Vendredi 29 juin 2018, les Tanzmatten de Sélestat ont accueilli pour la 2ème année consécutive la finale de D’Stimme.

Ce concours de chant en alsacien et en platt était organisé par France Bleu Elsass et l’OLCA, l‘Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle, et présenté par Pierre Nuss.

IMG_8242

Retour en photos et commentaires sur une soirée retransmise en direct et en vidéo sur le site de France Bleu Alsace :

un événement enraciné dans “la langue alsacienne”, expression reprise avec détermination face au public par Hervé de Haro, directeur de France Bleu Alsace et France Bleu Elsass.

26991851_1576100842471064_2032266478675246069_n
18 janvier : 1ère réunion du jury à France Bleu Elsass
 
870x489_11laureats-dstimme

RÉUNIONS DU JURY ET VOTES DU PUBLIC

Cette finale aura été le point d’orgue d’une série d’étapes …

A commencer par la sélection par le jury d’une dizaine de chansons sur l’ensemble des enregistrements envoyés à France Bleu Elsass : Cadillac Lilou (Aurélie Diemer) ; Katia Criqui ; Julien Hachemi (Julien Hmi) ; Mister Lucky (Luc Lemenu) ; Patrick Osowieki  ; Paddy K. (Patrick Kawski) ; Serge Rieger ; Arnaud Rosfelder (Arnaud Schnee) ; Stichling (Joseph Spinali) ; Gilbert Troendlé; Christophe Voltz.

L’absence de chanson en platt a été regrettée lors de la 1ère réunion du jury, le 18 janvier. 

Puis, du 20 mars au 30 avril, le public a voté sur la base des divers clips enregistrés par les 11 artistes à France Bleu Elsass.

Une 2ème réunion du jury tenant compte de cet avis populaire a mis en évidence, le 3 mai, trois talents en vue de la fameuse finale. D’où la participation de Serge Rieger, Lilou Cadillac et Julien Hachemi à la soirée du 29 juin aux Tanzmatten.

31912789_1690294674385013_1571132864039223296_o
Vue partielle du jury réuni à France Bleu Elsass le 3 mai

 

OLCA STIMME SCAN0006
Le vote du public comptait pour 1/3 dans la finale du concours

 SERGE RIEGER, JULIEN HACHEMI ET CADILLAC LILOU 

Avant d’aller plus loin, regardez bien cette photo prise dans le hall d’entrée des Tanzmatten peu avant l’arrivée des premiers spectateurs.

Vous y voyez Julien Hachemi en train de réaliser un selfie avec les deux autres finalistes et cette initiative résume bien ce qui s’est passé ce soir-là lors de la finale de la 2ème édition de D’Stimme.

IMG_7771
Et en place pour un selfie face à la webcam de Julien Hachemi !

 Cette photo est vraiment symbolique de ce qui s’est passé durant cette finale. Elle résume bien les deux approches artistiques mises en évidence durant la soirée.

Et sans nous égarer dans de longues comparaisons avec la célèbre “querelle des Anciens et des Modernes” ayant marqué en 1830 la représentation de Hernani, quelques réflexions s’imposent.

A l’époque, cette pièce de théâtre suscitait l’enthousiasme des uns et le rejet des autres.

Pourquoi ? Parce que Victor Hugo – alors âgé de 27 ans – y prenait nombre de libertés avec les strictes règles classiques : il était considéré comme un dérangeant rebelle bousculant des siècles de création théâtrale.

Et quel rapport avec la finale de D’Stimme ?

On en revient donc à la photo qui témoigne, elle aussi, d’un contraste dans la manière d’agir face à la webcam … et un peu plus tard par les diverses chansons interprétées par les trois finalistes sur la grande scène des Tanzmatten.

De plus, Julien Hachemi et Cadillac Lilou maîtrisent avec brio les nouvelles technologies alors que Serge Rieger est absent des réseaux sociaux….

 

IMG_7855

IMG_7870

IMG_7827

Car dans cette finale de chanson alsacienne, deux univers musicaux étaient en lice : c’est comme si Georges Brassens ou Guy Béart se retrouvaient dans une finale face à Grand Corps Malade ou Maître Gims.

Vu la différence de registre musical, comment “choisir” l’un au détriment de l’autre ?

Mais bon, il s’agissait d’un concours où le vote du public comptait pour un tiers et il a bien fallu se résoudre à un classement final.

IMG_8404

 

IMG_7831

IMG_8334

RÉPERTOIRES ENTRE “CLASSIQUE”  ET “MODERNE” …

Serge Rieger est-il trop classique dans les textes et refrains dont il est l’auteur-compositeur-interprète ?

Et Julien Hachemi trop moderne et trop décontracté dans ses chansons signées Christophe Voltz ?

Ces points de vue essentiellement concentrés sur les deux premiers finalistes,  je les ai entendus NOMBRE DE FOIS depuis cette finale ! 

Avec chaque fois des arguments qui en disent long sur le débat suscité par le classement final : “Je préfère Serge Rieger car il maîtrise bien l’alsacien et  je comprends tout ce qu’il chante…” … “Je préfère Julien Hachemi car il amène à la chanson alsacienne un incontestable renouveau.”.

IMG_7813

IMG_7798

Alors qui a raison et qui a tort ?

Une telle question n’a pas de sens car TOUT est possible dans la chanson alsacienne !

Et les deux chansons présentées par les trois finalistes témoignent efficacement de cette indispensable diversité de style, de présence scénique…

IMG_8165

IMG_8134

 Oui, TOUS les styles sont envisageables dans la chanson alsacienne et personne n’a le monopole de la “vérité” dans ce domaine.

