CHANSON ALSACIENNE / D’STIMME : FINALE LE 31 MAI … ET APRÈS ?

La finale de la 3ème édition du concours D’Stimme aura lieu vendredi 31 mai à 20h30 aux Tanzmatten à Sélestat.

Cet événement résulte d’un efficace partenariat entre L’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle (OLCA) et France-Bleu Elsass dont le directeur, Hervé de Haro, quitte ses fonctions fin mai.

 
IMG_1145
Conférence de presse du lancement de D’Stimme 3 avec Félicien Muffler et Hervé de Haro (directeur des programmes et directeur de France Bleu Alsace/Elsass) et Isabelle Dietrich Schoepfer et Justin Vogel (directrice et président de OLCA)

La troisième édition du concours d’Stìmme, lancé en novembre dernier, a pour objectif une nouvelle fois de faire découvrir les nouveaux talents de la chanson en alsacien et en platt.

Dix chanteurs amateurs ont ainsi pu enregistrer une chanson qui a été diffusée sur France Bleu Alsace et France Bleu Elsass, et soumise aux votes des auditeurs.

 Cette liste de dix artistes a été établie par un jury composé d’artistes et de professionnels de la scène et des médias alsaciens  : Matskat, auteur-compositeur-interprète et président du concours; Isabelle Schoepfer (directrice de l’OLCA), Sylvie Bagnuls (représentante d’Orange), Hervé De Haro (directeur de France Bleu Alsace et France Bleu Elsass); Laurent Genvo (chargé de la communication de France Bleu); Albert Weber (journaliste); le chanteur  Robin Leon;  Clément Dorffer, animateur de France Bleu Elsass, Agnès Lohr, directrice du Festival Summerlied, Cathy Bernecker, comédienne.

 

IMG_6144
Vue partielle du jury réuni le 31 janvier dans les locaux de France Bleu Alsace

 JULIEN HACHEMI, CHARLOTTE VIX ET CHRISTINE WAMBST

La réunion de ce jury a fait l’objet d’un reportage de la journaliste Régine Wilhelm du jury pour l’émission RUND UM.

32 chansons en alsacien (et aucune en platt)  ont été écoutées par les jurés, et l’âge des candidats y variait entre 11 et 93 ans. 

De quoi donner matière à des chansons en alsacien présentées dans des registres très différents …

Pour cette finale, trois artistes seront donc en lice : Julien Hachemi, Charlotte Vix et Christine Wambst  (photos en début d’article).  Ils seront accompagnés par Matskat et ses musiciens : Christian Clua, Grégory Ott, Jean-François Untrau et Matthieu Zirn – ainsi que Robin Léon et Serge Rieger, le gagnant de la deuxième édition du concours.
 
Le public et le jury s’accorderont ce soir-là aux Tanzmatten pour désigner le vainqueur de l’édition 2019, qui se verra offrir son album ou un clip vidéo.
 

MEDIAS HERVÉ DE HARO Capture d’écran 2019-05-09 à 13.11.26

FRANCE BLEU ELSASS – OLCA : UN PARTENARIAT FONDAMENTAL

Cette finale se déroulera dans un contexte qui mérite d’être souligné.

En effet, comme annoncé le 4 mai dans les Dernières Nouvelles d’Alsace, Hervé de Haro quittera la société Radio France fin mai. Et donc y cessera ses fonctions de directeur de France Bleu Alsace et France Bleu Elsass, station diffusée via internet.

Ce départ est-il de nature à remettre en cause l’existence du concours de chanson alsacienne ?

L’arrivée d’un nouveau directeur ou d’une nouvelle directrice sera-t-elle synonyme de poursuite du partenariat entre l’OLCA et France Bleu ? 

Autant de questions qui méritent d’être posées sans tarder même si les réponses n’en sont pas encore connues…

La complicité tissée entre la directrice de l’OLCA,  Isabelle Dietrich Schoepfer, et le directeur de la radio, Hervé de Haro,  aura ÉVIDEMMENT été essentielle dans la conception et la mise en route du concours D’Stimme.

Il est vrai que depuis son arrivée à la tête de France Bleu Alsace et France Bleu Elsass en septembre 2016, Hervé de Haro a lancé une série d’initiatives destinées à rendre plus visible … ou plutôt plus audible, la langue alsacienne sur ces ondes et cela ne s’est pas limité à la chanson en alsacien.

J’espère évidemment que la finale du 31 mai aux Tanzmatten de Sélestat ne soit pas synonyme de fin de parcours pour ce concours.

La “sensibilité envers les réalités alsaciennes” de celle ou celui qui va succéder à Hervé de Haro sera un facteur ESSENTIEL dans la poursuite – voire la modification – de ce concours mettant en valeur la chanson alsacienne. Et aussi celle en platt même si les candidatures ont été très rares dans ce domaine là …

En attendant d’y voir plus clair, ne boudons pas le plaisir de retrouver tous ces talents réunis pour la 3ème édition de ce concours remporté en 2017 par Gaël Sieffert et en 2018 par Serge Rieger.

OLCA CP_concert_final_stimme_2019

ALBERT WEBER

 Vendredi 31 mai à 20h30 aux Tanzmatten à Sélestat, quai de l’Ill.

Entrée gratuite sur réservation obligatoire sur la billetterie en ligne ICI 

 

NICOLAS PEYRAC ET DEBORAH ELINA : LE PARI (RÉUSSI) DE PASCAL

Il est toujours réducteur, voire déplacé, d’apposer une indécollable étiquette sur un artiste qui a eu la chance de toucher un très large public avec une poignée de chansons.

Comme si le temps et surtout la mémoire collective étaient définitivement et irrémédiablement figés dans un passé que l’on a évidemment tendance à embellir.

IMG_9531

“SOUVENIRS, ATTENTION DANGER”

Ce sont sans doute les premières réflexions venues à l’esprit dimanche 28 avril dans la belle salle de l’EcRhin à Gambsheim, cité alsacienne mitoyenne du Rhin.

Une demi-douzaine de titres surgit spontanément en pensant à Nicolas Peyrac et ces souvenirs sont indéniablement liées à deux repères : un concert en première partie de Serge Lama, en 1976 au Palais des Congrès et de la Musique à Strasbourg, durant mes années d’étudiant au Centre universitaire de journalisme, et puis une formidable émission de radio animée par Bernard Vitry durant une heure en direct, dans un studio de la Place du Barachois à Saint-Denis de la Réunion en 1981.

Et c’est là que réside évidemment le danger : celui de vouloir s’en tenir, voire se réfugier dans le plaisir que l’on éprouvera en retrouvant les premiers succès de Peyrac.

 “Souvenirs attention danger” chantait Serge Lama … D’où l’importance de ne surtout pas se complaire dans un registre passéiste du genre “ah la chanson française c’était mieux avant, et les chansons c’était autre chose que ce qu’on entend ou qu’on écoute la radio … “

Le double concert de Gambsheim entre jeune artiste et talent confirmé offre une percutante réponse aux grincheux bloqués sur leurs tubes d’antan. Et cela d’autant plus que Nicolas Peyrac s’affirme aujourd’hui comme un auteur-compositeur-interprète plus que jamais passionné par l’écriture, comme il l’a si bien évoqué – avec conviction, voire émotion – en paroles et en musiques.

IMG_9435

 Ah… je me disais bien que Nicolas Peyrac n’est pas homme à se complaire dans le passé. A s’accrocher sans cesser à ces paroles et ces musiques qui ont séduit la France, et la vaste francophonie qu’il connait d’autant mieux pour avoir vécu une quinzaine d’années à Montréal, jusqu’en 1986, avant de s’établir en Bretagne.

Le rendez-vous proposé par Fréquence Verte était clair, et pas de doute sur “a règle du jeu”.

Ici pas de concert rétro à l’instar des fameuses tournées remplissant les Zéniths avec un bataillon d’artistes passés à la postérité pour un seul tube qu’ils chanteront jusqu’à leur dernier souffle.

A l’EcRhin, pas de “cirque Barnum” avec Peyrac !

Et j’emploie cette expression à dessein car il s’agit précisément des termes utilisés par l’extraverti dCookie Dingler – créateur de “Femme Libérée” – lors de ses deux récentes soirées “Carte Blanche” offertes avec une dizaine de musiciens et dans des registres fort variés au PréO d’Oberhausbergen.

IMG_9441

“ACOUSTIQUES IMPROVISÉES” EN TOUTE DÉCONTRACTION

“Les Acoustiques Improvisées de Nicolas Peyrac” : c’est donc le concept dans leque est très à l’aise cet attachant auteur-compositeur-interprète qui a conquis près de 200 personnes enthousiastes, un dimanche en fin d’après-midi.

Assurément un sacré pari lancé par Pascal Frank, directeur des programmes d’une radio spécialisée dans la chanson d’expression française, qu’elle provienne de l’Hexagone, du Québec ou d’ailleurs. 

Une guitare, une voix, et une chaise pour offrir un concert de près d’une heure et demie marqué par de nombreuses, très nombreuses et si belles surprises … je veux dire des chansons inconnues du grand public.

Pourquoi pareille ignorance ? Tout simplement car les nouvelles chansons de Peyrac sont oubliées, ignorées, rejetées par les désormais incontournables et dictatoriales play-lists de ceux qui font la pluie et le beau temps des radios commerciales et hélas également trop souvent de celles du service public.

 IMG_9438

“Suffit que tu oses” : c’est le titre du dernier album de Nicolas Peyrac qui n’a pas pu en assurer l’indispensable promotion, à cause de problèmes de santé qui l’ont obligé à fréquenter les blouses blanches et non pas les studios radios et les plateaux de télé.

C’était l’an dernier, et rien ne dit que ces chansons ne bénéficieront pas d’une seconde vie, d’une seconde chance dans le cadre d’un nouvel enregistrement, d’une nouvelle sortie.

C’est du moins une des perspectives évoquées par le chanteur durant ce concert guitare-voix entre refrains chantés et anecdotes partagées avec lucidité et bon sens. Et un regard teinté de recul face à son parcours artistique entre périodes de sur-médiatisation et années de silence.

IMG_9459

BIENVENUE CHEZ GUY BÉART ET HENRI SALVADOR

L’irrrésistible besoin de refuser les étiquettes, Nicolas Peyrac en a aussi parlé en évoquant la réductrice image publique de Guy Béart et Henri Salvador dont il a repris à chaque fois une chanson.

