle aux grands bras, ombres chinoises (hélas peu en valeur dans la configuration scénique du Forum Léo Ferré).

Bref une de ces soirées qui aura fait le bonheur d’un public emballé par une diversité musicale sans guitares ni effets spéciaux, mais avec une sonorité des plus chaleureuses (clarinettes, batterie, accordéon, saxo).

Et bien sûr cette complicité appréciée et observée autant sur scène qu’en coulisses, lors du repas partagé avant le concert.

Car Rue de la Muette, ce n’est pas Patrick Ochs secondé par trois musiciens mais quatre personnalités bien affirmées, complémentaires et pas du tout englobées ou anesthésiées dans “un groupe monolithique”.

“Petitlou” au Forum Léo Ferré

PO 10511276_1520040651588705_4648746382533259805_n
Complices sur scène, amis loin des projecteurs
PO 10846435_1519592164966887_8163010868076166116_n
Percutant et sensible

OMBRES CHINOISES : LE 6ème ALBUM

Parmi les nombreux temps forts de ce concert au Forum Léo Ferré, mention spéciale pour La nuit je mens, un des titres majeurs d’Alain Bashung. Le timbre de voix de Patrick Ochs y prend un relief inattendu, sans mimétisme envers la version  originale A retrouver sur le nouvel album !

Et bien sûr La Muette à Drancy, chanson plus poignante que jamais. Et plus que jamais d’actualité.

Rendez-vous d’ici fin février pour découvrir le nouvel opus Ombres Chinoises.

A savourer sans hésitation.

PO 10422952_1519592298300207_7821098929397194010_n
Un artiste des plus intenses …

La Muette à Drancy :  chanson la plus connue de Rue de la Muette

 

Texte, vidéos et photos Albert WEBER

 

 

Patrick Ochs raconte Rue de la Muette : “Entre fête et émotion”

« Rue de la Muette depuis 1998…des répétitions dans des garages, des hangars, des cabanes de jardin, puis des concerts dans des bars, des cafétérias, des prisons, des supermarchés, des lieux alternatifs, des boîtes de nuit, des cinémas, des foyers d’accueils, des comités des fêtes, des maisons de quartiers, des collèges, des maisons des jeunes et de la culture, des théâtres subventionnés et luxueux, des festivals classieux déjantés, Nantes, Bastia, Lille, Bordeaux, Périgueux, Reims, Pornichet, Cannes, parfois pour les yeux aveugles d’une petite Marocaine nécessitant une opération urgente, parfois pour les rescapés du tsunami au Sri Lanka ; à Moscou au parc Taganskij le soir de la fête de la musique, l’accès de la scène entouré de policiers dans leurs uniformes faisait penser à ceux de l’armée rouge.

Un grand tatoué complètement bourré est monté sur la scène et m’a léché les pieds en hurlant Jude Jude… Juif, juif…, un soir à Berlin, moi fils de juif allemand, j’ai chanté ma chanson sur le camp de Drancy.

Un incroyable concert en Bulgarie au même programme que les filles de la star’academy accompagnées de types tellement bizarres avec leurs gueules de mafieux!

Une superbe tournée au Folk festival de Nanning en Chine, 6 concerts où 3000 Chinois reprenaient ensemble le refrain de « Ma mère traîne au café…. » : ça ira mieux demain…, cette chanson inspirée de « Boublechki » ce joli traditionnel yiddish que m’avait appris ma mère….
 
Rue de la muette est un groupe de chanson française java rock nourrie de musique klezmer, où se mélange l’univers du cirque et des fêtes foraines.
Contraste de textes désenchantés et de musique festive, morceaux rapides ou lents, le groupe aborde tous les registres et toutes les nuances.

Entre un instrumental à l’énergie balkanique et une chanson hommage aux déportés de Drancy, Rue de la Muette nous fait voyager entre fête et l’émotion… »

 

 

CD OCHS CREDIT PHOTOS
“Un album en quatuor”
CD OCHS TITRES
13 titres à découvrir

 

 

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>