MARIE CHEYENNE, CAMICELA : INTENSES ET AUTHENTIQUES

Oui, intenses et authentiques sont sans doute les mots qui définissent le mieux les deux artistes applaudies par une cinquantaine de personnes samedi 19 janvier à Erstein.

Une soirée sous le signe d’une chanson de caractère, aussi débridée qu’inspirée : le reflet de deux caractères déterminés.

 

IMG_5696

Coup de projecteur sur deux auteures-compositrices-interprètes assurément très différentes, et réunies dans le cadre de la Nuit de la Lecture à l’initiative de la Médiathèque d’Erstein et du label #14 Records de Joël Beyler.
 
Chansons douces-amères, drôles, féministes aussi : en 45 minutes, Marie Cheyenne vous embarque avec réalisme dans une vie pleine de surprises en tous genres aux  rebondissements vécus, subis et provoqués aussi.
 
Voilà le genre d’artiste qui mérite une audience plus large dans sa région d’adoption l’Alsace, voire plus loin. Mais pas évident de s’imposer dans ce milieu de la chanson quand on s’y aventure toute seule, ou presque.
 
IMG_5739

AVEC GEORGES BRASSENS ET VICTOR HUGO

Extrait de son EP “A plume de peau”, son titre “Les cowboys et les indiens” est une de mes chansons préférées.
 
Sans baratin et avec un sens aigu du détail, Marie Cheyenne raconte le temps qui s’enfuit inexorablement : un texte enraciné à la fois dans l’évocation de jeux d’enfants et dans une série de portraits brossés en quelques mots qui en disent long sur une certaine nostalgie d’une époque révolue.
 
Mention spéciale pour “Les nouveaux émigrants”, chanson qu’elle qualifie de “terriblement d’actualité” : le texte d’un poète juif des années 30 qu’elle a mis en musique.
 
Guitare et ukulélé se succèdent pour tisser un puzzle d’émotions et de sensations aux mélodies que n’aurait pas renié  Georges Brassens … dont elle reprend d’ailleurs une chanson aux paroles signées Victor Hugo.
 
Envie de découvrir cette chanteuse ? A retrouver en concert vendredi 15 février Au coin du bar au Zornhoff à Monswiller à 20h30 : une soirée organisée par “le barde alsacien” Armand Geber. Entrée libre.
 
IMG_5667 
 
IMG_5845

EN TOURNÉE AVEC MEDHI CAYENNE

Changement de registre avec Camicela à l’aise avec ses instruments (violoncelle, guitare, claviers) maitrisés avec talent et avec sa “pédale looper”.
 
De quoi colorer sans hésitation son répertoire tout en noir, entre coups de blues et coups de cœur, mélancolie et désespoir.
 
D’où un concert d’une heure offert par une artiste à fleur de peau aussi émouvante que décontractée … Avec chaque fois entre deux chansons, une brève “respiration” : une touche de décontraction qui me fait immédiatement penser aux interventions teintées d’humour de Valérian Renault entre deux chansons sombres du groupe Vendeurs d’Enclume.
 
A noter aussi l’interprétation toute en nuances de la fameuse chanson d’Anne Sylvestre : “Les gens qui doutent”. Le genre de refrain qui fait du bien car tout en se glissant dans l’atmosphère du texte, Camicela lui offre un relief particulier, pleine de force et de fragilité aussi.
 
IMG_5757
 

INCONTESTABLE MAITRISE DE LA LANGUE FRANÇAISE

Marie Cheyenne, Camicela : certes, voici deux chanteuses d’Alsace tellement différentes, tant par leur style que leur démarche artistique. La première travaille en solo et la seconde est un des talents du  label #14 Records.
 
Reste cependant un évident dénominateur commun :  une incontestable maîtrise de la langue française. S’y ajoute l’art de retenir l’attention de l’assistance avec des chansons non formatées : rien à voir avec des ritournelles consensuelles fabriquées artificiellement pour plaire au plus grand nombre. .
 
Cette soirée m’a permis d’apprendre que Camicela se produit du 24 janvier au 3 février à plusieurs reprises dans diverses salles en France : une initiative menée à bien sous l’égide du Mégaphone Tour avec le rappeur français Pih Poh et également Medhi Cayenne.
 
Cet attachant artiste franco-ontarien, j’ai eu la chance d’en apprécier l’inventivité et la décontraction en nombre de circonstances et sur des scènes de toutes tailles en Amérique du Nord, entre Ontario, Acadie, Québec.
 
Le Mégaphone Tour résulte d’un partenariat avec l’Ecole Nationale de la chanson de Granby dirigé par Bruno Robitaille, le Festival en chanson de Petite-Vallée d’Alan Côté et Marc-Antoine Dufresne et Musicaction.
 
Autre surprise de la soirée d’Erstein : en discutant avec Marie Cheyenne, j’ai découvert un point en commun entre elle et l’ami Eric Frasiak  : Bar-le-Duc, sa ville d’origine.
 
Bref une soirée pleine de belles découvertes avec deux artistes aux répertoires VRAIMENT originaux qui, à défaut de retenir l’attention des play-lists des radios nationales,  sont synonyme d’intensité et d’authenticité.
 
Hé oui, on en revient aux premiers mots de ce texte.
La boucle est bouclée.
Alors raison de découvrir de découvrir ces deux voix qui gagnent assurément tant à être (re)connues.
 
TEXTE ET PHOTOS ALBERT WEBER
 
IMG_5800

CONCERT UNIQUE A POUTAY : IL EST LIBRE PIERRE SCHOTT

Un concert qui vous prend au cœur, des paroles et des mélodies qui vous font décoller, des ambiances planantes offertes avec virtuosité et décontraction. Bienvenue chez Pierre Schott en concert unique – à tous les sens du terme – samedi 8 décembre à Poutay.

IMG_3293

Seul avec sa guitare et son fameux “looper” maitrisé avec brio, Pierre Schott a offert du bonheur à la cinquantaine de personnes d’un concert privé.

Privé car réservé aux membres du Club ouvert voici plus d’une année par Jaki Koehler à Poutay, près de Schirmeck, dans la vallée de la Bruche.

Du bonheur ?

Oui, car on sort d’un tel concert avec un sentiment de bien-être, une sensation de dépaysement, un ressenti plein de sérénité.

Prenez donc le temps d’écouter un seul des huit albums enregistrés entre 1992 et 2018 par cet auteur-compositeur- interprète d’Alsace et vous comprendrez de quoi je vous parle.

schott Capture d’écran 2018-12-09 à 19.22.19

 FAIRE PLAISIR ET SE FAIRE PLAISIR

Enraciné dans une vingtaine de titres puisés dans ses huit albums, le répertoire de ce soir-là à Poutay s’est aussi promené en toute liberté du côté de Hendrix et Marley pour des reprises “à la Schott”.

En l’occurrence des titres frôlant ou dépassant largement les 7 à 8 minutes. En prenant le temps de faire plaisir au public et de se faire plaisir aussi … en affichant une évidente satisfaction à prolonger une sorte d’état de grâce, ou d’état second quand on se laisse embarquer dans des ambiances aussi douces qu’intenses.

Débuté par “Le Blues des lagons bleus”, le concert s’est déroulé sur une vingtaine de titres en français et anglais, soit deux bonnes heures, face à un “chaleureux public sans oublier Christophe pour son sound system exceptionnel” comme précisé par l’artiste.

L’évidente complicité avec les spectateurs allait de pair avec une indéniable aisance scénique.

 Et c’est avec plaisir que je peux affirmer : « Le seul concert de Pierre Schott en 2018 ? J’y étais ! »

Oui c’est incroyable mais vrai : un des plus talentueux artistes d’Alsace s’aventure très peu, trop peu sur scène.

Pourquoi ?

Peut-être l’envie d’agir comme bon lui semble, sans pression de qui que ce soit. Et aussi une question de caractère car Schott aime tout simplement la liberté

IMG_3265

UN CRÉATEUR BIEN DANS SES BASKETS

C’est vrai qu’il “voyage en solitaire” dans le milieu artistique de sa région natale, exception faite de son active présence de trompettiste anonyme dans la Société de musique d’Entzheim.

Mais ceci est une autre facette de la, ou plutôt des passions musicales de cet artiste à l’âme d’artisan. Un créateur bien dans ses baskets, heureux de se balader quand ça lui chante dans un envoûtant univers qui lui colle si bien à la peau.

Et voilà pourquoi qu’on l’affuble si (et trop) souvent du surnom de “JJ Cale d’Alsace”.

Que voulez-vous ?

Pas évident de définir le “son Schott’ distillé album après album, d’où l’importance d’y offrir des éléments de comparaison. D’où la fameuse étiquette qui, plus que jamais, tient la route avec “GRINGO”, son dernier album sorti en avril 2018.

IMG_3266

Raft Olympia
Mars 1987. Olympa en 1ere partie de Niagara. Photo collections Pierre Schott et Christian Fougeron

 

SCHOTT-FOUGERON : A CHACUN SA VOIX/VOIE DEPUIS RAFT

“Il est libre Pierre Schott “?

Oui car il avance tout simplement EN TOUTE SÉRÉNITÉ selon son cœur et son inspiration.

Assurément une autre existence que celle de Christian Fougeron. Lui, il remplit les Zénith et autres scènes françaises suisses et belges avec ses camarades abonnés aux tubes des années 80.

Et, régulièrement, il fait danser l’enthousiaste public qui raffole du tube de Raft, le duo qu’il formait avec Pierre Schott.

Oui, à chacun son destin, et ces deux choix de vie sont totalement justifiés et justifiables. Car chacun a totalement raison de vivre sa vie d’artiste comme il veut ou comme il peut.

D’où cependant une interrogation.

Oui, qui peut affirmer que Christian Fougeron n’aurait pas, lui aussi, envie d’offrir ses nouvelles chansons au public ? Mais il est vrai que les refrains de la nostalgie attire évidemment bien davantage les foules que  les nouvelles chansons des  vedettes du Top 50, non ?

SCHOTT PIERRE scan

“LIBÉRATION” : DOUBLE PAGE CULTURE POUR “L’ALSACIEN DU NOUVEAU MONDE”

Une évidence s’impose. On peut compter sur les doigts d’une main les chanteurs et chanteuses d’Alsace qui ont inspiré une double page au journaliste-écrivain Bayon dans la rubrique Culture de “Libération” (23 mars 1998).

Hé oui !

Mais malgré l’abondante presse nationale suscitée par ses premiers albums solo, pas question de coller le mot “carrière” sur la vie de Pierre Schott.

Parlons plutôt de parcours artistique pour celui qui n’a jamais été intermittent du spectacle mais auteur-compositeur-interprète, même du temps de Raft.

IMG_3279

La première fois que je l’ai vu sur scène ?

C’était à Paris en 1988, lors de la réception du 14 juillet offerte par le Ministère des DOM-TOM dans ses vastes jardins du 7eme arrondissement. Le duo Raft s’y produisait dans une soirée à laquelle participaient aussi Zouk Machine et Tanya Saint-Val.

Puis nos routes se sont de nouveau croisées quelques années plus tard. Bien après “Y a qu’à danser” et “Femmes du congo” ….

A plusieurs reprises, les albums de Pierre Schott ont été mis en relief dans le trimestriel Chorus, les cahiers de la chanson.  En juin 1993, en guise de titre pour un portrait de deux pages, je l’avais surnommé « L’Alsacien du Nouveau Monde », allusion à son premier album solo.

Puis Chorus a aussi publié des chroniques de plusieurs opus : “Le nouveau monde” (janvier 1993), “Le retour à la vie sauvage” (mars 1995).

Et également et “Le milieu du grand nulle part” dans le numéro de juin 1998 avec à la une Alain Bashung pour un dossier de 22 pages et aussi un autre dossier consacré à Roger Siffer sur 5 pages. 

IMG_3249

PAS UN CHANTEUR, MAIS UN HOMME QUI CHANTE

Au fil des décennies, Pierre Schott est resté égal à lui-même avec l’envie de continuer à composer à jouer de la musique. Et à chanter quand il en a envie.  Sans se prendre la tête.