Qu’il est frustrant pour un artiste – et aussi pour un public en quête de nouveaux refrains  – de toujours s’en tenir à un ou deux tubes alors qu’un parcours est si souvent synonyme de création. En témoigne aussi le destin de Donovan, un artiste majeur pour Peyrac qui a parlé de son influence sur son inspiration ….

Ce (si compréhensible) refus de se laisser enfermer dans une seule chanson à succès me rappelle le concert de Michel Rivard à Capbreton, lors des inoubliables Déferlantes Francophones créées par Maurice et Françoise Segall. Le chanteur québécois est en effet connu en France pour “La complainte du phoque en Alaska” rendue célèbre par le groupe Beau Dommage dont il fut une des figures marquantes.

“Bon, je sais que vous l’attendez ! Alors je vais vous la chantez sans tarder, et puis ce sera fait. Et vous serez plus attentif aux autres chansons” avait lancé Rivard au public avant d’interpréter le fameux tube…

IMG_9437

BESOIN ET ENVIE D’ÉCRIRE

Le besoin et l’envie d’écrire aura été le fil rouge de ces Acoustiques offertes par Peyrac au gré de nombre de concerts, ici et là  à travers la France comme ce fut le cas en Lorraine à Boulange, lieu du concert précédant celui de Gambsheim.

Aujourd’hui, à quelques mois de ses 70 ans, Nicolas Peyrac cultive une évidente sagesse. Un art de vivre, de continuer à composer et à chanter pour les autres avec un unique souci : rendre heureux celles et ceux qui prennent le temps de le rencontrer et surtout de le (re)découvrir.

Car il s’agit bien de redécouverte quand on savoure chacune des chansons d’hier et d’aujourd’hui durant ces “acoustiques improvisées” semées d’anecdotes, de commentaires, de vérités lancées en toute décontraction. Parce que ça fait du bien d’écouter s’exprimer en toute liberté un artiste sur son parcours d’homme autant que sur sa trajectoire artistique.

UN SENS DE LA FORMULE QUI FAIT MOUCHE

Certes, comme il le raconte à Gambsheim, il ne boude pas son plaisir quand, durant son hospitalisation, Nolwen Leroy remet à la une de l’actualité artistique une de ses chansons les plus marquantes. Celle qui l’a fait sortir de l’anonymat en 1974 : : “So Far Away From L.A”.

A retrouver ICI dans une version en direct offerte dans l’émission Le Grand Studio de RTL et filmée en studio.

Ce concert, c’est tout simplement celui d’un ami que l’on retrouve en toute simplicité. Sans baratin, avec un timbre de voix que l’on reconnait d’emblée.

Reste un regret que je n’ai pas eu la présence d’esprit de partager à Nicolas Peyrac durant notre bref échange : celui de ne pas avoir mis à son répertoire la chanson sur Marylin Monroe, assurément un de mes titres préférés. Et aussi “Je pars” … que je pensais retrouver en fin de concert à Gambsheim…

Certes les années ont passé, mais l’artiste est demeuré égal à lui-même. Ni très extraverti ni très expressif, toujours un peu sur sa réserve. Avec un sens du détail, de la formule qui fait mouche. Un comportement sans doute motivé par l’envie de retenir l’attention des spectateurs bien plus par le verbe que la gestuelle.

IMG_9526

SURTOUT NE PAS LAISSER S’ENVOLER LA MÉLODIE DE “ET MON PÈRE”

Ici et là, comme pour “Le vin me soule”, Peyrac met le public à contribution. Histoire de ne pas se contenter de chanter mais aussi de susciter une certaine interaction.

En replaçant ses chansons – autant celles d’hier que ses plus récentes – dans le contexte de leur création, il offre un éclairage des plus instructifs à ceux qui ont envie d’en savoir plus sur la naissance de tel ou tel titre.

Et l’on imagine très facilement l’étudiant en médecine marchant d’un pas alerte dans la rue, avec en tête une mélodie qu’il ne fallait surtout pas laisser s’échapper. Donc surtout ne parler à personne et n’être interrompu par personne et rentrer précipitamment chez lui pour composer la musique de “Et mon père”, le 2ème tube sorti en 1975.

IMG_9544
Face au public debout et enthousiaste

 

RESTER DIGNE TOUT EN ÉTANT POPULAIRE

La dernière chanson du concert offre un superbe résumé de la carrière de Nicolas Peyrac, avec quantité d’allusions à ses chansons, à sa vie.

Si vous n’avez pas eu la chance de vous trouver à l’EcRhin, prenez donc le temps de retrouver l’artiste entre chansons et confidences sur France 3 Bretagne. 

C’était en décembre 2017, juste avant le lancement du nouvel album qui sera si compromis pour raisons de santé : une émission comme je les aime, quand on prend le temps de respecter son interlocuteur en lui donnant l’occasion de s’exprimer sur divers sujets liés ou non à ses chansons.

Près d’une heure entrecoupée de plusieurs séquences sur lesquelles il intervient, et toujours un repère qui aura toujours guidé son parcours depuis ses premiers pas de la célébrité :  “Rester digne tout en étant populaire”.

 

IMG_9422

DEBORAH ELINA – JONATHAN GOYVAERTZ : LA TALENTUEUSE COMPLICITÉ 

Impossible de parler de ce concert sans évoquer la première partie assurée avec brio par Deborah Elina.

En une demi-douzaine de titres, elle aura su retenir l’attention d’un public qui ne connaissait rien d’elle. Des spectateurs attentifs qui n’ont pas ménagé leurs applaudissements.

Autant de chansons à fleur de peau, sans esbroufe, teintées d’amour. Un répertoire qui en dit long sur une vie sans doute bien moins lisse que ne le laisse supposer son sourire … Des refrains pour (se) raconter via une poésie du quotidien et des sentiments qui font chaud au cœur et/ou qui obligent à se remettre en question.

Deborah Elina a séduit le public sans en rajouter, sans se forcer à plaire. Juste une talentueuse simplicité mise en relief avec sensibilité par celui qu’elle appellera après ce concert “mon fidèle pianiste très applaudi ” :  Jonathan Goyvaertz. 

Le  nom de cet efficace musicien aura été hélas noyé par les applaudissements saluant la chanteuse qui gagnerait sans doute à s’affirmer un peu plus sur scène. Pas grave, car cette auteure-compositrice-interprète a tout d’une grande : l’inspiration, le timbre de voix, et surtout l’inspiration pleine de nuances qui irrigue son répertoire.

Encore faut-il que les médias la suivent dans son évolution et ne la résument pas à sa collaboration avec Marc Lavoine … ou au clip “Les Bruits du coeur” inspiré du milieu médical et dans lequel apparait le médecin-animateur télé Michel Cymes.

IMG_9400

Capture d’écran 2019-05-01 à 09.58.54
Le 1er album a bénéficié d’une chronique détaillée sur le site de Claude Fèvre

 

“UN ALBUM PROFOND ET SÉDUISANT”

A Gambsheim, son tour de chant aura mis en relief les titres du CD “Les bruits du cœur”. Un premier album qui a incité Claude Fèvre au commentaire suivant sur son site “Chanter c’est lancer des balles”:

“Sans aucun doute Deborah Elina signe là un album profond, séduisant musicalement surtout si l’on songe à la plus jeune génération. Encore faudrait-il qu’il puisse l’atteindre ! Pour l’heure nous disons notre enthousiasme et notre impatience à découvrir ces chansons là en scène”.

 

PEYRAC FRANK DEBORAH 59407033_601928116956277_3907079195951366144_o
Photo parue sur la page Facebook de Pascal Frank

 

 “DEUX ARTISTES EN ADÉQUATION AVEC LA PROGRAMMATION DE FRÉQUENCE VERTE”

En somme mission accomplie pour cette grande première signée Pascal Frank, le directeur des programmes de Fréquence Verte : ” En proposant deux artistes sur scène avec Fréquence Verte, j’ai voulu être en adéquation avec notre programme radio. Créer la surprise avec des facettes parfois cachées d’un artiste reconnu Nicolas Peyrac Officiel, et proposer la découverte d’une jeune artiste pleine de talent Deborah Elina Perso .

Je suis ravi que dans l’article des Dernières Nouvelles d’Alsace tous deux soient mis en avant, que cette osmose ait été ressentie par P.K l’auteur de ce papier. Chacun dans ce spectacle a eu sa place, rien ne me pouvait me faire plus plaisir”.

Le prochain concert organisé par Pascal Frank sous l’éghide de Fréquence Verte est prévu le 19 octobre, tiujours à l’EcRhin de Gambsheim. Au programme la québécoise Diane Tell et … et une première partie assurée par un(e) artiste émergeant qui gagne assurément à être (re)connu.

PEYRAC DNA 58684794_10219481808019748_7989547989934800896_n
Dernières Nouvelles d’Alsace, 30 avril 2019

 

 TOUJOURS LE BESOIN D’ÊTRE ET NON DE PARAITRE

 

ALBERT PEYRAC 58755068_800562403661074_409747215842541568_n
Bref échange après le concert avec remise d’une copie de l’article paru en février dans Le Quotidien de la Réunion (Photo ANTOINE JACOB)

“Ah oui, j’avais vu cet article récemment paru sur Facebook” m’a-t-il lancé lors de notre bref échange, après le concert.

Cet article avait paru en février 1981 dans le supplément TV-Loisirs que j’avais alors créé au Quotidien de la Réunion. Et déjà à l’époque, au micro de Bernard Vitry et Claude Gruson, Nicolas Peyrac insistait sur cette pratique du matraquage d’une seule chanson au détriment des autres.

Un constat encore plus fracassant aujourd’hui … vu les nouvelles méthodes de médiatisation, l’importance des réseaux dit sociaux et l’incessante rotation d’une actualité qui se renouvelle sans cesse jour et nuit, notamment via les chaines d’infos permanentes.

Au fil des décennies, Nicolas Peyrac a vécu plusieurs vies entre plusieurs pays, plusieurs cultures. Reste une évidence : une authenticité nourrie du besoin d’être et non de paraître qui l’incite aujourd’hui plus que jamais à continuer à créer et à chanter alors que le système médiatique a totalement changé depuis les années 70.

Chapeau l’artiste !

ALBERT PEYRAC QUOTIDIEN DE LA RÉUNION FÉVRIER 1981 scan
Février 1981, Quotidien de la Réunion

 

ALBERT PEYRAC scan0003 IMG_9558

TEXTE ET PHOTOS ALBERT WEBER

CHRISTEL KERN : DE L’ED&N DE SAUSHEIM A M6 AVEC GAROU

Déterminée, convaincante, extravertie : Christel Kern est un personnage à part dans le milieu artistique d’Alsace.

