Pionnière de la chanson acadienne à l’instar d’Angèle Arsenault, Édith Butler est assurément une des auteures-compositrices-interprètes les plus importantes de la chanson francophone d’Amérique du Nord.

Après plusieurs années de silence discographique, elle offre avec les 14 titres de «Le retour» l’enregistrement le plus personnel, le plus intense et le plus émouvant aussi de sa carrière marqué par 25 albums.

Coup de projecteur sur un album unique à tous les sens du terme et sur un destin hors du commun.

PF EB IMG_2347
En studio pour “Le retour” : Guy Tourville, bassiste et réalisateur; Lise Aubut, parolière et directrice artistique; Luc Plamondon, parolier ; Jean-François Beaudet, guitariste et Édith Butler, compositeure-parolière-chanteuse-musicienne

Le retour” c’est un cri d’amour et d’espoir, de rage de vivre et de leçon d’optimisme qu’offre cette chanteuse, une des (très) rares artistes a avoir été honorée (en juillet 2009) par un timbre à son effigie par la Société Canadienne des Postes dans le cadre de sa série destinée aux “artistes canadiens de la chanson de renom ayant atteint une reconnaissance internationale”. 

PF EB pochette le retour
14 chansons pour un nouvel album synonyme de renaissance et de joie de vivre. Direction artistique Lise Aubut et producteur exécutif Paul Dupont-Hébert

Lise Aubut- Édith Butler : l’intense complicité

Ici pas de faux-semblant ; « Je suis resté moi-même, je ne me suis pas créé de personnage au départ de ma carrière. Je suis sur scène comme dans la vie : naturelle, simple, spontanée, directe ». Tels sont les repères de celle qui a immortalisé son village de Paquetville dans une inoubliable chanson intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens à Toronto le 28 janvier 2007.

Lise Aubut en a écrit les paroles, et la musique a été composée par Edith Butler. Sur internet on peut même trouver une version de Paquetville chantée par Edith Butler accompagnée par Nicole Croisille et Catherine Lara.

Comme raconté sur le site de la chanteuse, « Paquetville était, dès le départ, une célébration. C’était en effet pour souligner le Centenaire de sa fondation par le curé Paquet que l’idée d’écrire une chanson sur le village natal d’Édith Butler est née.

Les habitants de Paquetville sont fiers de leur village, de ses forêts d’érables sucrés, de ses élevages bovins, de ses rivières, de sa proximité avec la mer, de ses grandes terres fertiles, de ses traditions, de son histoire, de ses chansons, de son accent chantant et de ses enfants un peu tous cousins quand on y regarde de plus près ».

La collaboration musicale entre les deux femmes remonte à 1973, date à laquelle Lise Aubut devient l’impresario d’Edith Butler. Lise Aubut aura été une des premières créatrices, avec Édith Butler à faire connaître la culture acadienne au Canada et dans le monde francophone. De cette complicité sont nées plus de 150 chansons.

« C’est ainsi que je vis » résulte d’ailleurs de la complicité entre Lise et Edith :

« C’est ainsi que je vis

Au milieu des galaxies

Je m’émerveille encore

De tout ce qu’il a dehors

C’est ainsi que je t’aime

Au meilleur de moi-même

Rien qu’à te regarder

Instant d’éternité »

PF EB IMG_0949(1)
Prix du Lieutenant-Gouverneur du Nouveau-Brunswick pour l’excellence dans les arts de la scène 2012. Édith Butler entre le Lieutenant-Gouverneur du Nouveau-Brunswick, Graydon Nicholas et le Premier Ministre du Nouveau-Brunswick, David Alward. Graydon Nicholas est né et à grandi dans la Première Nation Tobique, au Nouveau-Brunswici. Il est le premier autochtone à occuper un tel poste.

“Et ce cancer qui frappe en pleine apothéose/Aimer la vie quand même”

Quand on prend le temps d’écouter vraiment les paroles des chansons du nouvel album d’Édith, on a pénètre vraiment – dans plusieurs d’entre elles – dans l’intimité de l’artiste. En l’occurrence dans ce qui forge sa personnalité, le regard lucide porté sur son passé, sa vie entre superbes réussites professionnelles, doutes et remises en question permanente.

Sans parler de ce cancer du sein dont elle ne fait aucun mystère ni dans les médias ni dans la chanson majeure du CD : “Aimer la vie » (texte Luc Plamondon, musique Edith Butler).