S’y ajoute évidemment le besoin de pédaler régulièrement sur les routes et chemins de France, y inclus divers cols de montagne. Sans doute histoire de se retrouver seul sur son vélo et de continuer à voyager en solitaire.

Hé oui, il est comme ça, et je crois bien qu’il n’est pas prêt de changer. Les enthousiastes du Club de Poutay ne s’y sont pas trompés avec cet artiste rare à tous les sens du terme.

 Car je crois bien que Pierre Schott n’est pas un chanteur mais un homme qui chante.

IMG_3331

 Texte et photos Albert WEBER

SITE DE PIERRE SCHOTT

PAGE FACEBOOK DU CLUB DE POUTAY

IMG_3344
Vue partielle du Club de Poutay

 

 

CD COLLECTIF “HINTERGRUND” : “L’INCROYABLE RICHESSE DE CETTE NOUVELLE VAGUE RHÉNANE”

“Une compilation originale en guise de 5ème album personnel” : pas de doute, ce nouveau CD joue la carte de l’originalité sous l’égide d’Olivier Félix Hoffmann qui assure la direction musicale et artistique d’un opus regroupant des “poètes, chansonniers et musiciens d’Alsace et d’ailleurs.

 

hintergrund DSC_6378
Festival Summerlied 2018. Gaël Sieffert et Julien Hachémi

Embarquement immédiat pour 68 minutes de chansons et de poésie en alsacien, allemand, français et anglais !

Sacrée aventure menée à bien par une poignée de créateurs mobilisés par une aventure où l’inspiration s’impose face au mercantilisme.

o scan0001 - copie  

18 TITRES ENTRE CHANSON ET POÉSIE

Au programme 18 titres parlés, chantés, récités, murmurés, repris en chœur par des voix pas nécessairement connues du grand public : Rémy Morgenthaler (président de l’association Heimetsproch un Tradition) ; Frank Domnik ; Jonathan Durrenberger & Thomas Guckholz ; Yves Rudio ; Séverine de Close ; Jean-Luc Siegler (également conseiller musical) ; Grégory Huck  & Dreyt Nien ; Barbara Stern ; Jean-Marc Wanner ; Brigitte et Michel Fuchs ; Bertrand Gatter, F. Slim Iwannek ; Nathalie Natwae Hoffmann ; Jean-Christophe Galen ; Christian Mary et bien sûr Olivier Félix Hoffmann.

OVH Hintergrùnd rondelle CD

Sans oublier trois artistes qui se sont imposés lors des récentes éditions du concours D’Stimme : les lauréats Gaël Sieffert (2017) et Serge Rieger (2018) ainsi que Julien Hachemi, un des trois finalistes 2018, l’autre étant Aurélie Diemer, alias Cadillac Lilou … hélas absente de cette compilation. Mais bon, il était évidemment impossible d’y mettre en valeur tous les talents qui auraient mérité d’y figurer.

o scan0002 - copie

 “Vous tenez entre les mains le manifeste d’une vie poétique alsacienne vivace et plurielle. Et même s’il manque bien sûr des noms à l ‘appel, comme le chanteur-poète mosellan Elvis Stengel ; le poète francique Ronald Euler, le poète bilingue haut-rhinois Jean-Christophe Meyer ; le chanteur-humoriste Christophe Voltz ; les chanteuses Isabelle Grussenmeyer ou Léopoldine HH ; les chanteurs Guillaume Deininger, Lionel Grob ou Yan Caillasse” lance OFH.

Et de préciser avec enthousiasme : « Vous remarquerez néanmoins l’incroyable richesse de cette nouvelle vague rhénane”. Entièrement d’accord, d’autant plus que cet album s’affirme par une priorité : celle de donner libre cours à l’imagination !

 

OFH & Natwae with Zachary RICHARD-1
Summerlied 2016. Olivier-Félix Hoffmann, Natwae et le cajun Zachary Richard 

 

 OLIVIER FÉLIX HOFFMANN :  INSPIRÉ ÉLECTRON LIBRE

Ici pas d’enregistrement réalisé en vue d’une stratégie destinée à séduire un très large public, quitte à renier un peu ou beaucoup son âme.

Pas du tout le genre d’Olivier Félix Hoffmann qui occupe assurément une place (très) à part dans la vie artistique et culturelle d’Alsace.

Surnommé l’Ethnopoète-chanteur, il s’aventure dans bien des domaines : auteur-compositeur-interprète folk, poète, photographe amateur diplômé en cinéma, il a participé à une quarantaine d’anthologies et nombre de revue ou journaux. A l‘instar des artistes mobilisés pour cet album, il crée en français, allemand, alsacien et anglais.

On le retrouve aussi tous les deux ans à Ohlungen au  Festival Summerlied : il y est responsable de l’Espace Poétique Patrick Peter ainsi nommé en mémoire du poète de Haguenau.

 

??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????
Festival Summerlied 2010. Avec Dinah Faust. Photo Franck Bariatinsky

 

 “La liberté ça s’assume ! Je suis un électron-libre on me l’a assez expliqué : trop “américain”, “amérindien” ou “World” pour faire partie des chanteurs dialectaux, trop alsacien pour d’autres contextes, trop Folk pour le monde Country…  Et trop poète (je dis et déclame même entre mes chansons en bar ou fête. Je fais comme j’ai envie, sans question de rentabilité, de comptes à rendre ou autre… Je suis heureux comme ça et aucune ambition à être connu ou à en faire un métier, j’aime juste pouvoir partager mes textes/chansons/photos”.

 C’est vous dire combien cet album de 18 titres sort des autoroutes du show-biz pour s’engouffrer sans hésitation sur les chemins de traverse : “La scène régionale visible est l’arbre cachant la forêt, de nombreux artistes orignaux restant (trop) souvent relégués à l’arrière-plan » souligne le directeur artistique et musical dont l’altruisme ne fait aucun doute : “Projet non-commercial s’il en est, ce collectif mêle poètes, chanteurs et musiciens d’Alsace et des alentours (Bade, Lorraine) dans un élan artistique solidaire et humaniste néo-rhénan. L’écologie, la volonté de paix, le respect des cultures y côtoient l’amour, l’amitié et la joie du partage”.

A scan0003

 

 UN ALBUM RÉALISÉ SANS SOUTIEN PUBLIC OU PRIVÉ

 Cet album n’a bénéficié d‘aucune subvention publique ou privée : “Chercher des sponsors aujourd’hui c’est galère et presque un boulot en soi” explique OFH.

Sur “Hìntergrùnd” sur 18 titres, on ne compte que cinq chansons/poèmes musicaux en alsacien plus une chanson au refrain alsacien et un tiers de dialecte dans le mix poétique final … Pas assez pour un éventuel soutien de L’OLCA, L’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle. “Mais il n’était évidemment pas ici question de se mettre à faire des calculs de quotas, ou de mettre des limitations” explique le producteur.

A scan0004

Donc il a fallu se débrouiller autrement pour produire les mille exemplaires de cet enregistrement. “Ce CD ce n’est pas seulement un investissement financier mais du temps avant, pendant et après. Ce qui est estimable financièrement c’est plus de 4000 € + 500 € SACEM, mais le temps n’est pas comptabilisable… Car cet album, ce n’est pas seulement un investissement financier mais du temps avant, pendant et après. Le tirage proprement dit (pressage/boitier/pochette) a été couvert à 90 % par les précommandes des participants, 30 % des frais de studio associatif aussi”.

 Et le reste alors ?

C’est là qu’interviennent OFH et sa structure “Honky Tonk Asso” sur laquelle repose une bonne part de la diffusion, à laquelle participe aussi chaque artiste qui fait connaitre et vend le CD de son coté … à l’exception de trois participants à l’album qui n’en ont pas commandé : chaque artiste était libre de se transformer en diffuseur, cette démarche était optionnelle.

IMG_4111
Festival Summerlied 2018. Grégory Huck

 

DES INÉDITS ENRACINÉS DANS UNE MULTITUDE DE LANGUES

 Au-delà de cet éclairage sur la réalisation concrète de cet album, une évidence s’impose : “C’est une compilation qui fera date en Alsace avec uniquement des inédits (versions ou morceaux). Et ce n’est pas tous les jours qu’un album mêle poètes, musiciens (aussi avec des instrumentaux) et chansonniers avec une multitude de langues” ajoute encore OFH, avant de mettre en relief le travail et l’engagement de Paco alias Francis Schneider.

A scan0007 - copie

 Cet écrivain, chanteur, dessinateur aura passé plus d’une centaine d’heures à réaliser le graphisme de cette œuvre collective. “Il aura mis son enthousiasme et son inventivité débridée de graphiste amateur à notre service. C’est grâce à Paco et au talentueux peintre-écrivain Pierre Koenig – qui a spécialement réalisé le tableau dont sont extraits les éléments graphiques –  que notre CD est devenu une véritable œuvre d’art dans la forme aussi, et pas seulement par le contenu”.

OVH Hintergrùnd Livret extrait Christian (livret 16 pages)

 “UNE TRENTAINE D’ARTISTES POUR UN OPUS UNIQUE”

A relever aussi le surprenant “Mix Poétique Tac” réunissant, en guise de final et dans une même dynamique Isabelle Loeffler, Serge Rieger, Rémy Morgenthaler, Christian Mary, Olivier Félix Hoffmann, Serge Rieger, Yves Rudio, Brigitte et Michel Fuchs.

Chapeau donc à cet album qui devrait retenir l’attention de ceux qui ont envie d’en savoir plus et de soutenir la création artistique et culturelle de leur région.  Et notamment celles et ceux qui aiment cliquer “j’aime” quand il est question de chanson d’Alsace sur Facebook.

 Je ne parle évidemment pas seulement de “chanson alsacienne” tant cette région abonde en talents qui ont envie et besoin de s’affirmer haut et fort.

A scan0007

 “ Une trentaine d’artistes sont intervenus pour réaliser cet opus unique” observe Olivier Félix Hoffmann, dont en arrière-plan aussi des artistes (re)connus comme Roland Engel, Daniel Muringer ou Jean-Luc Lamps & Joël B. Espesset.

 Un point de vue que je partage avec le souhait que vous aurez, à votre tour, envie de découvrir cet album aux nombreux talents. Et cela d’autant plus, comme évoqué par OFH que “certains de nos participants sont d’ailleurs en train de passer de l’arrière-plan à l’avant-scène, car durant le laps de temps qu’il aura fallu pour la réalisation de cet opus les lignes ont évidemment changé”.

o scan

 Et je me dis même que la 3ème finale du concours D’Stimme prévu aux Tanzmatten de Sélestat vendredi 31 mai devrait, d’une manière ou d’une autre, offrir une visibilité à cette compilation.

Un album synonyme de talents qui aspirent en toute logique à exprimer en paroles et en musiques leurs inspirations sans frontières linguistiques ni œillères artistiques.

A découvrir sans hésitation.

scan
Photo Raymond Stiegler

 

 Texte Albert Weber /  Photos Roland Asimus

Commande du CD  12 € à l’ordre de Honky Tonk asso

5A, rue du Camp 67240

Oberhoffen S/Moder

 

OVH Hintergrùnd les noms

 

 

ROLAND ENGEL : VIVE LA RENAISSANCE !

Coup de projecteur sur la nouvelle tournée de Roland Engel et ses amis musiciens et chanteurs débutée en Allemagne.

Depuis le 1er décembre et jusqu’au 6 janvier, une quinzaine de dates sont prévues à travers l’Alsace.

 

IMG_2871

IMG_2839

Chaque année durant l’Avent et dans le prolongement de Noël, puis durant la période précédent Pâques, Roland Engel propose des rendez-vous alliant chanson, conte, récit dans un esprit humaniste, fraternel.