Et à vrai dire il serait réducteur de résumer ses nombreuses initiatives à sa région d’adoption. En témoigne “Together, tous avec moi“, la nouvelle aventure dans laquelle elle s’est lancée : une émission diffusée sur M6 à partir du 30 avril 2019.

KERN GAROU 56956547_2138207896287358_7833867421298458624_o
En compagnie du chanteur québécois Garou

 Cette nouvelle étape de sa vie d’artiste, elle s’y engage avec deux autres créateurs connus en Alsace, voire bien au-delà.

De quoi s’agit-il au juste ?

“C’est avec grand plaisir que Morgan Spengler alias Champagne Mademoiselle,  Luc Arbogast et moi même avons le plaisir de vous annoncer notre participation au nouveau programme musical produit par EndemolShine et diffusé en prime time sur M6 pour 6 émissions à partir du 30 avril 2019″.

 KERN M6 57072600_2682595778433690_663258038446063616_n

AVEC MORGAN SPENGLER ET LUC ARBOGAST

Et l’auteure-compositrice-interprète de préciser :

“La production nous a sélectionnés pour devenir membre actif de ce jury éclectique: auteurs, compositeurs, chanteurs, comédiens, travestis, cabarettistes, coach vocaux, you-tubeurs, Djs, nombreuses célébrités, forment un jury hors normes, une première sur une chaîne française ! 

Nous sommes fiers de faire partie de ce programme et sommes heureux de vous communiquer notre enthousiasme, ressenti et avis au sujet de ce programme tout à fait sensationnel”.

KERN M6 IMG_0390
Christel Kern, Morgan Spengler et Luc Arbogast

Au-delà de ce communiqué de presse, quelques précisions s’imposent : il s’agit d’un concours de chant télévisé rassemblant 100 professionnels de la musique en France intitulé “Together, tous avec moi“.

Et Christel Kern en fait partie.

L’émission est enregistrée sous le parrainage du chanteur québécois Garou et présentée par le célèbre humoriste Eric Antoine.

Le gagnant de cette compétition haute en couleurs repartira avec 50 000 € pour développer son projet musical.

KERN M6 IMG_0389
En compagnie de Morgan Spengler et Luc Arbogast

 La participation de Christel Kern à cette émission d’envergure nationale va-t-elle lui offrir plus de visibilité ?

Comment va-t-elle se démarquer des autres artistes retenus pour ce fameux “Mur des 100″ ?

Drôles de questions ?

Pas vraiment à l’heure où les qualités artistiques d’un chanteur ou d’une chanteuse ne suffisent plus pour s’échapper de l’anonymat.

C’est le défi à relever en permanence pour cette créatrice dont le nouvel album, “A fleur d’âme” a été enregistré dans trois des plus grands studios d’Europe, entre Paris, Bruxelles et Londres.

KERN M6 Crédit photo - Lou Breton - M6
Les participants de l’émission Le mur des 100 prévue sur M6.

 

  “A FLEUR D’ÂME”, UN SUPERBE ALBUM DE 13 TITRES

Fin septembre 2017, je vous parlais ici, sur mon site d’informations, de ce que je qualifiais de “convaincante métamorphose” après avoir savouré un concert d’un peu plus d’une heure, sans temps mort, une quinzaine de titres.

Cette évidente métamorphose, elle résultait d’une belle collaboration entre la chanteuse et l’auteur/metteur en scène Lionel Courtot.

D’accord, il y a eu la satisfaction de découvrir Christel Kern sous un angle nouveau sur scène, le 29 septembre 2017 .

Et puis ?

Et puis il y a eu le superbe album de 13 titres dans lequel l’artiste s’est livrée au-delà de son personnage public. Avec ses doutes, ses envies, ses souvenirs … Au-delà de sa couleur fétiche qu’est le rose.

KERN 0014183345_10

Et Christel Kern a continuer sa vie d’artiste qui ne se résume pas, loin de là, à se produire sur scène. Mais c’est pourtant dans ce registre qu’elle est, à mon sens, le plus en accord avec elle-même.

Car sa passion, c’est évidemment de chanter. Encore et encore. Et si possible entourée d’une poignée de musiciens qui s’affirment parmi les pointures d’Alsace.

Voilà pourquoi – avec le recul nécessaire à prendre face à l’indispensable métamorphose de 2017 – il me semble important de vous parler ici d’une autre soirée marquante durant laquelle s’est affirmée avec encore pus d’impact le talent de cette artiste.

KERN EDEN 20190315-2130-DSC06832

SOUS LA DIRECTION MUSICALE DE GRÉGORY OTT

Oui, revenons au concert offert vendredi 15 mars dans la superbe salle de l’Espace Dollfus Et Noack couramment appelé ED&N ou EDEN à Sausheim. J’y étais et ce que j’ai vu ce soir-là a aussitôt suscité la réflexion suivante : un tel spectacle aurait du … ou plutôt  devrait être présenté dans d’autres villes en Alsace, voire ailleurs.

Il faut dire que ce soir là Christel Kern avait mis le paquet pour ce concert bénéficiant de prestigieux complices pour la direction vocale (Richard Cros), la mise en en scène (Thibaud Valérian), la direction musicale et les arrangements (Grégory Ott), la création lumières et la scénographie (Loïc Marafini) sans oublier celui qu’elle qualifie avec justesse de “magicien du son” :  Antony Bedez.

Ce concert a mis en évidence une chanteuse très à l’aise sur scène, et évoluant dans des registres très variés : une large palette entre refrain à fleur de peau et chansons entrainantes … textes enracinés dans un évident vécu et mélodies pour taper dans les mains et reprendre en choeur …

Les photos d’Alexander Sorokopud et les vidéos réalisées par Pierre Bacher et Mickaël Lefèvre confirment ce qui s’est produit ce soir-là durant cet événement co-produit avec L’EDEN avec le soutien de l’équipe de Côté artistiK. : assurément un moment magique.

KERN EDEN 20190315-2103-DSC08891-1

INNOVER ET SE REMETTRE EN QUESTION

Plaisir de chanter, de faire plaisir au public enthousiaste, de susciter des émotions (ah “La main de la mère” …)  de mettre de l’ambiance avec “Mon disque d’or” … dans une salle exprimant son bonheur … cela et d’autant plus que la chanteuse était entourée d’une poignée de musiciens aussi décontractés que talentueux  :  son complice de scène Jérôme Wolf (basse et contrebasse); Sylvain Troesch aux guitares; le batteur Jérôme Spieldenner et aussi  le pianiste Thibaud Lecluse, nouvelle recrue issue du conservatoire, repérée par Christel Kern.

Et comme si cette brochette de talents ne suffisait pas, le concert a également été marqué par l’intervention de plusieurs invités :  Grégory Ott (“mon frère de cœur“); le fabuleux guitariste Francky Reinhardt ; le saxophoniste Maxime Luck : (“pas assez sollicité à mon goût, un jeune qui a de l’avenir et une crème humainement“) ainsi que Lionel Galonnier (“dernier arrivé dans l’équipe magnifique percussionniste”).

Ce soir-là, Christel Kern a donné libre cours à tant de nuances de son inspiration d’auteur-compositrice-interprète en reprenant les chansons de son dernier album.

Mais ce n’est pas tout, car elle s’est aussi glissé dans la peau d’autres artistes en offrant au public trois reprises à vous donner le frisson : “Le prélude de Bach” cher à Maurane, la chanson “Ça ne tient pas debout” dont le vrai titre est “Christine” – une création de Christine and the Queens et “Une histoire d’amour” célébrée par nombre de voix féminines dont Dalida et Luz Casal.

C’est évident, le concert de Sausheim est loin.

Bien loin et cette soirée s’inscrit sans aucun doute parmi les temps forts du parcours artistique de Christel Kern.

Et c’est vrai que je la préfère dans ce registre de chanteuse plutôt que dans celle de jurée dans une émission de M6.

Mais bon,  le propre d’un artiste c’est d’innover, se remettre en question, avancer dans la vie, s’aventurer dans de nouvelles directions mais sans se renier, sans abandonner ce qui forge son authentique personnalité.

TEXTE ALBERT WEBER

PHOTOS LOU BRETON / M6 ET ALEXANDER SOROKOPUD (concert ED&N)

CHANSON EN ALSACIEN ET PLATT : 10 TALENTS POUR D’STIMME 3

Ca y est, les dix talents retenus pour l’édition 2019 du concours de chansons en alsacien ont  été révélés.

Coup de projecteur sur la 3ème édition mise sur pied comme les années précédentes par l’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle et France Bleu Elsass.

 

IMG_6154

50976859_10211780543343849_1264087211121311744_n

870x489_20190131_145651

L’annonce officielle des dix finalistes a eu lieu vendredi 1er février à 9h45 au micro de France Bleu Elsass par Félicien Muffler:

Cynthia COLOMBO

Frédérique GROER

Julien HACHEMI

Edouard HEILBRONN

Anne HERRSCHER

Lydie MITTELHAUSER

Jean-Luc ULRICH

Charlotte VIX

Christophe VOLTZ

Christine WAMBST  

 

scan

IMG_6167

IMG_6155

32 CHANSONS EN ALSACIEN ET PLATT

Le jury composé d’artistes et de professionnels de la scène et des médias alsaciens  : Matskat, auteur-compositeur-interprète et président du concours; Isabelle Schoepfer (directrice de l’OLCA), Sylvie Bagnuls (représentante d’Orange), Hervé De Haro (directeur de France Bleu Alsace et France Bleu Elsass); Laurent Genvo (chargé de la communication de France Bleu); Albert Weber (journaliste); le chanteur  Robin Leon;  Clément Dorffer, animateur de France Bleu Elsass, Agnès Lohr, directrice du Festival Summerlied, Cathy Bernecker, comédienne.

 

OLCA STIMME 3 50889782_10211780543423851_3661376550877528064_n

IMG_6167

860_20190131_145738

Dix candidats ont été retenus au terme de plus de deux heures et quart jeudi 31 janvier :  le temps de découvrir chaque chanson, de la noter sur divers critères (voir ci-dessus).

Puis chaque titre a été passé en revue et chaque juré a exprimé ses résultats lors d’un tour de table permettant de relever les notes de chaque juré.