Et c’est aussi ce qu’il faut, à mon sens, retenir des interventions tant parlées que chantées de Matskat, de Léopoldine HH et des Hopla Guys, l’énergique groupe de Benjamin Ludwig, sacrée bête de scène bondissant au gré des chansons qui ont fait lever le public.
 
Sans oublier le lauréat de la 1ère édition, Gaël Sieffert, compositeur des musiques et interprète des chansons en alsacien écrites par Christophe Voltz.

IMG_8393

IMG_8380

C’est certain, il est toujours dangereux de vouloir imposer un son de cloche, une vérité, une seule voie artistique. 

C’est sans doute une des grandes leçons à retenir de cette finale, non ?

A mon sens la chanson alsacienne a autant besoin de repères classiques que de relève. Et cela s’est manifesté durant cette finale autant par Serge Rieger que Julien Hachemi et Cadillac Lilou.

Et j’espère bien que la 3ème édition prévue en 2019 va, une fois de plus, mettre en évidence ce besoin d’une chanson alsacienne enracinée dans des créations aux multiples influences musicales.

Tout simplement à l’image d’une Alsace qu’il serait illusoire, voire malsain, de réduire à quelques clichés touristiques !

IMG_8051

IMG_8154

IMG_8373

 ET APRÈS LA FINALE 2018 ?

Bon, cette finale de l’édition 2018 fait désormais partie des souvenirs.

Serge Rieger est reparti avec son étoile en cristal de baccarat, un diplôme et et un enregistrement professionnel d’une de ses chanson en vidéo.

Oui cette année en guise de 1er prix la lauréat sera récompensé par un clip et non par l’enregistrement d’un album à 500 exemplaires comme en 2017 pour le lauréat Gaël Sieffert.

A noter que la sortie officielle du CD de Gaël Sieffert aura lieu à la Salle du Cercle à Bischheim le 26 avril 2019. Ce sera un album de six titres sur des musiques du lauréat 2017 et des textes de Christophe Voltz, sauf pour une chanson composée avec Jean-François Pastor

SIEFFERT IMG_6895-900x600
Printemps 2018 : enregistrement de l’album à France Bleu par Gaël et ses musiciens

Julien Hachemi et Cadillac Lilou ne sont pas repartis les mains vides puisque eux aussi ont leur étoile en cristal et un diplôme de participation à d’Stimme.

Et puis ?

Et que se passera-t-il d’autre au niveau de la chanson alsacienne pour ces artistes ?

J’espère que Julien Hachemin et Cadillac Lilou ne vont pas se contenter de leur participation à D’Stimme … et que leur participation va donner des idées et ds envies à d’autres artistes…

Quant au lauréat Serge Rieger, il chantera mercredi 11 juillet à la Boutique Orange Place Kléber.

Et il continuera à agir en faveur de la langue alsacienne avec la nouvelle génération, comme il l’a indiqué au moment de la remise des prix.

RIEGER ElsassJournal-9-A4-SD-15p

OLCA STIMME ORANGE scan

 

36064383_1750607331687080_6774961393591386112_n

Les trois finalistes ont fait la une de la publication de l’association Heimetsproch un Tradition.

C’est bien mais est-ce que les responsables de la programmation des salles d’Alsace vont s’intéresser un peu plus aux artistes chantant en alsacien ?

Une 3ème édition de D’Stimme est envisagée par France Bleu Elsass et l’OLCA dirigés respectivement par par Hervé de Haro et Isabelle Dietrich Schoepfer.

Peut-être même que la finale 2019 aurait lieu à Strasbourg. Cela reste à confirmer mais une évidence s’impose : la chanson alsacienne a plus que jamais besoin d’un tel concours qui met en relief des artistes de générations et de répertoires différents. 

IMG_9000 2
30 juin, 1er concert des Voix de la Liberté à Oswald. Hommage à Germain Muller par Jean-Pierre Schlagg rejoint par Gaël Sieffert et Julien Hachemi.

 Au lendemain de cette finale, durant le 1er concert des Voix de la Liberté, un hommage a été rendu à Germain Muller par Jean-Pierre Schlagg entouré par Gaël Sieffert et Julien Hachemi.

Assurément une autre image symbole d’une chanson alsacienne qui ne peut pas de contenter de ses illustres pionniers mais qui a besoin de relève pour continuer à exister. A (sur)vivre ?

Quant à la dernière chanson offerte au public à Sélestat, elle résume bien cette chanson alsacienne aux multiples visages : tous  les artistes se sont retrouvés pour chanter “Wildi Stimme”, un titre de Matskat enraciné dans “Rendez-vous des Voix Sauvages”, un spectacle mêlant musique et  danse … créé en 2014 au Festival Summerlied alors dirigé par son fondateur Jacques Schleef.

 

IMG_8359
Final de tous les artistes sur “Wildi Stimme” , chanson de Matskat 

 

 TEXTE ET PHOTOS ALBERT WEBER

VIDÉO  DE LA FINALE : 2 HEURES DE CONCERT À DÉCOUVRIR ICI

REPORTAGE DE RUND UM/ RÉGINE MIELLE SUR FRANCE 3 ALSACE : A VISIONNER ICI

ARTICLE SUR LA FINALE DE LA 1ERE ÉDITION EMPORTÉE PAR GAËL SIEFFERT : A LIRE ICI

OLCA STIMME scan0008

OLCA STIMME scan0009

 

 

IMG_8313

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>