Dimanche 2 décembre, j’ai eu grand plaisir la nouvelle création présentée sous le signe de “E Widergeburt in de Renaissance” (“Une renaissance au temps de la Renaissance”) en l’église protestante de Plobsheim : ” Voici un vieux moulin recouvert de neige. Abandonné. La roue est prise dans la glace. Les araignées ont tissé leurs toiles aux coins des fenêtres. Des hêtres lancent leur bras nus, décharnés vers le ciel gris. Pas une âme qui vive alentour. Que sont devenus le meunier et sa fille ? Et le valet ? “

IMG_2863

IMG_2836

 CONCERT EN ALSACIEN ET LIVRET EN FRANÇAIS

 C’est en alsacien qu’est présentée cette histoire de Noël imaginée par Lucie Aeschelmann …. mais pas de panique si vous maîtrisez pas toutes les subtilités de cette langue !
 
Un livret en français est remis aux personnes qui souhaitent en savoir plus sur ce récit mis en valeur par Isabelle Loeffler, Dany Franck et Sylvain Piron sur des airs de la Renaissance.
 
Guitare, flutes, harpe, mandole, mandoline, nyckelharpa, percussions, cromorne, psaltérion …. : autant d’instruments joués par les quatre artistes. Ils ont été présentés en fin de concert par le pasteur de Plobsheim, Daniel Priss, également connu comme musicien et chanteur.
 
IMG_2867
 
ENGEL Présentation(1)
 IMG_2857
 

“MES MULTIPLES IDENTITÉS PERSONNELLES !”

Je vous encourage vivement à découvrir cette histoire de Noël qui révèle, une fois de plus, les qualités de chanteur ET AUSSI de conteur de Roland Engel.
 
Après avoir été un des pionniers majeurs du renouveau de la chanson alsacienne dans les années 70, il s’est aventuré dans bien d’autres domaines artistiques et culturels comme en témoigne entre autres son dernier livre de CONTES, CHRONIQUES ET CONFIDENCES.
 
Et parmi ces confidences je vous recommande vive de lire le texte intitulé “MES MULTIPLES IDENTITÉS PERSONNELLES  ! Raison de plus de ne surtout pas réduire Roland Engel à un “chanteur alsacien” !
 
scan0003
 
scan0004
ENCORE 11 DATES EN ALSACE
 
- Vendredi 7 décembre à 20h15 : Église protestante d’Eckbolsheim
 
- Samedi 8 décembre à 19h30 : Église protestante de Harskirchen
 
- Dimanche 9 décembre à 10h30 : Église protestante de Mittelhausen
 
- Vendredi 14 décembre à 20h15 : Église protestante de Hoerdt
 
- Dimanche 16 décembre à 10h : Église protestante de Hoenheim
 
- Vendredi 21 décembre à 20h15 : Église protestante de Monswiller
 
- Samedi 22 décembre à 20h : Église protestante de Dahlhunden
 
- Dimanche 23 décembre à 10h : Église protestante d’Oberhoffen sur Moder
 
- Mercredi 26 décembre à 10h : Église protestante de Gerstheim
 
- Mercredi 26 décembre à 17h : Château du Liebfrauenberg à Goersdorf
 
- Dimanche 6 janvier à 11h : Église protestante de Bouxwiller
 
 
 
IMG_2834
IMG_2852
 Texte et photos ALBERT WEBER

MARCEL SOULODRE : LA VOIX DE JOHNNY CASH ? OUI MAIS PAS SEULEMENT …

Vendredi 9 novembre, près d’un demi-millier de personnes se sont régalées à chaque moment d’un concert qui fera date assurément dans la vie d’artiste de Marcel Soulodre.

Retour sur un événement qui aura fait intensément vibrer la grande salle de l’Illiade, à Illkirch-Graffenstaden, aux accents de l’entrainant répertoire de Johnny Cash.

suisse SOULODRE ILLIADE 45227963_2264426933591154_3431104774110445568_n

IMG_1646

 

 Pas de doute. Ce concert est le meilleur de tous ceux que j’ai eu la chance d’applaudir de cet auteur-compositeur-interprète originaire du Manitoba. Et cela des deux côtés de l’Atlantique car je connais Marcel Soulodre depuis pas mal d’années.

Nos routes se sont croisées pour la première fois en novembre 2003 au Nouveau-Brunswick.

C’était durant la Franco-Fête en Acadie et le chanteur y présentait des titres de sa composition lors d’une des nombreuses vitrines musicales organisées durant cet important événement artistique et culturel du Canada.

IMG_1633

 

IMG_1624

UN CONCERT DES PLUS MÉMORABLES

Et c’est avec une réelle satisfaction que j’ai appris, quelques années plus tard, qu’il venait de s’établir en Alsace … sans évidemment renier ou oublier ses racines francophones d’Amérique du Nord et notamment son cher Manitoba. Une des provinces canadiennes d’où est aussi originaire Daniel Lavoie hélas trop souvent pris pour un Québécois.

Ce vendredi soir de novembre, ce n’était pas la première fois que appréciais Marcel Soulodre dans son spectacle enraciné dans la vie et l’œuvre de Johnny Cash. Me revient notamment en mémoire un formidable concert de la même veine organisé le 23 mars 2018 dans la (très) belle salle voutée de Fegersheim : le Caveau.

 

IMG_1608

IMG_1563

L’ILLIADE, UN ENVIRONNEMENT EXCEPTIONNEL

Pourquoi ce concert a-t-il autant retenu mon attention ? 

A vrai dire pour plusieurs raisons concernant autant le fond et la forme de ce spectacle sans aucun temps mort. A commencer par son environnement : la salle de l’Illiade est  tout à fait propice pour apprécier un tel concert dans d’excellentes dispositions, tant au niveau de l’acoustique que du confort des sièges.

Dès les premières mesures de la première chanson, le public a réagi en tapant dans les mains, en accompagnant spontanément le chanteur-guitariste. Et c’est parti avec “Wanted Man”, premier titre du concert : une chanson de Bob Dylan offerte à Johnny Cash.

Autre atout de cette soirée, les jeux de lumière et les photos de Johnny Cash, de June Carter et également des pochettes de disques projetées en arrière plan. Pas de raz-de-marée d’images à vous faire tourner la tête, non juste ce qu’il faut.

Juste de quoi offrir aux spectateurs quelques repères d’une vie d’artiste avec ses hauts et ses bas évoqués par Marcel Soulodre d’une manière que je qualifierai de “nord-américaine” : un ton direct et efficace. Sans baratin, des mots qui font mouche. Un vocabulaire précis, quelques phrases et … on reprend une autre chanson.

Ici pas de longue et fastidieuse présentation du genre “bon maintenant je vais prendre le temps de vous expliquer la prochaine chanson qui  va vous parler de … “.

Pas de doute : Marcel Soulodre maîtrise à merveille son sujet.

Et il serait dommage que tant de connaissances et de bon sens pédagogique ne soient pas mieux mises en valeur, par exemple dans le cadre de conférences musicales présentées dans des médiathèques ou tout autre lieu propice à un si instructif voyage du côté de chez Johnny Cash.

 

IMG_1615

IMG_1661

CONVAINCANTE PARTICIPATION DE TARA ESTHER

Et puis il faut dire que les musiciens accompagnant interprète de “l’homme en noir” sont parmi les meilleurs d’Alsace, à commencer par celui que j’aime qualifier de “guitar-héro” : Jean-Paul Distel (telecaster, Dobro et chœurs). Également au rendez-vous sur la grande scène de l’Illiade Olivier Aslan (batterie et chœurs) et Lionel Ehrhart (basse et chœurs).

Bref une équipe aussi décontractée que percutante qui bénéficiait ce soir-là de la participation de Tara Esther, chanteuse TRÈS convaincante dans le rôle de June Carter, le grand amour de Johnny Cash.

Cette artiste, qui excelle dans des registres musicaux très variés, est aussi une passionnée du groupe ACDC. Et quand elle se met dans la peau de June Carter, en chantant en duo avec Marcel Soulodre, la complicité est vraiment totale. Et la magie opère : elle résulte de nombreuses répétitions et d’une passion commune pour l’univers de Johnny Cash.

IMG_1592

SOULODRE 20287044_1662572517109935_3725952617022432849_o
Manitobain de naissance, Alsacien de cœur (Photo collection Marcel Soulodre)

 

 LE PLUS ALSACIEN DES ARTISTES CANADIENS

Reste évidemment l’essentiel de ce mémorable concert : la présence, la voix, l’aisance scénique du plus alsacien des chanteurs canadiens.

Coup de chapeau des plus mérités à celui qui vit en Alsace … mais n’en continue pas moins de nourrir ses racines manitobaines. Et ça se sent dans sa manière de parler, de s’égarer ici et là dans des erreurs de sujet, de verbe ou d’article mais ça n’a pas d’importance. Ou alors bien au contraire : cette absence de maîtrise totale de la langue française, c’est finalement un atout de plus dans un tel concert.

Installé depuis 10 ans à Duppigheim, l’artiste n’a rien perdu de ses racines, et c’est tant mieux. Voici des années que Marcel Soulodre célèbre avec talent un répertoire rock et country tant avec son propre répertoire que des reprises de chansons l’ayant marqué depuis l’enfance.

Pas étonnant donc qu’en 2003 il se soit lancé dans la création du spectacle “Wanted Man, a tribute to Johnny Cash” qui fait honneur  au destin personnel et artistique de Johnny Cash. Et cette année-là, le décès de    L’Homme en Noir » va insuffler un incontestable élan sur nombre de scènes d’Amérique du Nord – de l’Alaska à la Floride – à celui qui se fait aussi appeler M. SOUL.

IMG_1534
Jean-Paul Distel et Marcel Soulodre

IMG_1692 

 UN RÉPERTOIRE D’UNE TELLE RICHESSE

Wanted Man (B. Dylan); Folsom – Cry Cry Cry- Big River (J.R. Cash) ; 5 Feet High & Rising (J.R. Cash) ; Tennessee Flat Top (J.R. Cash) ; Hey Porter (J.R. Cash) ; City Of New Orleans (Steve Goodman) ; Don’t Take Your Guns (J.R. Cash) ; I Got Stripes (trad arr. J.R. Cash) ; Ghost Riders (Stanley Jones) ; I Walk The Line (J.R. Cash) ; If I Were A Carpenter (Tim Hardin) ; Jackson (Billy Edd Wheeler & Jerry Leiber) ; It Ain’t Me Babe (Bob Dylan) ; Darling Companion (John Sebastion) ; Wildwood Flower( JP Webster & Maud Irving ; Keep On The Sunny Side(Ada Blenkhorn & J. Howard Entwisle) ; Peace In The Valley (Thomas A. Dorsey) ; Joshua Fit The Battle of Jericho (traditionnel) ; Daddy Sang Bass (Carl Perkins) ; Rose Of My Heart (Hugh Moffat) ; The Man Comes Around (J.R. Cash) ; Hurt (Trent Reznor), etc.

Quel répertoire offert ce soir-là à l’Illiade !

Quel enchainement de chansons qui incite le public à manifester son enthousiasme, son bonheur de savourer une soirée aux accents country. Avec une bonne vingtaine de chansons plus un pot-pourri de divers autres titres, Marcel Soulodre s’aventure avec délice dans un répertoire tellement riche.

Certains de ces refrains sont connus en France dans des “versions variétisées” … dont “City Of New Orleans” de Steve Goodman devenu “Salut les amoureux” de Jo Dassin sur des paroles de Claude Lemesle …  ou bien “If I Were A Carpenter ” de Tim Hardin repris par Johnny Hallyday (“Si j’étais un charpentier”) …

SOULODRE VDL 2 15 10945862_769038833177273_3280159929897232096_o
Marcel Soulodre au Zénith avec Les Voix de la Liberté

VDL ZENITH SOULODRE Capture d’écran 2018-11-18 à 00.50.09

AVEC LES VOIX DE LA LIBERTÉ AU ZÉNITH DE STRASBOURG

Bien qu’étant devenu un incontestable Alsacien de cœur, l’auteur-compositeur originaire de Winnipeg n’a pas encore trouvé sa vraie place dans le paysage artistique en Alsace.

Non pas qu’il soit boudé par les autres chanteurs et chanteuses, mais disons qu’il travaille en solitaire. Ou du moins avec une équipe des plus réduites (et des plus motivées) animée par Patricia Cully.