32 chansons étaient annoncées au début de cette séance de travail à la fois studieuse et décontractée (mais oui c’est possible !).

L’âge des candidats varie entre 11 et 93 ans. et il y a vraiment eu des chansons dans des registres très différents, entre créations et reprises en alsacien et aussi en platt !

La journaliste Régine Wilhelm a réalisé un reportage sur cette rencontre du jury pour l’émission RUND UM.

IMG_6159

IMG_6160

OLCA STIMME 3 51318455_10211780543303848_3470210326786473984_n

ET MAINTENANT ? LE VOTE DU PUBLIC !

Les dix concurrents sélectionnés poursuivront l’aventure de d’Stimme par un enregistrement de leur chanson dans les studios de France Bleu Alsace début février, en présence de Matskat et de ses musiciens.

Ces chansons seront diffusées sur France Bleu Alsace ET AUSSI France Bleu Elsass et soumises au vote du public sur le site internet de France Bleu.

En effet, pour choisir leur chanteur préféré, les auditeurs devront voter sur LA PAGE D’STIMME DE  FRANCE BLEU ELSASS .fr

Ils y trouveront les dix chansons et une vidéo de chaque enregistrement. Ces vidéos seront aussi mises en ligne jour après jour sur ma page Facebook.

Les votes seront ouverts à compter de début mars. Et à l’issue de ce vote, les trois chanteurs ayant  reçu le plus de voix, se produiront sur la scène des Tanzmatten pour la finale à Sélestat, le vendredi 31 mai à 20h30.

Ce concours est organisé par France Bleu Elsass et l’OLCA avec le partenariat du Crédit Mutuel, d’Orange, la SACEM, les Tanzmatten, la ville de Sélestat et France 3 Alsace.

PHOTOS ISABELLE DIETRICH SCHOEPFER,  HERVÉ DE HARO , RÉGINE JESSEL et ALBERT WEBER 

 

IMG_6156

IMG_6138

 

 

IMG_6143 

 

MARIE CHEYENNE, CAMICELA : INTENSES ET AUTHENTIQUES

Oui, intenses et authentiques sont sans doute les mots qui définissent le mieux les deux artistes applaudies par une cinquantaine de personnes samedi 19 janvier à Erstein.

Une soirée sous le signe d’une chanson de caractère, aussi débridée qu’inspirée : le reflet de deux caractères déterminés.

 

IMG_5696

Coup de projecteur sur deux auteures-compositrices-interprètes assurément très différentes, et réunies dans le cadre de la Nuit de la Lecture à l’initiative de la Médiathèque d’Erstein et du label #14 Records de Joël Beyler.
 
Chansons douces-amères, drôles, féministes aussi : en 45 minutes, Marie Cheyenne vous embarque avec réalisme dans une vie pleine de surprises en tous genres aux  rebondissements vécus, subis et provoqués aussi.
 
Voilà le genre d’artiste qui mérite une audience plus large dans sa région d’adoption l’Alsace, voire plus loin. Mais pas évident de s’imposer dans ce milieu de la chanson quand on s’y aventure toute seule, ou presque.
 
IMG_5739

AVEC GEORGES BRASSENS ET VICTOR HUGO

Extrait de son EP “A plume de peau”, son titre “Les cowboys et les indiens” est une de mes chansons préférées.
 
Sans baratin et avec un sens aigu du détail, Marie Cheyenne raconte le temps qui s’enfuit inexorablement : un texte enraciné à la fois dans l’évocation de jeux d’enfants et dans une série de portraits brossés en quelques mots qui en disent long sur une certaine nostalgie d’une époque révolue.
 
Mention spéciale pour “Les nouveaux émigrants”, chanson qu’elle qualifie de “terriblement d’actualité” : le texte d’un poète juif des années 30 qu’elle a mis en musique.
 
Guitare et ukulélé se succèdent pour tisser un puzzle d’émotions et de sensations aux mélodies que n’aurait pas renié  Georges Brassens … dont elle reprend d’ailleurs une chanson aux paroles signées Victor Hugo.
 
Envie de découvrir cette chanteuse ? A retrouver en concert vendredi 15 février Au coin du bar au Zornhoff à Monswiller à 20h30 : une soirée organisée par “le barde alsacien” Armand Geber. Entrée libre.
 
IMG_5667 
 
IMG_5845

EN TOURNÉE AVEC MEDHI CAYENNE

Changement de registre avec Camicela à l’aise avec ses instruments (violoncelle, guitare, claviers) maitrisés avec talent et avec sa “pédale looper”.
 
De quoi colorer sans hésitation son répertoire tout en noir, entre coups de blues et coups de cœur, mélancolie et désespoir.
 
D’où un concert d’une heure offert par une artiste à fleur de peau aussi émouvante que décontractée … Avec chaque fois entre deux chansons, une brève “respiration” : une touche de décontraction qui me fait immédiatement penser aux interventions teintées d’humour de Valérian Renault entre deux chansons sombres du groupe Vendeurs d’Enclume.
 
A noter aussi l’interprétation toute en nuances de la fameuse chanson d’Anne Sylvestre : “Les gens qui doutent”. Le genre de refrain qui fait du bien car tout en se glissant dans l’atmosphère du texte, Camicela lui offre un relief particulier, pleine de force et de fragilité aussi.
 
IMG_5757
 

INCONTESTABLE MAITRISE DE LA LANGUE FRANÇAISE

Marie Cheyenne, Camicela : certes, voici deux chanteuses d’Alsace tellement différentes, tant par leur style que leur démarche artistique. La première travaille en solo et la seconde est un des talents du  label #14 Records.
 
Reste cependant un évident dénominateur commun :  une incontestable maîtrise de la langue française. S’y ajoute l’art de retenir l’attention de l’assistance avec des chansons non formatées : rien à voir avec des ritournelles consensuelles fabriquées artificiellement pour plaire au plus grand nombre. .
 
Cette soirée m’a permis d’apprendre que Camicela se produit du 24 janvier au 3 février à plusieurs reprises dans diverses salles en France : une initiative menée à bien sous l’égide du Mégaphone Tour avec le rappeur français Pih Poh et également Medhi Cayenne.
 
Cet attachant artiste franco-ontarien, j’ai eu la chance d’en apprécier l’inventivité et la décontraction en nombre de circonstances et sur des scènes de toutes tailles en Amérique du Nord, entre Ontario, Acadie, Québec.
 
Le Mégaphone Tour résulte d’un partenariat avec l’Ecole Nationale de la chanson de Granby dirigé par Bruno Robitaille, le Festival en chanson de Petite-Vallée d’Alan Côté et Marc-Antoine Dufresne et Musicaction.
 
Autre surprise de la soirée d’Erstein : en discutant avec Marie Cheyenne, j’ai découvert un point en commun entre elle et l’ami Eric Frasiak  : Bar-le-Duc, sa ville d’origine.
 
Bref une soirée pleine de belles découvertes avec deux artistes aux répertoires VRAIMENT originaux qui, à défaut de retenir l’attention des play-lists des radios nationales,  sont synonyme d’intensité et d’authenticité.
 
Hé oui, on en revient aux premiers mots de ce texte.
La boucle est bouclée.
Alors raison de découvrir de découvrir ces deux voix qui gagnent assurément tant à être (re)connues.
 
TEXTE ET PHOTOS ALBERT WEBER
 
IMG_5800

CONCERT UNIQUE A POUTAY : IL EST LIBRE PIERRE SCHOTT

Un concert qui vous prend au cœur, des paroles et des mélodies qui vous font décoller, des ambiances planantes offertes avec virtuosité et décontraction. Bienvenue chez Pierre Schott en concert unique – à tous les sens du terme – samedi 8 décembre à Poutay.

IMG_3293

Seul avec sa guitare et son fameux “looper” maitrisé avec brio, Pierre Schott a offert du bonheur à la cinquantaine de personnes d’un concert privé.

Privé car réservé aux membres du Club ouvert voici plus d’une année par Jaki Koehler à Poutay, près de Schirmeck, dans la vallée de la Bruche.

Du bonheur ?

Oui, car on sort d’un tel concert avec un sentiment de bien-être, une sensation de dépaysement, un ressenti plein de sérénité.

Prenez donc le temps d’écouter un seul des huit albums enregistrés entre 1992 et 2018 par cet auteur-compositeur- interprète d’Alsace et vous comprendrez de quoi je vous parle.

schott Capture d’écran 2018-12-09 à 19.22.19

 FAIRE PLAISIR ET SE FAIRE PLAISIR

Enraciné dans une vingtaine de titres puisés dans ses huit albums, le répertoire de ce soir-là à Poutay s’est aussi promené en toute liberté du côté de Hendrix et Marley pour des reprises “à la Schott”.

En l’occurrence des titres frôlant ou dépassant largement les 7 à 8 minutes. En prenant le temps de faire plaisir au public et de se faire plaisir aussi … en affichant une évidente satisfaction à prolonger une sorte d’état de grâce, ou d’état second quand on se laisse embarquer dans des ambiances aussi douces qu’intenses.

Débuté par “Le Blues des lagons bleus”, le concert s’est déroulé sur une vingtaine de titres en français et anglais, soit deux bonnes heures, face à un “chaleureux public sans oublier Christophe pour son sound system exceptionnel” comme précisé par l’artiste.

L’évidente complicité avec les spectateurs allait de pair avec une indéniable aisance scénique.

 Et c’est avec plaisir que je peux affirmer : « Le seul concert de Pierre Schott en 2018 ? J’y étais ! »

Oui c’est incroyable mais vrai : un des plus talentueux artistes d’Alsace s’aventure très peu, trop peu sur scène.

Pourquoi ?

Peut-être l’envie d’agir comme bon lui semble, sans pression de qui que ce soit. Et aussi une question de caractère car Schott aime tout simplement la liberté

IMG_3265

UN CRÉATEUR BIEN DANS SES BASKETS

C’est vrai qu’il “voyage en solitaire” dans le milieu artistique de sa région natale, exception faite de son active présence de trompettiste anonyme dans la Société de musique d’Entzheim.

Mais ceci est une autre facette de la, ou plutôt des passions musicales de cet artiste à l’âme d’artisan. Un créateur bien dans ses baskets, heureux de se balader quand ça lui chante dans un envoûtant univers qui lui colle si bien à la peau.

Et voilà pourquoi qu’on l’affuble si (et trop) souvent du surnom de “JJ Cale d’Alsace”.

Que voulez-vous ?