“Aimer la vie

Est-il permis d’aimer la vie comme je l’aime

Quand tout autour la terre flambe et le monde explose

Et ce cancer qui frappe en pleine apothéose

Aimer la vie quand même”


PF EB_3883_V2
4ème de couverture de la pochette de l’album : une photo de Laurence Labat

“Avoir été atteinte du cancer du sein m’a donné un nouvel élan de vie et de créativité et appris à apprécier chacun des moments qui me sont donnés”

La Coalition Priorité Cancer au Québec a d’ailleurs annoncé qu’Edith Butler est la marraine de la sixième conférence nationale pour vaincre le cancer organisée les 3 et 4 avril 2014 à Montréal. D’où cette déclaration de l’artiste :

“C’est avec fierté que j’ai accepté d’être la marraine de la 6e Conférence nationale pour vaincre le cancer. Nous sommes nombreux à avoir vécu ou à vivre encore avec cette maladie. En ce qui me concerne, j’aimerais vous dire qu’avoir été atteinte du cancer du sein m’a donné un nouvel élan de vie et de créativité et cela m’a appris à apprécier chacun des moments qui me sont donnés.

Je veux partager avec vous tous à quel point, il est important d’aimer la vie. Qui que l’on soit, où que l’on soit, il y a toujours un être, un animal ou une fleur à aimer autour de nous. Et c’est guérissant. Rallions-nous pour vaincre ensemble cette maladie et d’ici là, apprendre à vivre avec elle”.

La Coalition Priorité Cancer au Québec a été fondée en 2001 pour “donner une voix, soutenir et défendre les personnes touchées par le cancer (les patients, les survivants, les proches aidants et leurs familles), pour appuyer les organismes communautaires et les professionnels de la santé œuvrant en cancer et pour renforcer l’organisation de la lutte contre le cancer”. Elle rassemble à ce jour près de 1,5 million de personnes.

PF EB IMG_2314
Édith jouant du pied : un album enregistré dans la bonne humeur

“Des heures au téléphone avec le métier/ Pour leur prouver que je peux encore chanter”

En guise de conclusion à son album Édith offre d’ailleurs une brève version acoustique d’ “Aimer la vie” : comme pour rappeler encore une fois le fil conducteur de l’ensemble de ces 14 titres.  Plamondon signe d’ailleurs les paroles de deux autres chansons : “La fille qui sort de sa coquille” et “Su’ quel pied danser”.

Sans passer en revue chacune des 14 chansons, mention spéciale à “J’te dis merci” aux paroles et à la musique signées Butler. L’artiste s’adresse à Lise Aubut. D’où notamment ces quatre phrases qui en disent long sur leur complicité et sur l’obstination dont la chanteuse doit faire preuve dans ce milieu de la chanson où … l’on ne se fait pas vraiment de cadeau :

« Des heures à griffonner sur des bouts d’papier

Les mots qui conviendraient à m’exprimer

Des heures au téléphone avec le métier

Pour leur prouver que je peux encore chanter »

PF EB Maman Edith et Lise
Lauretta Godin, 91 ans, fan de Facebook et maman d’Édith Butler. A droite Lise Aubut, parolière, impresario et amie de la chanteuse
PF EB IMG_2356(1)
Deux complices prénommées Marie-Jo et Edith

 Sur “La rue Dufferin” avec Marie-Jo Thério … 

L’active participation de Marie-Jo Thério et Lisa LeBlanc à deux chansons enracine ce CD dans l’Histoire de la chanson acadienne au sens fort du terme.

En réunissant trois générations d’auteures-compositrices-interprètes, “Le retour” ne marque pas seulement … le retour d’Edith Butler à la une de l’actualité.

Le choix des chansons synonymes d’authenticité et la collaboration de professionnels majeurs québécois tels Luc Plamondon et Yves Desrosiers apportent un incontestable plus à cet album.

Bien qu’établie à Montréal depuis longtemps, Édith Butler n’a en rien perdu son accent acadien et encore moins ses racines. En août 2004, lors du concert final du Congrès mondial acadien auquel j’ai eu la chance d’assister, à Halifax, Édith Butler et Marie-Jo Thério se sont retrouvées face à des milliers de spectateurs enthousiastes pour chanter “Rue Dufferin”.

Cette chanson reprise par nombre d’artistes et groupes acadiens est non seulement un hymne à une rue de Moncton mais aussi un vibrant plaidoyer pour la francophonie : pas question de se laisser intimider par les “vieilles anglaises”.

Sur un texte de Roland Gauvin, un des fondateurs du groupe mythique 1755, le poète Gérald LeBlanc a composé un texte auquel Édith Butler et Marie-Jo Thério insufflent un bel entrain dans la première chanson du CD “Le retour”.