Certes, il était sur la scène du Zénith en 2015 pour Les Voix de la Liberté, le fameux concert suscité par Roger Siffer, Michel Reverdy et Jean-Pierre Schlagg . On le retrouve notamment sur le clip de “Die Gedanken sind frei/Liberté de penser” … et puis quoi d’autre ?

Plutôt que de poser des questions existentielles sur sa place dans la vie artistique de sa terre d’adoption, Marcel Soulodre agit. Il avance pas à pas sur les traces de Johnny Cash. Et il poursuit sa carrière entre France, Allemagne et Suisse avec détermination, accompagné par une poignée de très efficaces complices.

La talentueuse participation de Tara Esther m’incite à formuler un vœu : j’espère bien que ce duo d’artistes aura l’occasion de fouler d’autres scènes d’Alsace. Un point de vue partagé avec Pascal Frank, directeur des programmes de Fréquence Verte, revu avec plaisir à l’issue de ce concert, après avoir fait sa connaissance à celui de Christel Kern.

 

IMG_1698
Tara Esther en compagnie de Marcel Soulodre et Pascal Frank

 SOULODRE 41788407_2192329710800877_851146669914324992_n

PROJETS À VOLONTÉ POUR SALLES TROP FRILEUSES

Et j’espère aussi que Marcel Soulodre va revenir à l’Illiade dans un autre concert, un autre concept.

C’est évident. L’homme ne manque ni de ressources ni de projets.

Et il serait bien dommage de s’en priver dans les salles des deux départements d’Alsace … dont la plupart des programmateurs sont, hélas, trop frileux pour mettre en valeur des talents régionaux, quelque soient les genres musicaux et les langues utilisées, non ?

Cette frilosité des programmateurs à l’égard des artistes et groupes d’Alsace m’a incité, voici plusieurs mois, à intervenir un matin sur France Bleu Elsass, histoire de tirer une INDISPENSABLE sonnette d’alarme. Tant il est évident que l’Alsace est synonyme de talents dans tant de registres musicaux…

En témoigne avec brio le demi-millier de spectateurs venus au concert de l’Illiade : ils sont repartis avec une pêche d’enfer et des étoiles dans les yeux.

Bravo l’artiste ! 

TEXTE ET PHOTOS ALBERT WEBER

IMG_3312

IMG_1714

IMG_3357
Les concerts de Marcel Soulodre à l’affiche à la boutique Discobole à Colmar

 

 

LE BARABLI EN 3 ALBUMS ET UN LIVRET AVEC RONALD HIRLÉ ET JEAN-BAPTISTE MERSIOL

Le coffret de trois CD paru chez Frémeaux & Associés devrait être savouré par tous ceux qui, en Alsace ou ailleurs, s’intéressent à l’histoire artistique et culturelle de cette région dans laquelle s’enracinent dans de créateurs, et pas uniquement dans la chanson.

Coup de projecteur entre sketches et chansons sur le Barabli et sur deux de ses repères aussi inspirés qu’incontournables : Germain Muller et Mario Hirlé.

 Premier constat, et il est de taille.

Ce coffret résulte d’une efficace collaboration entre RONALD HIRLÉ (fils de Mario Hirlé et auteur du livret) et Jean-Baptiste Mersiol qui assure la direction artistique.

Une sacrée aventure humaine et technique aussi, comme l’explique Jean-Baptiste Mersiol  “La plupart des bandes ayant été perdues, nous avons utilisé les disques originaux. C’est une magnifique compilation réalisée grâce aux concours des héritiers Muller/Hirle”.

A la fin des sept pages abondamment illustrées du livret, Frémeaux & Associés remercie d’ailleurs  “pour leurs contributions à la réalisation de ce coffret” Ronald Hirlé et Jean-Baptiste Mersiol ET AUSSI Patrice Muller, fils de Germain et de Dinah Faust. laquelle est aussi remerciée dans ce texte sous le nom de Anne-Laure Muller.

 

JB RH IMG_4034
22 novembre 2017, Salle du Barabli, Ronald Hirlé et Jean-Baptiste Mersiol

 

MULLER G scan0021

UN INCONTESTABLE TRAVAIL D’ORFÈVRE RÉALISÉ EN STUDIO

Que dire de ce coffret de 42 titres, de la restittion des chansons, des monologues, des sketches ?

C’est incontestablement un travail d’orfèvre qui a été réalisé dans le studio de Jean-Baptiste Mersiol.

MULLER thumb_IMG_3095_1024

En prenant le temps de l’écouter, album après album, on est submergé par plein de sentiments : de l’émotion bien sûr en songeant à ces années Barabli qui ont tant marqué l’Alsace …

de l’enthousiasme pour la si grande diversité de sujets abordés par Germain Muller au fil des années et des revues satiriques …

de l’admiration pour l’inspiration de Mario Hirlé …

D’où ce constat signé Ronald Hirlé sur la complicité entre les deux créateurs : “Cet amour commun de l’Alsace, cette révolte partagée contre l’effritement du parler, de la culture des traditions de la terre natale ont fait la pérennité et la fécondité du tandem Germain Muller – Mario Hirlé. Paroles et musique du “Barabli” coulaient harmonieusement de la même source. Les deux amis restent inséparablement réunis dans tous ces airs qui chantent encore, et pour longtemps, dans la mémoire des Alsaciens, à commencer par les complaintes nostalgiques puisées aux racines de la province, “D’Alamanisch Wehmut” et surtout “Mir sin schins d’Letschte…”, ce poignant chant du cygne du dialecte alsacien”.

 

Enfin, redde m’r nimm devun” / Enfin n’en parlons plus” : l’unique pièce de Germain Muller écrite en 1979.

  

MULLER G LISTE REVUES scan0017 - copie

PIERRE KRETZ : “L’ÉNORME RÉSONANCE DU BARABLI DURANT PLUS DE 40 ANS”

Il faut VRAIMENT prendre le temps de replonger dans l’ambiance de ces revues dont la liste détaillée est bien mise en valeur dans le livret, de même que les références de TOUS les sketches textes signés Germain Muller et aussi de TOUTES les chansons aux paroles de Germain Muller et musiques de Mario Hirlé.

MULLER thumb_IMG_3098_1024

ASSURÉMENT toute une époque, qui inspire les réflexions suivantes à Pierre Kretz dans son livre “La langue perdue des Alsaciens” (Éditions Saisons d’Alsace, 1995) : “Germain a eu probablement dès le départ l’intuition de la mort prévisible du dialecte et des questions sur “notre” devenir que susciterait cette mort. 

Car le “nous” est présent dans “Redde MIR nimm devun” comme dans “MIR sen schienst d’letschde”. Il y a d’ailleurs quelque chose d’étrange à juxtaposer ces deux phrases clés de l’univers de Germain Muller. La première nous invite à oublier le passé, la seconde autoproclamée que nous n’avons aucun avenir en tant que peuple, que nous sommes les derniers, d’letschde, d’allerletschde. L’énorme résonance des spectacles du Barabli dans la région pendant plus de quarante ans démontre à quel point ils ont été le reflet de la mentalité dominante de ses habitants”

 

JB D F IMG_4048
22 novembre 2017. Salle du Barabli, Patrice Muller, Jean-Baptiste Mersiol et Dédé Flick

 

MULLER G scan0014
Une des pages du livret de Ronald Hirlé

 

“DE SAINT-LOUIS A WISSEMBOURG ET DE BÂLE A BADEN-BADEN”

“Une période qui n’existera plus jamais… ! “ affirme Ronald Hirlé qui se pose à juste titre une série de question :

“Germain a-t-il jamais voulu donner suite à quarante-deux années de succès d’une seule idée, d’un seul homme, porté au paroxysme par une équipe hors pair ?

Le public attendait qu’il prolonge son œuvre, or chaque auteur est unique alors que dire d’un créateur, qui est aussi l’acteur principal et fondateur de sa troupe ?

Durant près d’un demi-siècle, la troupe de comédiens se produisit une soixantaine de fois chaque année, de Saint-Louis à Wissembourg et de Bâle à Baden-Baden… La dernière revue de 1988, dépassa les cent représentations !”

 

DDF IMG_4043
22 novembre 2017. Dédé Flick devant son portrait dans la salle du Barabli, à côté de ceux de Roger Siffer et Jacques Martin

 

MULLER G scan0015
Extrait du livret de Ronald Hirlé

 

QUAND GERMAIN MILLER COMMANDAIT UNE CHANSON À ROGER SIFFER …

Et bien sûr Roger Siffer qui, dans sa fameuse Choucrouterie ouverte en 1984 perpétue chaque année la tradition de la revue satirique. 

 

BARABLI SIFFER Capture d’écran 2018-10-16 à 18.17.33
Roger Siffer durant une répétition du Barabli

 

Au Barabli la saison théâtrale débutait en décembre. Et Roger Siffer y sera sur scène durant deux saisons : 1970-71 et 1971 -72.

C’est en l’ayant vu dans une émission de télévision avec le poète du Sundgau Nathan Katz que Germain Muller invite Roger Siffer à le rejoindre au Barabli :  “Il a été mon père spirituel, je l’ai d’ailleurs perdu la même année que mon père naturel“.

Et c’est Germain Muller qui va lui suggérer d’écrire une chanson sur une winstub strasbourgeoise  … ce qui va inspirer à Roger Siffer l’idée d’un de ses titres les plus connus, “Mademoiselle Anne-Marie” : un bistrot de la vallée de Villé et non pas de Strasbourg !

“Primitivement, elle devait répondre à une “commande” de Germain Muller qui voulait un air à la gloire des Winstubs strasbourgeois où “il n’y a plus ni maoïste, ni gaulliste, ni jeune, ni vieux, où tout le monde s’entend bien”. Siffer lui a préféré le petit bistrot de quartier de Madame Anne-Marie à Triembach qui appartenait à la mère de son ami “de Neger Freddel”. Pôle d’attraction de tous les jeunes de Villé ou de Maisongoutte, on s’y retrouvait en permanence, soit pour recopier les devoirs, soit pour boire et chanter sur un air d’accordéon au cours de soirées interminables où le petit blanc coulait à flots.

Le bistrot de “Mademoiselle Anne-Marie” est ainsi devenu le berceau de l’inspiration de Siffer. La chanson est une évocation de ces “samstig’s owa” (samedis soirs) passés dans la bonne humeur, en même temps un hommage sur un air de valse, au winstub de son enfance” (Extrait de ” Follig Song un andri Lieder”, 1975)

 

1280px-Année_Germain_Muller_conférence_de_presse_Strasbourg_20_sept_2013_08
Jean-Pierre Schlagg, Dinah Faust et Rober Siffer

 

UN COFFRET À DÉCOUVRIR … ET A OFFRIR

Si ce coffret de trois albums vous a donné envie d’en savoir plus sur le Barabli et sur Germain Muller, plongez donc sans retenue dans la biographie de 510 pages de Bernard Jenny (Do Bentzinger Editons, 1997), dans le numéro spécial de la revue ”Saisons d’Alsace ” en mars 2014 : deux pistes de lecture parmi bien d’autres !

 S’y ajoute un très intéressant site de l’INA  divisé en six parties avec nombre de vidéos situées dans leur contexte historique : Homme aux multiples facettes ; Alsace ; L’homme de télévision; Sketches du Barabli; Chansons du Barabli ; Seul sur scène.

D’où ces quelques captures d’écran de vidéos à visionner … après avoir écouté les trois CD de ce coffret que je vous recommande sans hésitation : une formidable immersion qui permet sous le label Frémeaux et Associés, de mieux comprendre le Barabli, Germain Muller, Mario Hirlé, Dinah Faust et … tous les autres.

A savourer sans modération évidemment.