Pas évident de définir le “son Schott’ distillé album après album, d’où l’importance d’y offrir des éléments de comparaison. D’où la fameuse étiquette qui, plus que jamais, tient la route avec “GRINGO”, son dernier album sorti en avril 2018.

IMG_3266

Raft Olympia
Mars 1987. Olympa en 1ere partie de Niagara. Photo collections Pierre Schott et Christian Fougeron

 

SCHOTT-FOUGERON : A CHACUN SA VOIX/VOIE DEPUIS RAFT

“Il est libre Pierre Schott “?

Oui car il avance tout simplement EN TOUTE SÉRÉNITÉ selon son cœur et son inspiration.

Assurément une autre existence que celle de Christian Fougeron. Lui, il remplit les Zénith et autres scènes françaises suisses et belges avec ses camarades abonnés aux tubes des années 80.

Et, régulièrement, il fait danser l’enthousiaste public qui raffole du tube de Raft, le duo qu’il formait avec Pierre Schott.

Oui, à chacun son destin, et ces deux choix de vie sont totalement justifiés et justifiables. Car chacun a totalement raison de vivre sa vie d’artiste comme il veut ou comme il peut.

D’où cependant une interrogation.

Oui, qui peut affirmer que Christian Fougeron n’aurait pas, lui aussi, envie d’offrir ses nouvelles chansons au public ? Mais il est vrai que les refrains de la nostalgie attire évidemment bien davantage les foules que  les nouvelles chansons des  vedettes du Top 50, non ?

SCHOTT PIERRE scan

“LIBÉRATION” : DOUBLE PAGE CULTURE POUR “L’ALSACIEN DU NOUVEAU MONDE”

Une évidence s’impose. On peut compter sur les doigts d’une main les chanteurs et chanteuses d’Alsace qui ont inspiré une double page au journaliste-écrivain Bayon dans la rubrique Culture de “Libération” (23 mars 1998).

Hé oui !

Mais malgré l’abondante presse nationale suscitée par ses premiers albums solo, pas question de coller le mot “carrière” sur la vie de Pierre Schott.

Parlons plutôt de parcours artistique pour celui qui n’a jamais été intermittent du spectacle mais auteur-compositeur-interprète, même du temps de Raft.

IMG_3279

La première fois que je l’ai vu sur scène ?

C’était à Paris en 1988, lors de la réception du 14 juillet offerte par le Ministère des DOM-TOM dans ses vastes jardins du 7eme arrondissement. Le duo Raft s’y produisait dans une soirée à laquelle participaient aussi Zouk Machine et Tanya Saint-Val.

Puis nos routes se sont de nouveau croisées quelques années plus tard. Bien après “Y a qu’à danser” et “Femmes du congo” ….

A plusieurs reprises, les albums de Pierre Schott ont été mis en relief dans le trimestriel Chorus, les cahiers de la chanson.  En juin 1993, en guise de titre pour un portrait de deux pages, je l’avais surnommé « L’Alsacien du Nouveau Monde », allusion à son premier album solo.

Puis Chorus a aussi publié des chroniques de plusieurs opus : “Le nouveau monde” (janvier 1993), “Le retour à la vie sauvage” (mars 1995).

Et également et “Le milieu du grand nulle part” dans le numéro de juin 1998 avec à la une Alain Bashung pour un dossier de 22 pages et aussi un autre dossier consacré à Roger Siffer sur 5 pages. 

IMG_3249

PAS UN CHANTEUR, MAIS UN HOMME QUI CHANTE

Au fil des décennies, Pierre Schott est resté égal à lui-même avec l’envie de continuer à composer à jouer de la musique. Et à chanter quand il en a envie.  Sans se prendre la tête.

S’y ajoute évidemment le besoin de pédaler régulièrement sur les routes et chemins de France, y inclus divers cols de montagne. Sans doute histoire de se retrouver seul sur son vélo et de continuer à voyager en solitaire.

Hé oui, il est comme ça, et je crois bien qu’il n’est pas prêt de changer. Les enthousiastes du Club de Poutay ne s’y sont pas trompés avec cet artiste rare à tous les sens du terme.

 Car je crois bien que Pierre Schott n’est pas un chanteur mais un homme qui chante.

IMG_3331

 Texte et photos Albert WEBER

SITE DE PIERRE SCHOTT

PAGE FACEBOOK DU CLUB DE POUTAY

IMG_3344
Vue partielle du Club de Poutay

 

 

CD COLLECTIF “HINTERGRUND” : “L’INCROYABLE RICHESSE DE CETTE NOUVELLE VAGUE RHÉNANE”

“Une compilation originale en guise de 5ème album personnel” : pas de doute, ce nouveau CD joue la carte de l’originalité sous l’égide d’Olivier Félix Hoffmann qui assure la direction musicale et artistique d’un opus regroupant des “poètes, chansonniers et musiciens d’Alsace et d’ailleurs.

 

hintergrund DSC_6378
Festival Summerlied 2018. Gaël Sieffert et Julien Hachémi

Embarquement immédiat pour 68 minutes de chansons et de poésie en alsacien, allemand, français et anglais !

Sacrée aventure menée à bien par une poignée de créateurs mobilisés par une aventure où l’inspiration s’impose face au mercantilisme.

o scan0001 - copie  

18 TITRES ENTRE CHANSON ET POÉSIE

Au programme 18 titres parlés, chantés, récités, murmurés, repris en chœur par des voix pas nécessairement connues du grand public : Rémy Morgenthaler (président de l’association Heimetsproch un Tradition) ; Frank Domnik ; Jonathan Durrenberger & Thomas Guckholz ; Yves Rudio ; Séverine de Close ; Jean-Luc Siegler (également conseiller musical) ; Grégory Huck  & Dreyt Nien ; Barbara Stern ; Jean-Marc Wanner ; Brigitte et Michel Fuchs ; Bertrand Gatter, F. Slim Iwannek ; Nathalie Natwae Hoffmann ; Jean-Christophe Galen ; Christian Mary et bien sûr Olivier Félix Hoffmann.

OVH Hintergrùnd rondelle CD

Sans oublier trois artistes qui se sont imposés lors des récentes éditions du concours D’Stimme : les lauréats Gaël Sieffert (2017) et Serge Rieger (2018) ainsi que Julien Hachemi, un des trois finalistes 2018, l’autre étant Aurélie Diemer, alias Cadillac Lilou … hélas absente de cette compilation. Mais bon, il était évidemment impossible d’y mettre en valeur tous les talents qui auraient mérité d’y figurer.

o scan0002 - copie

 “Vous tenez entre les mains le manifeste d’une vie poétique alsacienne vivace et plurielle. Et même s’il manque bien sûr des noms à l ‘appel, comme le chanteur-poète mosellan Elvis Stengel ; le poète francique Ronald Euler, le poète bilingue haut-rhinois Jean-Christophe Meyer ; le chanteur-humoriste Christophe Voltz ; les chanteuses Isabelle Grussenmeyer ou Léopoldine HH ; les chanteurs Guillaume Deininger, Lionel Grob ou Yan Caillasse” lance OFH.

Et de préciser avec enthousiasme : « Vous remarquerez néanmoins l’incroyable richesse de cette nouvelle vague rhénane”. Entièrement d’accord, d’autant plus que cet album s’affirme par une priorité : celle de donner libre cours à l’imagination !

 

OFH & Natwae with Zachary RICHARD-1
Summerlied 2016. Olivier-Félix Hoffmann, Natwae et le cajun Zachary Richard 

 

 OLIVIER FÉLIX HOFFMANN :  INSPIRÉ ÉLECTRON LIBRE

Ici pas d’enregistrement réalisé en vue d’une stratégie destinée à séduire un très large public, quitte à renier un peu ou beaucoup son âme.

Pas du tout le genre d’Olivier Félix Hoffmann qui occupe assurément une place (très) à part dans la vie artistique et culturelle d’Alsace.

Surnommé l’Ethnopoète-chanteur, il s’aventure dans bien des domaines : auteur-compositeur-interprète folk, poète, photographe amateur diplômé en cinéma, il a participé à une quarantaine d’anthologies et nombre de revue ou journaux. A l‘instar des artistes mobilisés pour cet album, il crée en français, allemand, alsacien et anglais.

On le retrouve aussi tous les deux ans à Ohlungen au  Festival Summerlied : il y est responsable de l’Espace Poétique Patrick Peter ainsi nommé en mémoire du poète de Haguenau.

 

??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????
Festival Summerlied 2010. Avec Dinah Faust. Photo Franck Bariatinsky

 

 “La liberté ça s’assume ! Je suis un électron-libre on me l’a assez expliqué : trop “américain”, “amérindien” ou “World” pour faire partie des chanteurs dialectaux, trop alsacien pour d’autres contextes, trop Folk pour le monde Country…  Et trop poète (je dis et déclame même entre mes chansons en bar ou fête. Je fais comme j’ai envie, sans question de rentabilité, de comptes à rendre ou autre… Je suis heureux comme ça et aucune ambition à être connu ou à en faire un métier, j’aime juste pouvoir partager mes textes/chansons/photos”.

 C’est vous dire combien cet album de 18 titres sort des autoroutes du show-biz pour s’engouffrer sans hésitation sur les chemins de traverse : “La scène régionale visible est l’arbre cachant la forêt, de nombreux artistes orignaux restant (trop) souvent relégués à l’arrière-plan » souligne le directeur artistique et musical dont l’altruisme ne fait aucun doute : “Projet non-commercial s’il en est, ce collectif mêle poètes, chanteurs et musiciens d’Alsace et des alentours (Bade, Lorraine) dans un élan artistique solidaire et humaniste néo-rhénan. L’écologie, la volonté de paix, le respect des cultures y côtoient l’amour, l’amitié et la joie du partage”.

A scan0003

 

 UN ALBUM RÉALISÉ SANS SOUTIEN PUBLIC OU PRIVÉ

 Cet album n’a bénéficié d‘aucune subvention publique ou privée : “Chercher des sponsors aujourd’hui c’est galère et presque un boulot en soi” explique OFH.

Sur “Hìntergrùnd” sur 18 titres, on ne compte que cinq chansons/poèmes musicaux en alsacien plus une chanson au refrain alsacien et un tiers de dialecte dans le mix poétique final … Pas assez pour un éventuel soutien de L’OLCA, L’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle. “Mais il n’était évidemment pas ici question de se mettre à faire des calculs de quotas, ou de mettre des limitations” explique le producteur.