PF EB Weber 038
Mercredi 5 novembre 2008, Moncton. Lisa LeBlanc, Danny Boudreau, Michel Rivard et Édith Butler. Quelques minutes avant le Cercle SOCAN de la FrancoFête en Acadie (Photo Albert Weber)

… et sur la Sainte-Catherine avec Lisa LeBlanc

Dans un registre différent, c’est avec Lisa LeBlanc, une des plus efficaces ambassadrices de la « nouvelle chanson acadienne », qu’Édith partage le micro pour “Complainte pour Sainte-Catherine” sur des paroles de Philippe Tatarcheff et une musique d’Anna McGarrigle.

Lisa LeBlanc accompagne la chanson avec son banjo, ajoutant un instrument de plus dans la liste déjà bien fournie par les musiciens : percussions, guitares, basse et contrebasse, claviers, cordes, etc.

PF EB IMG_2334
En studio d’enregistrement

 “J’y ai mis mes trippes et tout mon cœur” 

« J’y ai mis mes trippes et tout mon cœur. Ça pris 50 ans pour revenir à qui j’étais au départ ! » m’écrivait récemment Édith Butler dans un courriel.

Une affirmation qui n’a rien à voir avec un plan de communication ou un communiqué de presse. Un message dans lequel elle m’évoquait aussi sa passion de bâtir, de travailler de ses mains : “J’ai bâti, de mes propres mains, maison, garage, gloriette, maisonnette, chapelle etc. Mes ancêtres étaient des charpentiers. Donc, je le suis aussi! Entre les tournées, je bâtis !”

Sur son site elle confie d’ailleurs : “Dans ma vie quotidienne, j’aime construire. Sur la grande terre que j’habite, j’ai bâti de mes mains une chapelle, un garage, une maison d’écrivain, une grange, une maison à canard !

J’aime les animaux qui me rendent visite. J’aime marcher dans la forêt, faire la cuisine, boire de bons vins avec mes amis, « pitonner » sur mon ordinateur, surfer sur l’Internet et partager des beaux moments avec mes chats”

PF EB IMG_1320(2)
“Un exemple de la maison que j’ai bâti pour Lise”

PF EB IMG_2762(1)
“J’ai construit des guitares, des violons et des kecling keclings faits avec des boîtes à biscuits pendant ce long hiver! Voici un exemple !”

“N’oublies pas ces enfants que je n’ai pas eus”

Entre rupture amoureuse (“Un petit mot”) et attente du retour de l’être aimé (“N’oublie pas ton violon”), amour intense (“Et moi je t’aime depuis toujours”) et rage de vivre (“La fille qui sort de sa coquille”) Edith Butler décline toute une série d’émotions et de sensations, de réflexions et de tranches de vie aussi. De confidences aussi quand on prend le temps de bien écouter les textes dont “Dessine-moi” :

Dessi’n moi le jardin que je n’ai pas eu

Dessines-moi la mer que je ne vois plus

N’oublies pas ces enfants que je n’ai pas eus

N’oublie pas le temps et ceux que j’ai perdus

Ni mon cheval fou courant sous les pommiers doux »

Avec en prime une « Chanson pour mon père » à vous donner le frisson :

“Souvent mon père les jours où le cœur flanche

Nous racontait que la vie s’endimanche

Dès qu’on oublie, pardonne ou fait confiance

Et qu’on revient à ses appartenances”

EDITH BUTLER
Juillet 1998, 1ères Déferlantes Francophones de Capbreton. Édith Butler en compagnie de deux membres du groupe TransAkakie et de leur gérant, Janic Godin, désormais journaliste à Radio-Canada
PF EB EDITH SEGALL 1998 AVEC EDITH BUTLER
Été 1998, Capbreton. Édith Butler et Maurice Segall, aux premières Déferlantes Francophones. C’est à ce que festival que j’ai rencontré pour la première fois Édith Butler et Maurice Segall (Photo Albert Weber)

Faire sourire et rire, danser et réfléchir aussi : ainsi s’affirme cette attachante artiste dont “Le retour” est un formidable cadeau. “Un album plus lent, plus profond, plus sage ” selon Édith Butler.

De quoi secouer les idées noires, les p’tits bobos et les grands chagrins de la vie car Édith ne se contente pas de chanter l’optimisme, elle le vit. Sans se complaire dans un personnage, mais en étant tout simplement fidèle à ses racines synonyme d’authenticité. Bravo Madame !

Texte Albert WEBER

Photos Collection Édith Butler

 

Site d’Édith Butler

Vidéo de l’enregistrement de l’album sur le site de Tandem.mu

Un album à trouver sur le site de Distribution Plages

Site de la Coalition Priorité Cancer au Québec. Edith Butler est la marraine de la 6e Conférence nationale pour vaincre le cancer prévue les les 3 et 4 avril 2014 à Montréal

Emission “Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux” animée sur TVA par Christine Michaud. Édith Butler raconte son retour à la chanson et sa philosophie de vie

PF EB_3828_v3
Photo de l’album signée Laurence Labat

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>