 
BARABLI DINAH DÉSIRÉ Capture d’écran 2018-10-16 à 15.41.17
Dinah Faust dans le rôle de Danielle Gilbert et Robert Breysach alias Désiré
 
BARABLI GM Capture d’écran 2018-10-16 à 15.45.34
Entretien de Germain Muller filmé à la Maison Kammerzel à Strasbourg

BARABLI HIRLÉ Capture d’écran 2018-10-16 à 15.47.23
Mario Hirlé à l’honneur sur le site de l’INA

 

La leçon d’alsacien pour les “femmes de l’intérieur”

 

BARABLI Capture d’écran 2018-10-16 à 15.29.07
De gauche à droite : André FLICK, Christiane CHAREL, Christian HAHN, Cathy BERNECKER, Jean-Pierre SCHLAGG, Elisabeth BEST, Michel PIERRAT, Anne WENGER, Charles LOBSTEIN.

 

 A DÉCOUVRIR AUSSI UNE “ANTHOLOGIE DU PATRIMOINE MUSICAL ALSACIEN “

Hé oui, Jean-Baptiste Mersiol n’est pas à sa première réalisation chez cet éditeur musical.

En effet, en 2017, “Frémeaux et Associés” a édité une “Anthologie du patrimoine musical alsacien” consacrée aux “musiques folkloriques et régionales” de la période 1953-2015. Déclinée sous la forme d’un coffret de deux CD, cette initiative était déjà signée Jean-Baptiste Mersiol, auteur-compositeur-interprète, arrangeur, ingénieur du son et créateur du Label Akoufène.  

Article à lire ICI  

TEXTES ET PHOTOS ALBERT WEBER

SITE DE FRÉMEAUX ET ASSOCIÉS

SCHLAAF BARABLI Capture d’écran 2018-10-16 à 15.33.52
Jean-Pierre Schlaag dans la peau d’un Alaman sur la scène du Barabli …

 

MULLER GERMAIN SHCLAGG JULIEN GAEL IMG_9000 2
.. et Place Kleber en juillet 2018 avec Julien Hachemi et Gaël Sieffert chantant “E Stickel Barabli” en hommage à Germain Muller

 

 
SCHLAAG GERMAIN CHANSON A scan0002
Un des 11 titres de l’album paru pour les 20 ans de carrière de Jean-Pierre Schlaag

 

FESTIVAL SUMMERLIED : HORIZON 2020

La clairière de la forêt d’Ohlungen a bien retrouvé sa tranquillité depuis la fin du 12ème Festival Summerlied organisé du 17 au 19 août 2018.

Coup de projecteur sur un des événements majeurs de la vie artistique et culturelle d’Alsace en partie enraciné dans la création régionale. 

AMBIANCE IMG_2996

AMBIANCE IMG_5301

Soyons francs : lundi 9 avril, durant la conférence de presse de  Summerlied 2018, je me suis posé bien des questions sur l’édition présentée sous le label «La parole aux cultures d’ici et d’ailleurs» et récupérée par le Grand Est.

NUMÉRO D’ÉQUILIBRISTE AU CLUB DE LA PRESSE

Oui, il y avait de quoi être troublé par les paroles de Pascal Mangin, président de la commission Culture de la région Grand Est. Ses propos ne m’ont pas étonné mais mis mal à l’aise. Notamment quand il se dédoublait, en insistant sur le soutien du Grand Est tout en jouant la carte de l’identité alsacienne du festival.

Ce numéro d’équilibriste réalisé au Club de la Presse de Strasbourg m’a laissé songeur et je me demandais comment le Grand Est allait s’afficher à Ohlungen.

Pour l’inauguration du 16 août, je n’ai pas été déçu en découvrant mon badge professionnel à porter avec un tour de cou répétant 8 fois (!) le logo du Grand Est également reproduit sur divers panneaux placés sur le site du festival.

Et sur les élogieuses vidéos sur écran géant à l’entrée de la forêt qui n’ont pas suscité d’attroupement, les visiteurs préférant savourer des tartes flambées sous les arbres.

AMBIANCE IMG_5090

« UNE FACETTE VIVANTE ET NON PASSÉISTE DE NOTRE CULTURE »

Ironie de cette récupération : Summerlied est fondé en 1997 par Jacques Schleef qui quitte la direction en 2015, avant de créer le «Club Perspectives Alsaciennes» !

En décembre 1998, dans le bulletin municipal d’Ohlungen, Jacques Schleef raconte : «Près de deux années se sont écoulées depuis nos premières démarches auprès de la municipalité pour mettre sur pied Les Nuits de la Chanson d’Alsace.

En 1998, la 2ème édition s’est vue enrichir d’un axe formation, offrant à un large public la possibilité de rencontrer des artistes, d’assister à des conférences et de participer à des ateliers de formation littéraire et musicale, souhaitant présenter une facette vivante et non passéiste de notre culture».

Dès la 1ère édition de Summerlied il reconnaît que «dans une région où l’identité culturelle est très affirmée, il est tout de même singulier de constater qu’aucun festival n’assure la promotion de la chanson en langue régionale. Il faudra très rapidement intégrer dans notre programme d’autres cultures» (DNA, 31 juillet 1997).

ELBACH FESTIVAL 1975

1975 : 1ER FESTIVAL DE LA NOUVELLE CHANSON ALSACIENNE À ELBACH

Pas étonnant : cela a toujours été le cas des festivals d’Alsace axés sur les talents régionaux. Nombre d’exemples en témoignent dont le 1er «festival de la nouvelle chanson alsacienne» en juin 1975 à Elbach dans le Sundgau.

On est alors en pleine explosion de la chanson alsacienne grâce à tant d’artistes et groupes qui, depuis les années 70, emboitent au précurseur Jean Dentinger, à l’origine du 1er disque enregistré par un auteur-compositeur-interprète alsacien.

Il le fera sous le pseudonyme de Jann Delsdorf avant d’être révélé au grand public par l’efficace pionnier Roger Siffer. Pas évident d’affirmer son identité alors que l’on est enfin sorti des années de culpabilisation via le slogan «c’est chic de parler français» !

DENTINGER 45 T DENTINGER scan0065

Venus de toute l’Alsace, du Territoire de Belfort, d’Allemagne et de Paris des milliers de personnes affluent à Elbach (DNA 10 juin 1975) !

La chanson alsacienne s’y affirme avec éclat grâce à tant de voix dont plusieurs ont été révélées aux soirées alsaciennes organisés à la Faculté de Lettres de Strasbourg par Richard Weiss.

Et pourtant ce festival d’Elbach ne se résume pas à des talents alsaciens. Y interviennent aussi des ambassadeurs d’autres identités : Occitanie (Marti) Bretagne (Gilles Servat) et Pays de Bade (Walter Mossmann).

ARMAND PETER SALLE CONRATH 034

« SCHELIGE SINGT IMMER NOCH » AVEC MORY KANTÉ

Même constat pour «Schelige singt immer noch». «La ville de Schiltigheim réunit les chanteurs d’Alsace» titre le dossier de presse de la 1ère édition d’avril 1980.

Au programme trois jours de festival avec François Brumbt, Jean Dentinger ; la troupe des Drapiers ; René Eglès ; Roland Engel ; le groupe Est ; le Folk de la Rue des Dentelles, le groupe Géranium ; Christian Hiéronimus ; Ginette Kleinmann ; Jean-Marie Koltès et Nicole Mouton ; D’Luchtiga Malker ; La Manivelle ; Germain Muller et Dinah Faust, Sylvie Reff ; Em Remes sini Band ; D’Scheligemer ; Roger Siffer ; Luc Schillinger ; le groupe D’Sonnebluem ; le groupe Torpédo ; Gérard Walter.

Quelle énumération synonyme de talents !

Et si nombre d’entre eux ne font plus de scène, certains de ces artistes ont chanté à Summerlied 2018. Après avoir été un efficace tremplin pour la chanson alsacienne, ce festival s’est de plus en plus ouvert à d’autres cultures dont Mory Kanté au 1987, lors de son ultime édition.

LIEDERBRUNNE JEAN MARIE LORBER ET JACQUES SCHLEEF IMG_5370
Jean-Marie Lorber et Jacques Schleef

 

 «LE BONHEUR D’ÊTRE ALSACIEN»

«Qu’est-ce qui fait courir Jacques Schleef et tous les autres  ?». C’est la question posée dans un entretien de 2 pages (Land un Sproch n° 175 été 2010) : «L’envie de m’engager, pour essayer de rendre à l’Alsace un peu de la joie que me donne le bonheur d’être alsacien».

A ceux qui lui reprochent de «réduire Summerlied à un festival de  chansons alsaciennes», il répond : «Je n’aime pas le mot réduire. Notre festival est d’abord et avant tout dédié à la chanson alsacienne, en alsacien, en français, en allemand et pourquoi pas en italien ou en kurde d’ailleurs ? Il est ouvert à ceux qui qui veulent exprimer leur  hymne à l’Alsace». 

Cet été encore, l’association Liederbrunne fondée par Jean-Marie Lorber et animée par Paul Grussenmeyer, père de la chanteuse, y proposait les albums des voix d’Alsace programmées au festival.

LIEDERBRUNNE ISABELLE GRUSSENMEYER ET JEAN MARIE LORBER IMG_5362
Isabelle Grussenmeyer et Jean-Marie Lorber

 

LIEDERBEUNNE PAUL GRUSSENMEYER IMG_3719
CD alsaciens à volonté au stand Liederbrunne animé par Paul Grussenmeyer

LIEDERBRUNNE JEAN MARIE LORBER ET PAUL GRUSSENMEYER IMG_5358

Ce «bonheur d’être alsacien» n’est pas synonyme de repli identitaire comme l’a développé Pierre Kretz dans «Le Nouveau malaise alsacien» en 2015. Une évidence affirmée avec éclat à chaque édition loin du concept de «festival alsaco-alsacien».

En témoignent les concerts de Tri Yann, I Muvrini, Stéphane Eicher, Émir Kusturica, et tant d’autres prestigieuses têtes d’affiches de précédentes éditions.

AURÉLIE DIEMER ET ANTOINE JACOB FREQUENCE VERTE 39609989_1844697685611377_6488177369151438848_n
Aurélie Diemer (Cadillac Lilou) et Antoine Jacob, animateur d’une émission dominicale sur la chanson et la culture alsacienne sur Fréquence Verte

 

« UN ESPACE DE DÉCOUVERTE ET REDÉCOUVERTE DE LA SCÈNE ALSACIENNE »

117 000 spectateurs et 2000 artistes programmés depuis la 1ère édition …

Au-delà de ces chiffres fournis avant l’édition 2018, Agnès Lohr précise : «Summerlied est désormais reconnu pour sa qualité par les tourneurs, les producteurs et les artistes.

Preuve en est la présence cette année de Grupo Compagny Segundo, Angelo Delebarre Gipsy Unity et Thomas Dutronc mais aussi les Fatals Picards, Sanseverino, Chico et The Gypsies qui en sont les têtes d’affiche. Summerlied est aussi un espace de découverte ou de redécouverte de la scène alsacienne. Thomas Schoeffler Jr, Lionel Grob ou Matskat sont aujourd’hui reconnus hors du territoire alsacien».

IMG_4043
Lionel Grob
IMG_3828 (1)
Thomas Schoeffler Jr

 Bien dit … mais que retenir de cette 12ème édition ?

Et comment s’y sont affirmés les talents d’Alsace ?

 Selon Agnès Lohr «plus de 4000 personnes sont venues assister aux concerts payants de la scène de la Clairière (+ 5%).Au total, 16 000 visiteurs ont déambulé sur l’ensemble du site durant les trois jours de festival (+ 12%). Summerlied 2018 est donc un véritable succès, puisque les chiffres de fréquentation sont supérieurs à ceux de 2016, alors que cette année le festival a été resserré sur trois jours, contre 5 lors de l’édition précédente. Summerlied est aussi un succès côté artistes, lesquels ont plébiscité la qualité d’accueil par les quelque 600 bénévoles».

Et le budget ? «Il s’élève à 400 000 €. Les subventions représentent la moitié du budget, la billetterie un gros quart et le mécénat/sponsoring un petit quart».