A scan0004

Donc il a fallu se débrouiller autrement pour produire les mille exemplaires de cet enregistrement. “Ce CD ce n’est pas seulement un investissement financier mais du temps avant, pendant et après. Ce qui est estimable financièrement c’est plus de 4000 € + 500 € SACEM, mais le temps n’est pas comptabilisable… Car cet album, ce n’est pas seulement un investissement financier mais du temps avant, pendant et après. Le tirage proprement dit (pressage/boitier/pochette) a été couvert à 90 % par les précommandes des participants, 30 % des frais de studio associatif aussi”.

 Et le reste alors ?

C’est là qu’interviennent OFH et sa structure “Honky Tonk Asso” sur laquelle repose une bonne part de la diffusion, à laquelle participe aussi chaque artiste qui fait connaitre et vend le CD de son coté … à l’exception de trois participants à l’album qui n’en ont pas commandé : chaque artiste était libre de se transformer en diffuseur, cette démarche était optionnelle.

IMG_4111
Festival Summerlied 2018. Grégory Huck

 

DES INÉDITS ENRACINÉS DANS UNE MULTITUDE DE LANGUES

 Au-delà de cet éclairage sur la réalisation concrète de cet album, une évidence s’impose : “C’est une compilation qui fera date en Alsace avec uniquement des inédits (versions ou morceaux). Et ce n’est pas tous les jours qu’un album mêle poètes, musiciens (aussi avec des instrumentaux) et chansonniers avec une multitude de langues” ajoute encore OFH, avant de mettre en relief le travail et l’engagement de Paco alias Francis Schneider.

A scan0007 - copie

 Cet écrivain, chanteur, dessinateur aura passé plus d’une centaine d’heures à réaliser le graphisme de cette œuvre collective. “Il aura mis son enthousiasme et son inventivité débridée de graphiste amateur à notre service. C’est grâce à Paco et au talentueux peintre-écrivain Pierre Koenig – qui a spécialement réalisé le tableau dont sont extraits les éléments graphiques –  que notre CD est devenu une véritable œuvre d’art dans la forme aussi, et pas seulement par le contenu”.

OVH Hintergrùnd Livret extrait Christian (livret 16 pages)

 “UNE TRENTAINE D’ARTISTES POUR UN OPUS UNIQUE”

A relever aussi le surprenant “Mix Poétique Tac” réunissant, en guise de final et dans une même dynamique Isabelle Loeffler, Serge Rieger, Rémy Morgenthaler, Christian Mary, Olivier Félix Hoffmann, Serge Rieger, Yves Rudio, Brigitte et Michel Fuchs.

Chapeau donc à cet album qui devrait retenir l’attention de ceux qui ont envie d’en savoir plus et de soutenir la création artistique et culturelle de leur région.  Et notamment celles et ceux qui aiment cliquer “j’aime” quand il est question de chanson d’Alsace sur Facebook.

 Je ne parle évidemment pas seulement de “chanson alsacienne” tant cette région abonde en talents qui ont envie et besoin de s’affirmer haut et fort.

A scan0007

 “ Une trentaine d’artistes sont intervenus pour réaliser cet opus unique” observe Olivier Félix Hoffmann, dont en arrière-plan aussi des artistes (re)connus comme Roland Engel, Daniel Muringer ou Jean-Luc Lamps & Joël B. Espesset.

 Un point de vue que je partage avec le souhait que vous aurez, à votre tour, envie de découvrir cet album aux nombreux talents. Et cela d’autant plus, comme évoqué par OFH que “certains de nos participants sont d’ailleurs en train de passer de l’arrière-plan à l’avant-scène, car durant le laps de temps qu’il aura fallu pour la réalisation de cet opus les lignes ont évidemment changé”.

o scan

 Et je me dis même que la 3ème finale du concours D’Stimme prévu aux Tanzmatten de Sélestat vendredi 31 mai devrait, d’une manière ou d’une autre, offrir une visibilité à cette compilation.

Un album synonyme de talents qui aspirent en toute logique à exprimer en paroles et en musiques leurs inspirations sans frontières linguistiques ni œillères artistiques.

A découvrir sans hésitation.

scan
Photo Raymond Stiegler

 

 Texte Albert Weber /  Photos Roland Asimus

Commande du CD  12 € à l’ordre de Honky Tonk asso

5A, rue du Camp 67240

Oberhoffen S/Moder

 

OVH Hintergrùnd les noms

 

 

ROLAND ENGEL : VIVE LA RENAISSANCE !

Coup de projecteur sur la nouvelle tournée de Roland Engel et ses amis musiciens et chanteurs débutée en Allemagne.

Depuis le 1er décembre et jusqu’au 6 janvier, une quinzaine de dates sont prévues à travers l’Alsace.

 

IMG_2871

IMG_2839

Chaque année durant l’Avent et dans le prolongement de Noël, puis durant la période précédent Pâques, Roland Engel propose des rendez-vous alliant chanson, conte, récit dans un esprit humaniste, fraternel.

Dimanche 2 décembre, j’ai eu grand plaisir la nouvelle création présentée sous le signe de “E Widergeburt in de Renaissance” (“Une renaissance au temps de la Renaissance”) en l’église protestante de Plobsheim : ” Voici un vieux moulin recouvert de neige. Abandonné. La roue est prise dans la glace. Les araignées ont tissé leurs toiles aux coins des fenêtres. Des hêtres lancent leur bras nus, décharnés vers le ciel gris. Pas une âme qui vive alentour. Que sont devenus le meunier et sa fille ? Et le valet ? “

IMG_2863

IMG_2836

 CONCERT EN ALSACIEN ET LIVRET EN FRANÇAIS

 C’est en alsacien qu’est présentée cette histoire de Noël imaginée par Lucie Aeschelmann …. mais pas de panique si vous maîtrisez pas toutes les subtilités de cette langue !
 
Un livret en français est remis aux personnes qui souhaitent en savoir plus sur ce récit mis en valeur par Isabelle Loeffler, Dany Franck et Sylvain Piron sur des airs de la Renaissance.
 
Guitare, flutes, harpe, mandole, mandoline, nyckelharpa, percussions, cromorne, psaltérion …. : autant d’instruments joués par les quatre artistes. Ils ont été présentés en fin de concert par le pasteur de Plobsheim, Daniel Priss, également connu comme musicien et chanteur.
 
IMG_2867
 
ENGEL Présentation(1)
 IMG_2857
 

“MES MULTIPLES IDENTITÉS PERSONNELLES !”

Je vous encourage vivement à découvrir cette histoire de Noël qui révèle, une fois de plus, les qualités de chanteur ET AUSSI de conteur de Roland Engel.
 
Après avoir été un des pionniers majeurs du renouveau de la chanson alsacienne dans les années 70, il s’est aventuré dans bien d’autres domaines artistiques et culturels comme en témoigne entre autres son dernier livre de CONTES, CHRONIQUES ET CONFIDENCES.
 
Et parmi ces confidences je vous recommande vive de lire le texte intitulé “MES MULTIPLES IDENTITÉS PERSONNELLES  ! Raison de plus de ne surtout pas réduire Roland Engel à un “chanteur alsacien” !
 
scan0003
 
scan0004
ENCORE 11 DATES EN ALSACE
 
- Vendredi 7 décembre à 20h15 : Église protestante d’Eckbolsheim
 
- Samedi 8 décembre à 19h30 : Église protestante de Harskirchen
 
- Dimanche 9 décembre à 10h30 : Église protestante de Mittelhausen
 
- Vendredi 14 décembre à 20h15 : Église protestante de Hoerdt
 
- Dimanche 16 décembre à 10h : Église protestante de Hoenheim
 
- Vendredi 21 décembre à 20h15 : Église protestante de Monswiller
 
- Samedi 22 décembre à 20h : Église protestante de Dahlhunden
 
- Dimanche 23 décembre à 10h : Église protestante d’Oberhoffen sur Moder
 
- Mercredi 26 décembre à 10h : Église protestante de Gerstheim
 
- Mercredi 26 décembre à 17h : Château du Liebfrauenberg à Goersdorf
 
- Dimanche 6 janvier à 11h : Église protestante de Bouxwiller
 
 
 
IMG_2834
IMG_2852
 Texte et photos ALBERT WEBER

MARCEL SOULODRE : LA VOIX DE JOHNNY CASH ? OUI MAIS PAS SEULEMENT …

Vendredi 9 novembre, près d’un demi-millier de personnes se sont régalées à chaque moment d’un concert qui fera date assurément dans la vie d’artiste de Marcel Soulodre.

Retour sur un événement qui aura fait intensément vibrer la grande salle de l’Illiade, à Illkirch-Graffenstaden, aux accents de l’entrainant répertoire de Johnny Cash.

suisse SOULODRE ILLIADE 45227963_2264426933591154_3431104774110445568_n

IMG_1646

 

 Pas de doute. Ce concert est le meilleur de tous ceux que j’ai eu la chance d’applaudir de cet auteur-compositeur-interprète originaire du Manitoba. Et cela des deux côtés de l’Atlantique car je connais Marcel Soulodre depuis pas mal d’années.

Nos routes se sont croisées pour la première fois en novembre 2003 au Nouveau-Brunswick.

C’était durant la Franco-Fête en Acadie et le chanteur y présentait des titres de sa composition lors d’une des nombreuses vitrines musicales organisées durant cet important événement artistique et culturel du Canada.

IMG_1633

 

IMG_1624

UN CONCERT DES PLUS MÉMORABLES

Et c’est avec une réelle satisfaction que j’ai appris, quelques années plus tard, qu’il venait de s’établir en Alsace … sans évidemment renier ou oublier ses racines francophones d’Amérique du Nord et notamment son cher Manitoba. Une des provinces canadiennes d’où est aussi originaire Daniel Lavoie hélas trop souvent pris pour un Québécois.

Ce vendredi soir de novembre, ce n’était pas la première fois que appréciais Marcel Soulodre dans son spectacle enraciné dans la vie et l’œuvre de Johnny Cash. Me revient notamment en mémoire un formidable concert de la même veine organisé le 23 mars 2018 dans la (très) belle salle voutée de Fegersheim : le Caveau.

 

IMG_1608

IMG_1563

L’ILLIADE, UN ENVIRONNEMENT EXCEPTIONNEL

Pourquoi ce concert a-t-il autant retenu mon attention ? 