 

IMG_4430
Isabelle Sire et Josef Oster après le concert hommage à Jacques Higelin

 

 FEU D’ARTIFICE MUSICAL

La réduction à trois jours n’a pas empêché Isabelle Sire, co-programmatrice avec Agnès Lohr, de préparer un feu d’artifice musical entre chanson, rock, country, pop, musique symphonique, jazz, etc.

Selon Agnès Lohr, «le pourcentage de créations régionales représente 15% de spectacles présentés pour la 1ère fois au public, dont l’hommage à Higelin, l’opéra symphonique d’Elément 4 avec les écoles de musique et « Alsacia Mythica » d’Éric Kajia Guerrier».

«Un festival comme Summerlied ne doit pas rester adossé au Rhin» avait affirmé un jour le président du festival, Jean Lelin, emporté par le cancer en 2017.

Hommage lui a été rendu, en présence de sa veuve, lors de l’inauguration par son successeur Francis Hirn dans l’Espace portant son nom. De quoi émouvoir plus d’un invité …

IMG_3029
Un espace en hommage au 1er président de Summerlied

 

ESPACE JEAN LELIN IMG_3216
Madame Lelin et Francis Hirn, président de Summerlied

Pas question de détailler chaque prestation artistique de chacune des  Scènes – Clairière, Forêt, Champs, Contes, Poésie – sans oublier les animations dans la forêt décorée par la Compagnie Tohu Bohu, dont le «witzbrunne» cher aux amateurs de blagues ou le lieu de mémoire créé par Gilbert Meyer via des enregistrements de témoignages d’Alsaciens confrontés à l’évacuation de 1939.

AMBIANCE IMG_3052
Visite guidée de la forêt de Summerlied avec Gilbert Meyer, Sylvain et Catherine Piron

 

AMBIANCE IMG_3073
Gilbert Meyer entouré par Sylvain et Catherine Piron
AMBIANCE IMG_4658
Ambiance cubaine sur la Scène de la Clairière
AMBIANCE JULIEN HACHEMI IMG_5159
Julien Hachemi

AMBIANCE IMG_5098

ELEMENTS 4 SYMPHONIQUE 39443063_1844697925611353_8562337017646546944_n
Concert d’après-midi pour la création “Éléments 4 Symphonique” dirigée par Pierre Hoppé

 

SCÈNE DE LA CLAIRIÈRE : ET LES TALENTS RÉGIONAUX ?

Vagabondons au gré de Summerlied 2018, au-delà des têtes d’affiche occupant chaque soir la Scène de la Clairière.

Il est regrettable qu’aucune des soirées n’y aura été consacrée à des talents d’Alsace… à l’instar du spectacle « Wilde Stimme » de Matskat en 2014.

MATSKAT WILDE STIMME IMG_3806
Salut final de Matskat et ses musiciens après leur concert

 C’est en journée, face à un public plus réduit qu’en soirée, que se sont produits les Rhinwagges et Serge Rieger, lauréat du concours D’Stimme 2018.

Idem pour «Éléments 4 Symphonique» réunissant sous la houlette du chef d’orchestre Pierre Hoppé, 4 jeunes de Haguenau aux sonorités électro-pop et aux accents anglais accompagnés des élèves des écoles de musique et de danse de Haguenau et de Schweighouse-sur-Moder.

D'RHINWAGGES ET SERGE RIEGER IMG_4840
Serge Rieger et les Rhinwagges
ELEMENTS 4 SYMPHONIQUE IMG_5066
Éléments 4 Symphonique sous la direction de Pierre Hoppé

Et la seule fois où le drapeau alsacien a été mis en valeur sur la Scène de la Clairière, c’est grâce au chanteur cubain qui a brandi celui que venait de lui lancer Gaby Hartmann, d’Unser Land !

DRAPEAU ALSACIEN GROUP CUBAIN IMG_4496
Drapeau alsacien mis en valeur par un chanteur cubain

A côté des drapeaux breton et de la confédération des nations iroquoises regroupant six tribus natives, le drapeau alsacien ornait la scène de l’Espace Patrick Peter.

Y ont été mis en relief nombre de talents tels Serge Rieger qui a partagé la scène avec Cindy Blum et Elise Fraih. On y aussi applaudi Gaël Sieffert, lauréat du concours D’Stimme 2017, et Julien Hachemi, finaliste de cette année.

DSC_6378-1
Gaël Sieffert Julien Hachemi (Photo Roland Asimus)
SERGE RIEGER CINDY BLUM ELISE FRAIH IMG_5200
Serge Rieger entouré par Cindy Blum et Elise Fraih

Pas de concert solo pour la 3ème finaliste de D’Stimme 2018, Aurélie Diemer (Cadillac Lilou) par ailleurs efficace musicienne aux côtés d’Éric Kajia Guerrier dans “Alsatia Mythica », récital en français et alsacien inspiré des contes et légendes d’Alsace du Moyen-Age.

ERIC KAJIA GUERRIER IMG_3558
“Alsatia Mythica” par Éric Kajia Guerrier

IMG_3186

JEAN DENTINGER ESPACE PATRICK PETER IMG_3658

Nombre de photos et poèmes d’auteurs alsaciens étaient à l’honneur à l’Espace Patrick Peter dont André Weckmann, Jean Dentinger et Conrad Winter : une initiative d’Olivier-Félix Hoffmann, responsable de la programmation de la Scène Poésie.

OLIVIER FÉLIX HOFFMANN AVEC PIERRE NUSS MICGEL FUCHS GREGORY HUCK BARBARA STERN ET SYVIE REFF IMG_3306
Pierre Nuss, Olivier-Félix Hoffmann, Grégory Huck, Barbara Stern et Sylvie Reff

C’est lui qui, avec Pierre Nuss (France Bleu Elsass) a présenté les prix du Festival Summerlied sélectionnés par un jury réunissant notamment les auteurs Michel Fuchs, Grégory Huck et Barbara Stern et Sylvie Reff.

Le Prix Jean Dentinger y a été remis à Elvis Stengel. «De Fresche wille e Kinich», titre de son 3ème album en français et en platt fait allusion à la fable de La Fontaine «Les grenouilles qui demandent un roi».

ELVIS STENGEL SYLVIE REFF IMG_3321
Pierre Nuss remet le Prix Jean Dentinger à Elvis Stengel

 Cet espace poétique a accueilli nombre d’auteurs dont Michel Fuchs et Yves Rudio, qui s’est produit sur la scène ouverte : c’est là que Fabien Spehler a été applaudi et que Guillaume Deininger a ému le public avec sa chanson consacrée à Marcel, son arrière-grand-père au destin de Malgré-Nous. 

ESPACE PATRICK PETER IMG_3701

GUILLAUME DEININGER CHANSON MALGRÉ NOUS IMG_4724
Guillaume Deininger

 

IMG_4740
Fabien Spehler
MICHEL FUCHS ELLVIS STENGEL YVES RUDIO IMG_3663
Michel Fuchs, Elvis Stengel et Yves Rudio

 

YVES RUDIO IMG_3695
Yves Rudio

 

IMG_4104
Spectacle poétique de Grégory Huck

 

 

RENÉ EGLES IMG_5154
René Eglès et Jean-Paul Distel

Autre émotion, celle du public et de Jacques Schleef, lorsque René Eglès, accompagné par Jean-Paul Distel, a célébré le festival et rendu hommage au  créateur du festival sur l’air de «Let it Be» des Beatles !

ROLAND ENGEL IMG_4784
Roland Engel et ses musiciens

ROBERT FRANCK JACOBI ET ANITA PIRMAN IMG_4799

REFF, GRUSSENMEYER, ENGEL, EGLES, JACOBI …

Roland Engel, René Eglès et Robert-Franck Jacobi ont suscité un vif intérêt du public de la Scène des Champs : Summerlied 2018 aura été leur 13ème participation au festival dont ils auront été de toutes les éditions !

AMBIANCE 39504552_1844714025609743_2763392029944709120_n

ISABELLE GRUSSENMEYER IMG_5002
Isabelle Grussenmeyer

Grâce à ce trio, et à Isabelle Grussenmeyer, le public a applaudi quatre des figures majeures de la chanson régionale dans de bonnes conditions techniques. Lesquelles ont hélas fait grand défaut à l’auteure-compositrice-interprète Sylvie Reff sur la Scène des Contes où elle a chanté avec une sono indigne de sa place dans l’Histoire de la chanson d’Alsace.

SYLVIE REFF IMG_4960
Sylvie Reff
LIEDERBRUNNE PAUL GRUSSENEYER ET MARCO SCHMITT (BREDELERS) IMG_3647
Paul Grussenmeyer (Liederbrunne) et Marco Schmitt des Bredelers

 

A noter qu’à l’exception des Bredelers annoncés comme « rock alsacien», les artistes et groupes chantant en alsacien ont été présentés dans le programme sous le label «Chanson/France» !

Rejet de l’étiquette alsacienne ?

Rien à voir avec des talents annoncés comme musique cubaine, musique andalouse, jazz manouche…

Autre regret, le peu de place accordée aux chansons d’enfants présentées par un groupe d’écoliers animé par Isabelle Grussenmeyer et Jean-Pierre Abrecht.

ENFANTS JP ALBRECHT ISABELLE GRUSSENMEYER IMG_3542
Chansons d’enfants avec Isabelle Grussenmeyer et Jean-Pierre Albrecht

 Coup de chapeau à Isabelle Sire pour avoir suggéré à Matskat de préparer un hommage à Jacques Higelin.

D’où le spectacle « Tombés du ciel » : une dizaine de chansons réunissant Grégory Ott, Christian Clua, Jean-François Untrau, Matthieu Zirn, Claire Faravarjo, Lionel Grob, Josef Oster, Rym (Lyre le temps) et Christian Fougeron.

 

 

Hommage à Jacques Higelin
IMG_4019
Stéphane Jost

Autre belle surprise : “Henner chez les Yennisch”, spectacle multilingue mis en scène par Jean-Pierre Schlagg sur un texte de Roger Siffer.

Stéphane Jost est excellent dans cette évocation des «gitans blonds, entre monologues, chansons et blagues en français, alsacien et yennisch».

NICOLAS FISCHER IMG_5272
Nicolas Fischer

 LES ASSOIFFÉS IMG_3813

 INNOVATION ET IMPACT POPULAIRE

Les directions empruntées par Les Assoiffés, Les Bredelers, Nicolas Fischer et Thomas Schoeffler Jr sont réjouissantes.

Car synonymes d’innovation et d’impact populaire de ce festival bénéficiant de 500 bénévoles : 200 pour l’organisation Summerlied et 300 des associations sports et loisirs de 5 villages pour la restauration : Ohlungen, Schweighouse-sur-Moder, Huttendorf, Morschwiller et Uhlwiller.

«Les bénévoles de l’organisation sont organisés par groupe d’activité (espace VIP, gestion des scènes, éco-festival, photo, chauffeurs, logistique, communication etc…) : 14 au total sous la houlette d’un responsable qui prépare le sujet depuis environ 6 mois voire un an pour certains domaines comme la technique et la communication» conclut Agnès Lohr.   

MATSKAT IMG_5021
Matskat interviewé pour l’émission “Rund Um” de France 3 Alsace

 

Espérons que d’ici l’édition prévue le week-end du 15 août 2020 de nouveaux talents régionaux se seront affirmés … notamment stimulés par D’Stimme, concours organisé par l’Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle et France Bleu Elsass.

Une station hélas devenue web radio ce qui handicape son impact.

Mais ceci est une autre histoire.

OLCA IMG_3725
Stand de l’OLCA

Texte et photos ALBERT WEBER

 

YVES RUDIO IMG_3690 

RENÉ EGLES IMG_5242
Concert de René Eglès

 

JACQUES SCHLEEF : « SUMMERLIED DOIT VEILLER À CONSERVER SES FONDAMENAUX »

Que pensez-vous de cette 12ème édition de Summerlied ?

Ce fut un festival bien agréable à vivre !  Un temps splendide, des soirées chaudes, une ambiance chaleureuse, une programmation qui a ravi les très nombreux festivaliers.