A vrai dire pour plusieurs raisons concernant autant le fond et la forme de ce spectacle sans aucun temps mort. A commencer par son environnement : la salle de l’Illiade est  tout à fait propice pour apprécier un tel concert dans d’excellentes dispositions, tant au niveau de l’acoustique que du confort des sièges.

Dès les premières mesures de la première chanson, le public a réagi en tapant dans les mains, en accompagnant spontanément le chanteur-guitariste. Et c’est parti avec “Wanted Man”, premier titre du concert : une chanson de Bob Dylan offerte à Johnny Cash.

Autre atout de cette soirée, les jeux de lumière et les photos de Johnny Cash, de June Carter et également des pochettes de disques projetées en arrière plan. Pas de raz-de-marée d’images à vous faire tourner la tête, non juste ce qu’il faut.

Juste de quoi offrir aux spectateurs quelques repères d’une vie d’artiste avec ses hauts et ses bas évoqués par Marcel Soulodre d’une manière que je qualifierai de “nord-américaine” : un ton direct et efficace. Sans baratin, des mots qui font mouche. Un vocabulaire précis, quelques phrases et … on reprend une autre chanson.

Ici pas de longue et fastidieuse présentation du genre “bon maintenant je vais prendre le temps de vous expliquer la prochaine chanson qui  va vous parler de … “.

Pas de doute : Marcel Soulodre maîtrise à merveille son sujet.

Et il serait dommage que tant de connaissances et de bon sens pédagogique ne soient pas mieux mises en valeur, par exemple dans le cadre de conférences musicales présentées dans des médiathèques ou tout autre lieu propice à un si instructif voyage du côté de chez Johnny Cash.

 

IMG_1615

IMG_1661

CONVAINCANTE PARTICIPATION DE TARA ESTHER

Et puis il faut dire que les musiciens accompagnant interprète de “l’homme en noir” sont parmi les meilleurs d’Alsace, à commencer par celui que j’aime qualifier de “guitar-héro” : Jean-Paul Distel (telecaster, Dobro et chœurs). Également au rendez-vous sur la grande scène de l’Illiade Olivier Aslan (batterie et chœurs) et Lionel Ehrhart (basse et chœurs).

Bref une équipe aussi décontractée que percutante qui bénéficiait ce soir-là de la participation de Tara Esther, chanteuse TRÈS convaincante dans le rôle de June Carter, le grand amour de Johnny Cash.

Cette artiste, qui excelle dans des registres musicaux très variés, est aussi une passionnée du groupe ACDC. Et quand elle se met dans la peau de June Carter, en chantant en duo avec Marcel Soulodre, la complicité est vraiment totale. Et la magie opère : elle résulte de nombreuses répétitions et d’une passion commune pour l’univers de Johnny Cash.

IMG_1592

SOULODRE 20287044_1662572517109935_3725952617022432849_o
Manitobain de naissance, Alsacien de cœur (Photo collection Marcel Soulodre)

 

 LE PLUS ALSACIEN DES ARTISTES CANADIENS

Reste évidemment l’essentiel de ce mémorable concert : la présence, la voix, l’aisance scénique du plus alsacien des chanteurs canadiens.

Coup de chapeau des plus mérités à celui qui vit en Alsace … mais n’en continue pas moins de nourrir ses racines manitobaines. Et ça se sent dans sa manière de parler, de s’égarer ici et là dans des erreurs de sujet, de verbe ou d’article mais ça n’a pas d’importance. Ou alors bien au contraire : cette absence de maîtrise totale de la langue française, c’est finalement un atout de plus dans un tel concert.

Installé depuis 10 ans à Duppigheim, l’artiste n’a rien perdu de ses racines, et c’est tant mieux. Voici des années que Marcel Soulodre célèbre avec talent un répertoire rock et country tant avec son propre répertoire que des reprises de chansons l’ayant marqué depuis l’enfance.

Pas étonnant donc qu’en 2003 il se soit lancé dans la création du spectacle “Wanted Man, a tribute to Johnny Cash” qui fait honneur  au destin personnel et artistique de Johnny Cash. Et cette année-là, le décès de    L’Homme en Noir » va insuffler un incontestable élan sur nombre de scènes d’Amérique du Nord – de l’Alaska à la Floride – à celui qui se fait aussi appeler M. SOUL.

IMG_1534
Jean-Paul Distel et Marcel Soulodre

IMG_1692 

 UN RÉPERTOIRE D’UNE TELLE RICHESSE

Wanted Man (B. Dylan); Folsom – Cry Cry Cry- Big River (J.R. Cash) ; 5 Feet High & Rising (J.R. Cash) ; Tennessee Flat Top (J.R. Cash) ; Hey Porter (J.R. Cash) ; City Of New Orleans (Steve Goodman) ; Don’t Take Your Guns (J.R. Cash) ; I Got Stripes (trad arr. J.R. Cash) ; Ghost Riders (Stanley Jones) ; I Walk The Line (J.R. Cash) ; If I Were A Carpenter (Tim Hardin) ; Jackson (Billy Edd Wheeler & Jerry Leiber) ; It Ain’t Me Babe (Bob Dylan) ; Darling Companion (John Sebastion) ; Wildwood Flower( JP Webster & Maud Irving ; Keep On The Sunny Side(Ada Blenkhorn & J. Howard Entwisle) ; Peace In The Valley (Thomas A. Dorsey) ; Joshua Fit The Battle of Jericho (traditionnel) ; Daddy Sang Bass (Carl Perkins) ; Rose Of My Heart (Hugh Moffat) ; The Man Comes Around (J.R. Cash) ; Hurt (Trent Reznor), etc.

Quel répertoire offert ce soir-là à l’Illiade !

Quel enchainement de chansons qui incite le public à manifester son enthousiasme, son bonheur de savourer une soirée aux accents country. Avec une bonne vingtaine de chansons plus un pot-pourri de divers autres titres, Marcel Soulodre s’aventure avec délice dans un répertoire tellement riche.

Certains de ces refrains sont connus en France dans des “versions variétisées” … dont “City Of New Orleans” de Steve Goodman devenu “Salut les amoureux” de Jo Dassin sur des paroles de Claude Lemesle …  ou bien “If I Were A Carpenter ” de Tim Hardin repris par Johnny Hallyday (“Si j’étais un charpentier”) …

SOULODRE VDL 2 15 10945862_769038833177273_3280159929897232096_o
Marcel Soulodre au Zénith avec Les Voix de la Liberté

VDL ZENITH SOULODRE Capture d’écran 2018-11-18 à 00.50.09

AVEC LES VOIX DE LA LIBERTÉ AU ZÉNITH DE STRASBOURG

Bien qu’étant devenu un incontestable Alsacien de cœur, l’auteur-compositeur originaire de Winnipeg n’a pas encore trouvé sa vraie place dans le paysage artistique en Alsace.

Non pas qu’il soit boudé par les autres chanteurs et chanteuses, mais disons qu’il travaille en solitaire. Ou du moins avec une équipe des plus réduites (et des plus motivées) animée par Patricia Cully.

Certes, il était sur la scène du Zénith en 2015 pour Les Voix de la Liberté, le fameux concert suscité par Roger Siffer, Michel Reverdy et Jean-Pierre Schlagg . On le retrouve notamment sur le clip de “Die Gedanken sind frei/Liberté de penser” … et puis quoi d’autre ?

Plutôt que de poser des questions existentielles sur sa place dans la vie artistique de sa terre d’adoption, Marcel Soulodre agit. Il avance pas à pas sur les traces de Johnny Cash. Et il poursuit sa carrière entre France, Allemagne et Suisse avec détermination, accompagné par une poignée de très efficaces complices.

La talentueuse participation de Tara Esther m’incite à formuler un vœu : j’espère bien que ce duo d’artistes aura l’occasion de fouler d’autres scènes d’Alsace. Un point de vue partagé avec Pascal Frank, directeur des programmes de Fréquence Verte, revu avec plaisir à l’issue de ce concert, après avoir fait sa connaissance à celui de Christel Kern.

 

IMG_1698
Tara Esther en compagnie de Marcel Soulodre et Pascal Frank

 SOULODRE 41788407_2192329710800877_851146669914324992_n

PROJETS À VOLONTÉ POUR SALLES TROP FRILEUSES

Et j’espère aussi que Marcel Soulodre va revenir à l’Illiade dans un autre concert, un autre concept.

C’est évident. L’homme ne manque ni de ressources ni de projets.

Et il serait bien dommage de s’en priver dans les salles des deux départements d’Alsace … dont la plupart des programmateurs sont, hélas, trop frileux pour mettre en valeur des talents régionaux, quelque soient les genres musicaux et les langues utilisées, non ?

Cette frilosité des programmateurs à l’égard des artistes et groupes d’Alsace m’a incité, voici plusieurs mois, à intervenir un matin sur France Bleu Elsass, histoire de tirer une INDISPENSABLE sonnette d’alarme. Tant il est évident que l’Alsace est synonyme de talents dans tant de registres musicaux…

En témoigne avec brio le demi-millier de spectateurs venus au concert de l’Illiade : ils sont repartis avec une pêche d’enfer et des étoiles dans les yeux.

Bravo l’artiste ! 

TEXTE ET PHOTOS ALBERT WEBER

IMG_3312

IMG_1714

IMG_3357
Les concerts de Marcel Soulodre à l’affiche à la boutique Discobole à Colmar

 

 

LE BARABLI EN 3 ALBUMS ET UN LIVRET AVEC RONALD HIRLÉ ET JEAN-BAPTISTE MERSIOL

Le coffret de trois CD paru chez Frémeaux & Associés devrait être savouré par tous ceux qui, en Alsace ou ailleurs, s’intéressent à l’histoire artistique et culturelle de cette région dans laquelle s’enracinent dans de créateurs, et pas uniquement dans la chanson.

Coup de projecteur entre sketches et chansons sur le Barabli et sur deux de ses repères aussi inspirés qu’incontournables : Germain Muller et Mario Hirlé.

 Premier constat, et il est de taille.

Ce coffret résulte d’une efficace collaboration entre RONALD HIRLÉ (fils de Mario Hirlé et auteur du livret) et Jean-Baptiste Mersiol qui assure la direction artistique.

Une sacrée aventure humaine et technique aussi, comme l’explique Jean-Baptiste Mersiol  “La plupart des bandes ayant été perdues, nous avons utilisé les disques originaux. C’est une magnifique compilation réalisée grâce aux concours des héritiers Muller/Hirle”.

A la fin des sept pages abondamment illustrées du livret, Frémeaux & Associés remercie d’ailleurs  “pour leurs contributions à la réalisation de ce coffret” Ronald Hirlé et Jean-Baptiste Mersiol ET AUSSI Patrice Muller, fils de Germain et de Dinah Faust. laquelle est aussi remerciée dans ce texte sous le nom de Anne-Laure Muller.

 

JB RH IMG_4034
22 novembre 2017, Salle du Barabli, Ronald Hirlé et Jean-Baptiste Mersiol

 

MULLER G scan0021

UN INCONTESTABLE TRAVAIL D’ORFÈVRE RÉALISÉ EN STUDIO

Que dire de ce coffret de 42 titres, de la restittion des chansons, des monologues, des sketches ?

C’est incontestablement un travail d’orfèvre qui a été réalisé dans le studio de Jean-Baptiste Mersiol.

MULLER thumb_IMG_3095_1024

En prenant le temps de l’écouter, album après album, on est submergé par plein de sentiments : de l’émotion bien sûr en songeant à ces années Barabli qui ont tant marqué l’Alsace …

de l’enthousiasme pour la si grande diversité de sujets abordés par Germain Muller au fil des années et des revues satiriques …

de l’admiration pour l’inspiration de Mario Hirlé …

D’où ce constat signé Ronald Hirlé sur la complicité entre les deux créateurs : “Cet amour commun de l’Alsace, cette révolte partagée contre l’effritement du parler, de la culture des traditions de la terre natale ont fait la pérennité et la fécondité du tandem Germain Muller – Mario Hirlé. Paroles et musique du “Barabli” coulaient harmonieusement de la même source. Les deux amis restent inséparablement réunis dans tous ces airs qui chantent encore, et pour longtemps, dans la mémoire des Alsaciens, à commencer par les complaintes nostalgiques puisées aux racines de la province, “D’Alamanisch Wehmut” et surtout “Mir sin schins d’Letschte…”, ce poignant chant du cygne du dialecte alsacien”.

 

Enfin, redde m’r nimm devun” / Enfin n’en parlons plus” : l’unique pièce de Germain Muller écrite en 1979.

  

MULLER G LISTE REVUES scan0017 - copie

PIERRE KRETZ : “L’ÉNORME RÉSONANCE DU BARABLI DURANT PLUS DE 40 ANS”

Il faut VRAIMENT prendre le temps de replonger dans l’ambiance de ces revues dont la liste détaillée est bien mise en valeur dans le livret, de même que les références de TOUS les sketches textes signés Germain Muller et aussi de TOUTES les chansons aux paroles de Germain Muller et musiques de Mario Hirlé.

MULLER thumb_IMG_3098_1024

ASSURÉMENT toute une époque, qui inspire les réflexions suivantes à Pierre Kretz dans son livre “La langue perdue des Alsaciens” (Éditions Saisons d’Alsace, 1995) : “Germain a eu probablement dès le départ l’intuition de la mort prévisible du dialecte et des questions sur “notre” devenir que susciterait cette mort. 

Car le “nous” est présent dans “Redde MIR nimm devun” comme dans “MIR sen schienst d’letschde”. Il y a d’ailleurs quelque chose d’étrange à juxtaposer ces deux phrases clés de l’univers de Germain Muller. La première nous invite à oublier le passé, la seconde autoproclamée que nous n’avons aucun avenir en tant que peuple, que nous sommes les derniers, d’letschde, d’allerletschde. L’énorme résonance des spectacles du Barabli dans la région pendant plus de quarante ans démontre à quel point ils ont été le reflet de la mentalité dominante de ses habitants”

 

JB D F IMG_4048
22 novembre 2017. Salle du Barabli, Patrice Muller, Jean-Baptiste Mersiol et Dédé Flick

 

MULLER G scan0014
Une des pages du livret de Ronald Hirlé

 

“DE SAINT-LOUIS A WISSEMBOURG ET DE BÂLE A BADEN-BADEN”

“Une période qui n’existera plus jamais… ! “ affirme Ronald Hirlé qui se pose à juste titre une série de question :

“Germain a-t-il jamais voulu donner suite à quarante-deux années de succès d’une seule idée, d’un seul homme, porté au paroxysme par une équipe hors pair ?

Le public attendait qu’il prolonge son œuvre, or chaque auteur est unique alors que dire d’un créateur, qui est aussi l’acteur principal et fondateur de sa troupe ?

Durant près d’un demi-siècle, la troupe de comédiens se produisit une soixantaine de fois chaque année, de Saint-Louis à Wissembourg et de Bâle à Baden-Baden… La dernière revue de 1988, dépassa les cent représentations !”

 

DDF IMG_4043
22 novembre 2017. Dédé Flick devant son portrait dans la salle du Barabli, à côté de ceux de Roger Siffer et Jacques Martin

 

MULLER G scan0015
Extrait du livret de Ronald Hirlé

 

QUAND GERMAIN MILLER COMMANDAIT UNE CHANSON À ROGER SIFFER …

Et bien sûr Roger Siffer qui, dans sa fameuse Choucrouterie ouverte en 1984 perpétue chaque année la tradition de la revue satirique. 

 

BARABLI SIFFER Capture d’écran 2018-10-16 à 18.17.33
Roger Siffer durant une répétition du Barabli

 

Au Barabli la saison théâtrale débutait en décembre. Et Roger Siffer y sera sur scène durant deux saisons : 1970-71 et 1971 -72.

C’est en l’ayant vu dans une émission de télévision avec le poète du Sundgau Nathan Katz que Germain Muller invite Roger Siffer à le rejoindre au Barabli :  “Il a été mon père spirituel, je l’ai d’ailleurs perdu la même année que mon père naturel“.

Et c’est Germain Muller qui va lui suggérer d’écrire une chanson sur une winstub strasbourgeoise  … ce qui va inspirer à Roger Siffer l’idée d’un de ses titres les plus connus, “Mademoiselle Anne-Marie” : un bistrot de la vallée de Villé et non pas de Strasbourg !

“Primitivement, elle devait répondre à une “commande” de Germain Muller qui voulait un air à la gloire des Winstubs strasbourgeois où “il n’y a plus ni maoïste, ni gaulliste, ni jeune, ni vieux, où tout le monde s’entend bien”. Siffer lui a préféré le petit bistrot de quartier de Madame Anne-Marie à Triembach qui appartenait à la mère de son ami “de Neger Freddel”. Pôle d’attraction de tous les jeunes de Villé ou de Maisongoutte, on s’y retrouvait en permanence, soit pour recopier les devoirs, soit pour boire et chanter sur un air d’accordéon au cours de soirées interminables où le petit blanc coulait à flots.

Le bistrot de “Mademoiselle Anne-Marie” est ainsi devenu le berceau de l’inspiration de Siffer. La chanson est une évocation de ces “samstig’s owa” (samedis soirs) passés dans la bonne humeur, en même temps un hommage sur un air de valse, au winstub de son enfance” (Extrait de ” Follig Song un andri Lieder”, 1975)

 

1280px-Année_Germain_Muller_conférence_de_presse_Strasbourg_20_sept_2013_08
Jean-Pierre Schlagg, Dinah Faust et Rober Siffer

 

UN COFFRET À DÉCOUVRIR … ET A OFFRIR

Si ce coffret de trois albums vous a donné envie d’en savoir plus sur le Barabli et sur Germain Muller, plongez donc sans retenue dans la biographie de 510 pages de Bernard Jenny (Do Bentzinger Editons, 1997), dans le numéro spécial de la revue ”Saisons d’Alsace ” en mars 2014 : deux pistes de lecture parmi bien d’autres !

 S’y ajoute un très intéressant site de l’INA  divisé en six parties avec nombre de vidéos situées dans leur contexte historique : Homme aux multiples facettes ; Alsace ; L’homme de télévision; Sketches du Barabli; Chansons du Barabli ; Seul sur scène.

D’où ces quelques captures d’écran de vidéos à visionner … après avoir écouté les trois CD de ce coffret que je vous recommande sans hésitation : une formidable immersion qui permet sous le label Frémeaux et Associés, de mieux comprendre le Barabli, Germain Muller, Mario Hirlé, Dinah Faust et … tous les autres.

A savourer sans modération évidemment.

 
BARABLI DINAH DÉSIRÉ Capture d’écran 2018-10-16 à 15.41.17
Dinah Faust dans le rôle de Danielle Gilbert et Robert Breysach alias Désiré
 
BARABLI GM Capture d’écran 2018-10-16 à 15.45.34
Entretien de Germain Muller filmé à la Maison Kammerzel à Strasbourg

BARABLI HIRLÉ Capture d’écran 2018-10-16 à 15.47.23
Mario Hirlé à l’honneur sur le site de l’INA

 

La leçon d’alsacien pour les “femmes de l’intérieur”

 

BARABLI Capture d’écran 2018-10-16 à 15.29.07
De gauche à droite : André FLICK, Christiane CHAREL, Christian HAHN, Cathy BERNECKER, Jean-Pierre SCHLAGG, Elisabeth BEST, Michel PIERRAT, Anne WENGER, Charles LOBSTEIN.

 

 A DÉCOUVRIR AUSSI UNE “ANTHOLOGIE DU PATRIMOINE MUSICAL ALSACIEN “

Hé oui, Jean-Baptiste Mersiol n’est pas à sa première réalisation chez cet éditeur musical.

En effet, en 2017, “Frémeaux et Associés” a édité une “Anthologie du patrimoine musical alsacien” consacrée aux “musiques folkloriques et régionales” de la période 1953-2015. Déclinée sous la forme d’un coffret de deux CD, cette initiative était déjà signée Jean-Baptiste Mersiol, auteur-compositeur-interprète, arrangeur, ingénieur du son et créateur du Label Akoufène.  

Article à lire ICI  

TEXTES ET PHOTOS ALBERT WEBER

SITE DE FRÉMEAUX ET ASSOCIÉS

SCHLAAF BARABLI Capture d’écran 2018-10-16 à 15.33.52
Jean-Pierre Schlaag dans la peau d’un Alaman sur la scène du Barabli …

 

MULLER GERMAIN SHCLAGG JULIEN GAEL IMG_9000 2
.. et Place Kleber en juillet 2018 avec Julien Hachemi et Gaël Sieffert chantant “E Stickel Barabli” en hommage à Germain Muller

 

 
SCHLAAG GERMAIN CHANSON A scan0002
Un des 11 titres de l’album paru pour les 20 ans de carrière de Jean-Pierre Schlaag