Et il fallait cela, après 2016 aux résultats mitigés  : remonter le moral des « troupes » et retrouver les saveurs du succès pour donner goût aux nouveaux bénévoles venant  de rejoindre l’organisation. Nul doute que leur investissement s’inscrira dans la durée au cœur de cette magnifique aventure qu’est Summerlied !.

Et la place de l’alsacien dans la programmation ?

Les concerts, notamment ceux de la grande scène de la clairière furent au niveau des éditions précédentes. On ne peut que s’en réjouir !

L’occasion de savoureuses rencontres aux colorations musicales très chaudes … et sur des rythmes souvent endiablés ! Certes la langue alsacienne et les grandes créations furent plus discrètes mais cela ne peut –devrait – être que « conjoncturel » …

Summerlied est toujours un marqueur pour la culture alsacienne et l’identité de notre région historique ?

Il y a 20 ans les Alsaciens avaient besoin d’affirmer individuellement leur identité.

Aujourd’hui l’identité alsacienne est tellement dégradée qu’il y a besoin d’une affirmation commune car notre société est devenue communautaire… Summerlied est un festival de promotion de l’identité culturelle mais pas de la culture identitaire. 

D’ailleurs pourquoi l’identité des uns serait-elle formidable, très défendable, appelant notre soutien moral et matériel alors que d’autres identités seraient des menaces, des postures politiquement incorrectes ? Summerlied doit veiller à conserver ses « fondamentaux ».

Quel avenir pour ce festival unique en Alsace ?

Le travail de réflexion que très certainement Agnès Lohr, la directrice depuis 4 ans, conduira, nécessitera de se pencher sur certains aspects du projet.  Summerlied s’est forgé au fil des éditions à travers   de multiples rencontres, des échanges, des questionnements…

Cette démarche devra se poursuivre en réfléchissant à son modèle économique, en reprécisant la ligne artistique, en consolidant son ancrage dans le territoire …

Des ïch awer ales zue ernscht, lon uns einfach widersch draïme mït unserem liewe Summerlied ! 

 

 

ROLAND ENGEL IMG_4772
Roland Engel
ROBERT FRANCK JACOBIN ET ANITA PIRMAN IMG_4797
Robert Franck-Jacobi

 AMBIANCEIMG_3003

“L’HIVER DE SUMMERLIED ?   ”   

 L’événement « Ohlungen » est d’importance, en témoigne la foultitude d’articles de presse relatifs à la manifestation. Les DNA et Rue 89 y ont consacré des articles dont le message mérite d’être analysé.   Les DNA ont rendu compte de l’importance du festival en soulignant l’intense déploiement d’énergies associatives qui s’y tient. L’article de Franck Buchy daté du 18 août relève aussi que ” l’alsacianité ” originaire du festival, voulue par les fondateurs, est réduite à sa portion congrue.

 La manifestation serait moins ” militante “. Rue 89 ironise sur la prétendue ” disparition de l’Alsace ” qui est, volens nolens , effective et exhorte les Alsaciens à se retrouver au festival pour remarquer que l’Alsace n’avait pas disparu .

 Qu’en est-il réellement ?    

En dépit de la programmation de nombreux artistes régionaux, le dialecte est de moins en moins usité sous les frondaisons de la forêt d’Ohlungen.

 La marque de fabrique alsacienne du festival ne semble plus être le mobile déterminant de la venue des jeunes et moins jeunes. Les discussions avec les spectateurs dénotent du caractère désabusé et résigné des Alsaciens lesquels, s’ils sont attachés de manière instinctive à leur langue, pensent qu’il est trop tard pour relever son défi.

 Alors, Summerlied, un symptôme parmi d’autres du long hiver que s’apprête à traverser notre langue régionale ?”

Jean Faivre , 24 ans , étudiant en master 1 de droit public à l’Université de Strasbourg , est intéressé par les questions touchant à l’Alsace , du point de vue politique , linguistique , culturel etc

 

RENÉ EGLES ET JEAN PAUL DISTEL IMG_5146
René Eglès et Jean-Paul Distel
ISABELLE GRUSSENMEYER ET PIERRE NUSS IMG_3522
Isabelle Grussenmeyer et Pierre Nuss
ERIC KAJIA GUERRIER IMG_5162
Eric Kajia Guerrier et ses musiciens

AMBIANCE IMG_5211 

MATSKAT ET FRANCKY REINHARDT
Matskat et Franck Reinhardt

 

FESTIVAL GRANGE : CARTE BLANCHE A FRASIAK AVEC BUHLER, CUNIN, BOSSONE ET BOBIN

 Sacrée brochette de talents non ?

Assurément cinq figures marquantes d’une chanson d’expression française qui retient l’attention de tant d’authentiques passionnés .. même si elle ne fait pas la une des “grands médias”.

Et c’est précisément un de ces passionnés qui partage ici ses impressions sur ce ce concert unique à tous les sens du terme : un article signé Guy Zwinger, animateur de l’émission “Je viens vous voir” sur RCN à Nancy.

IMG_2535-1
Eric Frasiak

 C’est par un après-midi ensoleillé que je me suis rendu à Bergères-sous-Montmirail à côté de Châlons-en-Champagne où avait lieu le concert de clôture du 23ème Festival Grange.

DAVID ROTAN 41833389_10216022322618549_5970583752139603968_n
Photo David Rotan

 Le festival s’est déroulé en effet dans ce beau pays de Brie-Champagne où huit communes ont accueilli pas moins de 15 concerts du 31 août au 9 septembre.

IMG_2596-1
Jérémie Bossone

 

IMG_2509-1
Michel Buhler

 Donc ce dimanche 9 septembre, Eric Frasiak ayant carte blanche a invité ses copains artistes et pas des moindres : Michel Buhler (venu par amitié pour Eric, ayant arrêté de chanté depuis deux ans) ; Frédéric Bobin ; Jérémie Bossone et Régis Cunin.

IMG_2488-1
Régis Cunin

Devant plus de 200 spectateurs, ils nous ont régalé : chacun interpréta ses chansons, soit en solo, soit accompagné de la voix ou des guitares de ses acolytes.

Ainsi par exemple la chanson « Singapour » de Frédéric Bobin fit écho au « Monsieur Boulot » d’Éric Frasiak, ou encore les « Espèces de Cons » d’Éric est mis en parallèle aux « Cons » de Régis.

IMG_2518-1
Frédéric Bobin

 

IMG_2644-1
Jérémie Bossone, Frédéric Bobin, Eric Frasiak et Michel Buhler

 Bref les applaudissements furent nourris pratiquement après chaque chanson et il y a eu plus qu’une ovation debout à la fin du concert.

 Eric Frasiak le maitre de cérémonie fut si ému qu’en remerciement il proposa en bonus que chaque artiste interprète une autre chanson.

 

IMG_2437-1
Jean-Pierre Béal

Le président de l’amicale Jean-Pierre Beal fut lui aussi touché par le formidable feu d’artifice es et souligna à propos cette chaleur interactive entre le public et les chanteurs.

IMG_2512-1
Régis Cunin, Frédéric Bobin et Eric Frasiak

 Ce concert prouve que la chanson de caractère, quoiqu’on en dise, quand on sait la présenter au public peut encore avoir de l’avenir.

 C’est d’autant plus vrai qu’Éric Frasiak et l’association « Chant’Morin » ont réussi leur «deal» avec la CRESS, la Chambre régionale de l’économie sociale.

 Ils ont été retenus, dans le cadre de « Cultures et Territoires » avec 30 partenariats à faire partager la chanson vers tous public et cela pendant deux ans : collège, EPHAD, école de musique, conservatoire) et le pari est réussi.

Texte GUY ZWINGER

Photos JEAN-NOËL CANTELLI

Page Facebook  et site de l’association Chant’Morin  FRASIAK 201808UNIONGRANGEIMG_5736 copie

 

 

“COUSU MAIN” : L’ENTRAINANTE POÉSIE D’OLIVIER MUSICA

Franchement, il aurait été dommage que je ne vous parle pas du nouvel album d’Olivier Musica : un CD de 11 titres sorti au printemps et plus que jamais d’actualité.

Car la bonne chanson ne se démode pas. Bien au contraire.

Coup de projecteur sur “Cousu Main”, qui a bénéficié d’une belle couverture dans la presse écrite et audio-visuelle régionale, en Alsace.

s

MUSICA scan0002

MUSICA scan0003

PREMIÈRE RENCONTRE A FRANCE BLEU ALSACE

Faut être gonflé de prendre pour pseudo Musica quand on est auteur-compositeur-interprète !

C’est ce que je me suis dit à ma première rencontre, dans les couloirs de France Bleu Alsace. C’était le 12 mars 2018 et je m’y trouvais pour photographier Gaël Sieffert en plein enregistrement d’un album en tant que lauréat du 1er concours D’Stimme.

Et c’est Christophe Voltz, parolier des chansons alsaciennes de Gaël Sieffert, qui m’a suggéré de faire sa connaissance et de me le présenter.

Ce premier contact aussi chaleureux que direct m’a donné envie d’en savoir plus sur cet auteur-compositeur-interprète d’Alsace. Et également envie de découvrir comment ce chanteur mettait en valeur ses titres lors d’un concert : d’où ces photos prises le 26 avril au Camionneur à Strasbourg.

Car il faut bien le dire : on est parfois déçu entre le décalage d’un album des plus soignés et la prestation scénique de l’artiste.

Et là très bonne nouvelle à ce que j’ai vu et entendu ce soir-là sur la scène strasbourgeoise.

IMG_2726

TALENT ET DÉCONTRACTION

Pas de doute: Olivier Musica fait partie de ces voix d’Alsace qui insufflent un ton, un dynamisme, une atmosphère.

Et cela tient à bien des raisons, à commencer par cette décontraction affichée sur scène avec ses musiciens que dans la vie.

Sans doute une manière de vivre qui s’exprime dans cet album sur des paroles et musiques qui vous donnent la pêche car elles sonnent juste.

L’impression ressentie face à cet artiste c’est qu’il ne joue pas la comédie : égal à lui-même, naturel et à l’aise autant face au public que lors d’une conversation en tête à tête.

Qu’il chante l’amour fou et la rupture, la liberté et l’envie d’ailleurs, une évidence s’impose : ces refrains sont entrainants, et décrits avec force nuances. Et ils évitent des sentiments mièvres alors que l’artiste aime se définir comme poète.

Plusieurs de ses titres sont marqués  par des ruptures de rythmes, qui en accentuent l’efficacité.

 

IMG_2521

“J’ESSAYE D’ÉCOUTER MON ÂME”‘

Quand la poésie ; Plus d’une fois ; Cours cours ; Si ; Sans l’autre ; Diamant ; La Houle ; Amore Pazzo ; Parce qu’on s’aime ; Touriste de nuit ; Tendresse : au-delà de cette énumération de titres, sachez que l’univers d’Olivier Musica ne peut pas se résumer en quelques mots, quelques clichés, quelques formules choc.
 
Une de mes titres préférés c’est “La Houle”. Oui, encore une chanson plein de ruptures à tous les sens du terme, et un texte doux-amer.

L’histoire d’un funambule de la vie en quête d’équilibre : “J’essaye d’écouter mon âme … Je divague sur ma barque … Mes larmes deviennent des rames … Quand on navigue on tombe parfois en rade”.

Chapeau l’artiste !

Pour avoir une bonne idée de l’univers d’Olivier Musica question paroles et ambiance musicale, prenez donc le temps de visionner le clip QUAND LA POÉSIE à découvrir ICI. Un clip réalisé avec la participation de la danseuse Coline Neff. 

 

MUSICA scan0001

IMG_2715

COMPLICITÉ MUSICALE AVEC LE GRIOT ISSOUF COULIBALY

En 2014 sort son premier album “Dessiner l’horizon” teinté de swing et coloré de balades poétiques : 11 chansons qui permettent à Olivier d’offrir une large palette de son talent, servi par une voix qui fait penser à celle du chanteur Anis. Oui, un phrasé qui rappelle celui de l’auteur-compositeur-interprète notamment connu pour sa chanson Cergy.

Vous avez raison :  comparer la voix d’un artiste à celle d’un autre peut se révéler déplacé, car chaque parcours est unique.

Mais bon, si vous ne connaissez pas encore Olivier cela va vous donner un bon repère.

Et ici s’arrête la comparaison quand on prend le temps de savourer un “album jeune public” enregistré en 2017 par celui qui aime définir son répertoire de “chanson pop swing poétique“. 

“AWN BÉ YÉ KELEN YÉ” (“Nous sommes tous pareils”) est le titre d’un CD réalisé à deux voix avec Issouf Coulibaly, un griot multi-instrumentiste, joueur de djembé dont l’expérience s’enracine dans une célèbre famille de musiciens du Burkina Faso.

Un pays pour lequel Olivier affiche une tendresse particulière célébrée sur ces 23 titres enregistrés en février 2017 à deux voix à Bobo Dioulasso avec plusieurs autres musiciens africains.

 

IMG_2639

IMG_2634

 

UNE CHANSON FRANÇAISE EXTRAVERTIE ET PLEINE DE NUANCES

“Cousu Main” … avec cœur et talent mérite une écoute attentive.
 
Pourquoi ?
 
Tout simplement parce que “Cousu main”, c’est le genre d’album dont la première écoute ne peut pas vous en montrer la très large diversité. Ici place à une chanson française extravertie, aux textes travaillés et plein de nuances comme les sentiments et les situations. 

Donc inutile de chercher à réduire cet artiste à un seul “genre musical”. Un constat confirmé avec éclat grâce à ce fameux “Cousu Main” mijoté avec ses complices l’accompagnant au Camionneur : Ken Leisenbach (clarinette); Thibault Lévy (basse); Romain Schmitt (batterie). S’y ajoutent le saxophoniste Guillaume Bayoux et le violoniste Alba Dylan qui renforcent l’impact musical des 11 titres.

Assurément une efficace équipe menée par Olivier Musica (textes, chants et guitares).

IMG_2604

IMG_2675

RENFORCER UNE INDISPENSABLE VISIBILITÉ

Cet album d’Olivier Musical a été mis en valeur par divers médias régionaux dont France Bleu Alsace émission Note in Blue  ou le mensuel Strasbourg Magazine qui le qualifie de “poète troubadour”.

Espérons que les prochains concerts renforceront l’indispensable visibilité que mérite cet auteur-compositeur-interprète :

26 août, Abbaye de Marbach, Obermorschwhir
9 septembre, “Ya du monde au balcon”, Strasbourg
16 novembre, Espace Malraux, Geispolsheim

OLIVIER MUSICA SITE ET PAGE FACEBOOK

Albert WEBER

PHOTOS DU CONCERT AU CAMIONNEUR DE STRASBOURG

 

MUSICA scan

“IL ÉTAIT UNE FOIS” : 5ÈME ALBUM DE JEAN-LUC KOCKLER OU LA PASSION DE LA CHANSON … ET DU JAZZ

Pas de doute : avec ce 5ème album, Jean-Luc Kockler a frappé fort mais tout en douceur, en élégance aussi.

Avec des mots qui vous touchent et qui font mouche via “Il était une fois” : 12 titres enregistrés au Studio Blue Banana en Lorraine.

Coup de projecteur sur un de ces artistes qui vous font du bien, même s’ils sont aux abonnés absents dans les “grands médias”.  Explications.

“IL N’IMITE PAS NOUGARO, IL L’ILLIMITE” 

Bon, débutons par un p’tit test sur internet. Un test au résultat connu d’avance ….

Quand vous tapez “Il était une fois”, vous tombez évidemment sur des pages et des pages à la gloire du célèbre groupe des années 70. Mais rien sur cet artiste de Thionville … 

Puis en affutant votre recherche, en ajoutant le prénom et le nom de l’artiste, vous avez droit à nombre d’infos sur cet opus.

Et là on lit avec grand plaisir qu’il s’agit d’un “album authentique qui met en lumière toute la palette de ses compétences créatives. Il s’est entouré de musiciens parmi les meilleurs, entre jazz et musique du monde”.

Je veux bien le croire, alors raison de plus d’écouter ces chansons avec une vive attention. D’écouter et de réécouter, et puis le constat s’impose, au-delà des phrases découvertes ici et là au gré des élogieux commentaires mis en valeur sur internet.

Oui c’est bien ça : “Il était une fois” aurait mérité une chronique dans le trimestriel “Chorus, les cahiers de la chanson”.

Et j’aurai ASSURÉMENT eu grand plaisir à la rédiger.

couleurs - copie
© Patrick Martineau

 

Alors à défaut de la presse musicale écrite, je veux dire celle qui s’imprime encore sur papier, offrons un coup de projecteur à cet amoureux de Nougaro.

Un artiste dont il défend les mots et les musiques dans un spectacle où comme dirait Christian Schott, directeur du Festival Jazzpote, “il n’imite pas Nougaro, il l’illimite” … auquel il a d’ailleurs consacré un album. mais attention !

Méfions-nous des jugements à l’emporte-pièce et des comparaisons hâtives : cet artiste de Thionville n’est surtout pas une pâle copie du créateur de “Toulouse” et il cultive avec talent et détermination son propre univers qui va sans doute vous surprendre … si vous vous donnez la peine d’y flâner au gré de votre disponibilité.

papa atelier
Dans son atelier, Raymond, le père de Jean-Luc Kockler

 

ALBUM AUTOBIOGRAPHIQUE ? OUI … MAIS PAS SEULEMENT 

Prenez donc la peine de vagabonder sur son site et vous y découvrirez de multiples facettes de ce “Kockler Univers” attachant et plein de (belles) surprises.

Je me demande toujours pourquoi tel ou tel artiste ou groupe n’a aucune “chance” d’être médiatisé au-delà de sa région d’origine, s’il a la chance d’être quelque peu médiatisé d’ailleurs.

En savourant le répertoire de Kockler sur cet album, je me dis qu’il faut décidément bien du talent et de la détermination pour continuer coûte que coûte à composer, à chanter sur scène. Et aussi à enregistrer des albums, à nourrir des liens aussi amicaux qu’artistiques pour continuer à donner vie à ses rêves, ses désirs de création.

Avec cette chanson française aux accents jazzy, Kockler se met à nu, avec pudeur et via des mots qui enrobent ses souvenirs de jeunesse, de famille, d’amitié aussi.

Album autobiographique ?

Oui … mais pas seulement même si quelques-uns des titres majeurs de “Il était une fois” s’enracinent avec tendresse dans un évident vécu.

 

papa et moi
Jean-Luc Kockler et son père

 

EN MÉMOIRE DE RÉGINE ET DE RAYMOND …

La chanson éponyme de l’album vous entraine sans crier gare ‘en face de la rue Guérin” et vous y croisez  une grand-mère “affairée au fourneau” et un grand-père “d’un mètre soixante et des accents germaniques” … des souvenirs d’autant plus marquants qu’ils retrouvent vie “dans cette maison devenue mon nid”.

Du “Café au Tourville ” au “Côté des Roses mon quartier” avec son énumération de prénoms, Kockler s’en donne à cœur joie pour raconter avec entrain et délicatesse des tranches de vie dans lesquelles on peut facilement se glisser, tant elles peuvent évoquer nos propres souvenirs. 

Ici pas de mièvrerie ni d’émotion préfabriquée pour “faire joli” mais un ton qui s’impose sans retenue : juste le besoin et l’envie de raconter.

Jongleur de mots et d’émotions, Kockler raconte le chagrin qui vous remue dans la déchirure des vies à deux. Dans la séparation avec “Parle moi mais ne me dis rien” : des termes choisis avec douceur et réalisme pour parler de ce qui n’est plus … 

29872659_1697398386982160_4888143381377686261_o
© Jean-Jacques Janot

 

Mention spéciale à deux ou trois titres de cet album que je vous recommande vivement si vous aimez les textes qui ont du sens, les chansons qui ont du swing, des refrains teintés d’une nostalgie douce-amère qui vous prend aux tripes.

Ici rien de factice dans cette chanson chevillée au cœur et à l’âme. Juste des mots qui sonnent vrais parce qu’ils sont authentiques, sans baratin.

A commencer par le bouleversant “Bleu malborettes” en mémoire de Régine, “gaie, lucide et pleine de vie”  avant que la mort ne l’emporte …

Il y a aussi l’entrainant hommage à son père “Raymond K”. Et dans le souvenir du “garage de grand-père” où son père donne un coup de main … avant de rencontrer “maman dans la chorale de monsieur le curé un soir” et de l’emmener dans sa Rosengart, une voiture française bien connue des collectionneurs.

rosengart
La fameuse Rosengart dans la rue Guérin

 

FRISSONS GARANTIS POUR “J’ÉCOUTE LEPREST”

Et puis INCONTESTABLE coup de cœur pour “J’écoute Leprest” ! Ah oui …

Exactement le genre de chanson qui aurait mérité de figurer dans la play-list … de France-Inter par exemple pour les auditeurs en quête de sensations non frelatées.

Une chanson à vous donner des frissons “contre vents et marées qui me rendent fou” … tant par ses paroles qu’une ligne mélodique avec un air d’accordéon qui s’enroule en vous comme une obsessionnelle spirale.

Coup de chapeau aux musiciens complices de cette aventure qui gagne tant à être connue : Kader Fahem (guitare, mandole, chœurs); Jean Marc Robin (batterie); Nicolas Arnoult (accordéon) et Laurent Payfert (contrebasse). 

Certes, Jean-Luc Kockler est l’auteur et compositeur de cet album … qui comprend aussi un texte sur l’amitié écrit par son ami Christian Schott, directeur du festival JazzPote.

S’y ajoutent aussi deux voix féminines : la comédienne Marie-Anne Lorgé et Bénédicte Pavageau-Billet, professeur de chant au conservatoire de Metz).

 

Capture d’écran 2018-07-19 à 17.19.21
Page d’accueil du site

 

 “J’ÉCRIS L’OUBLI POUR NE PAS OUBLIER”

Bien sûr, voilà longtemps que Jean-Luc Kockler a mis le pied dans “le monde de la chanson”  … affichant des centaines de concerts, ainsi que diverses premières parties dont celles des Triangle et Scorpions, mais aussi de Michel Delpech, Nicoletta, ou Benjamin Biolay …

A ce jour, cet attachant artiste a plus de de 150 compositions à son actif ainsi que 7 albums dont 5 en solo.

Mais au-delà de cette énumération, une évidence s’impose chez celui qui est passé du rock progressif de la fin des années 60 (hé oui !) jusqu’à une nouvelle forme d’épanouissement dans la chanson française.

Au terme d’une résidence d’artiste, Jean-Luc Kockler donnera un concert vendredi 12 octobre 2018 au Gueulard, la salle des musiques actuelles du Val de Fensch, à Nilvange en Lorraine. Voir infos ICI

couleurs
© Patrick Martineau

 

L’album “Il était une fois” reflète avec audace et sensibilité une personnalité qui ne se résume pas à celle d’un chanteur.

Et c’est tant mieux car Kockler est du genre à surprendre sans en avoir l’air. Comme dans le final de cet opus avec l’étonnant texte “Cubisme” mis en relief par une mandole sur mode mineur.

Que vous dire d’autre sur cet album sinon que j’espère vous avoir donné envie de vous le procurer. Surtout si vous avez envie de laisser vagabonder votre imagination au gré de la valse des sentiments.

De la vraie vie, celle qui incite Kockler à chanter : “J’écris l’oubli pour ne pas oublier”.

55079b_761af08d79f846f6965ac075709187ea~mv2_d_1972_1318_s_2
© Jean-Claude Empain

TEXTE ALBERT WEBER

PHOTOS PATRICK MARTINEAU, JEAN-CLAUDE EMPAIN, JEAN-JACQUES JANOT ET COLLECTION PRIVÉE JEAN-LUC KOCKLER

SITE DE JEAN-LUC KOCKLER  

Gabarit CD JLK - copie
© Patrick Martineau